Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
Franziska cordes, markus bertuch
Catalogue : 2009Advocat | Doc. expérimental | dv | couleur | 10:8 | Allemagne | 2009
Franziska cordes , markus bertuch
Advocat
Doc. expérimental | dv | couleur | 10:8 | Allemagne | 2009

Ein Reiterstandbild wird abgerissen, verladen und abtransportiert. Eine Gruppe aus 4 Männern verschiedener europäischer Herkunft nimmt Autoreifen, Hölzer und Zugseile als Werkzeug für den Sturz. Das Bild, das entsteht, ist archaisch und erinnert an die Antike. Das Gewicht und die Kraft der Bronzestatur geht über die Körperkraft der Gruppe hinaus. Potential auf Potential. ADVOCAT behandelt die politische Dimension des Umsturzes auf die Weise, dass unerwähnt und nebensächlich bleibt, warum und weshalb es zu diesem Sturz kommt. Das Reiterstandbild, das durch die Aktion orts- und namenlos gemacht wird, fungiert hier als Maschine, gleichsam als Interface für die Handschrift der hierzu formierten Gruppe. Es wird auf die Reise geschickt, zurück bleibt nur der Sockel, der samt Inschrift an einen Grabstein erinnert. Die Bronzestatur selbst ist samt Autoreifen (auf die das Standbild gestürzt wurde) zu einer neuen Skulptur umgebaut. Der Ritter ist von der Vertikalen in die Horizontale gebracht und auf ein an eine Laderampe / Floss erinnerndes Podest geschnürt.

Franziska Cordes (*1979) studierte Freie Kunst bei Bjørn Melhus und absolvierte 2009 das Postgraduate Programme Audio-Visual-Media an der Kunsthochschule für Medien in Köln. Mit dem Video ?Gretel? schlug sie bereits frühzeitig einen sehr eigenwilligen Weg ein, den sie mit den nachfolgenden Arbeiten zu einer einzigartigen künstlerischen Position ausbaute. Dabei fanden die entstandenen Werke bereits während des Studiums in zahlreichen Ausstellungen und internationalen Festivals Anerkennung. 2009 erhielt sie das 1 jährige Arbeitsstipendium der Stiftung Kunstfonds Bonn. Für 2010 das Arbeitsstipendium am Schloss Ringenberg. Franziska Cordes wird von der Galerie Sandra Bürgel Berlin vertreten. Ihre Videos und Videoskulpturen werden vom Arsenal-Institut für Film und Videokunst e.V. Berlin verliehen. Sie lebt und arbeitet in Berlin und Düsseldorf.

Franziska cordes, center of applied space technology and microgravity
Catalogue : 2007sans titre, O.T. | Installation vidéo | | | 1:35 | Allemagne | 2007
Franziska cordes , center of applied space technology and microgravity
sans titre, O.T.
Installation vidéo | | | 1:35 | Allemagne | 2007

Untitled (Against any uncertainty and discouragement of the ideal pioneers of reform and contrareform) Installation | Phosphorus Screen | 2 Spots | Audio | 2007 From the Mirage series (Concrete Garden) The screen, a wooden tablet covered with phosphorus, becomes near endlessly filled with light ? and reflects it again in the dark. The video projector projects no information, rather the screen itself saves the information of light. The image remains absent in a tragic comic way. The other side of the free hanging screen appears in the dark through backlight of the flood lamps. Two Sine waves careen, a seemingly continuous scale descends, the two tones cross over and into each other receding in opposite directions. The idea of a beginning and an end, extreme opposites and progression, becomes replaced through rotating illusion. Any sort of image remains, regardless of the deliberately constructed, continuously ascending expectation, absent. Whoever comes is the right people. Whatever happens is the only thing that could have. Whenever it starts is the right time. When it?s over it?s over. Just give me a call if you feel like it! The installation is inherently a socio-cultural psychogram and indicates a running stand still, which through its ironic breaking down of a medial illusion shows an unnerving state of condition and threshold of fear, thereby establishing the origin of the series Mirage (concrete garden).

Franziska Cordes was born in 1979 in Hannover, Germany. 2001-2006 she studied Virtual Realities and Fine Arts at Kunsthochschule Kassel with Bjørn Melhus. Currently Cordes graduates the Postgraduate Programme ?Audio Visual Media Arts? at the Academy for Media Arts in Cologne. Since 2004 she participated at numerous international Exhibitions and sceenings, as 2007 at Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland and 2006 at Kunstverein Hannover. Since February 2008 she is deputised by Arsenal Experimental Berlin and Gallery Sandra Bürgel Berlin. Cordes lives and works in Cologne. The videos from Franziska Cordes appear at first glance to destruct the senses, yet on closer inspection they establish a unique subtleness, in which the most personal issues of an individual become fragmented as if in a strudel or spectacular world: Cordes thereby stages her own person as protagonist of differing cultural codes, in order to approach a contemporary societal analysis. Her stories begin and end in the abstraction of a very personal experience. With her idiosyncratic, often contrapointal combination of picture and text, as in the larger meaning of cross-referencing, she succeeds the placing of a seemingly shattering discentrism, Like the dance of a dervish this rotation of the sence refers to a center, which promises to open the personal mystery. Within her work Franziska Cordes does not try to reproduce reality but to create pictures, which grasp the real of reality in an associative room of thinking. Thereby her stories are often interrupted, undercut or neutralized and become a status of the speeding stagnancy. This self-conscious destruction of linear conclusiveness and a climax-oriented, narrative motion in this case does not prove to be just the manifestation of the pretended collapse of the communication system in the age of communication. Rather they describe those processes of association and dissociation causing an eternal metamorphosis of sense. Franziska Cordes debates personality as a nomads provoking spirit, which tries to find the self concept by dissemination through and by the use of media. In her current project Franziska Cordes concentrates on the search for the significant source of pictures/images, for the production of her structures, her specific language, and their reduction to her pure materiality. Thereby she intends to convict her previous filmic work into an installation (sculpture) to analyse the concrete instances, in which identitiy is taking place. These installations are moving psychograms of a standstill showing the picture of an oppressive state of fear of embarking on something new in terms of deconstruction and recontextualisation. Thereby they form a starting point for Mirage (concrete garden), a series constructing essential scenarios of fear and harassment in different ways. Bjørn Melhus

Catalogue : 2007All is full of love | Film expérimental | dv | couleur | 10:0 | Allemagne | 2007
Franziska cordes , center of applied space technology and microgravity
All is full of love
Film expérimental | dv | couleur | 10:0 | Allemagne | 2007

?All is full of love? ist eine erzählerische Inszenierung des Äquivalenzprinzipes, das hier auf der Basis von round robin ? jeder gegen jeden ? als individuelles Glaubensbekenntnis artikuliert wird. Ausgangspunkt für das Projekt sind Videoaufnahmen, die zu Forschungszwecken bei Versuchen zur Erzeugung von Schwerelosigkeit gemacht wurden: In einem 100 Meter hohen Fallturm, der durch seine Form an ein Minarett erinnert, wird eine Kapsel abgeworfen und in einem mit Styroporkugeln gefüllten Behälter aufgefangen. `All is full of love` ist eine freie Übersetzung dieses Versuchs in eine fiktive Wettkampfsituation zwischen Turmspringern unterschiedlicher Mannschaften. Es gibt wenige Dinge, die sich so deutlich gegen die Virtuelle Welt stellen lassen wie die Schwerkraft. Das Projekt imaginiert unter diesem Aspekt einen Ort, an dem sich die Dinge in ihrer Gleichwertigkeit offenbaren ? an dem sich die Kontrahenten mit ihrer Gleich-gültigkeit konfrontiert sehen. Dieser Ort und dieser Moment artikulieren sich in einem beklemmenden Gefühl der Schwerelosigkeit, dem Muskelkraft entgegensteht. Das Motive des Wettbewerbs, die Diktatur von Gruppenidentitäten, ihrer Konstitution und potenzielle Dekonstruktion bilden die Ausgangssitu-ation. `All is full of love` stellt sich als Bricolage von Feldern dar: Politik, Sport, Liebe, Wissenschaft, Kunst. Fragmente werden zu einem dezentralen Netzwerk reorganisiert, Bild- und Tonspur semplen ein exorbitales Gewebe, durch das sich der Zuschauer satelitenartig bewegen kann.

Franziska Cordes studierte Freie Kunst und Visuelle Kommunikation mit Bjørn Melhus an der kunsthochschule Kassel. Seitdem nahm Franziska Cordes an zahlreichen internationalen Ausstellungen und Festivals teil. Seit 2006 ist sie im postgraduate programme "Audio-Visual Media" an der academy of Media Arts Cologne. Die Videos von Franziska Cordes eröffnen eine eizigartige Hintergründigkeit, in der die persönlichsten Belange des Individuums in den Strudel einer fragmentierten, spektakulären Welt geraten. Dabei inszeniert Cordes ihre eigene Person als Protagonistin unterschiedlichster kultureller Codes, um sich einer Analyse aktueller gesellschaftlicher Prozesse anzunähern. Ihre Geschichten beginnen und enden in der Abstraktion eines sehr persönlichen Erlebens. Mit ihrer eigenwilligen, oft kontrapunktischen Kombination von Bild und Text, sowie der großen Bedeutung von Querverweisen, gelingt ihr die Setzung einer scheinbar alles zerschmetternden Zentrumslosigkeit: Wie bei dem Tanz eines Derwisches verweist auch diese Sinnrotation auf ein Zentrum, welches verspricht, das persönliche Mysterium zu öffnen. Mit ihrer Arbeit versucht Franziska Cordes nicht Realität abzubilden, sondern Bilder zu schaffen, die in einem assoziativen Denkraum das Reale der Realität erfassen. Ihre Erzählungen werden dabei häufig unterbrochen, unterwandert oder neutralisiert und somit selbst zu einem Zustand des rasenden Stillstands. Diese bewusste Zerstörung linearer Schlüssigkeiten und klimaxorientierter, narrativer Bewegung erweist sich hier nicht nur als die Manifestation des scheinbaren Kollabierens der Kommunikationssysteme im Zeitalter der Kommunikation. Vielmehr umschreiben sie jene Assoziations- und Dissoziationsprozesse, die eine ewige Metamorphose des Sinnes bewirken. Franziska Cordes verhandelt Persönlichkeit als nomadisierenden Geist, der mit den Medien und durch die Medien hindurch den Selbstausdruck in der Dissemination zu finden versucht. In ihrem aktuellen Arbeitsvorhaben konzentriert sich Franziska Cordes auf die Suche nach den Signifikanten der Herkunft von Bildern, auf die Inszenierung ihrer Strukturen, ihrer spezifischen Sprache, und deren Reduktion auf ihre pure Materialität. Dabei beabsichtigt sie ihre bisherige filmische Arbeit in eine Installation (Skulptur) zu überführen, die die konkreten Umstände untersucht, in denen sich Identität vollzieht. Eine überraschende, und dennoch folgerichtige Entscheidung, die zeigt, dass sie spielend in der Lage ist, ihr Spielfeld zu erweitern. Franziska Cordes wurde 1979 in Hannover geboren und lebt und arbeitet in Köln.

