Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
Kristina paustian, film
Catalogue : 2015ZAPLYV (ЗАПЛЫВ) | Doc. expérimental | hdv | couleur | 77:50 | Russie | Allemagne | 2015
Kristina paustian , film
ZAPLYV (ЗАПЛЫВ)
Doc. expérimental | hdv | couleur | 77:50 | Russie | Allemagne | 2015

SWIMMERS is a sketch of an attempt to maintain collective belief on the border of cosmology and psychedelic trance theater. Run-down houses in an abandoned settlement in the southern corner of Russia. A controversial physicist, Boris Zolotov lives here. In the mid-1980s, Zolotov decided to leave the walls of the Soviet research institutions to follow his own beliefs. Today these take the form of hour-long swimming rituals and night-time theater performances. A group of people have collected around him, who choose to share his journey Like many in the group, the young Ekaterina was led here by the many questions which remained unanswered elsewhere. Together with Boris Zolotov, she discusses the concept of happiness in contemporary Russia.

Kristina Paustian, born 1985 in Omsk, Russia. 2003 she moved to Germany to study at the University of the Arts in Berlin. She worked as a director of photography and editor for other artists before starting out as a video artist herself. Today Paustian`s artistic practice covers video art, film and installations. In her art she always tries to find and preserve a particular human constant into cinematographic forms. This constant (if there is any) goes far beyond language barriers, geographical borders, collective and social concepts or political structures. SWIMMERS is her first feature film.

Temra pavlovic
Catalogue : 2013On all fours | Doc. expérimental | | couleur | 6:40 | Pays-Bas | Mexique | 2013
Temra pavlovic
On all fours
Doc. expérimental | | couleur | 6:40 | Pays-Bas | Mexique | 2013

There is a German Shepherd in Tepoztlan who guards a brick villa where the walls are painted white and the furniture is modern. In the kitchen there are people chatting, the TV is on and the German Shepherd is waiting by the door. The villa is enclosed by a wall and you can hear church singing from the mountains, especially in the garden, where there is a sprinkler, purple flowers on the lawn and a woman dressed in Baby Blue.

Temra Pavlovic was born in the Netherlands and received her BFA in Film/Video from California Institute of the Arts (CalArts). She combines documentary and fiction, and uses materials from her direct surroundings. Her work has shown in different contexts, i.e. at Otras Obras in Tijuana, the RedCat theater and Human Resources in Los Angeles and the Sensory Ethnography Lab at Harvard University. She is currently living in Mexico City, working on a series of narrative documentary scenes under the umbrella title `Soluciones,` and she is a member of the three-headed collective Oa4s.

Denis pavlovic
Catalogue : 2017Zwischen Gestern und Morgen (Between Yesterday and Tomorrow) | Documentaire | 16mm | couleur | 25:15 | Allemagne | 2016
Denis pavlovic
Zwischen Gestern und Morgen (Between Yesterday and Tomorrow)
Documentaire | 16mm | couleur | 25:15 | Allemagne | 2016

The story of a man who came to Germany 17 years ago. It’s the 31.12.2017, a day in the life of Niaz Ahmadzai from Afghanistan. A never ending story of work, existence, love, familiy and an unfulfilled personality. The perfect integration of a fully functioning machine.

Denis Pavlovic, born in 1987 in Stuttgart, presented his first film "Smoother in 350ml" at the No Budget Festival in Tubingen in 2008. Thereupon he studied 3 years Film & Video at the Merz Akademie in Stuttgart. After his graduation he worked as an interne at the Documentary Production Company "Kloos und Co. Medien" in Berlin. In 2011 Denis accomplished his first long movie called "Paranoid Places" and in 2013 his second full-length documentary „Wo tanzen wir morgen" which celebrated its Premiere at the 19th Filmschau Baden-Wurttember Festival. In order to its success it was distributed via Teamwerk Stuttgart. Today Denis is studying documentary direction at the Filmakademie Baden- Wurttemberg and works as a freelancer filmmaker and artist. The main themes his films are about modern society in the midst of globalism and industrialism.

Temra pavlovic
Catalogue : 2015Vehicle | Vidéo | hdv | couleur | 9:40 | Pays-Bas | Mexique | 2014
Temra pavlovic
Vehicle
Vidéo | hdv | couleur | 9:40 | Pays-Bas | Mexique | 2014

Resting in the grass waiting for the rest, eating candy in the back of the truck. Driving on the bumpy road to where Paco arrives with his bebé on the Dinamo. Eating sugar cane.

Temra Pavlovic is an artist based in Amsterdam. She makes momental videos, sculptures and installations, and is a member of poetry group Oa4s (On all fours). Her work has been exhibited at e.g. Lodos gallery in Mexico City, Human Resources in Los Angeles, Les Rencontres Internationales in Paris, Interstate Projects in Brooklyn and Seventeen gallery in London.

Carlos pazos
Catalogue : 2007En blanc i negre, une vez mas | Film expérimental | 35mm | couleur | 10:30 | Espagne | 2006
Carlos pazos
En blanc i negre, une vez mas
Film expérimental | 35mm | couleur | 10:30 | Espagne | 2006

La rencontre entre un chimpanzé albinos (habillé en noir) et une vierge romaine noire (en chocolat blanc).


