Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 

Notice: A non well formed numeric value encountered in /homepages/19/d540700991/htdocs/site/fr/cat/rech/_cat_1_art_rech.php on line 1090
Oren ben yosef
Catalogue : 2005Of once held joy... | Création sonore | 0 | couleur | 4:42 | Israel | 2003
Oren ben yosef
Of once held joy...
Création sonore | 0 | couleur | 4:42 | Israel | 2003

"...of once held joy" est la partie finale d'un travail audio appelé "WAKE". Après environ 45 minutes d'une veillée de mort, cette chanson vient célébrer quelque chose qui est vraiment perdu aujourd'hui. Ce travail évoque une guerre et comment la personne qui chante y a disparu. La chanson elle-même est enfouie sous des épaisseurs de bruits et de pourriture qui prennent une ampleur musicale dans la chanson.


MORTALMANIFEST est un projet musical abordant différents aspects du sublime et du divin tout en essayant de donner à la musique plus de valeur que son lien habituel avec le comportement nihiliste. Originaire de la petite mais surprenante scène musicale israélienne, j'ai travaillé avec plusieurs artistes musicaux et j'ai participé à plusieurs spectacles radio. De manière générale, j'ai publié plusieurs titres sur des albums decompilation aux USA et mon travail a été présenté lors de deux festivals au Canada et au Pays de Galles.

Anat ben-david
Laetitia benat
Catalogue : 2008Fragmentarium | Fiction expérimentale | dv | couleur | 18:22 | France | 2008
Laetitia benat
Fragmentarium
Fiction expérimentale | dv | couleur | 18:22 | France | 2008

Fragmentarium, -synopsis : Les thèmes principaux de ce film sont l?isolement et l`enfermement. La façon de les retranscrire, volontairement fragmentaire, différencie le film d`un documentaire et aussi d`une narration conventionnelle. Il a été réalisé à partir d?un texte écrit par une infirmière en psychiatrie qui joue son propre rôle dans le film. (cf texte d`Alexandra Koubichkine ci joint). Il n`a pas été tourné dans un réel hôpital mais dans le collège néerlandais de la Cité Universitaire Internationale de Paris. Je l`ai choisi pour ses qualités plastiques, la pureté de ses lignes qui guident véritablement le regard. Je voulais montrer comment l?espace et l?architecture représentent une forme de pouvoir qui contraint les corps. Plus que les barreaux, c?est le regard qui contraint l?autre, le veille, le surveille. Il était avant tout question d?évocation d`un espace en rapport avec la loi, une institution. Le titre reprend cette idée, il évoque un lieu (comme un sanatorium) et un mode de représentation du monde (fragmentaire).


Laetitia Benat est une artiste née en 1971 qui travaille trois médiums principalement : la photographie, de la vidéo et du dessin. Tous tendent à la réécriture d`une histoire inspirée par le quotidien. Mais un quotidien devenu étrange par l`attention portée à ces détails d`ordinaire invisibles où l`on s`engouffre à force d`y regarder de trop près. L`abîme est le lieu, la chambre le plus souvent, l`espace clos où toute la solitude se déroule. Un encadrement de fenêtre, une ombre qui passe sur un mur. Ses vidéos se caractérisent par l`attachement à dépeindre des femmes, alanguies, tristes pour certains hypnotiquement vidées pour d`autres. Mais à travers tous ces visages blêmes ce qui tend à s`écrire n`est peut-être que la poursuite du portrait originaire ; celui qui les rassemblerait toutes.

Margarita benitez
Catalogue : 2005Warspying | Art vidéo | dv | couleur et n&b | 3:1 | USA | 2004
Margarita benitez
Warspying
Art vidéo | dv | couleur et n&b | 3:1 | USA | 2004

L'état actuel du monde requiert que technologie et sécurité aillent de pair. Le problème est que les dispositifs de sécurité sont parfois achetés sans que l'on soit complètement conscients des risques que l'utilisation de tels dispositifs représente. "Warspying" est un documentaire court, engagé, visant à créer une prise de conscience quant à la technologie vidéo sans fil et au problème de la vie privée ou plutôt du manque de vie privée qui résulte de l'utilisation de tels dispositifs. En compagnie de deux amis, je me déplace pour vous montrer combien il est facile de capter des signaux vidéo sans fil. La morale de l'histoire ? Eteignez les caméras sans fil quand vous voulez un peu d'intimité.


