Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Lasse raa
Catalogue : 2005Recode | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:50 | Norvège | 2004
Lasse raa
Recode
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:50 | Norvège | 2004

RECODE est une vidéo réalisée à partir d?une ligne d?un code ADN. Le séquençage de l?ADN a été réalisé par Tom Kritensen, professeur de biochimie. Ce projet a reçu le soutien du Norwegian Art Council (Art and New technology) Cette vidéo a été montrée dans les principaux festivals d?arts numériques et de nouveaux médias, à Séoul lors de ExiS 2005 ? festival de la vidéo et du film expérimental, à Rio de Janeiro lors de festival international d?art électronique et numérique, à Toronto au NFF 05: Inner Ecologies - New Forms, festival international d?arts média, à Sao Paulo, au festival international d?art numérique.


Lasse Raa est un jeune artiste qui vit et travaille à Oslo, Norvège. Il utilise différents médiums et appareils de communication. Il présente le plus souvent ses pièces et ses recherches sous forme de vidéos retravaillées numériquement. Il a étudié au Robert Meyer Art College d?Oslo.

Catherine radosa
Catalogue : 2012DERRIERE LA LUMIERE | Doc. expérimental | hdv | couleur | 31:49 | France | 2012
Catherine radosa
DERRIERE LA LUMIERE
Doc. expérimental | hdv | couleur | 31:49 | France | 2012

DERRIERE LA LUMIERE (2012) Vidéo HD, 30 ?, son/couleur, mono bande, présentation en vidéo projection En français, sous-titres anglais Derrière la lumière parle de la singularité d?une personne et de la distance entre son identité administrative et son identité personnelle. Les voix ont été enregistrées en divers moments, en côtoyant la communauté du collectif des personnes sans papiers à Paris (CSP 75). Dans l?échange, les uns et les autes, (ici deux femmes et un homme), évoquent des sujets tels que le sentiment du temps, de l?espace et de la distance, le plaisir et l?image, questions qui ne renvoient pas directement à leur situation administrative. Parallèlement, le travail photographique, alors que la question de l?image est particulièrement sensible dans ce contexte, rendant nécessaire la prudence, est constitué de portraits photographiques et d?images contextuelles en n/b argentique. Le film Derrière la lumière montre dans l?univers plus ou moins reconnaissable de la chambre noire du labo photo, la lente révélation sous lumière rouge de trois portraits en n/b. Ces images mouvantes apparaissent en écho de la parole. D?autres images sur la lutte pour la reconnaissance administrative et l?intégration apparaissent : documents administratifs, scènes d?actions collectives. La forme visuelle hétérogène, mais basée les trois fois sur le même procédé, laisse apparaître, à travers la parole, la singularité et l?imaginaire de chaque personne. L?image mentale de ces personnes se crée petit à petit, tandis que celle de leur présence ?physique? reste en flottement. L?unique tirage de chaque portrait photographique, réalisé pendant le tournage du film, a été remis à chacun des trois protagonistes.


Née en 1984 à Prague, Catherine Radosa déménage en 2005 en France pour y faire des études supérieures en art. Récemment diplômée de l?ESBA TALM (Le Mans) avec félicitations du jury à l?unanimité, elle vit et travaille à Paris et dans d?autres lieux du monde où elle va à la rencontre des sujets et des contextes, historiques et sociopolitiques.

Vojislav radovanovic, kristina draskovic
Catalogue : 2005Picnic | Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | Serbia & Montenegro | Serbia | 2005
Vojislav radovanovic , kristina draskovic
Picnic
Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | Serbia & Montenegro | Serbia | 2005

La scène sur la plage peut être reconnue du premier regard comme celle venant de la célèbre peinture de Manet : ?Déjeuner sur l?herbe?. Mais qu?est ce qui rend cette version de la célèbre composition si provocatrice ? C?est l?inversion des genres. La projection de cette vidéo dans l?espace publique serait une provocation d?une attitude voajeristique sur des territoires consommés inattendus. Cette errance dans le temps ne fait pas face à un corps féminin, mais à la place, il révèle un corps masculin. Une contextualisation de ce changement radical pourrait être une déviance.


Mariam radwan, mariam radwan
Janis rafa
Catalogue : 2015Three Farewells: The Last Burial | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 24:0 | Grèce | Pays-Bas | 2013
Janis rafa
Three Farewells: The Last Burial
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 24:0 | Grèce | Pays-Bas | 2013

SYNOPSIS Three Farewells: The Last Burial Janis Rafa The Last Burial proposes a visual approach on the concept of death and the fear of losing, outside the rigid anthropocentric understanding on human / non-human existence. It describes the moment of loss within the intimate space of a family house. The father and mother of this familial environment are silenced, in a state of mourning. Their sorrow is expressed through the form of water, rain or onions; visual symbolisms that take the characters into a timeless state of being and awareness, reflecting on the house’s past. The Last Burial consists part of the Three Farewells (2013), a trilogy of burials produced by Janis Rafa, with the support of Amsterdams Fonds voor de Kunst Alexander S. Onassis Foundation Rijksakademie van beeldende kunsten.