S`il vous plaît, voyez le catalogue de l`exposition "No me digas nada" ("Ne me dis rien", 2007, dont les coordonnées sont indiqués bas. Please, see the catalogue of the exhibition "No me digas nada" ("Tell nothing"), 2007, cited below. Nouvelle biographie: Né à Barcelona le 23 décembre 1949. Prix National des Arts Plastiques, 2004, Ministère de la Culture espagnol et Prix Villa de Madrid, 2003. Fait des études d?architecture à l?Universidad Politécnica, philosophie à l?Universidad de Barcelona et design à l?Ecole EINA de Barcelona. Il a exprimé son amour pour la musique et la nuit avec la direction d?un salon de bal (Salón Cibeles, 1978-1983), d?un cocktail bar (Bijou, 1983-1986) et d?un bar musical (Je-rrix, 1994-1995). Dans ce dernier local il a établi le siège de son Club de Fans, le "C.P.FANS CLUB", fondé en décembre 1994. En 1987 il est le protagoniste du film « Es quan dormo que hi veig clar » de Jordi Cadena sur des textes du poète Catalan J.V. Foix. En 1998, il dirige et réalise la scénographie de la pièce de theatre "El bell lloc", de Joan Brossa, au Espai Joan Brossa de Barcelona. Cette même année est publié "El Mundo del Ritmo" (édité par Tabelaria + Antojos), en collaboration avec Eduardo Mendoza et il est le protagoniste du video "Pianito", de Jordi Colomer. L?année 2002 il publie le scénario du film, en attente de producteur, "Aquí en la tierra como en el infierno" et en décembre 2004 il publie son livre ?Garabatos y Zarpazos?, édité par l?Université de Barcelona, dans la collection ?Les arts i els artistes?, en 2007 il publie « Fidelidad Total », en collaboration Ramón de España, édité par Raina Lupa et en 2008 « Diodrama », avec textes d?Eduardo Lago, edité par Atelier Clot. Il a fait sa première exposition individuelle en janvier 1970, à l?age de vint ans. En 2007 il a fait l?exposition rétrospective «No me digas nada» au MACBA (Museo Arte Contemporáneo de Barcelona) et au MNCARS (Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía), dont il prépare une version pour le Musée d?Art Contemporain de Sao Paulo, en 2009. Pour son exposition rétrospective il a réalisé le film « Mnemocine. Film à découper », un collage audiovisuel constitué par 11 épisodes, d?une durée de 26 minutes.

Catalogue : 2008Escenario vaciado | Art vidéo | betaSP | couleur | 2:42 | Espagne | 2008
Carlos pazos
Escenario vaciado
Art vidéo | betaSP | couleur | 2:42 | Espagne | 2008

Présentation du travail La vidéo «Décor vidé», montre la transition d?un décor avec un scénario et des personnages à un décor vidé et sans vie. Le texte ci-joint, nous parle du scénario et des personnages impliqués, l?un desquels es mon épouse et la personne qui a écrit ce texte. Le soir de Noël de l?an 2006, au premier étage de cet immeuble de la rue Pau Claris de Barcelona, est décédé ma mère, Emilia Foix. Elle avait quatre-vingt-dix ans. Quand elle s?y est installée, à la fin du mois de janvier de 1951, avec son époux, Claudi Cuchillo et ses quatre enfants, elle était lourdement enceinte. Je suis née dans cet appartement, au début du printemps. Dans le même endroit, nous étions ensemble quand je suis née, nous étions ensemble quand elle est décédée. Pendant toutes ces années, son appartement a été un décor plein, parfois bondé. La soudaine mort de mon père a laissé muets, pendants quelques mois, les meubles et les murs. Assez vite, d?abord avec le c?ur gros, plus tard en tournant une page, les feux, le piano et les chambres se sont remis en marche. Il y avait toujours quelqu?un, il y avait toujours un lit, il y avait toujours un plat à table. Le «petit asile de maman Cuchillo», comme l?appelait Carlos, ne fermait jamais. Depuis qu?elle est tombée malade, quelques espaces se sont lentement vidés. Mais elle a maintenu le décor à point jusqu?à la fin. Elle a encore donné les ordres de repasser les nappes et de sortir la vaisselle, les verres et les couverts pour le repas de Noël. Cuchillo de Pazos Collioure, août 2008


Né à Barcelona en 1949. Prix National des Arts Visuels de la Catalogne, 2008, Prix National des Arts Plastiques, 2004, Ministère de la Culture espagnol et Prix Villa de Madrid, 2003. Fait des études d?architecture à l?Universidad Politécnica, philosophie à l?Universidad de Barcelona et design à l?Ecole EINA. Il a fait sa première exposition individuelle en janvier 1970, à l?age de vingt ans. En 2007 il a fait l?exposition rétrospective «No me digas nada» au MACBA (Museo Arte Contemporáneo de Barcelona) et au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía (Madrid), dont il prépare une version pour le Musée d?Art Contemporain de Sao Paulo, en 2009. Il a exprimé son amour pour la musique et la nuit en dirigeant le Salon de bal Cibeles (1978-1982), le cocktail bar Bijou (1983-1986) et le bar musical (Je-rrix, 1994-1995). Dans ce dernier local il a établi le siège de son Club de Fans, le "CP FANS CLUB". En 1987 il est le protagoniste du film « Es quan dormo que hi veig clar » de Jordi Cadena sur des textes du poète Catalan J.V. Foix. En 1998, il dirige et réalise la scénographie de la pièce de théatre "El bell lloc", de Joan Brossa. Cette même année est publié "El Mundo del Ritmo" (Tabelaria), en collaboration avec Eduardo Mendoza et il est le protagoniste du vidéo "Pianito", de Jordi Colomer. L?année 2002 il publie le scénario du film, en attente de producteur "Aquí en la tierra como en el infierno", en décembre 2004 il publie son texte ?Garabatos y Zarpazos?, édité par l?Université de Barcelona (2ème édition 2007) et en 2008 il a publié «Diodrama», avec textes d?Eduardo Lago, dans une édition de l?Atelier Clot, Paris.