EXHIBITIONS 2005 BFA Exhibition, Frost Art Museum, Florida International University International Kaunas Art Biennial ?Textile 05?. Kaunas, Lithuania. 54th Annual All Florida Juried Competition and Exhibition Boca Raton Museum of Art. Boca Raton, Florida. TEXTILE TALENTS 2005 ? East Carolina University. FULL LOAD- The Loft Building ? FIU Wolfsonian & Dacra ? Miami, Florida. NORTH GOES SOUTH- Best in Show ? Graham Center Gallery. Curated by Pip Brant. Florida International University. Miami, Florida BEYOND ALL OF THAT? ? EDGE ZONES @ World Arts Building. Curated by Charo Oquet & David Vardi. Miami, Florida. 2004 OMNI ART ? Curated by Carol Damien & Tina Spiro. Downtown - Miami, Florida. MIAMI NOW ? EDGE ZONES @ World Arts Building. Curated by Charo Oquet & David Vardi. Miami, Florida. 15th ANNUAL USE ? University Student Exhibition, ACA Hester Merwin Ayers Gallery, Atlantic Center for the Arts, Juried by John Torreano. ANNUAL STUDENT SHOW, Frost Art Museum, Florida International University, Juried by Robert Chambers. PUBLIC ART PROJECT ? Group Quilt. Florida International University, Biscayne Bay Campus, Miami, Florida 2002 ARTSERVE Gallery Exhibit in Main Library, Fort Lauderdale, Florida. 35th SALON DE REFUSES, Warehouse Gallery 721, Broward Art Guild, Fort Lauderdale, Florida. FORM FOUNDRY, Creations, Delray Beach, Florida. 2001 BEAUX ARTS FESTIVAL, Coral Gables, Florida. 2000 CLEMATIS BY NIGHT, West Palm Beach, Florida. (August ? December) ALLIANCE FOR THE ARTS, Museum Shop. Fort Myers, Florida 1999 GEEK ART SHOW, Mark K. Wheeler Gallery, Fort Lauderdale, Florida. SCREENINGS 2005 ? The Education Channel`s Annual Independents` Film Festival (IFF) ? 2005 Zeitgeist International Film Festival. San Francisco, California. CURATORIAL Gallery Director - Hugin and Munin Gallery - Dec 2004 to present Catalina &Durvis Tena Francesca Lalane BIBLIOGRAPHY ?The Studio at SIGGRAPH 2001? Computer Graphics Quaterly, May 2002. ?Emerging Technologies? Computer Graphics Quaterly, May 2002. Todd Tongen, Channel 10 Taxi, ?Geek Art Show? 1999. New Florida, ?Geek Art Show? 1999. AWARDS Outstanding Fibers Student Award from Surface Design Magazine through FIU. Workshop scholarships (2) for Transart Institute Summer New Media Art Workshops 2005, Danube University, Krems, Austria. Best in Show, North Goes South, 2005. Outstanding Academic Achievement in Art, Florida International University, Spring 2004. Workshops & Residencies Transart Institute Summer New Media Art Workshops 2005, Danube University, Krems, Austria. Orgs/Memberships ACM SIGGRAPH Golden Key Honors Society Glass Art Society Surface Design Association EDUCATION Florida International University, B.F.A. December 2005 ? non-traditional student B.S. Media Arts & Animation, Cum Laude. Art Institute of Ft. Lauderdale. Ft. Laud., FL 2000. A.A. Miami-Dade Community College. Miami, Florida, 1999. Websites: www.pixel-foundry.com/maggie www.warspying.org

Fethi benmokhtar
Catalogue : 2017Crash | Documentaire | hdv | couleur | 9:0 | Algérie | 2017
Fethi benmokhtar
Crash
Documentaire | hdv | couleur | 9:0 | Algérie | 2017

Collision est un film de Benmokhtar Fethi, basé sur la narration non linéaire. (France). Le film nous présente des éléments réels, sur la situation actuelle de la ville d'Oran. Des éléments sur la vie et la mort dans la ville à travers son histoire, son identité, sa religion et son entourage naturel. Le film contient trois chapitres. Le premier chapitre est dédié aux martyrs de la révolution, raconté par la grand-mère. Le deuxième chapitre est dédié aux victimes de la dècennie noire, raconté par la mère. Le troisième chapitre, dédiéà la relation des habitants avec leur ville, et au cycle de vie de la nature est raconté par la fille.


Justin bennett
Catalogue : 2018Vilgiskoddeoayvinyarvi: Wolf Lake on the Mountains | Doc. expérimental | mov | couleur | 24:50 | Royaume-Uni | Russie | 2018
Justin bennett
Vilgiskoddeoayvinyarvi: Wolf Lake on the Mountains
Doc. expérimental | mov | couleur | 24:50 | Royaume-Uni | Russie | 2018

We follow Viktor Koslovsky, a scientist still working at the otherwise abandoned Kola Super-Deep Borehole, a geological research station “at the border of everything” in north-west Russia. He tells of the history of this former cold-war project and of his current research which he describes as “listening to the past in order to hear the future.” The Kola Super-Deep Borehole (KSD) is the deepest man-made hole on earth – more than 12 km deep. It was a Soviet geology research project started during the Cold War. In addition to gathering data about the geology of the earth`s crust it formed part of Project Globus, a network of seismic listening stations which was to act as an early-warning system for natural disasters as well as for monitoring enemy nuclear tests. After the fall of the Soviet Union the project was slowly wound up and the site was abandoned in 2008. The rock strata that are visible in the core samples extracted from the borehole are seemingly inert to humans but on another time-scale they are very much alive. They tell the story of the formation of the earth and of ultra-slow processes that are still taking place within the earth`s crust. Thinking at this geological timescale puts human endeavour and progress into perspective, the Kola Super Deep becomes merely a pin-prick into the body of the earth. Still, the image of drilling so deep into the earth inflamed the imagination of evangelical Christians with an image of Hell. The sounds of screams emanating from the inferno circulated on the internet purporting to have been recorded by the Russian scientists – probably a montage of horror-film soundtracks. The layers of rock penetrated by the drill resound with Dante`s decent into the Inferno with Virgil as his guide – where each layer or circle of Hell is reserved for different kinds of sinners, each with their own story. In which circle of Hell can the conspiracy theorists be found? Which is reserved for the climate change deniers? At the KSD site, next to a lake called Vilgiskoddeoayvinyarvi (‘Wolf lake on the mountains’ in Sàmi language), we meet Viktor. Ever since the station shut down, Viktor has stayed on-site as much as possible, carrying on the work started by Dr. Huberman, the founder of the project. He recounts the history of the KSD, relating it to other cold-war science projects, about the geology and history of the area, and of his experiences living there alone. He guides us around the ruined site, introducing his living quarters, his small laboratory and of course the borehole itself. He explains his work, listening to vibrations deep within the earth, linking geology with Sami shamanism and divination.

