Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Wim catrysse
Catalogue : 2005Catch-as-catch-can | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:56 | Belgique | 2005
Wim catrysse
Catch-as-catch-can
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:56 | Belgique | 2005

Wim Catrysse est né en 1973 à Lovent en Belgique. Il a étudié à l?institut supérieur de Saint-Lukas de Brussel (1993 - 1997) et a obtenu un Master en arts visuels. En 1997 ? 2000, il a suivit le post-programme Higher Institute for Fine Arts (HISK), d?Anvers en Belgique. En 2000-2001, il a suivit le post-programme de la Glasgow School of Art, Glasgow, au Royaume-Uni.Son projet pour 2006-2007 : Künstlerhaus Bethaniën, Berlin, Allemagne.

Catalogue : 2014MSR | 0 | 0 | couleur | 14:58 | Belgique | Koweït | 2014
Wim catrysse
MSR
0 | 0 | couleur | 14:58 | Belgique | Koweït | 2014

With 'MSR' we are set amidst the vast emptiness of the Kuwaiti desert where, to a great extent, the landscape has been claimed by two imperious industries, that is, the oil companies and the military machine that protects their interests. As they both make great effort to keep their stealthy activities concealed, the landscape, as we perceived it, is somehow being held hostage in a state of suspense… Located next to the 'Main Supply Route' (the route designated within an area of operations upon which the bulk of traffic flows — hauling beans, bullets and fuel — in support of military operations), we are confronted with a sequence of documentary footage that puts the focus on the travails and tactics of 'survivors', i.e. a pack of stray dogs that dwells within the boundaries of a dystopian world. In order to outlive an enraged desert storm, they seek shelter behind scattered pieces of waste and continuously dig holes in the sand, determined to withstand their antagonistic environment.

Wim Catrysse (°1973 born in Leuven, lives and works in Antwerp) gained a Masters degree in Visual Arts at the Higher Institute St-Lukas, Brussels in 1997. From 1997 to 2000, he followed a post-program course at the Higher Institute for Fine Arts (HISK) in Anvers followed by a one-year course at The Glasgow School of Art. Ever since the late 1990s Catrysse has been surveying the confines of visual constructions in his video installations, taking an architectural structure or the topographical features of a site as his starting point. He translates this investigation into cinematographic works in which the exposing and balancing of elementary forces play an essential role. The result is an accumulation of images that jerk us out of our comfort zone, that convey a physical threat, images that have about them something unheimlich and often unseat the obviousness of our most common perceptions. Moreover, Catrysse`s particular artistic method combines two apparently irreconcilable extremes: impulsiveness, physical directness, intuition and experimentation (almost nothing is worked out in detail beforehand) on the one hand and on the other an acute artistic and technical reasoning that can sometime lead to complex cinematographic image constructions.

Ergin cavusoglu
Catalogue : 2007Fog Walking | Art vidéo | dv | couleur | 7:58 | Royaume-Uni | 2007
Ergin cavusoglu
Fog Walking
Art vidéo | dv | couleur | 7:58 | Royaume-Uni | 2007

"Fog Walking" explore le thème du brouillard et de la nature de son inconsistence. Le brouillard défait la notion d'espace de ces coordonnées géographiques, de son histoire, et du temps. Le film décrit un voyage poétique sur le littoral de Biarritz, dans la baie de Biscay, lieu à caractère dramatique. Le personnage est invisible, mais on est conscient de sa présence grâce au bruit de ses pas. Le film est tourné de nuit et au petit matin, et présente un cycle d'images de vagues agitées rendues de façon abstraite par le brouillard, l'obscurité et les illuminations, les silouhettes d'immeubles et les monuments de la région de Biarritz. C'est là le décor qui a inspiré Igor Stravinsky, qui a vécu à Biarritz de 1921 à 1924. L'oeuvre emprunte sa bande-son à l'ouverture dramatique du ballet de Stravinsky "The Firebird Suite".