Justin peach
Catalogue : 2009Kleine Wölfe | Documentaire | dv | couleur | 47:0 | Allemagne | 2009
Justin peach
Kleine Wölfe
Documentaire | dv | couleur | 47:0 | Allemagne | 2009

Sonu, un enfant âgé d?onze ans, vit avec d?autres enfants dans les rues de Katmandu. Leur routine quotidienne est un combat pour survivre dans la capitale chaotique de Népal: toujours à la recherche de nourriture, de drogues, de touristes charitables et ce qu?ils cherchent le plus ? comme tout les garçons de cet âge ? l?aventure et le fun. La vie de Sonu et de sa bande est marquée par la faim et la violence, mais est aussi remplie de moments enfantins de liberté dans les rues. Le film suit l?idée de «cinéma direct» ceux qui veut dire: il n?y a pas de narrateur, pas de musique ni de scènes posés. Nous avons voulu comprendre la vie quotidienne des enfants de la rue à Katmandu. L?histoire est racontée par les enfants eux-mêmes.


Justin Peach. Born 1982 in El Paso, Texas. Curiosity and love for technical things fueled first attempts in the media world. Internships at ZDF, SWR and Maran Film followed. 2003 begin of media-design studies at the University of Applied Sciences in Mainz, Germany with a major on documentary camera work. 2005 six months in Ecuador for an NGO documentary film about illegal animal transports. 2005 founder of PENG - a young collaborative art, communications and Design group. 2008 Final Diploma with "Lonely Pack" in Nepal. Since end of 2008 studying for a Masters degree in Journalism at the Johannes Gutenberg-University in Mainz.

Francesco pedraglio
Catalogue : 2015The Protagonist | Vidéo | hdv | couleur | 17:39 | Italie | Swaziland | 2015
Francesco pedraglio
The Protagonist
Vidéo | hdv | couleur | 17:39 | Italie | Swaziland | 2015

Loosely constructed from a collage of literary references, filmic vocabulary, broken-up narratives and improvisations, ‘The Protagonist’ is a work where the construction of a main character for a film is treated as an event for camera, a happening that becomes the film itself. Shot in two different interiors (an empty cinema and a house-party turning into a karaoke night) and constructed through six interconnected scenes, the film uses the tropes normally associated with the basic shaping of a narrative persona - looks, behaviours, personal details, surroundings etc. - and turns them all into the only available storyline to be followed. In an empty cinema, two unnamed men discuss the treatment for a possible narrative. Their abstract discussions are continuously interrupted by a second, parallel sequence: the movements and behaviours of a series of men and women abstractly portrayed while drinking, dancing, singing and carelessly chatting during a karaoke party.
The juxtaposition of the two scenes is an open proposal: mere rhythmic punctuation for the previous sequence, it might as well become a cypher for the two men’s unfinished storytelling. The film never starts, its constant deferral unveiling its basic mechanics, rendering them the only possible matter of interest: a story about the making of a character, about the becoming of a protagonist.

Francesco Pedraglio is an artist working with writing, performance, film and installation. He was born in Como (Italy) in 1981. Recent performances and exhibitions include: Norma Mangione Gallery, Turin (2015); The Physics Room, Christchurch, New Zealand (2015); Kunsthalle Wien (2015); DropCity, Newcastle (2015); MAZ-Museo de Zapopan, Mexico (2014); CCA Glasgow (2014); Hayward Gallery, London (2014); Rowing, London (2013); Jeu de Paume (2013), Kunsthalle Basel (2012); ICA (2012); Auto Italia South East (2012); Galerie Kamm, Berlin (2012); Hollybush Gardens, London (2011), The National Portrait Gallery (2011); Wysing Arts Centre, Cambridge (2011). His first novel "A man in a room spray painting a fly" was published by Book Works in summer 2014. Also in 2014 he was also the co-editor of the anthology of artists writings "Cadavere Quotidiano", published by X-TRA (Los Angeles). "The Object Lessons", a novella made in collaboration with Nina Beier and Marie Lund, was published by Mousse in 2012. Pedraglio is a founding member of the London based curatorial initiative FormContent (www.formcontent.org).

Maia pedro
Catalogue : 2009ARISE (ZONA) | Film expérimental | 35mm | couleur | 10:0 | Portugal | 2009
Maia pedro
ARISE (ZONA)
Film expérimental | 35mm | couleur | 10:0 | Portugal | 2009

Arise (Zona) has as starting point the feature film A Zona, by Sandro Aguilar and emerges up from all the cinematic dirtiness inherent to the film material. These images in the wasted film, doomed to emptiness and total forgetting, lead us to the ambiguity and indetermination between life and death, in which narrative and temporal logic are suspended.