Justin Bennett (UK, 1964, based in The Hague) works with sound and image. Trained in sculpture and electronic music, he uses drawing, video, sculpture, and a diverse array of sound forms in his research. One recurrent theme is our experience of archticture, urban development, and the (un)built space. He employs sound in order to render it audible as well as palpable: in his work, listening carefully provides a radically different way of seeing and experiencing. Bennett`s recording of sound is comparable with the shooting of video. He uses various microphones to change perspectives – like camera lenses. The microphones – the listener`s points-of-hearing – move through a city, a street, a windy Russian tundra, or the different-sounding spaces of a building. In many of Bennett`s works and installations sound is complemented by video images that affect the experience of the visitor differenty again. In some of his research projects the audiovisual material is juxtaposed with voice-overs and drawings, mapping space, movement, sound, magnetic fields, and so forth, through language and diagrams. Thus a reciprocity is created between various forms of expression: a drawing or a text can be a score; and sound and image become ways of drawing and writing. This way, Bennett`s work is also a research into sound and image as specific media, and an exploration of the ways in which they can be used and experienced. His way of working sparkles unexpected complementarities, synaesthetics, collisions and manipulations of the mind.

Gregory bennett
Catalogue : 2018Exosphere | Animation | mp4 | couleur | 20:47 | Nouvelle-Zélande | 2018
Gregory bennett
Exosphere
Animation | mp4 | couleur | 20:47 | Nouvelle-Zélande | 2018

Exosphere (2018) is 21-minute long looped digital animation. The term ‘exosphere’ refers to the uppermost layer of atmosphere surrounding a planet, where it thins out and merges with interplanetary space: an in-between zone that suggests both limitations and possibilities. The work in part references French philosopher Paul Virilio’s suggestion that the modern city has become a ‘claustropolis’, where the inhabitants feel the need to put up what he describes as an ‘exospherical fence’ or barrier to fend off the unknown dangers of the outside world. Another influence is The Panopticon, an institutional design created by the 18th century English philosopher Jeremy Bentham. Employing multiple humanoid forms trapped in perpetual looped motions, ‘Exosphere’ reflects the primary functions of The Panopticon, which explores ideas of surveillance, regulated behaviour and the disciplinary society. Here the corporeal body is transformed into proliferating avatars inhabiting a range of environments where existence is either tenuous, or wholly subsumed into a synthetic ecosystem. These spaces can be read as a series of psychological landscapes, as representations of hermetic digital colonies – depictions which fluctuate between the utopian and dystopian, or as figures enacting some enigmatic ceremonial. The artist uses current animation technology to reflect metaphorically what might be occurring in the present while also imagining any number of possible futures.

Gregory Bennett is a New Zealand-based artist who works with 3D animation, motion capture, projection mapping, and virtual reality. His work has been exhibited internationally in galleries and new media festivals in the USA, Hong Kong, China, Europe, Australia, and New Zealand. Recent exhibitions include the AA/LA Gallery in Los Angeles, ‘the real-fake.org.2.0’ at the BronxArtSpace in New York, the juried exhibition at the 2016 International Symposium on Electronic Art in Hong Kong, and the Centre for Contemporary Photography in Melbourne, Australia. He was also a finalist in the 7th Screengrab International Media Arts Award in Australia in 2015 and was selected for the Video Contemporary exhibition at the 2015 Sydney Contemporary International Art Fair. His work has also been selected for the Supernova 2018 Digital Animation Festival in Denver, USA; Currents 2014, the Santa Fe International New Media Festival, USA; SIMULTAN Festival for Video, Media Art, Exploratory Music and Sound 2014, Timisoara, Romania; Prak-sis n3w M3dia Art Festival 2014, Chicago, USA; TEMP Art Space, New York; ISEA 2012 in Alberquerque, New Mexico, USA. He was also an invited artist for Narracje 2013, Installations and Interventions in Public Space in Gdansk, Poland.

Mylene benoit, mathieu bouvier
Catalogue : 2005L'Herbe, sur un paysage interstitiel | Vidéo expérimentale | betaSP | couleur | 10:0 | France | 2003
Mylene benoit , mathieu bouvier
L'Herbe, sur un paysage interstitiel
Vidéo expérimentale | betaSP | couleur | 10:0 | France | 2003