BIO Janis Rafa Lives and works between Amsterdam and Athens. She completed her education in Fine Art (BA, MA, PhD) at the University of Leeds in Britain with scholarship by the Arts & Humanities Research Council. Her body of work spans from experimental-documentary practices, to video-essays, archival footage and most recently cinematic narratives and medium length films. She has recently completed the Rijksakademie van beeldende kunsten residency (2013-2014) in Amsterdam, with a scholarship by Onassis Foundation (GR). Her first solo exhibition was presented at Martin van Zomeren Gallery, Amsterdam, 2014. She currently presents work at EYE Film Institute, Close-Up: A New Generation of Film and Video Artists in the Netherlands (Jan-May 2015). She has participated in group exhibitions: VISIO European Program on Artists’ Moving Images 2015; 1st Research Pavilion, Venice Biennial, 2015; Art Rotterdam Projections, Kunstvereniging Diepenheim, 2015; Ce que raconte la solitude, ART-O-RAMA, 2014; Rijksakademie OPEN, 2013 – 2014, Manifesta 8, 2010; No Soul For Sale, Tate Modern, 2010. Her films and video works were screened at: Netherlands Film Festival, International Film Festival Rotterdam, BFI London, Cinema de la Nouvelle Lune, Curtas Vila do Conde, Gulf Film Festival Dubai, Capalbio Cinema, Project Space Leeds, and as part of Rencontres Internationales, 2010, at Centre National d’Art Moderne – Centre Georges Pompidou, Reina Sofia National Museum and Haus der Kulturen der Welt. Her work is part of Stedelijk Museum Amsterdam collection.

Janis rafailidou
Catalogue : 20102755 miles | Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Grèce | 2009
Janis rafailidou
2755 miles
Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Grèce | 2009

The film is based on forms of experimental documentary practice. Its title reflects the distance between Pakistan and Greece that clandestine migrants have to cover through their movement from the East to the West. The opening and closing scenes of the film take place inside a car and present footage of the journey that Pakistani men and myself made to the centre of Athens to covertly receive a newly arrived migrant who entered the country through smuggling networks. The narrative of the film is located on the outskirts of Athens where Pakistani male communities live and work undercover within a horse-riding club next to the city?s airport. The project attempts to question notions of travel, movement and distance outside a westernised perspective by concentrating on a terrain vague. Through the travelling camera, the film documents the ?invisible? sub-geographies of the urban landscape in one of Europe?s capitals.

Janis Rafailidou (1984, Athens) the last nine years lives in UK. She studies as a PhD researcher on contemporary forms of video-installation art and experimental documentary practice in Fine Art, at the University of Leeds; awarded by the Arts and Humanities Research Council. She has participated in exhibitions in Greece and UK, with her latest participation at the Thessaloniki Biennial of Contemporary Art 2009. Her practice-based PhD research is presented this year in Manifesta 8, Murcia. Further information on her work can been found at: www.janisrafailidou.co.uk

Mahbubur rahman
Catalogue : 2009The City Gate | Vidéo | dv | couleur | 9:2 | Bangladesh | 2009
Mahbubur rahman
The City Gate
Vidéo | dv | couleur | 9:2 | Bangladesh | 2009

Catalogue : 2013MY BOTH HANDS | Film expérimental | hdv | couleur | 10:7 | Bangladesh | 2013
Mahbubur rahman
MY BOTH HANDS
Film expérimental | hdv | couleur | 10:7 | Bangladesh | 2013

Ella raidel
Catalogue : 2014Play Life Series | Documentaire | hdv | couleur | 11:0 | Autriche | 2011
Ella raidel
Play Life Series
Documentaire | hdv | couleur | 11:0 | Autriche | 2011

Ella Raidel’s video Play Life Serie exposes its own methods right from the start. We see film shoots and film sites where Chinese soap operas are produced. As the camera pans to film teams and cameramen, the fictional content of the rehearsed scenes is interrupted and revealed as the process of making-of. At the same time, through editing, Raidel replays particular movements, handholds, and gestures of the characters, thus intensifying their serial level. The repetitions make clear the extent to which sword fights, wine, love, and revolt are part of a medially represented repertoire of gestures. Ella Raidel’s work deals ironically with the Chinese soap opera as fake-factory of collective desires, which in the interplay of fiction and making-of, forces its way through reality, scrutinizing it—as site of image making and image controlling.

Ella Raidel, born 1970 in Austria, studied at Art University Linz, lives and works in Taipei. She is currently Post-doc Researcher at Academia Sinica in Taipei/Taiwan. Ella Raidel is artist, filmmaker, presents her works internationally at Video- and Filmfestivals as well as exhibitions, such as Transmediale 2013 (Haus der Kulturen der Welt, Berlin), Floating Islands (Shanghai Biennale 2012/13 Kinmen/Taiwan), Asian Triennale Manchester, Discovering the Other (National Palace Museum Taipei), Based Upon: True Stories (Witte de Wit Rotterdam) Filmfestivals: CPH:DOX, Dok Leipzig, International Filmfestival Rotterdam, Crossing Europe, Duisburger Filmwoche, etc.