Born in 1983. Graduated in Audiovisual Comunication at the Instituto Politécnico do Porto. Works as a freelance professional in cinema, multimedia and audiovisual. Videoart Course at Fundação Caloute Gulbenkian. Since 2004 he has been exploring the concepts of live cinema and live manipulation of images and its relation with sound.

Rune peitersen
Catalogue : 2005Cross003 | Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | Danemark | Pays-bas | 2004
Rune peitersen
Cross003
Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | Danemark | Pays-bas | 2004

Dans Cross003, on peut voir une image ressemblant à une croix, dans un premier temps comme une apparente manifestation tangible (une croix brillante ou brûlante) mais dans un second temps, comme une brèche dans un rideau ou une glace. La croix est faite de lumière pure et n?est évidente que comme une interprétation des contours sombres, un manque d?information visuelle. Quand les gens (ombres) apparaissent et bloquent la lumière, ma croix disparaît momentanément et la scène change de personnalité et de sens. Dans une tentative de décryptage et de catégorisation de l?imagerie changeante, le spectateur doit engager ses propres points de vue sur le voyeurisme et l?iconographie.


Rune Peitersen est né au Dannemark en 1971. Il vit et travaille à Amsterdam. Parcours Scolaire : 1999-2001 MFA, Frank Mohr Instituut, Groningen, www.mohr-i.nl 1995-1999, BA, Royal Academy of Art, La Hague, www.kabk.nl Exposé par : Gallery Ellen de Bruijne Projects

Artavazd pelechian
Catalogue : 2009Nous | Documentaire | 35mm | noir et blanc | 30:0 | Russie | 1969
Artavazd pelechian
Nous
Documentaire | 35mm | noir et blanc | 30:0 | Russie | 1969

Catalogue : 2009Notre siècle | Documentaire | 35mm | couleur | 30:0 | Russie | 1982
Artavazd pelechian
Notre siècle
Documentaire | 35mm | couleur | 30:0 | Russie | 1982

Artavazd pelechian
Catalogue : 2008Les habitants | Doc. expérimental | 35mm | noir et blanc | 10:0 | Arménie | 1970
Artavazd pelechian
Les habitants
Doc. expérimental | 35mm | noir et blanc | 10:0 | Arménie | 1970

" Le film est construit sur l`idée d`une relation pleine d`humanité avec la nature et le monde animal. Il est question bien sûr des agressions perpétrées par l`homme contre la nature, et de la menace que constitue la destruction de l`harmonie naturelle " (Artavazd Pelechian, Mon cinéma, 1988).


Le cinéma d`Artavazd Pelechian - dont Jean-Luc Godard assure qu?il est le plus grand cinéaste du monde - reste encore aujourd`hui assez peu connu en Occident. Le réalisateur, d`origine arménienne, formé au VGIK entre 1963 et 1968, vit et travaille à Moscou, qu`il ne quitte que très rarement. Son ?uvre, qui se construit film après film, dans un souci de recherche et d`expérimentation, suppose qu`on la découvre, paliers par paliers, dans le mouvement de son évolution. Pelechian tourne peu et court. La densité de tout nouvel opus en fait à chaque fois une oeuvre rare.

Catalogue : 2008Les saisons | Doc. expérimental | 35mm | noir et blanc | 30:0 | Arménie | 1972
Artavazd pelechian
Les saisons
Doc. expérimental | 35mm | noir et blanc | 30:0 | Arménie | 1972

Les Saisons est un très beau poème où sont évoqués, en une vaste parabole, les moments déterminants de l`histoire arménienne, depuis les origines volcaniques, jusqu`à la période industrielle (www.artavazd-pelechian.net).


Le cinéma d`Artavazd Pelechian - dont Jean-Luc Godard assure qu?il est le plus grand cinéaste du monde - reste encore aujourd`hui assez peu connu en Occident. Le réalisateur, d`origine arménienne, formé au VGIK entre 1963 et 1968, vit et travaille à Moscou, qu`il ne quitte que très rarement. Son ?uvre, qui se construit film après film, dans un souci de recherche et d`expérimentation, suppose qu`on la découvre, paliers par paliers, dans le mouvement de son évolution. Pelechian tourne peu et court. La densité de tout nouvel opus en fait à chaque fois une oeuvre rare.

Catalogue : 2008Fin | Doc. expérimental | 35mm | noir et blanc | 8:0 | Arménie | 1992
Artavazd pelechian
Fin
Doc. expérimental | 35mm | noir et blanc | 8:0 | Arménie | 1992

Dans le train de Moscou à Erevan, Pelechian filme, caméra à l`épaule, des hommes et des femmes, d`âges et d`ethnies différentes (www.artavazd-pelechian.net).


Le cinéma d`Artavazd Pelechian - dont Jean-Luc Godard assure qu?il est le plus grand cinéaste du monde - reste encore aujourd`hui assez peu connu en Occident. Le réalisateur, d`origine arménienne, formé au VGIK entre 1963 et 1968, vit et travaille à Moscou, qu`il ne quitte que très rarement. Son ?uvre, qui se construit film après film, dans un souci de recherche et d`expérimentation, suppose qu`on la découvre, paliers par paliers, dans le mouvement de son évolution. Pelechian tourne peu et court. La densité de tout nouvel opus en fait à chaque fois une oeuvre rare.