Dans la métropole Lilloise, comme dans toutes les grandes agglomérations occidentales, les tissus urbains maillent, raccordent, rapiècent, resserrent inexorablement leurs trames et absorbent tout espace libre. Si la surface du territoire est aujourd?hui quadrillée jusqu?au moindre centimètre carré, sous l??il des satellites comme sous la règle des promoteurs, quelles chances gardons-nous d?y trouver encore quelques espaces d?indétermination, de flou, d?aventure ? Où est-il encore possible de se cacher ? Vu du dessus, quelques " taches blanches " ajourent encore le coloriage de la carte : ces terrains vagues, îlots d?échangeurs ou talus arborés réservent effectivement quelques poches d?invisibilité, de silence et d?aventure dans le maillage étroit du tissu périurbain. Durant les mois de mars et avril 2003, munis d?un appareil photo numérique et d?une photographie aérienne en guise de carte, nous avons sillonné à pied tout un périmètre de la conurbation Lilloise, sur une aire d?environ 20 km2 autour de son principal n?ud autoroutier, à la recherche de ces espaces interstitiels. Ces huit randonnées ont fourni le matériel documentaire d?un atlas raisonné de nos ?mini-steppes?, consultable sur le site www.lherbe.net. Nos excursions ont également servi de repérages à un film court, lancé sur les traces d`une étrange horde d`individus qu`une grande course migratoire emporte, d?îlots autoroutiers en friches enclavées, dans un " arrière-pays " de l?espace urbain. Si un paysage doit se constituer à la suite de cette meute c?est bien une sorte de steppe en pointillé : là où passent nos barbares, l?herbe repousse? De mars à juin 2003, Christian Ceulemans, licier à l?atelier Courant d?Art de Bernard Petit, à Aubusson, tissait une tapisserie de basse-lisse qui retient aujourd?hui dans ses fils croisés un motif d?herbe foulée, piétinée par les pas de la meute. Au recto de la tapisserie, les fils de laine verte domestiquent dans leur trame régulière, inamovible et pérenne, l?image d?un entrelacs confus de brindilles. Au verso, les brins de laine excédentaires contrefont le mouvement même de l?herbe. Cette tapisserie inscrit les principes antagonistes de l?ordre et du désordre dans sa fabrication même, avant d?en devenir une métaphore. Durant tout le temps de l?exposition, une herbe naturelle s?insinue à travers la trame de la photographie aérienne, aux endroits foulés par les pas de la meute, sur nos mini-steppes : une carte de l?espace résiduel se surimpose lentement, en vert tendre, sur la carte de l?espace utile. Faire remonter l?indécis sur la carte des vocations et des usages, délier la trame de l?espace utile, produire de l?expérience dans le paysage et du paysage dans la ville, réintroduire des " taches blanches " sur la carte, c?est aussi, comme le suggère Emmanuel Hocquard* " fabriquer de la distance dans un espace-temps en voie de resserrement incessant ". * " Taches blanches " in Ma haie, éditions P.O.L.


Mathieu Bouvier artiste. né en 1973. Vit et travaille à Montreuil sous bois. Diplômé des écoles des beaux-arts de Lyon et de Saint-Etienne, et du Fresnoy, studio national des arts contemporains-Tourcoing. Mylène BENOIT - Plasticienne, vidéaste, chorégraphe. Vit à Paris, travaille à Paris et Roubaix Plasticienne, vidéaste et chorégraphe, Mylène Benoit est diplômée de l`Université de Westminster à Londres (BA with Honours de "Pratique des médias contemporains"), de l?université de St Denis (Maîtrise d`Hyperdocument Multimédia). D?octobre 2001 à juillet 2003, elle est artiste-résidente au Fresnoy, Studio national des arts contemporains de Tourcoing. Elle crée en 2003 la Compagnie Contour Progressif dont les réalisations s`articulent autour de l`étude des relations d`interaction entre vocabulaire médiatique/cinématographique et écriture chorégraphique. Depuis 1997, elle intervient à la Cité des Sciences et de l?Industrie à Paris comme conceptrice d?exposition et chef de projet multimédia.

benten clay
Catalogue : 2012R&D STUDY NO. 3: ION | 0 | 0 | couleur | 2:0 | Allemagne | Finlande | 2011
benten clay
R&D STUDY NO. 3: ION
0 | 0 | couleur | 2:0 | Allemagne | Finlande | 2011

Ionizing radiation can be detected and made visible through an experiment called The Cloud Chamber. The video is a filmed document from a Cloud Chamber positioned near Olkiluoto nuclear power plant on September 11th, 2011, 2:10 ? 2:12 p.m. In this case, Alpha particles, Beta particles, Muons and Protons leave traces that can be distinguished by their characteristic shapes.

BENTEN CLAY is a global corporation with a cross-disciplinary approach. The focus lies on the production of a long-term project titled Age of an End in which the appearance of the now is analyzed, assessing the limitation of natural resources, their implementations, as well as mechanisms of power and volatility inherent to the human pursuit of control.

Erich berger, pure
Catalogue : 2005Free radio azimuth | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 2:0 | Autriche | 2005
Erich berger , pure
Free radio azimuth
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 2:0 | Autriche | 2005

La fascination de Bergers pour les structures mathématiques est flagrante dans son langage visuel, consistant en des modèles formels de carrés, lignes et rectangles. Il ne tente pas de créer une qualité organique, les formes sont des abstractions pures.


Erich Berger est un artiste et un chercheur indépendant, né en Autriche. Il vit et travaille actuellement à Oslo, Norvège. Avec l'artiste sonore PURE, il fonda le duo d'improisation audiovisuelle PURE.BERGER.

Hanna bergfÖrs
Catalogue : 2012Doska Frank | Fiction | 0 | couleur | 19:30 | Suède | Allemagne | 2012
Hanna bergfÖrs
Doska Frank
Fiction | 0 | couleur | 19:30 | Suède | Allemagne | 2012

Doska Frank depicts some days in the life and emotions of a young couple in Stockholm, Frida and Oskar. Parallel to the young couple is the real estate agent who provides guided tours to the people. Political ideas are manipulated and removed from their context and extreme make-up trends are taken for granted. Frida desires Black Metal, and she wants it loud. Oskar needs Frida, but Frida needs music as a symbol of something more.

Hanna Bergfors, grew up in Sweden. Lived in Spain and now in Germany where she studies narrative and experimental film at the University of the Arts in Berlin. She has directed a range of short films and installations before making Doska Frank.