Tuomo rainio
Catalogue : 2008City | Art vidéo | dv | noir et blanc | 2:46 | Finlande | 2006
Tuomo rainio
City
Art vidéo | dv | noir et blanc | 2:46 | Finlande | 2006

Dans l?espace urbain, le comportement de chaque personne est observé et contrôlé tant par les autres que par soi-même. Pourtant, chacun a la possibilité de s?échapper de la normalité et de se distinguer de la foule. Dans l??uvre vidéo « City », l?auteur a utilisé un programme informatique qu?il a réalisé lui-même, pour dessiner l?image en dehors des mouvements de la vidéo, de telle sorte que tout ce qui bouge laisse une trace sur l?image. La vidéo permet de visualiser le lent processus d?une image qui apparaît de l?accumulation de changements. À la fin, le paysage inchangé se révèle, et l?image mouvante semble s?être transformée en une image immobile. Le chemin le plus commun se multiplie en luminosité lorsque plus de mouvements se produisent. En jouant lui-même dans la vidéo, l?auteur a dessiné sa propre trace comme opposition aux mouvements réguliers et essayé de rendre visible sa présence dans la foule.


Tuomo Rainio est né à Espoo (Finlande) en 1983. Il vit et travaille actuellement à Helsinki (Finlande). Il est diplômé du Département de Photo de l?Université des Arts et du Design de Helsinki, et continue ses études en Master dans la même université. En 2008-2008, il a également étudié à la Musashino Art University de Tokyo (Japon). Rainio travaille essentiellement avec la vidéo numérique et la photographie, explorant des thèmes universaux tels que l?existence, l?individualité et l?évanescence. Les ?uvres de Rainio ont été exposées lors de diverses expositions collectives, dans huit pays d?Europe différents. L?année dernière, il a réalisé sa première exposition individuelle en Finlande, et a également pris part à une exposition au Musée Finlandais de la Photographie. En 2008, ses ?uvres sont présentées dans l?exposition collective du Musée d?Art Contemporain Kiasma, en Finlande, ainsi qu?à l?European Month of Photography, évènement organisé dans neuf capitales européennes. En été 2008, un musée finlandais privé consacrera une exposition individuelle aux ?uvres de Rainio.

Sara rajaei, rajaei, sara
Catalogue : 2007Charismatic fates & Vanishing dates | Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | Iran | Pays-Bas | 2006
Sara rajaei , rajaei, sara
Charismatic fates & Vanishing dates
Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | Iran | Pays-Bas | 2006

Il y a dans nos vies des moments de déjà vu, des moments de souvenir intense. Ici, les personnages sont dans un état permanent de déjà vu. Les enfants sont purs et immortels comme les idées et les concepts, ils restent et se souviennent, brisent la frontière entre réel et irréel. Les adultes gardent les souvenirs de leur ancienne vie, mais les souvenirs sont les souvenirs, sans base solide pour les soutenir.


Sara Rajaei est née en 1976, à Abadan, en Iran. Elle est artiste vidéo. Elle a étudié les arts manuels à l'université de Téhéran pendant deux ans avant de partir s'installer aux Pays-Bas en 1998, où elle a obtenu sa licence de la Royal Academy of Art à La Haye en 2002. A suivi une résidence de deux ans à la Rijksakademie d'Amsterdam. Depuis 2004, elle travaille en freelance comme artiste vidéo, éditrice et écrivain. Elle travaille entre l'Iran et les Pays-Bas, n'oubliant pas qu'elle est une résidente des deux pays. Son oeuvre a été montrée dans divers festivals et expositions à travers le monde.

Frédéric ramade
Catalogue : 2006Ode pavillonnaire | Fiction expérimentale | 16mm | couleur et n&b | 47:47 | France | 2005
Frédéric ramade
Ode pavillonnaire
Fiction expérimentale | 16mm | couleur et n&b | 47:47 | France | 2005

De retour dans le pavillon où il a passé son enfance, Frédéric Ramade met en scène les membres de sa famille et les amène à se pencher de façon critique sur la genèse de leur maison, et les désirs qui ont guidé leurs choix esthétiques et techniques. Une reconstruction symbolique et humoristique du passé entre critique politique et désobéissance civile.