Catalogue : 2008Vie | Doc. expérimental | 35mm | couleur | 6:30 | Arménie | 1993
Artavazd pelechian
Vie
Doc. expérimental | 35mm | couleur | 6:30 | Arménie | 1993

" Le profil d`une femme, tendu, défiguré - comme dans la jouissance - ainsi qu`en amorce, des gestes ancestraux. Le port de l`enfant qui vient de naître, magnifié par un ralenti, une contreplongée et l`abstraction de l`espace qui l`entoure, évoque une iconographie religieuse tout comme le portrait de la mère et l`enfant " (Jacques Kermabon).


Le cinéma d`Artavazd Pelechian - dont Jean-Luc Godard assure qu?il est le plus grand cinéaste du monde - reste encore aujourd`hui assez peu connu en Occident. Le réalisateur, d`origine arménienne, formé au VGIK entre 1963 et 1968, vit et travaille à Moscou, qu`il ne quitte que très rarement. Son ?uvre, qui se construit film après film, dans un souci de recherche et d`expérimentation, suppose qu`on la découvre, paliers par paliers, dans le mouvement de son évolution. Pelechian tourne peu et court. La densité de tout nouvel opus en fait à chaque fois une oeuvre rare.

Sini pelkki
Catalogue : 2013Embarkation | Film expérimental | 16mm | couleur | 7:10 | Finlande | 2012
Sini pelkki
Embarkation
Film expérimental | 16mm | couleur | 7:10 | Finlande | 2012

Embarkation is a moving image that is framed like a photograph. Through repetition it builds up into a single image, like a photograph that consists of countless images. With simultaneous presence and absence, the work explores the realtionship between still and moving image.

Sini Pelkki is an artist working with photography and moving image. Her work derives and evolves around photography and the photographic image. Her film works are often based on photographic images. Focusing on the subjectivity of seeing and the relation between a human and different physical and psychological environments and spaces. Her work has been shown across Europe in exhibitions and festivals. Pelkki was born 1978 in Helsinki, Finland. She studied fine art in Chelsea College of Art and Design in London (UK) and at the Academy of Fine Arts in Helsinki. She is currently based in Helsinki.

Catalogue : 2017Length | Film expérimental | 16mm | couleur | 7:23 | Finlande | 2016
Sini pelkki
Length
Film expérimental | 16mm | couleur | 7:23 | Finlande | 2016

the work examines the length of a thought, the length of a moment. Through repetition and rhythm, the piece builds a sense of a narrative, distance and closeness at the same time. We are looking at a figure in an urban landscape, soon to be dislocated. The Gaze abandons and re-draws the images. Perception grapples with distances; between the figure and its landscape, between the viewer and the piece itself.

Sini Pelkki (born 1978) is an artist based in Helsinki, Finland. She gained her BA (Hons) Fine Art from Chelsea College of Art and Design, London (UK) in 2002 and her MFA from the Academy of Fine Arts, Helsinki in 2008. Sini Pelkki’s work derives and evolves around photography and the photographic image. Focusing on the subjectivity of seeing and the diverse dialogue between environments and the layers of spaces within spaces.

Caroline pellet
Catalogue : 2013Oblique | Doc. expérimental | hdv | couleur | 13:24 | France | 2010
Caroline pellet
Oblique
Doc. expérimental | hdv | couleur | 13:24 | France | 2010

OBLIQUE (Texte de Gabrielle Reiner) Oblique est un documentaire expérimental sur un groupe d'astronomes. L'artiste filme ces chercheurs d'étoiles et entrecoupe ces plans avec ceux des «objets » (le nom donné aux étoiles par les astronomes) observés au travers de l'oculaire. La prise de vue adopte les caractéristiques de la caméra de surveillance(1) et une voix-off évoque les techniques utilisées pour améliorer la vision scotopique (2). Les astronomes se documentent avec des photographies d'astres génériques ce qui leur permet à l'observation de mieux discerner les détails des astres. On peut parler d'« expérience améliorée ». Le spectateur est invité à une « expérience esthétique » (Cf. Jauss) paradoxale qui oscille entre deux points de vue: l?exploration optique des observants répond à celle sensible et relative de l'?uvre artistique. En confrontant théories scientifiques et théories esthétiques de la perception, la vidéaste interroge de manière critique la normativité de l'expérience perceptive. 1. Le night shot est le procédé qui permet de filmer la lumière infra-rouge, invisible à l'?il nu. Fait à l ́origine pour les caméras de surveillance, il a été transposé sur les caméras amateurs. 2. Il faut en effet entre vingt et quarante cinq minutes à l'?il pour basculer en scotopique, perception qui sollicite des cellules appelées bâtonnets situées non pas au centre de l'?il mais en périphérie. A cause de cette répartition des cellules ayant la plus grande sensibilité, les astronomes utilisent un regard « oblique » ou décalé, c'est à dire qu'ils visent à coté de l'objet qu'ils veulent voir afin d'obtenir une perception plus détaillée.