Sandra bermudez
Catalogue : 2007The Hustle | Art vidéo | dv | couleur | 2:0 | USA | 2007
Sandra bermudez
The Hustle
Art vidéo | dv | couleur | 2:0 | USA | 2007

"The Hustle" est une animation Flash sur un DVD single channel, tirant son titre d'une danse linéaire célèbre de l'époque de l'enfance de l'artiste dans les années soixante-dix. La vidéo comprend l'interaction de différents personnages de sexes opposés de la même époque. Ils vont d'une Patty Hearst violente, Josie and the Pussycats, de la tête agressive et bavasse du Président Nixon, un astronaute perdu flottant sans but à travers l'écran. Ces personnages "dansent" dans des décors tels que la maison de Mr Roger en explorant l'espace entre l'autorisé et l'autorité. La présentation ludique de la vidéo tout comme l'affable bande son contre-balancent la complexe et souvent sombre exploration des politiques des genres(sexes) dans cette oeuvre. Comme l'interaction de ces personnages sexués devient plus compliquée, une tension fine entre l'humour et l'inconfort s'installe. Ce que la vidéo réussit est une vision honnête des relations entres les sexes vues à travers les yeux d'un enfant: les implications et sous entendus cachés derrière le voile joyeux de la culture pop de consommation.


L'artiste multimédia Sandra Bermudez vie et travaille à New-York. Ses travaux, basés sur l'autoportrait, creusent dans les questions de sexes avec un focus sur l'identité, la représentation et la construction du sexe féminin. Elle crée des oeuvre joueuses et séductrices faisant référence a la pornographie comme à l'art corporel contemporain. Bermudez a étudié à l'Instituto Marangoni, Milan et fut diplomée de l'université de Columbia et de New York. Elle fut choisie pour différentes résidences: Château la Napoule Art Fondation, Cannes; Vermont Studio Centre; Artists in the Marketplace, Bronx Museum of Arts; Blue Montain Centre, NY; Skopelos Art Foundation, Grèce. Ses travaux ont été exposé en solo comme en groupe: 20 Years In, International Center of Photography (2006); Arte Americas, Museo del Barrio, New York-Miami (2006); All that you can see, Art Basel-Design District, Miami (2005); Not Only Performance, Museo del Barrio, New York (2004); The Sublime Metaphor, Oxford Museum, Oxford (2003); Rencontres Internationales, Podewil Center for Contemporary Arts, Berlin (2003); Public Responsibility, Art Museum of the Americas, Washington (2003); Freewaves, Iturralde Gallery, Los Angeles (2002); et Socket Saliva, Videotage, Hong Kong, China (2002). Elle reçu en 2005 une mention honorable au Salon Colombien National et prit part à l'Optic Nerve au MOCA, Miami. En 2007 elle exposa dans We Are Your Future, Biennale de Moscou; MACO; la Triennial de Milan; et Wallflowers, Danziger Projects, New York entre autres. Ses expositions solo en 2007 inclurent Luxe, Spinello Gallery, Miami; et Heavyweight, Merry Karnowsky Gallery, Los Angeles.

Léandre bernard-brunel
Catalogue : 2012Ogres, les fauves de Farafangan | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 22:19 | France | 2011
Léandre bernard-brunel
Ogres, les fauves de Farafangan
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 22:19 | France | 2011

Dans un parc abritant autrefois une exposition coloniale, des gardiens invisibles s?inquiètent d?une odeur étrange. Des bruits courent dans cette fausse végétation tropicale. Des grognements, des soupirs, des voix résonnent dans les murs des anciens pavillons de foire. Une nourrice malgache, la Ramatou, et un chauffeur, « nègre-bohème » commentent le départ des maîtres, dans un colloque sentimental où se mêlent ironie et vraie-fausse mélancolie.


Historien de formation, né en 1985, étudiant en dernière année aux Beaux-Arts de Paris et ayant étudié en Inde à la Faculty of Fine de Vadodara, je développe un travail sur l?espace en vidéo à la lisière du cinéma. Les questions de la théâtralité, de la voix et de l`objet y tiennent une place centrale. Inspirés du langage scandé des lanternes magiques et du prècinéma, mes films mettent en jeu une circulation heurtée de signes. Une affaire de foire et de monstration. Je pars toujours d`un document que je distords avec une simplicité dans les moyens optiques et acoustiques que j`utilise. Je recherche des formes au seuil de l`hypnose et de la fantasmagorie, à l`agonie du sommeil. Mon travail a été montré au 57ème salon de Montrouge, à la Chapelle des Carmélites à Toulouse, à l?Alliance Française de Baroda en Inde, à la Biennale de Belleville ou encore au Passage de Retz pour l?exposition d?Emmanuel Saulnier. Mon dernier film, Colorature, sera présenté à la Galerie Jerôme Poggi sous le commissariat de Stéphanie Cottin. Depuis Juin 2011, mon travail est soutenu et diffusé par Arte Créative. Parallèlement à mon travail d?artiste, je collabore avec des maisons de productions de film comme consultant. Pendant plus de trois ans, j?ai été lecteur à Arte France Cinéma auprès de Michel Reilhac.

Catalogue : 2013Colorature | Fiction expérimentale | | couleur | 25:50 | France | Inde | 2012
Léandre bernard-brunel
Colorature
Fiction expérimentale | | couleur | 25:50 | France | Inde | 2012

Cachée derrière Maharaja Sayajirao University de Baroda, se tenait une jungle vallonnée accessible par un petit muret, comme une miniature Moghol. Muni d?une couronne, d?un portant à oiseaux et d?une lampe torche, j?ai demandé à des amis sculpteurs d?incarner dans ce décor les personnages de la Flûte enchantée, comme un prélude à l?Opéra, comme le temps suspendu d?une nuit à rebours, comme la coulisse d?un mélodrame absurde et grave.