Franziska cordes
Catalogue : 2007sans titre, O.T. | Installation vidéo | | | 1:35 | Allemagne | 2007
Franziska cordes
sans titre, O.T.
Installation vidéo | | | 1:35 | Allemagne | 2007

Untitled (Against any uncertainty and discouragement of the ideal pioneers of reform and contrareform) Installation | Phosphorus Screen | 2 Spots | Audio | 2007 From the Mirage series (Concrete Garden) The screen, a wooden tablet covered with phosphorus, becomes near endlessly filled with light ? and reflects it again in the dark. The video projector projects no information, rather the screen itself saves the information of light. The image remains absent in a tragic comic way. The other side of the free hanging screen appears in the dark through backlight of the flood lamps. Two Sine waves careen, a seemingly continuous scale descends, the two tones cross over and into each other receding in opposite directions. The idea of a beginning and an end, extreme opposites and progression, becomes replaced through rotating illusion. Any sort of image remains, regardless of the deliberately constructed, continuously ascending expectation, absent. Whoever comes is the right people. Whatever happens is the only thing that could have. Whenever it starts is the right time. When it?s over it?s over. Just give me a call if you feel like it! The installation is inherently a socio-cultural psychogram and indicates a running stand still, which through its ironic breaking down of a medial illusion shows an unnerving state of condition and threshold of fear, thereby establishing the origin of the series Mirage (concrete garden).

Franziska Cordes was born in 1979 in Hannover, Germany. 2001-2006 she studied Virtual Realities and Fine Arts at Kunsthochschule Kassel with Bjørn Melhus. Currently Cordes graduates the Postgraduate Programme ?Audio Visual Media Arts? at the Academy for Media Arts in Cologne. Since 2004 she participated at numerous international Exhibitions and sceenings, as 2007 at Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland and 2006 at Kunstverein Hannover. Since February 2008 she is deputised by Arsenal Experimental Berlin and Gallery Sandra Bürgel Berlin. Cordes lives and works in Cologne. The videos from Franziska Cordes appear at first glance to destruct the senses, yet on closer inspection they establish a unique subtleness, in which the most personal issues of an individual become fragmented as if in a strudel or spectacular world: Cordes thereby stages her own person as protagonist of differing cultural codes, in order to approach a contemporary societal analysis. Her stories begin and end in the abstraction of a very personal experience. With her idiosyncratic, often contrapointal combination of picture and text, as in the larger meaning of cross-referencing, she succeeds the placing of a seemingly shattering discentrism, Like the dance of a dervish this rotation of the sence refers to a center, which promises to open the personal mystery. Within her work Franziska Cordes does not try to reproduce reality but to create pictures, which grasp the real of reality in an associative room of thinking. Thereby her stories are often interrupted, undercut or neutralized and become a status of the speeding stagnancy. This self-conscious destruction of linear conclusiveness and a climax-oriented, narrative motion in this case does not prove to be just the manifestation of the pretended collapse of the communication system in the age of communication. Rather they describe those processes of association and dissociation causing an eternal metamorphosis of sense. Franziska Cordes debates personality as a nomads provoking spirit, which tries to find the self concept by dissemination through and by the use of media. In her current project Franziska Cordes concentrates on the search for the significant source of pictures/images, for the production of her structures, her specific language, and their reduction to her pure materiality. Thereby she intends to convict her previous filmic work into an installation (sculpture) to analyse the concrete instances, in which identitiy is taking place. These installations are moving psychograms of a standstill showing the picture of an oppressive state of fear of embarking on something new in terms of deconstruction and recontextualisation. Thereby they form a starting point for Mirage (concrete garden), a series constructing essential scenarios of fear and harassment in different ways. Bjørn Melhus

Catalogue : 2007All is full of love | Film expérimental | dv | couleur | 10:0 | Allemagne | 2007
Franziska cordes
All is full of love
Film expérimental | dv | couleur | 10:0 | Allemagne | 2007

?All is full of love? ist eine erzählerische Inszenierung des Äquivalenzprinzipes, das hier auf der Basis von round robin ? jeder gegen jeden ? als individuelles Glaubensbekenntnis artikuliert wird. Ausgangspunkt für das Projekt sind Videoaufnahmen, die zu Forschungszwecken bei Versuchen zur Erzeugung von Schwerelosigkeit gemacht wurden: In einem 100 Meter hohen Fallturm, der durch seine Form an ein Minarett erinnert, wird eine Kapsel abgeworfen und in einem mit Styroporkugeln gefüllten Behälter aufgefangen. `All is full of love` ist eine freie Übersetzung dieses Versuchs in eine fiktive Wettkampfsituation zwischen Turmspringern unterschiedlicher Mannschaften. Es gibt wenige Dinge, die sich so deutlich gegen die Virtuelle Welt stellen lassen wie die Schwerkraft. Das Projekt imaginiert unter diesem Aspekt einen Ort, an dem sich die Dinge in ihrer Gleichwertigkeit offenbaren ? an dem sich die Kontrahenten mit ihrer Gleich-gültigkeit konfrontiert sehen. Dieser Ort und dieser Moment artikulieren sich in einem beklemmenden Gefühl der Schwerelosigkeit, dem Muskelkraft entgegensteht. Das Motive des Wettbewerbs, die Diktatur von Gruppenidentitäten, ihrer Konstitution und potenzielle Dekonstruktion bilden die Ausgangssitu-ation. `All is full of love` stellt sich als Bricolage von Feldern dar: Politik, Sport, Liebe, Wissenschaft, Kunst. Fragmente werden zu einem dezentralen Netzwerk reorganisiert, Bild- und Tonspur semplen ein exorbitales Gewebe, durch das sich der Zuschauer satelitenartig bewegen kann.

Franziska Cordes studierte Freie Kunst und Visuelle Kommunikation mit Bjørn Melhus an der kunsthochschule Kassel. Seitdem nahm Franziska Cordes an zahlreichen internationalen Ausstellungen und Festivals teil. Seit 2006 ist sie im postgraduate programme "Audio-Visual Media" an der academy of Media Arts Cologne. Die Videos von Franziska Cordes eröffnen eine eizigartige Hintergründigkeit, in der die persönlichsten Belange des Individuums in den Strudel einer fragmentierten, spektakulären Welt geraten. Dabei inszeniert Cordes ihre eigene Person als Protagonistin unterschiedlichster kultureller Codes, um sich einer Analyse aktueller gesellschaftlicher Prozesse anzunähern. Ihre Geschichten beginnen und enden in der Abstraktion eines sehr persönlichen Erlebens. Mit ihrer eigenwilligen, oft kontrapunktischen Kombination von Bild und Text, sowie der großen Bedeutung von Querverweisen, gelingt ihr die Setzung einer scheinbar alles zerschmetternden Zentrumslosigkeit: Wie bei dem Tanz eines Derwisches verweist auch diese Sinnrotation auf ein Zentrum, welches verspricht, das persönliche Mysterium zu öffnen. Mit ihrer Arbeit versucht Franziska Cordes nicht Realität abzubilden, sondern Bilder zu schaffen, die in einem assoziativen Denkraum das Reale der Realität erfassen. Ihre Erzählungen werden dabei häufig unterbrochen, unterwandert oder neutralisiert und somit selbst zu einem Zustand des rasenden Stillstands. Diese bewusste Zerstörung linearer Schlüssigkeiten und klimaxorientierter, narrativer Bewegung erweist sich hier nicht nur als die Manifestation des scheinbaren Kollabierens der Kommunikationssysteme im Zeitalter der Kommunikation. Vielmehr umschreiben sie jene Assoziations- und Dissoziationsprozesse, die eine ewige Metamorphose des Sinnes bewirken. Franziska Cordes verhandelt Persönlichkeit als nomadisierenden Geist, der mit den Medien und durch die Medien hindurch den Selbstausdruck in der Dissemination zu finden versucht. In ihrem aktuellen Arbeitsvorhaben konzentriert sich Franziska Cordes auf die Suche nach den Signifikanten der Herkunft von Bildern, auf die Inszenierung ihrer Strukturen, ihrer spezifischen Sprache, und deren Reduktion auf ihre pure Materialität. Dabei beabsichtigt sie ihre bisherige filmische Arbeit in eine Installation (Skulptur) zu überführen, die die konkreten Umstände untersucht, in denen sich Identität vollzieht. Eine überraschende, und dennoch folgerichtige Entscheidung, die zeigt, dass sie spielend in der Lage ist, ihr Spielfeld zu erweitern. Franziska Cordes wurde 1979 in Hannover geboren und lebt und arbeitet in Köln.