BIOGRAPHIE Vit et travaille à Saint-Ouen (France) née en 02/02/1984 en France

Catalogue : 2016Birds Bark | Doc. expérimental | hdv | couleur | 20:30 | France | 2016
Caroline pellet
Birds Bark
Doc. expérimental | hdv | couleur | 20:30 | France | 2016

Une tige de roseau s’anime furieusement, un homme imite la tourterelle devant un auditoire hilare, deux silhouettes guettent une ombre furtive et picorante. Une jeune fille s’interroge sur la taille et l’existence des libellules préhistoriques et celle concomitante des moustiques, sur l’image d’un fil virevoltant, une laisse. Des fourmis forment un cortège funéraire, une limace nocturne se joue du flou, une adolescente refuse de faire son cartable, un homme enseigne les équations à inconnues à son fidèle Normand. Un oiseau lyre imite des bruits du chantier avoisinant, sur une fiente de pigeon évoquant un film du cinéma abstrait allemand. Un perroquet nous dit qu’il aime les figues, et un groupe de noctambules s’entichent d’entomologie. Tout ces êtres manifestent leur présence par les formes, les projections, les ombres, les tâches, en une image devenue ventriloque. On s’y imite, s’interpelle, se côtoie, se chasse, se dissimule, se tue, s’aime, joue. Au son, celui qui fait le bruit n’est pas toujours celui qu’on croit, et souvent le bruit se mue en bruitage. Des dialogues ponctuent ces bruitages. Le dédoublement, l’imitation, traversent le film de part et d’autre, par le choix des images indirectes, et par la bande son, formant un étrange bestiaire filmé dont l’humain est une partie plutôt qu’il ne le surplombe.


BIO 2016: -Résidence à l’atelier 105 à Lightcone. -Dome, exposition collective, ELA projects, Athènes 2015: -Festival des cinémas différents -Streaming festival 2014: -Streamingfestival -Rencontres internationales Paris-Berlin-Madrid (Paris et Berlin) -Ouverture de laTrap avec Pier Francesco Lerose, espace de création, d`expositions et de programmation vidéo au Pré Saint Gervais 2013: -Festival du film d`artiste, sélection officielle Cutlog (Paris) -Cologne OFF: section ExDoc Avant: -Independant film festival lisbonne -FID de Marseille section cahiers du cinéma

Fred pelon
Catalogue : 2006De Godsberg | Doc. expérimental | betaSP | couleur et n&b | 17:0 | Pays-Bas | 2005
Fred pelon
De Godsberg
Doc. expérimental | betaSP | couleur et n&b | 17:0 | Pays-Bas | 2005

Un film expérimental sur une pellicule trouvée au quartier général des nazis hollandais (NSB)situé dans le centre de la Hollande entre 1933 à 1945. L'endroit sert aujourd'hui de lieu de camping avec cette architecture nazie encore en place. Via des recherches, le réalisateur découvre toute sorte de documents audio et de matériels imprimés qui, comme sur ce film de Super8 découvert, montre de quelle manière le fascisme a agi de 1933 à 1945. Il est allé jusqu'au site et a passé quelques temps dans une maison située en face du mur monumental. Ce film conjugue passé et présent, avec une touche personnelle.


Fred Pelon (1961) works in the Eyediom Film Workshop in Amsterdam and films on Super8. He also works with found footage, recycling, and telecine-techniques.

Anu pennanen
Catalogue : 2005Untitled | Art vidéo | 0 | couleur | 15:0 | Finlande | 2005
Anu pennanen
Untitled
Art vidéo | 0 | couleur | 15:0 | Finlande | 2005

Anu pennanen
Catalogue : 2007Sõprus -Dru?ba | Doc. expérimental | 16mm | couleur | 30:0 | Finlande | Estonie | 2006
Anu pennanen
Sõprus -Dru?ba
Doc. expérimental | 16mm | couleur | 30:0 | Finlande | Estonie | 2006

ANU PENNANEN Sõprus - Дружба (Amitié) Les travaux d?installation vidéo de Pennanen explorent la relation complexe entre l?individu et l?environnement urbain. Comme toujours, son travail remplit l?espace entre le documentaire et la fiction, se servant de l?environnement bâti comme cadre dans lequel montrer les échanges émotionnels et métaphoriques entre les espaces urbains et ceux qui les habitent. Soprus - Дружба (Amitié) est basé sur les ateliers, textes et discussions avec les neuf adolescents parlant estonien et russe figurants dans le film. Les ateliers ont mené au développement d?une structure pour le film qui illustrait la manière dont ces adolescents habitaient leur environnement. L?artiste présenta un cadre dans lequel ils purent mettre en scène leurs expériences quotidiennes, les plaçant dans un dialogue conscient avec le paysage urbanisé. L?artiste suit ses « personnages » évoluant à travers Tallinn, la capitale estonienne. Comme la narration fragmentée du film se resserre vers la fin, les ados, séparés par leurs histoires, leurs langages et peut être même leurs styles vestimentaires, deviennent curieux l?un de l?autre. En juxtaposant l?architecture historique du passe soviétique du pays avec la masse urbaine contemporaine, l?artiste attire l?attention sur les changements politiques et sociaux qui ont mené Tallinn à devenir une des économies de marché capitalistes la plus libérale dans l?union européenne. En juxtaposant ces espaces urbains en conflit, l?artiste établie une analogie entre les espaces publics citadins changeant, les systèmes politiques les supportant et les adolescents s?y déplaçant. Le travail de Pennanen reflète les manières dont les villes, surtout celles se transformant rapidement dans les régions baltiques, offrent un mélange complexe de lieus chargés d?histoire et d?espaces urbains contemporains. Malgré ces juxtapositions paradoxales, une impression cohésive est donnée à ces lieux par ceux y interférant. Emily Cormack pour la Biennale SCAPE 2006 d? Art en Espace Public. Don?t Misbehave!, Christchurch, New Zealand Demandez le droit de publier à Emily Cormack. Emily.Cormack@vuw.ac.nz