Frédéric Ramade est réalisateur et écrivain. En 2005, il a réalisé « Ode pavillonnaire », un premier moyen-métrage personnel mêlant fiction et documentaire, sur la vie en pavillon. Le film a bénéficié des soutiens de Centre-Images Région Centre, du CNC, du Ministère de la Culture (CNAP), de la Procirep et de ARCADI. Auparavant Frédéric Ramade a réalisé de nombreux documentaires parmi lesquels : « Raconte moi? », 2006, France 5 / « Le dessous des cartes », 1999 à 2006, plus d?une cinquantaine d?épisodes du magazine géopolitique, diffusion ARTE / « Court-Circuit », 2001 à 2004, Patrick Bokanovski, Michael Snow, les frères Quay, Jan Svankmaje, ARTE / « Voyage au féminin », 2002-2003, 7 x 26`, Escale / « Au pays des jouets », 30 x 3?, France 5. Parallèlement à ses réalisations documentaires, il a réalisé des courts métrages expérimentaux dont : « Dernières représentations », 2000, film hommage à Bernard Lamarche-Vadel, présenté dans le cadre du festival Paris-Berlin en 2003 / « Olhos Fechados », 2001 / « En l?attente », 2002, réflexion sur la photographie autour du photographe Magdi Senadji, présenté à l?Arthotèque de Caen en Juin 2002 / « Un tombeau pour Senadji », 2003, film hommage au photographe, présenté au Centre National de la Photographie / « ? de la renommée », 2004, installation vidéo réalisée pour l?exposition « Montagnes », Galerie Anne Barrault, Paris, présenté aux centres d?art contemporain d?Echirolles et de Cajarc au printemps 2006. Frédéric Ramade est par ailleurs diplômé de l?Atelier Scénario de long-métrage de la FEMIS (promotion 2002-2003). Il travaille actuellement à un premier long-métrage de fiction, « Rodéo », et un documentaire de création, « Bienvenue à Charleworld », sur le musicien et plasticien américain Charlemagne Palestine.

Julie ramaioli
Catalogue : 2008même père même mère | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 82:0 | France | 2008
Julie ramaioli
même père même mère
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 82:0 | France | 2008

Je m?éloigne de la terre, des lieux connus, des formes. Une voix me suit, peut être est-ce la mienne, peut être est-ce celle d?un pays. J?arrive au Burkina Faso, je vogue à travers ses villes, j`essaye de me détacher des choses, des gens, d?arréter mes sens, pour voir. Mais la rigidité des différences culturelles et de ses corruptions, la méconnaissance des lieux m?emprisonne dans un état mental qui me conduit à la maladie, à l?hallucination. Lentement je me désintoxique et accompagne Dario, un compagnon de parcours, dans un village du sud. Je commence à ouvrir les yeux et à me rendre compte de ce qui est caché dans la profondeur.


La Malastrada.film est une structure de création et diffusion de cinéma de recherche qui a choisi de faire de la Production du bas une méthode de réalisation d`oeuvre cinématographiques. A la base de ce choix, il y a la volonté d`expérimenter un système nouveau de production/création qui permet de se mettre en relation avec des coproducteurs nombreux, dans l`optique d`un échange intellectuel et humain réciproque. Pour nous produire du bas signifie dépasser l`industrie télévisuelle aussi bien que celle du cinéma, rester en dehors du controle politique et esthétique des multinationales, de leur imaginaire, et de leurs histoires. Nous considérons le cinéma comme un instrument capable d`intervenir dans les processus humains et dans les dynamiques culturelles de la société contemporaine, mais surtout come un moyen de recherche de l`être, moyen pour ?reconnaitre les moments du sentir? comme conséquence d`un acte impulsif.La malastrada est animée par Allessandro Gagliardo, Giuseppe Spina JUlie Ramaioli

Catalogue : 2007france 2007 | Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 18:0 | France | 2007
Julie ramaioli
france 2007
Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 18:0 | France | 2007

Des corps, des visages, des regards, des lieux de vie, de l`humanité. La caméra n`est pas porteuse de jugement, elle établit dans la simplicité du premier contact une relation de connivence instinctive. Il n`y a pas de victimes, pas de cause à défendre. Cela se passe en France, en 2007, dans un bidonville de Lyon, habité de Roumains, de Tziganes, oubliés de la société, sans papiers, sans droits, qu`en d`autres contrées on appellerait des intouchables. La force du film est de laisser s`épanouir dans la splendeur de ses images l`évidence du bonheur, quand le consensus ambiant rumine la langue asséchée du misérabilisme. Dans ce parti-pris de la vie, le geste est éminemment politique.Eloquence du cinéma muet.


Cinéaste et photographe sud-coréen. Il a grandi dans un univers artistique. En effet l?activité de peintre de son père lui a permis de rencontrer dans son enfance des artistes reconnus dans son pays. A l?adolescence il s?est engagé dans la danse et le travail d?acteur au sein de la Compagnie du Théâtre National. 1996. Après ses études d?acteurs il entreprent un cursus de cinéaste et de photographe en intégrant le département « film et multimédia » de l?université Honam. Pendant cette période il développe essentiellement des projets pour la télévision, l?aspect commercial étant prépondérant dans la formation. En 2002, afin de développer des projets plus personnels et engagés, il mettra à profit des échanges avec l?Ecole des Beaux-Arts de Saint-Etienne à la recherche de nouvelles expériences. En 2005 il commence à intégrer le collectif Film flamme. Puis il expérimente le développement des négatifs "dans sa baignoire" après l`expérience du film collectif "Besoin de rien" (1 mai 2006) 2006/2007, il obtient le Diplôme National d` Arts Plastique à l`école des Beaux Arts de Marseille En 2008, il passe le Diplôme National Supérieur Expression Plastique des Beaux Arts à Genève (Suisse). Il a aussi à son actif plusieurs expositions photographiques.