François cormier
Catalogue : 2005Débat | 0 | 0 | | 0:0 | Canada | 2005
François cormier
Débat
0 | 0 | | 0:0 | Canada | 2005

L?organisme Champ Libre (fondé en 1992) qui ?uvre maintenant dans les domaines de l?image en mouvement, des arts électroniques, de l?architecture et de l?urbanisme a emprunté son nom à l?histoire récente du Québec. En effet au moment de la fondation de l?organisme en 1992, François Cormier l?un des co-fondateurs, cherchait un nom à donner à ce nouvel espace de réflexion et de diffusion artistique qui émergeait à partir de l?effervescence de rencontres avec d?autres co-fondateurs issus du milieu de l?architecture, des arts visuels, de la philosophie, de la littérature et de l?urbanisme. À cette époque ce collectif définissait son action entre autres par le besoin de regrouper les forces de ses co-fondateurs et proposer de nouvelles façons de voir, d?entendre et de comprendre. C?est au hasard d?une visite dans une librairie de livres usagés du plateau Mont-Royal à Montréal en 1991 que fut découverte une édition ancienne et originale de la revue de cinéma québécoise CHAMP LIBRE ayant existé dans les années soixante-dix le temps de quelques numéros. L?édition no 1 de cette revue clamait en 1971 que : ?il consiste à donner aux colonisés que sont les Québécois les images d?eux-mêmes qui leur manquent, à reconquérir un reflet volé et à proposer des schémas d?analyse et de lutte. Inutile de dire que CHAMP LIBRE participe à ce combat. C?est la force éditoriale de ces propos et le désir, la volonté de faire revivre le nom inspirant de cette revue de cinéma d?auteur qui a fait naître dans sa continuité le nom de l?organisme CHAMP LIBRE que l?on connaît aujourd?hui.


CHAMP LIBRE * (fondé en 1992) est un diffuseur et un laboratoire artistique nomade qui présente des événements in situ, s`insérant dans la communauté et mettant en relation les pratiques contemporaines de l`art, de l?architecture, de l?urbanisme et des nouvelles technologies.

Giorgiomaria cornelio, lucamatteo rossi
Catalogue : 2018Nell'insonnia di avere in sorte la luce | Doc. expérimental | mp4 | couleur et n&b | 27:0 | Italie | Irlande | 2017
Giorgiomaria cornelio , lucamatteo rossi
Nell'insonnia di avere in sorte la luce
Doc. expérimental | mp4 | couleur et n&b | 27:0 | Italie | Irlande | 2017

"Nell`insonnia di avere in sorte la luce" is a journey between Italy and Ireland, an atlas of different languages and places that display the possibilities of contemporary cinema as a place of endless exploration. This movie (filmed mostly in Ireland, in archaeological sites of interest as Hill of Tara or Glendalough) is an attempt to present an idea of cinema before the invention of cinema itself, connecting the mythical Ogham alphabet (engraved on the surface of the stones) with the practice of experimental cinema (cameraless movies) and also with Italian avant-garde artists like Antonio Burri, Paolo Gioli, Corrado Costa, Emilio Villa, Stefano Scodanibbio, Osvaldo Licini. By doing that, Giorgiomaria Cornelio and Lucamatteo Rossi tried to create a map of meanings, inspired by Aby Warburg`s "Mnemosyne Atlas".

Giorgiomaria Cornelio (14th January 1997) and Lucamatteo Rossi (3rd December 1996) founded the atlas Navegasión in 2016. The same year they presented the film “Every bush a god that burns” on the 52nd edition of the International Film Festival of Pesaro and won the ISPEC CINEMA Special Award Locarno 2016 (the film has been also included in the selection of Rencontres Internationales Paris/Berlin 2018). In parallel with their second film (Nell-insonnia di avere in sorte la luce”), they curated the exhibition “Like the grave of a stone, like the cradle of a star” which was hosted in the Italian gallery Philosofarte, in the Marienbad Film Festival and in Trinity College Dublin, where they both study. They also collaborated with Franko B in the performance “Playtime” and the collective exhibition “Young at heart, old on the skin”. Giorgiomaria is also a writer. His articles have been published in blogs and magazines such as ArtNoise, Nazione Indiana, Le Parole e le Cose, Anterem, Il Manifesto, Il Tascabile, Doppiozero. He is the curator of the online film catalogue “La Camera Ardente” (The burning Camera).

Giorgiomaria cornelio, lucamatteo rossi
Catalogue : 2017Ogni roveto un dio che arde (Every Bush a God That Burns) | Film expérimental | hdv | couleur et n&b | 21:0 | Italie | 2016
Giorgiomaria cornelio , lucamatteo rossi
Ogni roveto un dio che arde (Every Bush a God That Burns)
Film expérimental | hdv | couleur et n&b | 21:0 | Italie | 2016

A pilgrim awakes during the adolescence of the world and starts walking, proposing, like in the story by Jorge Luis Borges, to design the universe. Thus begins a film conceived as an invented hagiography, the discovery of a new memory, as well as a testimony of what one can experience making films today: a place of endless encounters, a promise of fidelity to the imaginal topography of the world. *** Source: Giorgiomaria Cornelio and Lucamatteo Rossi (authors and directors of the film)

Giorgiomaria Cornelio (14th January 1997) and Lucamatteo Rossi (3rd December 1996) founded the impressum Navegasión in 2016. The same year they presented the film "Every bush a god that burns "on the 52nd edition of the International Film Festival of Pesaro and won the ISPEC CINEMA Special Award Locarno 2016. Together they curated the exhibition “ Like the Grave of a Stone, Like the Cradle of a Star ”, which was hosted in Trinity College Dublin and inspired by their second film "Nell`insonnia di avere in sorte la luce." They also collaborated with Franko B in the performance "Playtime" and the collective exhibition "Vibrators". Giorgiomaria is also a writer. His articles have been published in blogs and magazines such as ArtNoise, Nazione Indiana, Le Parole e le Cose, Anterem.

Robbie cornelissen
Catalogue : 2017The Number 9 Sessions | Animation | hdv | noir et blanc | 8:36 | Pays-Bas | 2017
Robbie cornelissen
The Number 9 Sessions
Animation | hdv | noir et blanc | 8:36 | Pays-Bas | 2017

.

Les dessins et vidéos de Robbie Cornelissen illustrent un univers parallèle au parfum de mondialisation où se mêle le familier et l’étrange. Il dépeint des structures architecturales extrèmement détaillées qui tant impressionnent de par leur immensité, présentent des perspectives vertigineuses ou étourdissent de par leur complexité. De ces espaces se dégage un vide angoissant que l’occasionnel ajout d’un personnage sans visage ne rend guère plus chaleureux, mais d’autant plus fascinant. Née Utrecht, au Pays-Bas, en 1954, Robbie Cornelissen est reconnu comme l’un des dessinateurs néerlandais les plus importants de sa génération. Son oeuvre a récemment fait l’objet d’un catalogue (The Capacious Memory, 2011) ainsi que de deux expositions majeures, soit au Gemeentemuseum Den Haag (La Haye) et au Centraal Museum (Utrecht)

Aladin corovic
Catalogue : 2006Drakstor | Doc. expérimental | dv | couleur | 24:6 | Allemagne | 2006
Aladin corovic
Drakstor
Doc. expérimental | dv | couleur | 24:6 | Allemagne | 2006

Drakstor (=drugstore) est une adaptation visuelle de la situation socio-politique dans un petit village de Serbie, lors de la période de transition des années 90 qui associe l?existence d?un petit commerçant et fondateur du parti communiste Josip Broz Tito (KPJBT), à la figure de TITO lui-même. Le scénario de cette vidéo transpose ce microcosme dans un autre lieu, un autre système et une autre période. La 1ère partie de ce projet, « The Ballads of Echec » est basée sur des séquences vidéos tournées en 1999 et sur des interviews réalisées peu après les bombardements de l?OTAN en Serbie et la fin de la guerre au Kosovo.


Né le 04.05.1977. Novi Pazar, Serbie Depuis 2000. Etudes au Kunsthochschule Kassel, Allemagne Depuis 2003. Etudes par Prof. Bjorn Melhus, Réalités Virtuelles Expositions: 2001 ?Echolalia? (avec Penny (sélection) Yassour) Kulturbahnhof Kassel/ Kunstverein (sélection) 2002 ?Real Presence? Musée des 25. Mai (ex- Musée Tito) Belgrade,Serbie/ par Biljana Tomic et Harald Zeeman. 2003 ?Mega America? Galerie Loyal, Kassel. 2004 ?Cetinje Biennale? Cetinje, Monénégro/ par Rene Block et Natasa Ilic ?Soylent Green? Museumsnacht, Kassel 2005 ?Kunstmesse Karlsruhe? (Galerie Anita Beckers), Karlsruhe ?EMAF-European Media Art Festival?, Osnabrück ?Visual Games? Contemporary Art Festival, Varna, Bulgarie ?Privacy 101? Grand Hotel Londres , Istanbul, Turquie 2006 ?Collaboration on Site? Kiasma, Contemporary Art Museum, Helsinki, Finlande / par Mika Hannula et Mary Jane Jacob ?Art, Life & Confusion? October Salon, Belgrade, Serbie/par Rene Block.

Eli cortiÑas
Catalogue : 2008Dial M for Mother | Installation vidéo | 0 | couleur | 11:30 | Espagne | Allemagne | 2008
Eli cortiÑas
Dial M for Mother
Installation vidéo | 0 | couleur | 11:30 | Espagne | Allemagne | 2008

Une sonnerie de téléphone persistante résonne tout le long de « Dial M for Mother » et domine le son et la scène visuelle, de même que la figure de Gena Rowlands, qui se bat tout en étant poursuivie la sonnerie percutante. On entend une voix espagnole lui parler comme à quelqu'un qui semble être une mère. Eli Cortinas Hidalgo réalise une prouesse fascinante par sa profondeur psychologique et humaine dans ce travail final pour l'Académie des Arts Médiatiques de Cologne (Allemagne).


Eli Cortinas Hidalgo est née en 1976 à Las Palmas de Gran Canaria (Espagne). De 2003 à 2008, elle a étudié à l'Académie des Arts de Cologne et, de 2001 à 2002, à l'European Film College. Elle a reçu la médaille d?or du film expérimental au Prix du Court-Métrage Allemand de Berlin en 2008, et le Prix de la Grande Exposition d'Art de Nord-Rhénanie-Westphalie de Düsseldorf (Allemagne) en 2006.

Catalogue : 2010Vogel, Kirsche, Geliebte | 0 | betaSP | couleur | 8:0 | Espagne | Allemagne | 2010
Eli cortiÑas
Vogel, Kirsche, Geliebte
0 | betaSP | couleur | 8:0 | Espagne | Allemagne | 2010

A woman trapped in a vicious circle between redemption and ruin.