Ergin Cavusoglu est né en Bulgarie en 1968. Il a fait ses études à l'école nationale des beaux-arts "Iliya Petrov", à Sofia, dans les années 1980, puis il a obtenu un BA à l'université de Marmara, à Istanbul, et enfin un MA à Goldsmiths, à Londres, où il vit et travaille désormais. Il a représenté la Turquie à la cinquantième biennale de Venise en 2003 et a attiré l'attention d'un large public en 2004 en figurant sur la short list pour le Beck's Futures Prize. Parmi ses récentes expositions: Quintet Without Borders, Haunch of Venison, Zurich, Point of Departure, John Hansard Gallery, Southampton, Entanglement, Dundee Contemporary Arts, Dundee, huitième biennale d'Istanbul, British Art Show 6 et trosième biennale de Berlin. Cavusoglu fait partie des réalisateurs dont la proposition a été sélectionnée pour subvention pour développer le scénario d'un long métrage, sur une initiative du UK Film Council.

Vincent ceraudo, sc ceraudo
Catalogue : 2018The Observatory | Vidéo expérimentale | mov | | 18:0 | France | 0
Vincent ceraudo , sc ceraudo
The Observatory
Vidéo expérimentale | mov | | 18:0 | France | 0

Il existe une manière de percevoir les choses ou de les observer qui n’implique pas les yeux. Quelque chose qui occulte le regard et qui va au-delà de la vision ordinaire. Le projet se déroule en une succession d’expériences filmées dans l’observatoire Camille Flammarion, à Juvisy-sur-Orge. L’idée conductrice du film repose sur les rapports entre la télépathie et l’astronomie, corrélat mystérieux qui hanta jusque la fin de sa vie les recherches du scientifique français Camille Flammarion (1842-1925). The Observatory est une exploration filmique qui fonctionne comme une tentative de réactivation du lieu. Les transmissions de pensées reflètent alors de manière métaphorique la structure du film, mais deviennent aussi au fur et à mesure son langage propre. La caméra enregistre et sonde au-delà du tangible, et le montage ne dépend pas d’un récit au sens strict mais plutôt des relations et des coïncidences qui se sont établies lors du passage de chacun dans cet observatoire. Il s’agit d’abord de faire éprouver à celui qui regarde le film, les tremblements et les incertitudes suscités par l’expérience télépathique, ou encore les vacillements du sentiment de réalité et d’identité qu’elle entraîne. Le spectateur est alors invité à pénétrer dans l’intimité du lieu et des personnages qui l’explorent, au travers de la synchronicité d’évènements qui les dépassent. Le 18 janvier 2016, un groupe composé d’une médium, de scientifiques et d’enquêteurs paranormaux est invité dans un observatoire en banlieue parisienne. Pendant plusieurs jours, ils tentent d’explorer le lieu au travers de leurs aptitudes spécifiques. Ignorant tout de cet observatoire, chacun réactive à sa manière l’histoire de ce lieu. Cet enregistrement vidéo constitue et documente cette expérience.