Julie ramaioli, spina giuseppe, gagliardo alessandro
Catalogue : 2008même père même mère | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 82:0 | France | 2008
Julie ramaioli , spina giuseppe, gagliardo alessandro
même père même mère
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 82:0 | France | 2008

Je m?éloigne de la terre, des lieux connus, des formes. Une voix me suit, peut être est-ce la mienne, peut être est-ce celle d?un pays. J?arrive au Burkina Faso, je vogue à travers ses villes, j`essaye de me détacher des choses, des gens, d?arréter mes sens, pour voir. Mais la rigidité des différences culturelles et de ses corruptions, la méconnaissance des lieux m?emprisonne dans un état mental qui me conduit à la maladie, à l?hallucination. Lentement je me désintoxique et accompagne Dario, un compagnon de parcours, dans un village du sud. Je commence à ouvrir les yeux et à me rendre compte de ce qui est caché dans la profondeur.


La Malastrada.film est une structure de création et diffusion de cinéma de recherche qui a choisi de faire de la Production du bas une méthode de réalisation d`oeuvre cinématographiques. A la base de ce choix, il y a la volonté d`expérimenter un système nouveau de production/création qui permet de se mettre en relation avec des coproducteurs nombreux, dans l`optique d`un échange intellectuel et humain réciproque. Pour nous produire du bas signifie dépasser l`industrie télévisuelle aussi bien que celle du cinéma, rester en dehors du controle politique et esthétique des multinationales, de leur imaginaire, et de leurs histoires. Nous considérons le cinéma comme un instrument capable d`intervenir dans les processus humains et dans les dynamiques culturelles de la société contemporaine, mais surtout come un moyen de recherche de l`être, moyen pour ?reconnaitre les moments du sentir? comme conséquence d`un acte impulsif.La malastrada est animée par Allessandro Gagliardo, Giuseppe Spina JUlie Ramaioli

Catalogue : 2007france 2007 | Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 18:0 | France | 2007
Julie ramaioli , spina giuseppe, gagliardo alessandro
france 2007
Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 18:0 | France | 2007

Des corps, des visages, des regards, des lieux de vie, de l`humanité. La caméra n`est pas porteuse de jugement, elle établit dans la simplicité du premier contact une relation de connivence instinctive. Il n`y a pas de victimes, pas de cause à défendre. Cela se passe en France, en 2007, dans un bidonville de Lyon, habité de Roumains, de Tziganes, oubliés de la société, sans papiers, sans droits, qu`en d`autres contrées on appellerait des intouchables. La force du film est de laisser s`épanouir dans la splendeur de ses images l`évidence du bonheur, quand le consensus ambiant rumine la langue asséchée du misérabilisme. Dans ce parti-pris de la vie, le geste est éminemment politique.Eloquence du cinéma muet.


Cinéaste et photographe sud-coréen. Il a grandi dans un univers artistique. En effet l?activité de peintre de son père lui a permis de rencontrer dans son enfance des artistes reconnus dans son pays. A l?adolescence il s?est engagé dans la danse et le travail d?acteur au sein de la Compagnie du Théâtre National. 1996. Après ses études d?acteurs il entreprent un cursus de cinéaste et de photographe en intégrant le département « film et multimédia » de l?université Honam. Pendant cette période il développe essentiellement des projets pour la télévision, l?aspect commercial étant prépondérant dans la formation. En 2002, afin de développer des projets plus personnels et engagés, il mettra à profit des échanges avec l?Ecole des Beaux-Arts de Saint-Etienne à la recherche de nouvelles expériences. En 2005 il commence à intégrer le collectif Film flamme. Puis il expérimente le développement des négatifs "dans sa baignoire" après l`expérience du film collectif "Besoin de rien" (1 mai 2006) 2006/2007, il obtient le Diplôme National d` Arts Plastique à l`école des Beaux Arts de Marseille En 2008, il passe le Diplôme National Supérieur Expression Plastique des Beaux Arts à Genève (Suisse). Il a aussi à son actif plusieurs expositions photographiques.