Eli Cortinas est né en 1976 à Las Palmas de Gran Canaria en Espagne. Il vit et travaille à Cologne en Allemagne. De 2001 à 2002 il a étudié à l?European Film College au Danemark, puis de 2003 à 2008, à l?Academy of Media Arts Cologne. Il a été lauréat du Prize for Media Art NRW 2009, Düsseldorf, Allemagne. Il a réalisé plusieurs films, dont les vidéos double canal "Bird, Cherry, Lover" (2010) et "No Place Like Home" (2006), le film experimental "2 or 3 Things I knew About Her" (2006), la vidéo simple canal "Lovers ? all the same in front of G.O.D." (2007), la vidéo double canal "Dial M for Mother? (2008) et la vidéo simple canal ?FIN? (2009).

Catalogue : 2011Confessions with an open curtain | Vidéo | hdv | | 5:25 | Espagne | Allemagne | 2011
Eli cortiÑas
Confessions with an open curtain
Vidéo | hdv | | 5:25 | Espagne | Allemagne | 2011

As in previous works, the video which is based on found-footage, deals with the construction of female identity, as well as with the portrayal of pictorial details, the interpretation of the specifics of a dramaturgic scene and the relevant film scenography. Things which within the context of film history are already ?embedded? in the film material and could thus be overlooked, are brought to the forefront. Paradoxically the supposed confessional referred to by the artist is described as having an open curtain, in contrast to the usual situation in the Catholic Church where its confessional booths consist of a dividing wall and a curtain. The curtain has long been regarded as being at the beginning, an item which veils and conceals. In the baroque and bourgeois theatre of the 18th century it is accorded a particular power, which gives it an active role. Not only does it announce the play, it becomes a figure itself, with its folds, movements and shades of colour, ranging from opaque to transparent. In Cortiňas? work the curtain turns into the central figure with its individual sounds, sweeping size and physical characteristics. In front of it and behind it are blonde women, allowing the viewer only to look over their shoulders. Cortiňas utilizes this motif from Romanticism which permits the female figures to be made anonymous as well as be typified, seeming to merge into one. Alongside the women we gaze out of the window into the distance, into the past, into the future, celebrate the nostalgic image of the romantic idea of inner freedom and are halted by the rasping voice of a mature woman: Every woman has a career ? the career of being a woman. Cortiňas approach to the re-enactment of the longings of her mostly female heroines, who reveal their supposed confessions in a collage of sounds, and in excerpts, is accompanied by an aesthetic reflection, in the sense of an ?atmospheric? perception. The pictorial-compositional and narrative excerpts which occur simultaneously provoke us into completing the ellipses in the visual and the content. Through the distance to the usual cinema experience ? the linear dramaturgy is constantly interrupted both on the levels of image and sound ? Cortiňas confronts the viewer with completely different versions of the individual motifs. She creates a layer of desires, most of which turn out to be unrealistic. The goal as an endless pipe-dream.

ELI CORTIÑAS Born 1976 in Las Palmas de Gran Canaria/Spain. Lives and works in Berlin and Cologne/ Germany. 2003-2008 Academy of Media Arts Cologne, Prof. Matthias Müller, Prof. Marcel Odenbach 2001-2002 European Film College, DK AWARDS / GRANTS 2011 Shortlist Award for young Film Art, Freunde der Neuen National Galerie und Deutsche Filmakademie 2009 Promotion Prize NRW 2009 for Media Art, Düsseldorf/ Germany Winner of the 19th Art Students Competition by the States Department for Education and Research, Kunst- u. Ausstellungshalle der Bundesrepublik, Bonn/ Germany Short List Nomination for the Columbus Art Foundation Project, Leipzig/ Germany 2nd Price NRW Competition at the International Filmfestival Oberhausen/ Germany 2008 Nominated for the German Short film Award in Gold for experimental film, Berlin/ Germany 2005 Promotion Price of the Big Art Exhibition North Rhine-Westphalia, Düsseldorf/ Germany 2001 Grant from the Film foundation MSH, Lübeck/ Germany EXHIBITIONS 2011 Street Girls Bringing Sailors In Must Pay In Advance I + II, Michael Wiesehöfer Gallery/ Haus Im Süden, Cologne/ Germany Dorothea, Ancient & Modern Gallery, London Based Around Babusch, Babusch Art Project, Berlin What a pity, it was indeed a great city, Van Bau Gallery, Vestfossen, Norway The New Rhineland. The Post-ironic Generation, Museum Morsbroich, Leverkusen/ Germany (C) BIWAK III, Eli Cortiñas, Jürgen von Dückerhoff, Diango Hernández, Alexander Lieck, Anthony McCall, Thom Merrick, Richard Allen Morris, Trevor Paglen, Peter Piller, Thomas Zander Gallery, Schmidt Maczollek Gallery, Michael Wiesehöfer Gallery, Cologne/ Germany 2010 Hypercinema!, Les Rencontres Internationales, Centre Pompidou, Paris/ France (C) The New Rhineland. The Post-ironic Generation, Museum Morsbroich, Leverkusen/ Germany (C) Saw it & Loved it # 4: Saw it, Loved it # 4: 
Better living with...
From young collections, Museum Ludwig, Cologne/ Germany New Positions, Art Cologne, solo booth, Michael Wiesehöfer Gallery, Cologne/ Germany (C) (Solo) The excitement of ownership, Waldburger Gallery, Brussels/ Belgium (Solo) The sky is burning, 6 positions towards collage, Rupert Pfab Gallery, Düsseldorf/ Germany 2009 Liste Basel, Basel/ Switzerland (C) (Solo) Dial M for Mother, Michael Wiesehöfer Gallery, Cologne/Germany (Solo) Footloose, Waldburger Gallery, Brussels/ Belgium Moon Star Love, Marcelle Alix Gallery, Paris/ France +10/ Shortlist Columbus Art Foundation Project, Halle 14, Spinnerei Leipzig/ Germany (C) Regarding Düsseldorf 4, Düsseldorf/ Germany (C) Art Students Competition Exhibition, Kunst- u. Ausstellungshalle der Bundesrepublik, Bonn/ Germany (C) 2008 Cinéma Revisité, Centre Pompidou, Paris/ France (C) Documental: Contemporary Video Art from Europe, Guggenheim Gallery, L.A./ U.S.A. 13. Marler Video Art Price, Glaskasten Marl, Marl/ Germany (C) Lies. Nowhere. Between fiction and reality, exhibition screening, Museum for Contemporary Art Münster, Münster/ Germany (C) Recently seen and admired, Kunstagenten Gallery, Berlin/ Germany Minus Eins, Minus Eins experimental Lab, curated by Mischa Kuball, Cologne/ Germany Family Matters, Gallery NB8, Oslo/ Norway Zur Zeit, Künstlerhaus Bregenz, Palais Thurn & Taxis, Bregenz/ Austria There will be no funeral, e*raum, Cologne/ Germany (Solo) 2007 Rettung ohne Untergang, Deutzer Brücke, Cologne/ Germany CROPPED, Figge von Rosen Gallery, Cologne/ Germany 2006 Exhibition due to Promotion Price of the Big Art Exhibition North Rhine-Westphalia, Düsseldorf/ Germany (C) 2005 Köln Kunst 7, Cologne/ Germany (C) 5. Augsburger Art Lab (LAB 30), Augsburg/ Germany Guten Tag: Auf Wiedersehen, Rutgers Arts Center, New Jersey/ U.S.A. SCREENINGS 2011 Xperimenta, Xcèntric, CCCB, Barcelona (November 2011) IFFF Dortmund, Espressofilm, Viena, Austria 2008 ? 2011 Les Rencontres Internationales, Paris, Madrid, Berlin 2009 Norwegian Short Film Festival Grimstad/ Norway Reel to Real, Künstlerhaus Mousonturm, Frankfurt am Main/ Germany ZKMax showroom: Passage Maximilianstrasse, Landeshauptstadt München Kulturreferat in cooperation with ZKM Center for Art and Media Karlsruhe, München/ Germany 2008 CINÉMA REVISITÉ Centre Pompidou Paris/ France Int. Women Film Festival Dortmund, Panorama section, Dortmund, Cologne/ Germany "LUX" Max Ophüls Price, Experimental Film / Video, Saarbrücken/ Germany Short Cuts Cologne, Cologne/ Germany 2007 LOOP, video art fair, Barcelona/ Spain European Media Art Festival, Osnabrück/ Germany Int. Short Film Festival, Oberhausen/ Germany L´Alternativa, Barcelona/ Spain 2006 XXX Forum ? Video Art, Museum Ludwig, Cologne/ Germany Geladen: Videokunst", Junge Kunstfreunde, Museum Ludwig, Cologne/ Germany "Traveller auf Reise wohnen", Galerie Sammler, Leipzig/Germany 2003 Oldenburg Film Week, Oldenburg/ Germany Filmfest Augenweide, Kiel/G Germany Int. Leipzig Festival for Documentary & Animated Film, (Competition), Leipzig/ Germany Film Tournee Unterwegs, Germany 2002 Feminale, Cologne/ Germany Nordic Film Week, Lübeck/ Germany Mediawave, Ungarn Int. Women?s Film Festival, Seoul/ Korea CURRENT PUBLICATIONS/ PRESS ?TWIN ? Cinematic New Talents: Eli Cortiñas, Conrad Ventur, Angelika Markul and Ruth Hinkel-Pevzner ? by Freire Barnes, TWIN-Factory ,London, UK. ?Despite moments of clarity there is no ism in this book: 100 New Artists?, by Francesca Gavin, Laurence King Publishing, London, UK., coming out: September 2011 ?RISING: Young Emerging Artists?, by Julia Ritterskamp u.a., Herausgeber: Daab Verlag, Erscheinungstermin: Mai/ Juni 2011 GQ MAGAZINE, British Edition, ?Up and Coming Artists? by George Daniell, May 2011 MONOPOL, 1/2011 January, ?Komisch: Leverkusen predigt Postironie und die Generationsschublade klemmt?, Alexandra Wach, S.95 (http://www.monopol-magazin.de/drucken/artikel/2337/) Welt am Sonntag, 28. November 2010, ?Die neue rheinische Ehrlichkeit?, Christiane Hoffmans, S.48 MOFF ? Artists Magazine, 2/2010, ?Eli Cortiñas?, S.30-34 (C= Catalogue)

Catalogue : 2014Quella che cammina | Vidéo | hdv | couleur et n&b | 9:30 | Espagne | 2014
Eli cortiÑas
Quella che cammina
Vidéo | hdv | couleur et n&b | 9:30 | Espagne | 2014

"The One Who Walks" ("Quella Che Cammina") is a central female character in Carlo Lizzanis contribution to the neorealist anthology film "L'amore in città" of 1953. Eli Cortiñas' unconventional filmic composition used this figure of an aging, impoverished prostitute as a nucleus an associative montage of self-filmed material, found footage and fragile sculptural constructions circle around to question her own role as a self-responsible individual, as a working class child, as a woman, as a daughter, as an artist.