Vincent Ceraudo (1986, France) vit et travaille à Rotterdam. Son travail met en jeu la perception, la construction du réel, du rationalisme, de la culture et du capitalisme. A partir de divers enregistrements et images, videos, films, installations, photographies et textes, son travail est une tentative de révéler qui pourrais exister en dehors du dispositifs sensoriel humain. Son travail interroge un espace liminal qui existe dans l`écart qui sépare la perception et la réalité dite objective. Vincent a étudié à la Villa Arson à Nice, au Fresnoy Studio National des Arts Contemporains. Il est un résident de De Ateliers à Amsterdam (2016-2018) ainsi qu`un membre de la Skowhegan School of Painting and Sculpture, USA (2016) Son travail a été exposé à l`international comme récemment en 2018 Lo schermo Dell’Arte Film Festival à Florence en Italie, à la Fondazione Antonio Ratti à Como en Italie, à De Ateliers à Amsterdam, à la Station gare des mines à Paris, en 2017 à la faculté des sciences à Turin ( avec the institut of things to come et la Fondazione Sandretto Re Rebaudengo), à la Maison Européenne de la Photographie à Paris, au centre d`Art de la VIlla Arson à Nice, au Centre Pompidou à Paris, au Skoweghan program space a New York, comme artiste invité au 62 ème Salon de Montrouge, à la cité des Arts à Paris, au Fresnou Studi National des Arts Contemporains, en 2015 au Palais de Tokyo, à la Fabricca Del Vapore à Milan, comme artiste invité de la foire Art-O-Rama à Marseille, à la Fondation Botin à Santander en Espagne, au MUMA Monsah university Museum à Melbourne en Australie. Vincent est finaliste en 2016 du Fresnoy studio collector prize, un lauréat de la bourse des Mécènes du Sud à Marseille en 2015, lauréat de la bourse de la Caza De Velazquez à Madrid, un lauréat du premier prix du show-room à Marseille durant la foire Art-O-rama à Marseille. Son travail fait partie de prestigieuses collections publiques et privées en France, en Italie, en Belgique et aux Pays-Bas.

Filipa cesar
Catalogue : 2011Porto, 1975 | Doc. expérimental | hdv | couleur | 10:0 | Portugal | 2011
Filipa cesar
Porto, 1975
Doc. expérimental | hdv | couleur | 10:0 | Portugal | 2011

Applying the same economy used in Allee der Kosmonauten (one sole unrolling 16 mm film role with no montage) a long tracking shot at the Cooperativa das Águas Férreas da Bouça, a social housing complex designed by Álvaro Siza Vieira and an integral part of the SAAL (Serviço Ambulatório de Apoio Social, 1974-76) programme. The place is Oporto, in 2010, but the memory of the complex circumstances surrounding the construction of these dwellings take us back to 1975 and a tumultuous moment in Portugal?s past.

Filipa César was born in Porto in 1975. Lives and works in Berlin, and studied at the Faculty of Arts in Porto and Lisbon (1996?99), the Academy of Arts in Munich (1999?2000) and MA Art in Context, University of Arts, Berlin (2007). César is an artist and filmmaker whose work reflects on the porous nature of the relationship between the moving image and its public reception. Informed by her interests in exploring the fictional aspects of the documentary genre, and imbued with an urge to point out the politics behind moving images, works such as F for Fake (2005), Rapport (2007), Le Passeur (2008), The Four Chambered Heart (2009), and Memograma (2010) walk the thin line between storytelling, chronicling, documentary, and experimental film. César?s installations suggest possible settings for an expanded production of moving images, which actively engage the spectator in his or her role as perceiver, and which are constituted by the presence of socio-political concerns. In Filipa César?s work the image evolves out of a struggle between real-memory and cinema-memory. Filipa César has exhibited, among other places, at 8. Istanbul Biennial, 2003; Kunsthalle Wien, 2004; Serralves Museum, 2005; Locarno International Film Festival, 2005; CAG- Contemporary Art Gallery, Vancouver, 2006; Tate Modern, 2007; St. Gallen Museum, 2007; International Triennale of Contemporary Art, Prague, 2008; SF MOMA, San Francisco 2009, 12th Architecture Biennial, Venice, 29th São Paulo Biennial 2010, São Paulo and Manifesta 8, Cartagena.