Sj ramir
Catalogue : 2014In This Valley, My Heart Is Buried Deep... | Film expérimental | hdv | couleur | 6:7 | Nouvelle-Zélande | 2014
Sj ramir
In This Valley, My Heart Is Buried Deep...
Film expérimental | hdv | couleur | 6:7 | Nouvelle-Zélande | 2014

“On the morning of my death – just after sunrise, and before my spirit had departed, a mysterious figure entered the house... “ In This Valley My Heart Is Buried Deep, is an experimental narrative that uses a combination of visuals and text. Based on an actual dream, the video explores what it means to belong; connection to the land; connection to a place…

Originally a photographer, artist/filmmaker SJ.Ramir later moved to digital video - shooting scenes of lone figures moving across remote and isolated geographical landscapes. The landscapes in his films are often a mix of real and/or constructed 3D models. The prominent style of his films came from early years of experimentation with custom-made lens filters. These filters enhanced video pixels and produced hazy, distorted images, which Ramir felt were visually suggestive of emotional states connected with a central theme in his work: isolation. Ramir’s distinctive films have screened at numerous film festivals worldwide including the Venice International Film Festival, International Film Festival Rotterdam, Edinburgh International Film Festival and the Melbourne International Film Festival. He currently resides in Melbourne, Australia.

Enrique ramirez
Catalogue : 2008Brises | Fiction | 16mm | couleur | 13:0 | Chili | 2008
Enrique ramirez
Brises
Fiction | 16mm | couleur | 13:0 | Chili | 2008

Brises c?est un film d?un plan séquence de 10 minutes où la camera traverse le Palais Présidentiel (La Moneda). Ce film travaille principalement sur la mémoire d`un lieu qui fut le scénario du Coup d?État et du retour à la démocratie. Ce lieu qui a été le berceau des tragédies et des joies de tout un peuple.


Enrique Ramirez né au Chili (1979) étudie musique et communication audiovisuelle avec mention cinéma, au Chili, fait actuellement un master dans Studio National dest arts contemporains Le Fresnoy, France. Le parcours artistique d`Enrique Ramirez a été fructifère et intense. Son regard attentif en face de l`histoire contemporaine est réfléchi dans ses oeuvres : la culture populaire dans son expression funk dans la Piste Centrale (2003), l`invention d`ennemis pour l`intervention et l`occupation d`autres peuples, et la complicité ouverte ou sournoise du reste du monde chez les Alliés (2003) et les conséquences dans les sociétés locales des opérations des compagnies transnationales dans 1929-1959 (2004). les histoires d`immigrants dans le Paysage (2007), la histoire et la mémoire dans Brises, (2008) Ramirez travaille avec deux éléments centraux : un objet qui se rattache directement au concept qui travaille et une projection avec séquences d`images sur l`objet. De cette façon il actualise et contextualise l`objet en le dynamisant au moyen du mouvement lequel les images créent en créant à la fois des canaux de correspondance entre les composants distincts de l`oeuvre.

Karolina ramÍrez, ana dias, andrés laguna
Catalogue : 2005En el camino dejé... | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 14:0 | Colombie | 2004
Karolina ramÍrez , ana dias, andrés laguna
En el camino dejé...
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 14:0 | Colombie | 2004

"Le 9 avril 1948, l'asssassinat du libéral Jorge Eliécer Gaitan marqua le début de la période dite de la "Violencia" en Colombie : les conservateurs et les libéraux créèrent des groupes armés pour s'entre-tuer. Aujourd'hui, 54 ans plus tard, ELLE, à distance, et LUI, luttant contre Parkinson, raconte leur histoire, démontrant que les faits historiques n'interrompent pas uniquement la vie du pays mais aussi le cours des histoires personnelles d'inconnus."


Benjamin ramÍrez pÉrez
Catalogue : 2015A Fire in My Brain That Separates Us | Film expérimental | hdv | couleur | 17:10 | Allemagne | 2015
Benjamin ramÍrez pÉrez
A Fire in My Brain That Separates Us
Film expérimental | hdv | couleur | 17:10 | Allemagne | 2015

In an initially deserted room objects slowly begin to move; they are manipulated from the off-screen space, being pulled and dragged by strings, cables or the carpet. Thus a ‘ghostly’ choreography emerges, with the objects taking on a life of their own, vanishing and reappearing. The control of these processes from the off-screen is made visible, by showing the strings attached to the objects as well as parts of the acting persons on the edge of the frame. This is accompanied by superimposed subtitles, which consist of a collage of existing film dialogue: Lines from the sub-genre of ‘gaslighting’ films are combined, taking the eponymous Gaslight (1944) as a starting point. A text assemblage on seduction and betrayal unfolds. At the same time the ambient lighting of the room gradually becomes increasingly colored, reaching an almost excessive saturation point as off- and on-screen space become reversed and a muffled pop music penetrates the room. A kind of karaoke video comes into being with the music – like many elements of the film – taking on the notion of a copy of something vaguely familiar.

Benjamin Ramírez Pérez, born in Hutthurm, Germany. Lives and works in Cologne. Studied at the Academy of Media Arts Cologne from 2009–2015. His works have been screened at Locarno, Edinburgh and Toronto International Film Festival, among others. In 2013, he was awarded the Prize of the German Federal Association of Film Journalists for Best Experimental Short. In 2015, he received the Chargesheimer Scholarship for Media Arts by the City of Cologne.