Eli Cortiñas was born in Las Palmas de Gran Canaria, Spain, 1976. She studied at the Academy of Media Arts Cologne and has been awarded the Villa Massimo and the Karl Schmidt-Rottluft grant among others. Her work has been presented in solo and group shows at museums such as Museum Ludwig, Cologne, Kunsthalle Budapest, Museum Marta Herford, Kunstraum Innsbruck, Museum La Regenta and MUSAC, Spain, as well as in international festivals such as the 3rd Moscow International Biennale for Young Art, the 2nd Mardin Biennale, the 58th International Short Film Festival Oberhausen, the 20th International Curtas Vila Do Conde and the Nashville Film Festival. She lives and works in Berlin.

Pedro costa
Catalogue : 2012Casa de lava | Fiction | 35mm | couleur | 110:0 | Portugal | 1994
Pedro costa
Casa de lava
Fiction | 35mm | couleur | 110:0 | Portugal | 1994

For his second feature film, from 1994, the Portuguese director Pedro Costa constructs a politically savvy homage to Jacques Tourneur?s 1943 horror film, I Walked with a Zombie, in which postcolonial decay is invested with both metaphysical and erotic allure. Leão (Isaach De Bankolé), an immigrant laborer in Lisbon, is knocked unconscious in an industrial accident; Mariana (Inês de Medeiros), a nurse, volunteers for the medical transport that repatriates the comatose man to one of the Cape Verde islands. She busies herself at the rustic hospital that has taken him in, but she quickly comes under the spell of the volcanic island?s loamy mysteries?many of which seem to revolve around the still inanimate man. Psychology takes a back seat to the overtones of history as Mariana finds herself growing increasingly involved with the family that lays claim to Leão as well as with a Portuguese émigrée, Edite (the French cult actress Edith Scob, from Eyes Without a Face), whose madness derives from social traumas of the local past. With a strikingly modern yet humanistic style, Costa elicits quietly declamatory performances from his remarkable cast (which joins nonactors and seasoned professionals) and creates moody, luminous tableaux to conjure an incantatory, Faulknerian earthiness.

Pedro Costa (born 1959) is a Portuguese film director. He is acclaimed for using his ascetic style to depict the marginalised people in desperate living situations. Many of his films are set in a district of Lisbon inhabited by the socially disadvantaged and shot in a natural and low-key way that makes them resemble documentaries. While studying history at University of Lisbon, Costa switched to film courses at School of Theatre and Cinema (Escola Superior de Teatro e Cinema). After working as an assistant director to several directors such as Jorge Silva Melo and João Botelho, he made a first feature film O Sangue (The Blood) in 1989. He collected the France Culture Award (Foreign Cineaste of the Year) at 2002 Cannes International Film Festival for directing the film No Quarto da Vanda (In Vanda?s Room). Juventude em Marcha (Youth on the March, known as ?Colossal Youth? in Anglophone countries, and ?En avant, jeunesse? ? ?Onward, Youth? ? in Francophone countries) was selected for the Cannes Film Festival in 2006 and earned the Independent/Experimental prize (Los Angeles Film Critics Assossiation) in 2008.

Pedro costa, harun farocki, eugène green
Catalogue : 2005Minimo macho, minimo Fêméa | Fiction | dv | couleur | 37:0 | Portugal | 2005
Pedro costa , harun farocki, eugène green
Minimo macho, minimo Fêméa
Fiction | dv | couleur | 37:0 | Portugal | 2005

l´installation "Minimo macho, minimo fêméa", consiste en une double projection de bandes du film "No quarto da Vanda", et nous montre une vue alternant scènes d´extérieur et les intérieurs respectifs de maisons dans les environs de Fontainhais, Lisbonne. De ce fait, elle documente et intensifie l´existence d´immigrants des anciennes colonie par l´illustration, de manière claire et calme.


Catalogue : 2006Où gît votre sourire enfoui | Documentaire | 35mm | couleur | 104:0 | Portugal | France | 2001
Pedro costa , harun farocki, eugène green
Où gît votre sourire enfoui
Documentaire | 35mm | couleur | 104:0 | Portugal | France | 2001

Pedro Costa filme Jean-Marie Straub et Danièle Huillet au cours des différentes étapes du travail de montage du film "Sicilia !". Jean-Marie Straub définit le montage comme un "combat avec la matière". Il s`avère en effet ici une épuisante épreuve de patience. Car ce n`est pas dans la composition générale du film, dans les choix fondamentaux, que nous plonge ce document, mais simplement dans un fastidieux travail sur les raccords. Chacun impliquant de minuscules choix, chaque fois lourds de sens pour l`esprit général du film à venir. Pedro Costa s`attarde sur ces images sans cesse fouillées, ralenties, repassées en arrière, immobilisées, jusqu`à leur donner un effet hypnotique. De même, il explore l`atmosphère d`un laboratoire obscur, puis inclut, sans les expliquer, deux étonnantes séquences où les Straub présentent leurs films à une poignée de spectateurs.


Diplômé de l`Escola Superior de Cinema (l`Ecole de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa suit les cours de l`acteur portugais Antonio Reis. Il réalise en 1987 son premier court métrage,"Cartas a Julia", suivi bientôt d`une série pour enfants pour la télévision portugaise. Très influencé par Friedrich-Wilhelm Murnau, il signe en 1989 "Le Sang", un drame encensé par la critique qui ne le satisfait pourtant pas tout à fait. "La Maison de lave" en 1994 confirme le talent de ce réalisateur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, qui dévoile dès lors les caractéristiques de son travail : un esthétisme qui frôle le maniérisme, des noirs et blancs variés et très travaillés, des thèmes récurrents tels que le sordide et le crasseux, mais une certaine tendance à les sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide se retrouve dans "Ossos" (1997). Les critiques voient en son style un retour au cinéma des origines, héritage du cinéma muet. Le film sera primé notamment à Venise et à Belfort. En 2000, il signe "Dans la chambre de Vanda" narrant la déchéance d`une toxicomane. L`esthétisme de Costa transforme cette histoire sombre en poème filmique. "Où gît votre sourire enfoui ?"(2001) est un hommage au couple de cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Il faut se risquer dans chaque plan, c?est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d?un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu?un film soit utile." Pedro Costa

Catalogue : 2006Six bagatelles | Doc. expérimental | dv | couleur | 20:0 | Portugal | 2004
Pedro costa , harun farocki, eugène green
Six bagatelles
Doc. expérimental | dv | couleur | 20:0 | Portugal | 2004

Pedro Costa a pris six scènes de "Où gît votre sourire enfoui?" et les a placées dans un contexte différent. Ces fragments ne sont pas seulement des "bagatelles", mais avant tout un regard personnel sur Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.


Diplômé de l`Escola Superior de Cinema (l`Ecole de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa suit les cours de l`acteur portugais Antonio Reis. Il réalise en 1987 son premier court métrage,"Cartas a Julia", suivi bientôt d`une série pour enfants pour la télévision portugaise. Très influencé par Friedrich-Wilhelm Murnau, il signe en 1989 "Le Sang", un drame encensé par la critique qui ne le satisfait pourtant pas tout à fait. "La Maison de lave" en 1994 confirme le talent de ce réalisateur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, qui dévoile dès lors les caractéristiques de son travail : un esthétisme qui frôle le maniérisme, des noirs et blancs variés et très travaillés, des thèmes récurrents tels que le sordide et le crasseux, mais une certaine tendance à les sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide se retrouve dans "Ossos" (1997). Les critiques voient en son style un retour au cinéma des origines, héritage du cinéma muet. Le film sera primé notamment à Venise et à Belfort. En 2000, il signe "Dans la chambre de Vanda" narrant la déchéance d`une toxicomane. L`esthétisme de Costa transforme cette histoire sombre en poème filmique. "Où gît votre sourire enfoui ?"(2001) est un hommage au couple de cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Il faut se risquer dans chaque plan, c?est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d?un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu?un film soit utile." Pedro Costa

Catalogue : 2007MEMORIES | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 102:0 | Portugal | Coree du Sud | 2007
Pedro costa , harun farocki, eugène green
MEMORIES
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 102:0 | Portugal | Coree du Sud | 2007

Diplômé de l`Escola Superior de Cinema (l`Ecole de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa suit les cours de l`acteur portugais Antonio Reis. Il réalise en 1987 son premier court métrage,"Cartas a Julia", suivi bientôt d`une série pour enfants pour la télévision portugaise. Très influencé par Friedrich-Wilhelm Murnau, il signe en 1989 "Le Sang", un drame encensé par la critique qui ne le satisfait pourtant pas tout à fait. "La Maison de lave" en 1994 confirme le talent de ce réalisateur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, qui dévoile dès lors les caractéristiques de son travail : un esthétisme qui frôle le maniérisme, des noirs et blancs variés et très travaillés, des thèmes récurrents tels que le sordide et le crasseux, mais une certaine tendance à les sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide se retrouve dans "Ossos" (1997). Les critiques voient en son style un retour au cinéma des origines, héritage du cinéma muet. Le film sera primé notamment à Venise et à Belfort. En 2000, il signe "Dans la chambre de Vanda" narrant la déchéance d`une toxicomane. L`esthétisme de Costa transforme cette histoire sombre en poème filmique. "Où gît votre sourire enfoui ?"(2001) est un hommage au couple de cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Il faut se risquer dans chaque plan, c?est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d?un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu?un film soit utile." Pedro Costa

Catalogue : 2006Minimo macho, minimo Fêméa | Installation vidéo | dv | couleur | 37:0 | Portugal | 2005
Pedro costa , harun farocki, eugène green
Minimo macho, minimo Fêméa
Installation vidéo | dv | couleur | 37:0 | Portugal | 2005

L´installation "Minimo macho, minimo fêméa", consiste en une double projection de bandes du film "No quarto da Vanda", et nous montre une vue alternant scènes d´extérieur et les intérieurs respectifs de maisons dans les environs de Fontainhais, Lisbonne. De ce fait, elle documente et intensifie l´existence d´immigrants des anciennes colonie par l´illustration, de manière claire et calme.