Historien de formation ayant étudié à l?Université Paris I, puis diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2013, Léandre Bernard-Brunel développe un travail en vidéo à la lisière du cinéma. Les questions de la théâtralité, de la voix et de l`objet y tiennent une place centrale. Ses formes brouillent journal filmé, théâtralisation, récits sonores et images hypnotiques. Léandre Bernard-Brunel part toujours d`un document, d`un réel qu?il distord avec une simplicité dans les moyens optiques et acoustiques utilisés. Il recherche des formes au seuil de l`hypnose et de la fantasmagorie, à l`agonie du sommeil. Ses films ont été montrés ces deux dernières années au Palais de Tokyo, à la Haus der Kulturen der Welt à Berlin, au Salon de Montrouge, à la chapelle des Carmélites à Toulouse, à la Kunsthalle de Mainz ou encore dans les galeries de Jerôme Poggi et de Virginie Louvet à Paris pour sa première exposition personnelle en 2012. Ses recherches plastiques et filmiques ont été soutenues, entre autres, par Jean-Max Colard des Inrok?s pour la Biennale de Belleville en 2012, par la ville de Paris pour son film « Colorature » en 2012, et par le prix Scribe 2013 pour le cinéma.

Patrick bernatchez
Catalogue : 2009i feel cold today | Fiction expérimentale | 16mm | | 14:0 | Canada | 2007
Patrick bernatchez
i feel cold today
Fiction expérimentale | 16mm | | 14:0 | Canada | 2007

À propos de "I Feel Cold Today" : Lente traversée de bureaux désertés où s?engouffre un blizzard. Papiers virevoltants et équipements de bureau d?un autre temps témoignent d`une présence humaine récente mais fantomatique, conférant à la scène une ambiance de féérie apocalyptique.


BIO/CV : - Patrick Bernatchez [www.patrickbernatchez.com] est né en 1972 à Montréal au Québec (Canada). - Depuis 2000, son travail a été présenté au QUébec, au Canada et depuis quelques années en Europe et aux États-Unis. - Après une résidence d`artiste [www.iaab.ch] à Bâle (Suisse) en 2008-2009, Patrick Bernatchez travaille actuellement (2009-2010) au KÜnstlerhaus Bethanien [www.bethanien.de] à Berlin (Allemagne) ; deux résidences soutenues par le Conseil des arts et des lettres du Québec [www.calq.gouv.qc.cq]. - Depuis 2008, l`artiste a fait partie des activités des Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid/... [http://art-action.org]. - En 2009, Patrick Bernatchez a présenté des expositions solo à : PREFIX ? ICA ? Institute of Contemporary Art, Toronto [www.prefix.ca]; EXPRMNTL, Toulouse [www.exprmntl.fr]; Galerie Donald Browne, Montreal [www.galeriedonaldbrowne.com]; Stedelijk museum`s-Hertogenbosch ? SM?S, Hertogenbosch [www.sm-s.nl]; Galerie West, Den Haag [www.galeriewest.nl]; Galerie Bertrand Grimont, Paris [www.bertrandgrimont.com]. - À l`automne 2009, avec la Galerie Bertrand Grimont, il a fait partie de SLICK - Foire d`art contemporain [www.slick-paris.com] au Centre d`art le CENTQUATRE à Paris [www.104.fr]. - Les prochains solos seront présentés à : .e.space généric [http://espacegeneric.blogspot.com], Claye-Souilly (Seine-et-Marne, France) en déc. 2009-janv. 2010 ; .la Galerie Studio Bethanien, Künstlerhaus Bethanien, Berlin [www.bethanien.de] en avril-mai 2010. - Le vidéo "I Feel Cold Today" a été projet dans une scénographique intégrée au Frigidarium du Musée de Cluny - musée national du Moyen Âge à l`occasion de la NUIT BLANCHE, Paris [www.nuitblanche.paris.fr], 8e édition, le 3 oct. 2009. - "I Feel Cold Today" a été ou sera projeté ou exposé à : .Experimenta Utopia Now, Media Art Biennial [www.experimenta.org], Melbourne and then national tour in 2010-2011 ; ."CUE: Artists? Videos" (2010) - Cultural Olympic Games program, Vancouver Art Gallery [www.vanartgallery.bc.ca] ; ."The Boundary Layer" (2009), The Prairie Art Gallery, Grande Prairie, Canada [www.prairiegallery.com]; etc.

Catalogue : 2008Chrysalide-Empereur | Art vidéo | 35mm | couleur | 10:0 | Canada | 2008
Patrick bernatchez
Chrysalide-Empereur
Art vidéo | 35mm | couleur | 10:0 | Canada | 2008

CHRYSALIDE-EMPEREUR Pellicule 35mm tranférée sur support numérique. Durée : environ 10 min. (2007-2008) La scène se déroule dans l?obscurité du stationnement souterrain d?un immeuble manufacturier. Un personnage, seul dans sa voiture, termine son dernier repas et fume une cigarette d?un air taciturne. Pendant ce temps l?eau s?accumule à l?intérieur du véhicule seulement. La caméra scrute cet instant, dans un mouvement circulaire et inintérompu jusqu?au débordement. Une lente descente abyssale?


Patrick Bernatchez vit et travaille à Montréal (Québec, Canada). Il est représenté par la galerie Donald Browne. www.galeriedonaldbrowne.com Depuis quelques années, Patrick Bernatchez a développé une démarche multiforme caractérisée par une esthétique mariant le merveilleux et le monstrueux; il y explore la photographie, l?installation et la vidéo autant que le dessin et la peinture, ses médias de prédilection. Les thèmes du corps, de la mutation, du sexe, de la mort et de la renaissance y sont explorés dans une exubérance et un lyrisme conjuguant le fantasmatique et le cauchemardesque. Son intérêt se situe dans la ?chronique d?une mort annoncée? à travers le défilement immuable du temps: celle des êtres vivants, des individus, des sociétés. Il s?intéresse aux traits d?une certaine schizophrénie sociale entre figuration et abstraction. Ces traits sont traduits tant par des compositions picturales, photographiques, filmiques que sous formes d?installations sculpturales et sonores.