Filipa cesar
Catalogue : 2007F for Fake | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 19:0 | Portugal | 2005
Filipa cesar
F for Fake
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 19:0 | Portugal | 2005

When the flush of a newborn sun fell first on Eden`s green and gold, Our father Adam sat under the Tree and scratched with a stick in the mold; And the first rude sketch that the world had seen was joy to his mighty heart, Till the Devil whispered behind the leaves: "It`s pretty, but is it Art?" (?) Rudyard Kipling "F for Fake" est une vidéo sur la vérité, le mensonge, la contrefaçon et la condition d'auteur qui concerne à la fois l'art et la vie. Filipa César prend comme point de départ le dernier long-métrage d'Orson Welles et apporte une nouvelle dimension à cette meta-narration en introduisant 5 nouveaux personnages : un avocat, un acteur, un écrivain, un critique d'art et un cochon d'Inde qui jouent leurs propres rôles et incarnent les personnages Elmyr de Hory, Oja Kodar, Orson Welles, Clifford Irving, le cochon d'Inde, Monsieur Hugo, jouant Howard Hughes. Ce film présente un intéressant décalage entre le fond et la forme. Derrière une structure (post-)moderne, "F for Fake" laisse entrevoir un intérêt presque romantique pour le savoir faire et la signature de l'auteur. En s'inspirant des techniques de montage de la télévision, Filipa César présente une réalité qui dépasse les apparences. Ainsi, narration et mode de narration relèvent de niveaux différents. Il est ici question de la relation entre l'acte et l'actant et de l'attitude éthique qui en découle, c'est à dire, la valeur de l'auteur et le crédit chimérique accordé à la totalité symbolique au détriment de la dimension artistique. Pourtant, le montage dénote un monde parfaitement conscient de son appareil médiatique, qui altère la réalité en affichant ses propres outils. Ce monde qui est le nôtre, produit du cinéma et d'autres technologies, ne peut s'empêcher de regarder en arrière avec nostalgie. Il s'agit d'un monde schizophrène qui respecte et moque son héritage culturel, pictural et littéraire, et passe pourtant le plus clair de son temps à le commenter. En utilisant à son tour la vidéo pour commenter un dispositif cinématographique et en reprenant les propres techniques de montage du film, Filipa César pénètre dans l'ère électronique et finit ainsi ce qu'Orson Welles avait commencé. "F for Fake" devient un processus de juxtaposition et d'insertion où le spectateur n'est jamais à l'intérieur ni à l'extérieur du film dans la mesure où intérieur et extérieur sont depuis longtemps devenus de simples points de vue, pôles interchangeables de l'émetteur-récepteur.