Diplômé de l'École Supérieure de Cinéma (École de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa y fut l'élève de l'acteur portugais Antonio Reis. En 1987 il réalise son premier court métrage, "Lettres à Julia", et continue avec une série pour enfants pour la télévision portugaise. Inspiré en Friedrich-Wilhelm Murnau, il réalise en 1989 "Ou Sangue", un drame encensé par la critique mais qui ne le satisfait pas entièrement. "À Casa de Lava" (1994) confirme le talent de ce producteur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, révélant les caractéristiques de son travail : une esthétique qui s'apparente au maniérisme, des blancs et noirs variés et élaborés, des sujets récurrents dont le sordide et la crasse, qu'il tend à sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide sont explicites dans "Ossos" (1997). Les critiques voient dans son style un retour aux origines du cinéma, un héritage du muet. Ce film fut récompensé, en particulier, à Venise et à Belfort. En 2000, il réalise "Non Quarto de Vanda", qui narre la décadence d'un toxicomane. L'esthétique de Costa fait de cette histoire obscure un poème cinématographique. "Onde jaz ou teu sorriso escondido?" (2001) est un hommage aux cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Comme le disait Antonio Reis, il est nécessaire de prendre des risques sur chaque plan. Risquer sa vie sur chaque plan, à chaque moment, à chaque intonation d'un acteur. Sinon, le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est capital qu'un film soit utile." Pedro Costa

Pedro costa
Catalogue : 2015O Nosso Homem | Doc. expérimental | hdv | couleur | 23:0 | Portugal | 2015
Pedro costa
O Nosso Homem
Doc. expérimental | hdv | couleur | 23:0 | Portugal | 2015

Nouveau montage, inédit de «O Nosso Homen». Un matin de l’été 2007. L’intérieur d’une baraque en bois et plaques d’étain dans la périphérie de Lisbonne. José Alberto, vingt-sept ans, et sa mère, cinquante-cinq ans, tous les deux Cap-Verdiens. Ils sont assis à une table. José Alberto se coupe les ongles avec un petit couteau de poche. Ils parlent en créole.


Pedro Costa est réalisateur, scénariste et directeur de la photographie portugais. En 1994, «Casa de Lava» est sélectionné au Festival de Cannes. «Ossos» remporte en 1997 le prix de la photographie de la Mostra de Venise. «La chambre de Vanda» est primé au Festival de Cannes en 2002. «En avant jeunesse !», qui revient sur la vie d’immigrés cap-verdiens déplacés dans un quartier HLM neuf de Lisbonne, est sélectionné en compétition internationales au Festival de Cannes en 2006, et est primé par le Los Angeles Film Critics Association en 2008. «Ne Change rien» est présenté à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes en 2009. Son dernier film «Cavalo Dinheiro» a reçu le Léopard du meilleur film au Festival international du film de Locarno en 2014. «Il faut se risquer dans chaque plan, c’est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d’un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu’un film soit utile.» Pedro Costa

Orwa costa
Catalogue : 2013syrrialism | Fiction expérimentale | hdcam | | 2:41 | Syrie | Liban | 2013
Orwa costa
syrrialism
Fiction expérimentale | hdcam | | 2:41 | Syrie | Liban | 2013

My short film ?syrrialism? is about a Syrian activist who took part of the protest and then arrested, to begin his trip with hallucinations and dreams caused by the subconscious mind of a man saw a large amount of crimes in a short time, but he did not give up hope and still sticking to his dream of free future. In this film I mixed some consequences of our revolution like pain, creating, starving, traveling, and souls meeting..

I own a furniture store in Damascus, began photography in 2003, mostly black & white, all developed and printed in my dark room. in 2011 I participated in the peaceful protests against the Syrian regime , then i utilized my art for the sake of Syrian revolution, via photography page on Facebook called Syrrialism (Syria+ Surrealism) always anonymous for my safety. In the end of 2012, I?ve been kidnapped and tortured by the FSA (free Syrian army) accused of being a leader of a pro Assad militia ! After being released and healed, I got other threat so i traveled with my family to Lebanon, and start making short films. My films are produced by small NGO with tiny budget, but it helps me expressing my vision as an artist and an activist, in order to continue my non-violent contribution and not living the destiny of Syria in the hands of the warlords

Pedro costa
Catalogue : 2007The Rabbit Hunters | Fiction expérimentale | betaSP | couleur | 23:0 | Portugal | 2007
Pedro costa
The Rabbit Hunters
Fiction expérimentale | betaSP | couleur | 23:0 | Portugal | 2007

Pedro Costa filme la vie quotidienne des habitants de Fontainhas, une communauté perdue, un bidonville en périphérie de Lisbonne. Tous aspirent à une vie meilleure faite de confort et de croissance économique. Virgilio se demande s?il a vraiment besoin d?un nouveau réfrigérateur, Benvindo et Maria se séparent, Isabelle n?en peut plus.


Diplômé de l`Escola Superior de Cinema (l`Ecole de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa suit les cours de l`acteur portugais Antonio Reis. Il réalise en 1987 son premier court métrage,"Cartas a Julia", suivi bientôt d`une série pour enfants pour la télévision portugaise. Très influencé par Friedrich-Wilhelm Murnau, il signe en 1989 "Le Sang", un drame encensé par la critique qui ne le satisfait pourtant pas tout à fait. "La Maison de lave" en 1994 confirme le talent de ce réalisateur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, qui dévoile dès lors les caractéristiques de son travail : un esthétisme qui frôle le maniérisme, des noirs et blancs variés et très travaillés, des thèmes récurrents tels que le sordide et le crasseux, mais une certaine tendance à les sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide se retrouve dans "Ossos" (1997). Les critiques voient en son style un retour au cinéma des origines, héritage du cinéma muet. Le film sera primé notamment à Venise et à Belfort. En 2000, il signe "Dans la chambre de Vanda" narrant la déchéance d`une toxicomane. L`esthétisme de Costa transforme cette histoire sombre en poème filmique. "Où gît votre sourire enfoui ?"(2001) est un hommage au couple de cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Il faut se risquer dans chaque plan, c?est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d?un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu?un film soit utile." Pedro Costa

Catalogue : 2010O nosso homem / Notre homme | Fiction | | couleur | 23:0 | Portugal | 2010
Pedro costa
O nosso homem / Notre homme
Fiction | | couleur | 23:0 | Portugal | 2010

« J?étais un bon maçon. J?ai jamais fais un mur de travers. Mon patron s?est jamais plaint de moi. Un jour le travail s?est arrêté, j?ai perdu mon chômage. Pas de pension de retraite, pas d?allocations familiales. J?ai cherché du travail partout, mais rien. Je ramenais pas d?argent à la maison, Suzete m?a foutu à la porte »


Catalogue : 2011Ossos | Fiction | 35mm | couleur | 94:0 | Portugal | 1997
Pedro costa
Ossos
Fiction | 35mm | couleur | 94:0 | Portugal | 1997

Estrela d?Africa, un quartier créole aux frontières de Lisbonne. Un petit enfant, vieux de quelques jours, va survivre à plusieurs morts. Tina, sa jeune mère, le prend dans ses bras et ouvre le gaz. Sauvé par son père, il dort dans la rue et boit le lait de la charité. Deux fois, il sera presque vendu, par trop de désespoir, trop d?amour, pour rien. Mais Tina n?oublie pas et ses soeurs du quartier voudront la venger.


Diplômé de l`Escola Superior de Cinema (l`Ecole de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa suit les cours de l`acteur portugais Antonio Reis. Il réalise en 1987 son premier court métrage,"Cartas a Julia", suivi bientôt d`une série pour enfants pour la télévision portugaise. Très influencé par Friedrich-Wilhelm Murnau, il signe en 1989 "Le Sang", un drame encensé par la critique qui ne le satisfait pourtant pas tout à fait. "La Maison de lave" en 1994 confirme le talent de ce réalisateur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, qui dévoile dès lors les caractéristiques de son travail : un esthétisme qui frôle le maniérisme, des noirs et blancs variés et très travaillés, des thèmes récurrents tels que le sordide et le crasseux, mais une certaine tendance à les sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide se retrouve dans "Ossos" (1997). Les critiques voient en son style un retour au cinéma des origines, héritage du cinéma muet. Le film sera primé notamment à Venise et à Belfort. En 2000, il signe "Dans la chambre de Vanda" narrant la déchéance d`une toxicomane. L`esthétisme de Costa transforme cette histoire sombre en poème filmique. "Où gît votre sourire enfoui ?"(2001) est un hommage au couple de cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Il faut se risquer dans chaque plan, c?est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d?un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu?un film soit utile." Pedro Costa

Catalogue : 2012Ne change rien | Documentaire | 35mm | noir et blanc | 90:0 | Portugal | 2009
Pedro costa
Ne change rien
Documentaire | 35mm | noir et blanc | 90:0 | Portugal | 2009

'Ne change rien' est né d'une amitié entre l'actrice Jeanne Balibar, l'ingénieur du son Philippe Morel et Pedro Costa. Jeanne Balibar, chanteuse, des répétitions aux enregistrements, des concerts rock aux cours de chant lyrique, d'un grenier à Sainte-Marie-aux-Mines à la scène d'un café de Tokyo, de Johnny Guitar à 'La Périchole' d'Offenbach. Pedro Costa filme dans un noir et blanc très contrasté la comédienne Jeanne Balibar, interprétant son album 'Slalom Dame' auprès du musicien Rodolphe Burger. Il nous invite à entendre sa voix qui résonne dans une scénographie s'apparentant à une grotte, comme dans un théâtre où l'obscurité instaure une certaine abstraction. La voix et le visage ombré sont sortis de leur contexte et se détachent de l'obscurité dominante. Cette forme austère, la durée des plans fixes, la place accordée aux silences, sont des éléments d'une forme habituelle chez le réalisateur portugais de ?En avant jeunesse?, avec ici le supplément poétique de la musique. Véritable ovni, cet objet expérimental, diamant noir à la fois beau et inquiétant, propose un étonnant travail sonore suscitant notre méditation. La caméra paraît parfois oublier qu'elle tourne et capte les hésitations de Jeanne Balibar. Avec les "off" du travail de la chanteuse, Costa invite ainsi le trivial qui dynamite un instant le mystère vocal. Ce film peut s?apparenter à un magnifique hommage à la création qui révèle sous ses aspects les plus lugubres son potentiel de séduction.