Anu Pennanen est née en 1975 à Kirkkonummi, Finlande. Elle est instalée à Helsinki, Finlande et a travaillé dans plusieurs pays après ses études à l?Académie des beaux-arts d?Helsinki en 2003. Son travail se penche sur l?influence que l?organisation d?espaces, l' architecture urbaine et la modernisation ont sur le comportement humain. Elle travaille en collaboration et spécifiquement avec des gens qui, dans ses travaux, reflètent et explorent l?environnement construit.

Anu pennanen, laura horelli
Catalogue : 2010Viesti | Documentaire | dv | couleur | 14:3 | Finlande | 2009
Anu pennanen , laura horelli
Viesti
Documentaire | dv | couleur | 14:3 | Finlande | 2009

"Relay" is based on a performance where the makers invited eight participants ? individuals and not-for-profit organisations ? to highlight a cause by running a lap of honour at a sports stadium in Finland. The participants were paired. Whilst one of them ran, the other one discussed the topics central to the running group. "Relay" shows the two actions simultaneously in split screen and references the conventions of sports coverage. The name refers both to the sharing of information and to the sport event that acted as the framework.

Anu Pennanen: Anu Pennanen was born in 1975 in Kirkkonummi, Finland, to the family of a social worker mother and technician father. She is based in Helsinki and works internationally. She is an artist working with urban public space and its relation to cinema and media. She works collaboratively and site-specifically with people, who in her works are the mirrors and investigators of built environment. She frequently collaborates with experimental musicians. After graduating from the Academy of Fine Arts in Helsinki 2003 she has exhibited widely internationally; including 2nd Moscow Biennale. Monuments of our Discontent: Expiration of Place. Special project curated by Lolita Yablonskene. Moscow, Russia (2007), Ars Baltica Triennale. Don`t Worry - Be Curious! Stadtgalerie Kiel, Germany; KUMU, Estonian Art Museum, Tallinn, Estonia; Pori Art Museum, Finland (2007), Liverpool Biennial, UK (2006), Scape Biennial of Art in Public Space, Christchurch, New Zealand (2006), Busan Biennale, South Korea (2006), Under your skin, White Box Gallery, New York USA (2005), Manifesta 5, San Sebastian, Spain (2004), Momentum, Moss, Norway (2004). Laura Horelli: Born 1976 in Helsinki. Lives and works in Berlin. Art studies: 1997-2002 Staatliche Hochschule für Bildende Künste - Städelschule, Klasse Bayrle, Frankfurt, Germany. 1995-2001 Academy of Fine Arts Helsinki, Department of Time and Space, MFA.

Miranda pennell
Catalogue : 2008Drum Room | Doc. expérimental | | couleur | 15:5 | Royaume-Uni | 2007
Miranda pennell
Drum Room
Doc. expérimental | | couleur | 15:5 | Royaume-Uni | 2007

Les espaces vides d'un bâtiment ambigu s?ouvrent pour dévoiler un groupe de musiciens en formation qui s?exercent ensemble, seuls.


Miranda Pennell a étudié la danse contemporaine avant de commencer à travailler dans le cinéma et la vidéo. Son travail a été montré dans divers contextes, notamment lors de diffusions, dans des cinémas indépendants ou dans des espaces-galeries. Parmi ses récentes expositions individuelles, signalons « I Am/We Are », au Centre pour l?Image Contemporaine St Gervais de Genève (Suisse) en 2008, « Play » à la Void Gallery de Derry (Royaume-Uni) en 2007, une rétrospective au Cinéma Nova de Bruxelles (Belgique) en 2008, ainsi qu?au Festival International du Film de La Rochelle (France) en 2007. Elle vit à Londres.

Catalogue : 2011Why Colonel Bunny Was Killed | Doc. expérimental | hdcam | noir et blanc | 27:30 | Royaume-Uni | 2010
Miranda pennell
Why Colonel Bunny Was Killed
Doc. expérimental | hdcam | noir et blanc | 27:30 | Royaume-Uni | 2010

Triggered by the memoirs of a medical missionary on the Afghan borderlands, the film is constructed from some remarkable still photographs of colonial life on the North West frontier of British India at the turn of the 20th century. Searching for clues to the realities behind images framed during a time of colonial conflict, the film plays sound against image and finds striking continuities in Western portrayals of a distant place and people.

Miranda Pennell originally trained in contemporary dance and later studied visual anthropology at Goldsmiths University, London. Her recent and current film work explores social performances framed within photographic archives. Much of Pennell`s work before this explored performance in the `real` world through film and video, and centred on a diverse range of human subjects that have included teenage ice-skaters, amateur and professional dancers, fight directors, soldiers and a marching band, and aspiring drummers.