Steffen ramlow
Catalogue : 2006Une vie foraine ? ein offenes Leben | Doc. expérimental | dv | couleur | 78:0 | Allemagne | 2005
Steffen ramlow
Une vie foraine ? ein offenes Leben
Doc. expérimental | dv | couleur | 78:0 | Allemagne | 2005

Le film nous présente Christian Lagny, un ancien forain du sud de la France, oncle du cinéaste. Il vit à Canet, un petit village aux environs de Montpellier, seul dans une caravane auprès de sa mère. Son beau-frère Luc Archer, forain en activité, est le second personnage du film. Le point de départ du récit sont leurs discussions à propos de la profession de forain, des changements intervenus et des particularités de cette vie sur les routes. Parallèlement sont reflétés les souvenirs personnels que le cinéaste garde de ses étés passés dans les foires. Il part des premières impressions ressenties dans les fêtes de village d'aujourd'hui et entreprend un voyage visuel dans le temps qui le ramène, au cours d'un tournage de trois ans, toujours à son oncle. On fait alors la connaissance plus intime de Christian Lagny au fur et à mesure que les conversations entrent dans une dimension personnelle. C'est avec une grande franchise qu'il parle de ses positions, de ses souhaits et de ses erreurs. Pourquoi a-t-il arrêté le travail? Pourquoi vit-il seul? Comment voit-il l'évolution de la famille? Considère-t-il qu'il a échoué? Comment redevenir maître de sa vie? C'est une vie marquée par la tradition et le travail qui se déploie ici peu à peu, pleine de contradictions et d'anecdotes, empreinte d'une grande chaleur.


Steffen Ramlow est né en 1974 à Berlin. Après son bac, il a travaillé comme éclairagiste et accessoiriste pour plusieurs théâtres de Berlin, Hambourg et Wolgograd (Russie). Il a débuté sa formation artistique à l'université des arts de Berlin, où il a étudié la vidéo et la photographie avec Maria Vedder, le cinéma avec entre autres Harun Farocki, Klaus Wyborny et Heinz Emigholz. En 2004, il obtient son diplôme en création expérimentale des médias. Il a co-édité ?Der Taktstock? aux éditions Zsolnay en 2001 et a participé à de nombreuses expositions et programmations cinématographiques. Il a travaillé comme éclairagiste, photographe indépendant et cinéaste à Berlin .

Marco raparelli
Catalogue : 2007Ristorante Italia | Animation | dv | couleur | 4:36 | Italie | 2007
Marco raparelli
Ristorante Italia
Animation | dv | couleur | 4:36 | Italie | 2007

La narration est la caractéristique principale de la vidéo d'animation de Raparelli. Cependant, plutôt qu'un point de départ, c'est la conséquence de la déviation thématique qui est représentée par des images précises et des dessins qui transmettent ou évoques des sensations. La narration est une déviation libre et intemporelle d'une image qui est connectée à d'autres pour créer des micros-mondes infinis. Ristorante Italia - 2007 animation 4 minutes 36 secondes Une suite d'évènement inattendus, parfois rébarbatif, prend place dans un restaurant insalubre. Le spectateur est témoin de l'occurrence du roulement et activités quotidiennes qui se passe sans début ni fin. Seul l'éventuel arrivée de la soirée suggère un possible relâchement ou d'une trêve.


Marco Raparelli was born in Rome on 12 July 1975. He graduated at the Accademia di Belle Arti di Roma and studied animation at the College of Art of Loughborough, London. He collaborated to the satiric weekly magazine ?Cuore?, and afterwards worked for a period of time as author of comics. In his artist practice he employs drawing painting and stop-motion animation. He has exibited widely. Group show include ?Emporio? Via Farini(2001) Milan, ?Lavori in corso? curated by Roberto Pinto (2002) Milan, ?3500 cm? Rialto S.Ambrogio, Rome curated by Lorenzo Benedetti, Grand1th:Cult media ?Bastart contemporary, Bratislava (2006) , "Clearly Invisible", Consulta - Centre d`Art Santa Monica, Barcelona, (2007)curated by Filipa Ramos, ?Animotion? Gallery F15, Moss Norway curated by Bjorn Hegardt(2007), New Entry CareOf Milan curated by Chiara Agnello. Solo show include : ?Pina ti amo Catania? gallery Ugo Ferranti Rome, ?Restroom and other stories? gallery Sergio Tossi Firenze Curated by Raffaele Gavarro, ?As a drop of water on a K-way? Careof Milan, project with Norberto Dalmata and Scintilla Robina.