Pedro Costa (born 1959) is a Portuguese film director. He is acclaimed for using his ascetic style to depict the marginalised people in desperate living situations. Many of his films are set in a district of Lisbon inhabited by the socially disadvantaged and shot in a natural and low-key way that makes them resemble documentaries. While studying history at University of Lisbon, Costa switched to film courses at School of Theatre and Cinema (Escola Superior de Teatro e Cinema). After working as an assistant director to several directors such as Jorge Silva Melo and João Botelho, he made a first feature film O Sangue (The Blood) in 1989. He collected the France Culture Award (Foreign Cineaste of the Year) at 2002 Cannes International Film Festival for directing the film No Quarto da Vanda (In Vanda?s Room). Juventude em Marcha (Youth on the March, known as ?Colossal Youth? in Anglophone countries, and ?En avant, jeunesse? ? ?Onward, Youth? ? in Francophone countries) was selected for the Cannes Film Festival in 2006 and earned the Independent/Experimental prize (Los Angeles Film Critics Assossiation) in 2008.

Pedro costa
Catalogue : 2005Minimo macho, minimo Fêméa | Fiction | dv | couleur | 37:0 | Portugal | 2005
Pedro costa
Minimo macho, minimo Fêméa
Fiction | dv | couleur | 37:0 | Portugal | 2005

l´installation "Minimo macho, minimo fêméa", consiste en une double projection de bandes du film "No quarto da Vanda", et nous montre une vue alternant scènes d´extérieur et les intérieurs respectifs de maisons dans les environs de Fontainhais, Lisbonne. De ce fait, elle documente et intensifie l´existence d´immigrants des anciennes colonie par l´illustration, de manière claire et calme.


Catalogue : 2006Où gît votre sourire enfoui | Documentaire | 35mm | couleur | 104:0 | Portugal | France | 2001
Pedro costa
Où gît votre sourire enfoui
Documentaire | 35mm | couleur | 104:0 | Portugal | France | 2001

Pedro Costa filme Jean-Marie Straub et Danièle Huillet au cours des différentes étapes du travail de montage du film "Sicilia !". Jean-Marie Straub définit le montage comme un "combat avec la matière". Il s`avère en effet ici une épuisante épreuve de patience. Car ce n`est pas dans la composition générale du film, dans les choix fondamentaux, que nous plonge ce document, mais simplement dans un fastidieux travail sur les raccords. Chacun impliquant de minuscules choix, chaque fois lourds de sens pour l`esprit général du film à venir. Pedro Costa s`attarde sur ces images sans cesse fouillées, ralenties, repassées en arrière, immobilisées, jusqu`à leur donner un effet hypnotique. De même, il explore l`atmosphère d`un laboratoire obscur, puis inclut, sans les expliquer, deux étonnantes séquences où les Straub présentent leurs films à une poignée de spectateurs.


Diplômé de l`Escola Superior de Cinema (l`Ecole de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa suit les cours de l`acteur portugais Antonio Reis. Il réalise en 1987 son premier court métrage,"Cartas a Julia", suivi bientôt d`une série pour enfants pour la télévision portugaise. Très influencé par Friedrich-Wilhelm Murnau, il signe en 1989 "Le Sang", un drame encensé par la critique qui ne le satisfait pourtant pas tout à fait. "La Maison de lave" en 1994 confirme le talent de ce réalisateur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, qui dévoile dès lors les caractéristiques de son travail : un esthétisme qui frôle le maniérisme, des noirs et blancs variés et très travaillés, des thèmes récurrents tels que le sordide et le crasseux, mais une certaine tendance à les sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide se retrouve dans "Ossos" (1997). Les critiques voient en son style un retour au cinéma des origines, héritage du cinéma muet. Le film sera primé notamment à Venise et à Belfort. En 2000, il signe "Dans la chambre de Vanda" narrant la déchéance d`une toxicomane. L`esthétisme de Costa transforme cette histoire sombre en poème filmique. "Où gît votre sourire enfoui ?"(2001) est un hommage au couple de cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Il faut se risquer dans chaque plan, c?est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d?un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu?un film soit utile." Pedro Costa

Catalogue : 2006Six bagatelles | Doc. expérimental | dv | couleur | 20:0 | Portugal | 2004
Pedro costa
Six bagatelles
Doc. expérimental | dv | couleur | 20:0 | Portugal | 2004

Pedro Costa a pris six scènes de "Où gît votre sourire enfoui?" et les a placées dans un contexte différent. Ces fragments ne sont pas seulement des "bagatelles", mais avant tout un regard personnel sur Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.


Diplômé de l`Escola Superior de Cinema (l`Ecole de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa suit les cours de l`acteur portugais Antonio Reis. Il réalise en 1987 son premier court métrage,"Cartas a Julia", suivi bientôt d`une série pour enfants pour la télévision portugaise. Très influencé par Friedrich-Wilhelm Murnau, il signe en 1989 "Le Sang", un drame encensé par la critique qui ne le satisfait pourtant pas tout à fait. "La Maison de lave" en 1994 confirme le talent de ce réalisateur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, qui dévoile dès lors les caractéristiques de son travail : un esthétisme qui frôle le maniérisme, des noirs et blancs variés et très travaillés, des thèmes récurrents tels que le sordide et le crasseux, mais une certaine tendance à les sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide se retrouve dans "Ossos" (1997). Les critiques voient en son style un retour au cinéma des origines, héritage du cinéma muet. Le film sera primé notamment à Venise et à Belfort. En 2000, il signe "Dans la chambre de Vanda" narrant la déchéance d`une toxicomane. L`esthétisme de Costa transforme cette histoire sombre en poème filmique. "Où gît votre sourire enfoui ?"(2001) est un hommage au couple de cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Il faut se risquer dans chaque plan, c?est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d?un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu?un film soit utile." Pedro Costa

Catalogue : 2007MEMORIES | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 102:0 | Portugal | Coree du Sud | 2007
Pedro costa
MEMORIES
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 102:0 | Portugal | Coree du Sud | 2007

Diplômé de l`Escola Superior de Cinema (l`Ecole de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa suit les cours de l`acteur portugais Antonio Reis. Il réalise en 1987 son premier court métrage,"Cartas a Julia", suivi bientôt d`une série pour enfants pour la télévision portugaise. Très influencé par Friedrich-Wilhelm Murnau, il signe en 1989 "Le Sang", un drame encensé par la critique qui ne le satisfait pourtant pas tout à fait. "La Maison de lave" en 1994 confirme le talent de ce réalisateur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, qui dévoile dès lors les caractéristiques de son travail : un esthétisme qui frôle le maniérisme, des noirs et blancs variés et très travaillés, des thèmes récurrents tels que le sordide et le crasseux, mais une certaine tendance à les sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide se retrouve dans "Ossos" (1997). Les critiques voient en son style un retour au cinéma des origines, héritage du cinéma muet. Le film sera primé notamment à Venise et à Belfort. En 2000, il signe "Dans la chambre de Vanda" narrant la déchéance d`une toxicomane. L`esthétisme de Costa transforme cette histoire sombre en poème filmique. "Où gît votre sourire enfoui ?"(2001) est un hommage au couple de cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Il faut se risquer dans chaque plan, c?est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d?un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu?un film soit utile." Pedro Costa

Catalogue : 2006Minimo macho, minimo Fêméa | Installation vidéo | dv | couleur | 37:0 | Portugal | 2005
Pedro costa
Minimo macho, minimo Fêméa
Installation vidéo | dv | couleur | 37:0 | Portugal | 2005

L´installation "Minimo macho, minimo fêméa", consiste en une double projection de bandes du film "No quarto da Vanda", et nous montre une vue alternant scènes d´extérieur et les intérieurs respectifs de maisons dans les environs de Fontainhais, Lisbonne. De ce fait, elle documente et intensifie l´existence d´immigrants des anciennes colonie par l´illustration, de manière claire et calme.


Diplômé de l'École Supérieure de Cinéma (École de Cinéma du Conservatoire National de Lisbonne), Pedro Costa y fut l'élève de l'acteur portugais Antonio Reis. En 1987 il réalise son premier court métrage, "Lettres à Julia", et continue avec une série pour enfants pour la télévision portugaise. Inspiré en Friedrich-Wilhelm Murnau, il réalise en 1989 "Ou Sangue", un drame encensé par la critique mais qui ne le satisfait pas entièrement. "À Casa de Lava" (1994) confirme le talent de ce producteur portugais aux yeux des professionnels du cinéma, révélant les caractéristiques de son travail : une esthétique qui s'apparente au maniérisme, des blancs et noirs variés et élaborés, des sujets récurrents dont le sordide et la crasse, qu'il tend à sublimer. Son goût pour le sang et la violence froide sont explicites dans "Ossos" (1997). Les critiques voient dans son style un retour aux origines du cinéma, un héritage du muet. Ce film fut récompensé, en particulier, à Venise et à Belfort. En 2000, il réalise "Non Quarto de Vanda", qui narre la décadence d'un toxicomane. L'esthétique de Costa fait de cette histoire obscure un poème cinématographique. "Onde jaz ou teu sorriso escondido?" (2001) est un hommage aux cinéastes Danièle Huillet/Jean-Marie Straub. "Comme le disait Antonio Reis, il est nécessaire de prendre des risques sur chaque plan. Risquer sa vie sur chaque plan, à chaque moment, à chaque intonation d'un acteur. Sinon, le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est capital qu'un film soit utile." Pedro Costa

Pedro costa
Pedro costa
Catalogue : 2009Ne change rien | Documentaire | 35mm | noir et blanc | 98:0 | Portugal | France | 2009
Pedro costa
Ne change rien
Documentaire | 35mm | noir et blanc | 98:0 | Portugal | France | 2009

Ico costa
Catalogue : 2017Nyo Vweta Nafta | Fiction | 16mm | couleur | 22:0 | Portugal | 2017
Ico costa
Nyo Vweta Nafta
Fiction | 16mm | couleur | 22:0 | Portugal | 2017

Inhambane. Mozambique. King-Best. Samsung Galaxy. Versace. Babes. White rooster. There are no toothpicks in Norway. Coconut trees. Baobab fruits. Superfruits. Vitamine C. Passiflorine. Alpha-linolenic acid. SMS in Chinese. Megabytes. Hotel Cardoso. Coffee is a white man’s addiction. Ngadzango. My woman. Nafta.