Catalogue : 2009Trilogie Chrysalides | Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 38:0 | Canada | 2009
Patrick bernatchez
Trilogie Chrysalides
Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 38:0 | Canada | 2009

Patrick Bernatchez puise son inspiration dans différentes sources - le cinéma, l?imagerie populaire, la musique ? et nous livre une sorte d?opéra postmoderne à la fois merveilleux, exubérant et angoissant.


Patrick bernatchez
Catalogue : 200913 | Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 13:0 | Canada | 2009
Patrick bernatchez
13
Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 13:0 | Canada | 2009

Patrick bernatchez
Catalogue : 2012- | Performance | | | 30:0 | Canada | 2012
Patrick bernatchez
-
Performance | | | 30:0 | Canada | 2012

.

.

Hans bernhard, lizvlx, -
Mareike bernien
Catalogue : 2007Testbild | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 12:0 | Allemagne | 2007
Mareike bernien
Testbild
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 12:0 | Allemagne | 2007

Une voix parle avec le tempo d'un audio-guide comme on en entend dans les visites de galeries, les salons professionnels ou bien les présentations internet. La locutrice décrit avec l'attitude d'une guide aveugle observatrice, répétant sans cesse qu'elle connaît l'endroit dont elle parle. Elle travaille consciemment avec des endroits et des choix que l'on ne peut voir, référant à un potentiel de l'image tout en la laissant fragmentée et incomplète. La bande vidéo jouée parallèlement est inspirée par une procédure de montage dans laquelle une séquence de film donnée est coupée puis agrandie avant d'être re filmée par une caméra simulée. Cette séquence narrative, aussi informative qu'elle soit, expérience un dégorgement de son contenu, dans lequel l'intrigue est fragmentée. Tout comme un écran de veille, le regard de la camera glisse apparemment inflexiblement au loin, au-dessus des scènes. Parfois ce mouvement peut sembler en relation avec le texte parlé tel une offre, une contradiction ou bien un substitut. A travers la répétition et la recombinaison de certaines scènes, des possibilités de liaison inter-textuelles sont offertes. Elles ressemblent cependant à une procédure de test dans laquelle le langage et l'image ne peuvent s'illustrer l'un dans l'autre, mais reçoit un procédé asymétrique.


Mareike Bernien vit et travaille a Hambourg et Berlin

Catalogue : 2009as found | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 15:0 | Allemagne | 2009
Mareike bernien
as found
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 15:0 | Allemagne | 2009

Die Videoarbeit ?As found? versucht die Bewegung von einer gesellschaftlichen Vorstellung, die sich auf etwas Fernes oder Zukünftiges bezieht, zu einer in der Gegenwart veorteten Inszenierung von Gesellschaft nachzuvollziehen. Die ?As-found-Ästhetik? brutalistischer Architektur in Israel steht dabei im Mittelpunkt des Filmes, wobei deren Prinzipien ? z.B. vorgefundene Markierungen eines Ortes in die Entwurfsplanung miteinzubeziehen ? im Film als Technik der Zitation selbst aufgegriffen werden. Dazu werden insbesondere zwei Filme herangezogen: ?Ortsbesichtigung in Palästina? von Pasolini und ?Ici et ailleurs? von Godard/Miéville, die beide auf der Suche nach Übersetzungen zwischen einem Hier und Anderswo, Projektion und Reflexion sind, um zu einem Ort Beziehungen herstellen zu können und darin Widersprüche formulieren zu können. Zudem werden die in der Architektur vorgegeben / angelegten Blickverhältnisse untersucht. Kamera und Architektur testen sich gegenseitig in ihren Abbildungs- und Repräsentationsstrategien. Die Videoarbeit ist eine essayistische Collage aus akustischem und visuellem Film.

Mareike Bernien,Hamburg, Berlin Kerstin Schroedinger,Hamburg,London

Mareike bernien, kerstin schroedinger
Catalogue : 2007Testbild | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 12:0 | Allemagne | 2007
Mareike bernien , kerstin schroedinger
Testbild
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 12:0 | Allemagne | 2007

Une voix parle avec le tempo d'un audio-guide comme on en entend dans les visites de galeries, les salons professionnels ou bien les présentations internet. La locutrice décrit avec l'attitude d'une guide aveugle observatrice, répétant sans cesse qu'elle connaît l'endroit dont elle parle. Elle travaille consciemment avec des endroits et des choix que l'on ne peut voir, référant à un potentiel de l'image tout en la laissant fragmentée et incomplète. La bande vidéo jouée parallèlement est inspirée par une procédure de montage dans laquelle une séquence de film donnée est coupée puis agrandie avant d'être re filmée par une caméra simulée. Cette séquence narrative, aussi informative qu'elle soit, expérience un dégorgement de son contenu, dans lequel l'intrigue est fragmentée. Tout comme un écran de veille, le regard de la camera glisse apparemment inflexiblement au loin, au-dessus des scènes. Parfois ce mouvement peut sembler en relation avec le texte parlé tel une offre, une contradiction ou bien un substitut. A travers la répétition et la recombinaison de certaines scènes, des possibilités de liaison inter-textuelles sont offertes. Elles ressemblent cependant à une procédure de test dans laquelle le langage et l'image ne peuvent s'illustrer l'un dans l'autre, mais reçoit un procédé asymétrique.