Catalogue : 2008Abandoned Dog | Animation | dv | couleur | 4:31 | Italie | 2008
Marco raparelli
Abandoned Dog
Animation | dv | couleur | 4:31 | Italie | 2008

Le récit constitue la caractéristique principale des animations de Marco Raparelli. Néanmoins, celui-ci n'est pas un point de départ, mais plutôt la conséquence d?une déviation de thèmes, provoqués par les sensations transmises à partir d'autres images ou dessins. Les animations sont des déviations d?images libres et improvisées, qui se relient les unes aux autres afin de créer des microcosmes infinis. L?animation la plus récente de Raparelli raconte l?histoire d?un chien abandonné qui, alors qu?il marche au bord de la mer, fait différentes aventures, rencontres des amis et ennemis et se confronte à de multiples situations abstraites. La vidéo fonctionne comme une sorte de métaphore de la vie dont le chien joue le protagoniste. Il est un paria qui doit faire face pour survivre au jour le jour. La bande-son de la vidéo consiste en une partition pour piano de Cosme McMoon. Dans les années 1940, McMoon a souvent accompagné la soprano américaine Florence Foster Jenkins, une riche héritière qui, tout en ayant des qualités vocales fort médiocres, a pu se produire grâce à sa richesse immense. McMoon et Foster Jenkins ont été de véritables phénomènes et leurs chansons absurdes ont servi comme bande-son aux images de la vidéo.


Marco Raparelli est né à Rome en 1975. Il a obtenu son diplôme à l'Accademia di Belle Arti de Rome (Italie) et a étudié l'animation au College of Art de Loughborough de Londres (Royaume-Uni). Il a collaboré à l'hebdomadaire satirique « Cuore », et travaillé ensuite pendant un temps comme auteur de bandes dessinées. Dans sa pratique artistique, il emploie la peinture, le dessin et les animations tridimensionnelles . De nombreuses expositions, tant collectives qu?individuelles, ont été consacrées à son travail, citons notamment « Clearly Invisible » à Consulta, Centre d?Art Santa Monica de Barcelone (Espagne) en 2007, « Animotion » à la Gallery F15 de Moss Norway (Norvège) en 2007, « Pina ti amo Catania » à Galerie Ugo Ferranti de Rome (Italie) en 2005, « As a drop of water on a K-way » au Careof de Milan (Italie) en 2007. Son livre « As a drop of water on a k-way », a été publié chez Fine Arts Unternehmen Books. Sa prochaine exposition individuelle aura lieu en janvier 2009, à la Galerie Umberto di Marino, à Naples (Italie).

Simone rapisarda casanova, simone rapisarda casanova
Catalogue : 2012EL ÁRBOL DE LAS FRESAS | Doc. expérimental | hdv | couleur | 71:0 | Canada | 2011
Simone rapisarda casanova , simone rapisarda casanova
EL ÁRBOL DE LAS FRESAS
Doc. expérimental | hdv | couleur | 71:0 | Canada | 2011

Filmed in the remote hamlet of Juan Antonio, Cuba, just before it was wiped out by a hurricane, El árbol de las fresas (The Strawberry Tree) tests the boundaries between anthropology, documentary and reverie while capturing the final sigh of one of Cuba`s last fishing villages. The villagers? ingeniousness and resilience, as well as their playful and irreverent relationship with the filmmaker, render a sensitive portrait of a unique culture into a reflection on documentary filmmaking and on humanity on the edge of time.

Simone Rapisarda Casanova is a former computer scientist. He grew up in rural Sicily and currently lives in Montreal, Canada. He holds a Master of Fine Arts in film production from York University in Toronto. El árbol de las fresas is his first feature film.

Paulo raposo
Catalogue : 2005Verbatim | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Portugal | 2005
Paulo raposo
Verbatim
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Portugal | 2005

??Verbatim?? A. Adjectif 1 direct, verbatim précisément les mêmes mots utilisés par un écrivain ou un locuteur ??un direct citation ?? ;??répété leur dialogue verbatim?? B Adverb 1 verbatim, mot à mot utilisant exactement les mêmes mots ; ??il répétait sa remarque verbatim?? ?verbatim? prend source dans le texte court de Marice Blanchot : ??La folie du jour??.


Paul Raposo est un artiste sonore et média basé à Lisbonne, au Portugal. Né en 1967, après des études de philosophie et de cinéma à Lisbonne, il a travaillé dans le médium de la performance live électronique et informatique, enregistrant et présentant ses ?uvres en France, en Allemagne, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, dans les États Baltes. Il explore les déplacements ainsi que les interrelations entre les procédés numériques et les espaces architecturaux en utilisant des ordinateurs et des logiciels reconstruit par ses soins afin de créer des pédoncules sonores abstraits et délicats. Depuis la fin des années 90, il a commencé aussi à explorer les intersections entre le son et l?image et prenant avantage des possibilités du médium numérique Realtime aussi bien pour ses travaux individuels que pour ses ?uvres collectives. Il a "composé" des images pour de nombreux médias : installations, danse, performances, théâtre et projets intermédias. Raposo a réalisé des performances et collaboré avec de nombreux artistes dont Janel Schæfer, Jason Khn, Kaffe Mathews, Marc Behrens, Jgrwinch Zbiggniew Karkowski, Matt Rogalski, Carlos Santos, Carlos Zíngaro, Christopher Murphy, Koji Asano, Sara Kolster entre autres.