Ico Costa was born in Lisbon in 1983. He studies at the Portuguese National Film School (ESTC), in Lisbon, and at the Universidad del Cine (FUC), in Buenos Aires. In 2011 he was admitted at Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, in France, which he finished with Distinction. He directed the short films "Libhaketi" (2012), "Quatro Horas Descalço" (2012), "Corrente" (2013), "Antero" (2014) and "Nyo Vweta Nafta" (2017). His work was shown at several film festivals, such as the Critics` Week of Cannes IFF, Locarno IFF, Rome IFF, Indie Lisboa IFF, Bradford IFF, Durban IFF, Curtas de Vila do Conde ISFF, Jihlava IDFF, among others.

Diogo costa amarante
Catalogue : 2016Cidade pequena | Fiction | hdv | couleur | 19:0 | Portugal | 2016
Diogo costa amarante
Cidade pequena
Fiction | hdv | couleur | 19:0 | Portugal | 2016

In September the child Frederico learns from his teacher that if the heart stops, people die. In October his mother notices a panorama of changing seasons and horizons. Still lives in motion in a small town.

Diogo Costa Amarante was born in Portugal where he graduated in Law. His first film “Jumate/Jumate” was selected in several international film festivals and was awarded best film in the Documentamadrid08 / Spain, Golden boll film festival / Turkey, and Reykjavik IFF. In 2009, Diogo participated in the Berlinale Talent Campus and directed his second documentary film “In January, perhaps” which was also selected in many festivals and won Jury Prize at the Documentamadrid09 and a special mention of the Jury in the SalinaDocFest 09 / Italy. “The White Roses”, Diogo’s Pre-thesis film, had its world premiere at the 64th Berlin International Film Festival in the Official Shorts Competition and was awarded in the Festival Européen du Film Court de Brest . Currently Diogo finished as a Fulbright Scholar his Master of Fine Arts at the New York University / Tisch School of the Arts and was funded to develop his first feature script, « Migrar pelas Sombras ».

Laure cottin stefanelli
Catalogue : 2019Double You Double You | Film expérimental | hdv | couleur | 17:53 | France | Belgique | 2019
Laure cottin stefanelli
Double You Double You
Film expérimental | hdv | couleur | 17:53 | France | Belgique | 2019

En quelques années, par la pratique du culturisme, Yukio Mishima, écrivain japonais, s’est métamorphosé, d’un créateur de mots, il devient « une créature des mots ». Charles Gaines, écrivain et journaliste américain compare le bodybuilder à un sculpteur de sa propre chair. Comment le travail, le sport, les normes culturelles et sexuelles définissent le corps et l’identité de chacun ? Par quels moyens définissons-nous notre propre image et par quels dilemmes passons-nous pour y parvenir ? « Double You Double You » reconstitue les étapes d’une compétition de bodybuilding. Jennifer Teuwen* est la seule athlète à concourir, et la caméra, son unique public. Le film met en scène la pulsion scopique – regarder-être regardé à l’infini – et propose une exploration visuelle et auditive, sensuelle et sensorielle du corps de Jennifer. * Jennifer est une bodybuildeuse professionnelle Belge, championne de sa catégorie « Women’s Physique », la plus musculeuse pour les femmes selon la IFBB (International Federation of Bodybuilding).


Laure Cottin Stefanelli est une artiste visuelle et une cinéaste qui vit et travaille entre Paris et Bruxelles. À travers ses films, ses photographies et ses installations, elle poursuit une recherche autour de récits centrés sur des personnages habités de tensions paradoxales – pulsions de vie, de mort, érotiques – celles qui résultent de la séparation entre l’esprit et le corps. Elle a exposé et participé à des festivals à travers la France et à l’étranger, dont États Généraux du Film Documentaire (Lussas, FR) ; KANAL – Centre Pompidou (Bruxelles, BE) ; Belo Horizonte International Short Film Festival (BR) ; Kasseler Dok Festival ( Kassel, DE) ; Moscow Biennale (RU), Art Brussels (BE) ; FIDMarseille (FR) entre autres. Son premier moyen-métrage, No blood in my body a reçu le prix du film court aux Écrans Documentaires d’Arceuil (FR). Elle a effectué plusieurs résidences à l’étranger dont le Hoger Instituut Voor Schone Kunsten, HISK (BE). Laure Cottin Stefanelli a étudié la littérature et le cinéma à l’Université Paris III et a été diplômée en Photo-Vidéo de l’École des Arts Décoratifs de Paris. Depuis 2018, elle enseigne à l’École d’Art de La Cambre à Bruxelles.

Pierre coulibeuf
Catalogue : 2007Who's Meg Stuart (in Who's who? Series) | Art vidéo | 35mm | couleur | 7:46 | France | 2006
Pierre coulibeuf
Who's Meg Stuart (in Who's who? Series)
Art vidéo | 35mm | couleur | 7:46 | France | 2006

La fiction du sujet / le sujet de la fiction. Autour de l`idée de "portrait" : le sujet en devenir, les fluctuations d`identité, la métamorphose, la dissolution du moi personnel ; l`entre-deux des images : glissement de l`image sociale, de l?identité d`artiste, aux images fictionnelles. « Nous sommes une pluralité qui s?est imaginée une unité » (Nietzsche). La question de la représentation : les images en tant que simulacres : interprétations : pures inventions. La transversalité : l`ambiguité ou l`indétermination des identités, mais aussi des codes artistiques. L?invention d?un lieu ?à la frontière? : entre le langage du cinéma et le langage de la vidéo.


Pierre Coulibeuf. Né à Elbeuf (France). Cinéaste et plasticien. Vit à Paris. La création contemporaine est le matériau du travail cinématographique et plastique de Pierre Coulibeuf. Dans un rapport transversal avec les genres du cinéma (fiction, expérimental...), ainsi qu?avec les modes de présentation de l?image en mouvement (projection 35mm, installation, vidéo, photographie), ses oeuvres inventent un lieu et un langage à la frontière des disciplines, critiquent les formes établies, questionnent les modes de représentation de la réalité. Une oeuvre hors normes, hors genres, hors limites. En 2006, plusieurs expositions personnelles en Allemagne, notamment aux Deichtorhallen-Haus der Photographie, à Hambourg. Pavillon international de la 5ème Biennale internationale d?art contemporain du Mercosul, Porto Alegre, Brésil, en 2005. Exposition d?ouverture du musée Berardo à Lisbonne, au Portugal en 2007.

Catalogue : 2013Doctor Fabre Will Cure You | Fiction expérimentale | 35mm | couleur | 60:10 | France | Belgique | 2013
Pierre coulibeuf
Doctor Fabre Will Cure You
Fiction expérimentale | 35mm | couleur | 60:10 | France | Belgique | 2013

Portrait fictif de l?artiste flamand Jan Fabre, basé sur son journal intime et ses performances. Le film, conte de fées moderne, projette Jan Fabre dans son propre imaginaire et compose un personnage qui change sans cesse d?identité. Jan Fabre joue de multiples rôles sous les déguisements les plus variés ; derrière un masque, toujours un autre masque? Le personnage féminin, tel un ?démon du passage? empruntant différents visages, hante le personnage masculin et inspire ses métamorphoses, ad infinitum. Les concepts de l??uvre sont la répétition, le simulacre et la métamorphose, dans un rapport essentiel aussi bien avec l??uvre de Jan Fabre qu?avec mon ?uvre propre. La métamophose, c?est ici le passage d?une forme à une autre, d?un état intensif à un autre, d?une identité à une autre, d?un univers à un autre. Le film comme ?transposition? ? la forme ?performance? se change en forme cinématographique ? création nouvelle. ?L?existence simule, elle dissimule, et elle dissimule que, même dissimulant et jouant un rôle, elle continue d?être l?existence authentique, liant ainsi, par une malice presque indémêlable, le simulacre à la véritable authenticité.? Maurice Blanchot.


Cinéaste et plasticien. Vit à Paris. Pierre Coulibeuf développe un projet interdisciplinaire : il réalise des fictions expérimentales qui investissent savamment le champ de l?art, et où les changements d?identité affectent les univers et les artistes qui inspirent ses oeuvres. Ses films sont présentés aussi bien au cinéma que, recomposés, sous forme d?installations (vidéo-photo) dans les musées. Ses oeuvres font partie d?importantes collections. Les principaux concepts de ses ?uvres sont le dédoublement, le simulacre, la métamorphose, le labyrinthe, la réalité comme fiction ou projection mentale. Coulibeuf a eu des expositions personnelles dans le monde entier : en Allemagne, Deichtorhallen, Hambourg (2006) ; au Portugal, Museu Colecçào Berardo, Lisbonne (2010) ; en France, Musée d?Art Moderne de Saint-Etienne (2009) ; Musée d?Art Roger-Quilliot, Clermont-Ferrand (2013) ; au Brésil : Fondation Iberê Camargo (2009) ; en Russie, Musée d?Art Contemporain de Perm (2011) ; en Chine : MOCA, Musée d?Art contemporain de Chengdu (2012) ; Yuan Space, Pékin (2013), et des expositions collectives au Brésil, 5ème Biennale d?art du Mercosul (2005) ; en Russie : 1ère Biennale d?art contemporain de l?Oural (2010) ; en Allemagne, Haus der Kunst (2012)? En 2013, Coulibeuf est nominé au Prix Art China, dans la catégorie des artistes étrangers les plus influents en Chine (avec Warhol, Marcel Duchamp, Araki, Shirin Neshat).