Mareike Bernien vit et travaille a Hambourg et Berlin

Catalogue : 2009as found | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 15:0 | Allemagne | 2009
Mareike bernien , kerstin schroedinger
as found
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 15:0 | Allemagne | 2009

Die Videoarbeit ?As found? versucht die Bewegung von einer gesellschaftlichen Vorstellung, die sich auf etwas Fernes oder Zukünftiges bezieht, zu einer in der Gegenwart veorteten Inszenierung von Gesellschaft nachzuvollziehen. Die ?As-found-Ästhetik? brutalistischer Architektur in Israel steht dabei im Mittelpunkt des Filmes, wobei deren Prinzipien ? z.B. vorgefundene Markierungen eines Ortes in die Entwurfsplanung miteinzubeziehen ? im Film als Technik der Zitation selbst aufgegriffen werden. Dazu werden insbesondere zwei Filme herangezogen: ?Ortsbesichtigung in Palästina? von Pasolini und ?Ici et ailleurs? von Godard/Miéville, die beide auf der Suche nach Übersetzungen zwischen einem Hier und Anderswo, Projektion und Reflexion sind, um zu einem Ort Beziehungen herstellen zu können und darin Widersprüche formulieren zu können. Zudem werden die in der Architektur vorgegeben / angelegten Blickverhältnisse untersucht. Kamera und Architektur testen sich gegenseitig in ihren Abbildungs- und Repräsentationsstrategien. Die Videoarbeit ist eine essayistische Collage aus akustischem und visuellem Film.

Mareike Bernien,Hamburg, Berlin Kerstin Schroedinger,Hamburg,London

Valerie bert
Catalogue : 2012avant le changement d'équipe | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 24:0 | France | 2012
Valerie bert
avant le changement d'équipe
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 24:0 | France | 2012

Avant le changement d`équipe. Au travers d?une circulation d?argent, du produit de larcins et de présents entre trois personnages, « Avant le changement d?équipe » est un regard porté sur la notion de valeur, d?économie, d?asservissement et de désir. Dans un appartement, trois personnages (Véra, Alex, Sylvain) vont interagir sous la forme d`un huis clos. Dans ce trio, chacun est interdépendant des autres. Le trio évolue autour de l`échange, et de la valeur attribuée à ce qui est échangé. Véra, vit dans un appartement avec Alex, qui lui tient lieu d?amie/domestique. Les deux femmes se livrent à un commerce étrange avec un homme, Sylvain, qui chaque jour vient leur donner une enveloppe contenant l?argent d?un méfait. Alex doit raconter chacun des larcins en détail à Véra qui rémunère Sylvain deux fois le montant de ce qu?il a volé. Dans ce trio, chacun est lié à l`autre, les individus ne sont là que pour servir le système, prisonniers de leur avidité ou de leur désir. Mais Sylvain en sortant de cette organisation, produit un intervalle, une légère interruption mettant en difficulté le système.


Valérie Bert a d`abord été présente dans le champ de l`art contemporain sous la forme de performances, de pratique multimédia, ou de vidéos. Depuis quelques années, elle travaille plus particulièrement autour de projets de films de format courts et longs. Son travail questionne les notions d`économie, de politique et d`utopie.

Catalogue : 2013/ l'autre / | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 0:0 | France | 2013
Valerie bert
/ l'autre /
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 0:0 | France | 2013

Lors d`un pique nique, deux femmes sont réunies. L`une d`elle partage avec l`autre des notions sur les questions de l`argent et de l`amour.


Valérie Bert a d`abord été présente dans le champ de l`art contemporain sous la forme de performances, de pratique multimédia, ou de vidéos. Depuis quelques années, elle travaille plus particulièrement autour de projets de films de format courts et longs. Son travail questionne les notions d`économie, de politique et d`utopie.

Valerie bert, valérie bert
Catalogue : 2012avant le changement d'équipe | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 24:0 | France | 2012
Valerie bert , valérie bert
avant le changement d'équipe
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 24:0 | France | 2012

Avant le changement d`équipe. Au travers d?une circulation d?argent, du produit de larcins et de présents entre trois personnages, « Avant le changement d?équipe » est un regard porté sur la notion de valeur, d?économie, d?asservissement et de désir. Dans un appartement, trois personnages (Véra, Alex, Sylvain) vont interagir sous la forme d`un huis clos. Dans ce trio, chacun est interdépendant des autres. Le trio évolue autour de l`échange, et de la valeur attribuée à ce qui est échangé. Véra, vit dans un appartement avec Alex, qui lui tient lieu d?amie/domestique. Les deux femmes se livrent à un commerce étrange avec un homme, Sylvain, qui chaque jour vient leur donner une enveloppe contenant l?argent d?un méfait. Alex doit raconter chacun des larcins en détail à Véra qui rémunère Sylvain deux fois le montant de ce qu?il a volé. Dans ce trio, chacun est lié à l`autre, les individus ne sont là que pour servir le système, prisonniers de leur avidité ou de leur désir. Mais Sylvain en sortant de cette organisation, produit un intervalle, une légère interruption mettant en difficulté le système.


Valérie Bert a d`abord été présente dans le champ de l`art contemporain sous la forme de performances, de pratique multimédia, ou de vidéos. Depuis quelques années, elle travaille plus particulièrement autour de projets de films de format courts et longs. Son travail questionne les notions d`économie, de politique et d`utopie.

Catalogue : 2013/ l'autre / | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 0:0 | France | 2013
Valerie bert , valérie bert
/ l'autre /
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 0:0 | France | 2013

Lors d`un pique nique, deux femmes sont réunies. L`une d`elle partage avec l`autre des notions sur les questions de l`argent et de l`amour.


Valérie Bert a d`abord été présente dans le champ de l`art contemporain sous la forme de performances, de pratique multimédia, ou de vidéos. Depuis quelques années, elle travaille plus particulièrement autour de projets de films de format courts et longs. Son travail questionne les notions d`économie, de politique et d`utopie.