Filipa César Born in Porto 1975 Lives and works in Berlin 1999 Graduated in Fine Arts ? Painting at the Fine Art Faculty, University Lisbon 1996 BA in Fine Arts ? Painting at the Fine Art Faculty, University Porto Grants and Prizes 2007 Fellow Artist, HFF Konrad Wolf, Potsdam 2005 Hauptstadtkulturfonds Berlin, Ringbahn Project 2003-04 Fundação Calouste Gulbenkian Grant, Berlin 2003 União Latina Preis, Lisbon 2002 Pépinières européennes pour jeunes artistes Grant, Bad Ems 2001 Post-Graduation ? DAAD Stipendium, Munique 2000 Young Creators ? Centro Nacional de Cultura Stipendium, Lisbon Solo Exhibitions 2007 Allee der Kosmonauten, Museu Atelier António Duarte, Caldas da Rainha (curated by David Etxeberria) Rapport Raccord, Distrito Cu4tro, Madrid 2006 Filipa César, Mai 36 Galerie, Zurich F for Fake and Ringbahn, Sint-Lukas Gallery, Brussels ( curated by Filip Luycky) 2005 Ringbahn, Serralves Museum, Porto (curated by João Fernandes) Berlin, Noga Gallery of Contemporary Art, Tel Aviv Ringbahn, Küchenstudio, Schaubühne am Lehniner Platz, Berlin F for Fake, Cristina Guerra Contemporary Art, Lisbon Aura, Galeria Espacio Distrito Cu4tro, Madrid 2004 Transmediterráneo, Centre d?Art Santa Mónica, Barcelona (curated by Miguel von Hafe Pérez) Berlin Zoo, Part 02, Project Space, Karlsplatz ? Kunsthalle Wien, Vienna Menschen Tiere Attraktionen, bergstueblPROJEKTE, Berlin 2003 Product Displacement, Fundação Calouste Gulbenkian, Lisbon 2002 Sets for thoughts, Galeria Cristina Guerra, Lisbon Hotel, Emser Arkaden, Bad Ems SlowMotion, Estgad, Caldas da Rainha and Fundação Calouste Gulbenkian, Lisbon Group Shows (selection) 2007 Stream, White Box, New York (curated by João Silvério) Art Summer University, Tate Modern, London (curated by Manuel Saiz) Por Entre as Linhas, Museu das Comunicações, Lisbon ( curated by Isabel Carlos) Shot an go, Isola di San Servolo, Venice (curated by Raffaele Gavarro) In the Eye of the Storm, Kunstmuseum St. Gallen, St. Gallen (curated by Konrad Bitterli) Unversagt, Das Hotel Balzer!, Schloss Balmoral, Bad Ems (curated by Rainer Hofmann) Sines Local, Emmerico Nunes Cultural Center,, Sines (curated by Isabel Silva) 2006 Tales from the Travel Journal Vol. 1 CAC Vilnius (curated by Catherine Hemelryk) Concrete language, CAG, Contemporary Art Gallery, Vancouver ( curated by Christina Ritchie) Urban Spaces, Galerie Dina 4, Munique (curated by Patricia Drück) Das Fest, Residenz der Portugiesischen Botschaft in Berlin (curated by Ana Pinto) Diegesis, Schleswig Holsteinhause, Staatliches Museum Schwerin, 16. Filmkunstfest, Schwerin (curated by Nuno Faria) Sede e Museu da F.C.G: A Arquitectura dos anos 60, Fundação Calouste Gulbenkian, Lisbon (curated by Ana Tostões) 2005 Portugal Novo: Artistas de Hoje e amanhã, Pinacoteca, São Paulo (curated by Alexandre Melo) Tableaux Vivants, Museu de Arte Contemporânea Serralves, Porto (curated by Ulrich Loock und Sandra Guimarães) Temporary Import, Artforum, Berlin (curated by Suzanne Titz) In Progress, 58. Internationales Film Festival in Locarno, Locarno Art Unlimited, Basel (curated by Simon Lamunière) Artstars-Shooting Star, ON25, Luxemburg (curated by Diana Baldon) 60th Anniversary of ONU, NUOI, Geneva (curated by Simonetta Luz Afonso) Portugal: Algumas Figuras, Alameda Art Laboratory (LAA), Mexico City (curated by João Pinharanda) 2004 Video Zone, 2nd International Video Art Biennial, Tel Aviv, Israel (curated by Sergio Edelsztein) Believe it or not, Kunstraum Kreuzberg / Künstlerhaus Bethanien, Berlin (curated by C. Burbaum, M. Röhrborn und O. Pietsch) Continental Breakfast, 45 October Salon, Cultural Center, Belgrade (curated by Anda Rottenberg) Close by (Time Space Architecture), Mai 36 Galerie, Zurich Re-Produtores de Sentido, SESC Rio, Rio de Janeiro (curated