Catalogue : 2016The Host | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 60:0 | Royaume-Uni | 2015
Miranda pennell
The Host
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 60:0 | Royaume-Uni | 2015

A filmmaker turns forensic detective as she pieces together hundreds of photographs in search of what she believes to be a buried history, only to find herself inside the story she is researching. The Host investigates the activities of British Petroleum (BP) in Iran; a tale of power, imperial hubris and catastrophe. While the tectonic plates of geopolitical conspiracy shift in the background, the film asks us to look, and look again, at images produced by the oil company and personal photos taken by its British staff in Iran– including the filmmaker’s parents– not for what they show, but for what they betray. The Host is about the stories we tell about ourselves and others, the facts and fictions we live by - and their consequences.

Miranda Pennell originally trained in contemporary dance and later studied visual anthropology.Her short film and video works that explore performance and choreographies of the everyday, have been screened internationally including for broadcast. Her most recent moving-image work reworks colonial archives as the starting point for investigations into the colonial imaginary. Her film Why Colonel Bunny Was Killed (2010) was awarded best international film at the Images Festival, Toronto, and Courtisane Festival of Media Art, Ghent and is published on DVD by Filmarmalade. The Host (2015) is Pennell’s first feature length film. Selected screenings and exhibition of Pennell’s work includes mixed programs and group shows at Tate Britain (2014), Whitechapel Gallery (2015), Museum of Modern Art Vienna (2012), Kunsthaus Zurich (2015).

Miranda pennell
Catalogue : 2006You Made Me Love You | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:0 | Royaume-Uni | 2005
Miranda pennell
You Made Me Love You
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:0 | Royaume-Uni | 2005

Dans les oeuvres de Miranda Pennell, les activités mineures de la vie quotidienne deviennent des chorégraphies fascinantes. En fait elle n?a pas de formation en tant que réalisatrice ou artiste audiovisuelle mais plutôt en tant que danseuse. Elle a pour habitude de diriger sa caméra vers des gens ?ordinaires? dans leur propre maison et analyse ainsi les différentes facettes et les différents sens du mouvement. Dans ?You Made Me Love You?, les règles du jeu sont simples : une caméra se déplace de manière inattendue, vite ou lentement, en avant et en arrière sur un rail. Une troupe de danseurs de ballet essaie d?établir ou de garder un contact visuel avec la caméra. Seuls quelques visages sont à l?écran tout au long du film. Parfois, d?autres danseurs parviennent à voler les feux de la rampe pendant un instant. Le travail rapide des pieds, avec lequel la caméra a du mal à rester en rythme, est le seul son que l?on entend. Une véritable bataille pour attirer l?attention a lieu sur la piste de danse. Car malheur à vous si vous vous retrouvez hors du champ de la caméra et sombrez dans l?oubli ! Avec ?You Made Me Love You?, cette artiste nous présente une allégorie de la fixation que font la plupart des gens sur les caméras et la célébrité.


Miranda pennell
Catalogue : 2006You made me love you | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:36 | Royaume-Uni | 2005
Miranda pennell
You made me love you
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:36 | Royaume-Uni | 2005

Dans les travaux de Miranda Pennell, les activités mineures de chaque jour sont transformées en chorégraphies fascinantes. De fait, elle n'a pas été formée comme une réalisatrice de films ou comme artiste de l'audiovisuel mais comme danseuse. Elle pointe sa caméra vers des gens ordinaires dans leur propre maison et de cette façon analyse les facettes variées et les significations du mouvement. Dans "You Made Me Love You", les règles du jeu sont simples, une caméra se déplace de façon inattendue, rapidement ou lentement, en arrière et en avant le long d'un rail. Une troupe de danseurs de ballet s'efforcent d'établir ou de garder un contact visuel avec la caméra. Seulement quelques visages sont continuellement sur l'écran. Parfois d'autres danseurs parviennent à voler l'attention du public pour un instant. Les pas de danse rapides qui parfois peuvent à peine suivre la caméra constituent le seul son audible. Un vrai combat pour l'attention a lieu sur la piste de danse. Parce que l'opprobre vous échoit si vous terminez en dehors de l'écran et sombrez dans l'oubli ! Avec "You Made Me Love You", l'artiste nous met en présence d'une allégorie sur la fixation que l'on fait sur les caméras et la célébrité de nos jours.


Edgar pera
Catalogue : 2005Guitar with people inside | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:0 | Portugal | 0
Edgar pera
Guitar with people inside
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:0 | Portugal | 0

GUITAR (With People Inside) is sudwestern fiction with biografic details of legendary guitar-player Carlos Paredes. This video won the National Best Video Award and it was shown during the Lisbon Video Festival in 2003 and the World Wide Video Festival Amsterdam 2004

In 1981 Pêra is expelled from the 4th Year of University of Psychology and is exiled to the Royal Cinema High-School (Bairro Alto). In 1984 he starts working as a screenwriter for radio, tv and cinema. 1985-86 he is involved in doing Neuropunk Katodyk-films. During 1987 Ego (or Pêra?) rediscovers Sonik Grammatiks? book under the lost bed of UlisseZ. In 1988, shortly after the The Great Fire of Chiado (in the heart of Lisbon) Pêra directs his first short film: Reproduta Interdita. Since then its work has been under the Spell of Kaos Koincidence & DyZaster.