by Miguel Von Hafe Pérez) Carte Blanche, Théâtre des Salins (curated by Rui Pedro Morais) Video Shop, Intervenciones en la calle Alfonso, Zaragoza (curated by Pilar Cruz and Maribel Perpiñá) True Lies, Kallmann-Museum, Munique (curated by Reinhard Spieler) Arte Contemporânea na Assembleia: César, Queiroz, Sendas, Vasconcelos, Palácio de S. Bento, Lisbon (curated by Simonetta Luz Afonso) SESIÓN CONTINUAD VIDEO, Galería DV, San Sebastián, (curated by Margarita Sanchez) PØRTUGÅL- 30 artists under 40, The Stenersen Museum, Oslo (curated by Pedro Portugal) True Lies, Franz Gertsch Museum, Bern (curated by Reinhard Spieler) Meeting between 2 Collections: Serralves Foundation ? ?La Caixa? Foundation, Caixa Forum, Barcelona 2003 Off Loop`00, Post-Portugal, met. Room, Barcelona (curated by Pilar Cruz and Maribel Perpiñá) Otras alternativas. Novas experiencias visuales en Portugal, MARCO, Vigo (curated by David Barro) Trabalho, Centro de Artes Visuais, Coimbra (curated by Albano da Silva Pereira und Miguel Amado) Poetic Justice, 8. Istanbul Biennial, Yerbaten Cistern, Istanbul (curated by Dan Cameron) União Latina Prize, Culturgest, Lisbon Balmoral in Berlin, Landesvertretung Rheinland-Pfalz, Berlin Cutting Edges, ARCO, Madrid (curated by Miguel von Hafe Pérez) 2002 Video Lounge, Art Basel, Miami Contemporary Art from Portugal, European Central Bank, Frankfurt (curated by Pedro Lapa/ Heike Sutter) Video Zone, 1st International Video Art Biennial, Tel Aviv, Israel (curated by Miguel Wandschneider/ Catarina Campino) Seiten, Antiquariat Gundel Gelbert, Cologne Home Sweet Home, MAN, Nuoro (curated by Chiara Leoni) and then there were nine, Kulturamt in der Fruchthalle, Kaiserslautern (curated by Andrea Edel) Narrando Espaços, Tempo, Histórias?, XXVII Bienal de Arte de Pontevedra, Pontevedra (curated by Maria de Corral) Deutsches Eck, Galerie Václava Spály, Prag (curated by Jiri Suruvka) Expect the world, moi non plus, Sparwasser HQ and Parkhaus, Berlin (curated byAna Pinto) 2001 Voyager ? Experimenta Design, Lisbon (curated by Pedro Gadanho) Situation Zero, Yerba Buena Center for the arts, San Francisco (curated by René de Guzman) Night Visions ? Schnittraum, Ludwig Museum, Cologne (curated by Corinna Schnitt) Biberstein, César, Onofre, Sarmento, Sendas, Toscano, Galeria Cristina Guerra, Lisbon Streetwear, Galeria da Mitra, Lisbon (curated by Fransisco Vaz Fernandes) Milano Europa 2000 ? Anteprima Bovisa, Triennale, Milan , (curated by Alexandre Melo) Voyager-Experimenta Design, Milan, (curated by Pedro Gadanho) Disseminações, Culturgest, Lisbon (curated by Pedro Lapa) Ausgewählte Bibliographie / Bibliography (selection) Edelsztein, Sergio `Filipa César` Ice Cream, edited by Phaidon, 2007 Hemelryk, Catherine "Tales from the Travel Journal Vol. 1" edited by CAC Vilnius, 2006 Faria, Nuno, Diegesis, mit Essays von Antje Weitzel "Two or 3 Thing I know about her"; Nuno Faria "Raccord (on the diegesis project) edited by Fundação Calouste Gulbenkian, 2006 Cesar, Filipa, Ringbahn, essays by João Fernandes "Filipa César?s Video-situations: exception and rule", Ana Pinto "Mind the Gap" und David Gieselmann "Die Berliner Ringbahn" (eng. und port.), edited by Serralves Museum, 2005 César, Filipa, Belgradee Footnotes, mit einem Essay von Simone Homem de Mello (eng.) edited by Revolver, 2004 Spieler, Reinhard, In-between realities, in "True Lies. Lies and other trues in the contemporary photography", edited by Reinhard Spieler und Museum Franz Gertsch, 2004 Rottenberg, Anda, Continental Breakfast, 45th October Art Salon, edited by Cultural Center, Belgradee, 2004 Wandschneider, Miguel, Filipa César, in "Narrando Espacios, Tempos e Histórias... XXVIII Bienal de Arte de Pontevedra", edited by Deputación Provincial de Pontevedra, 2002 Wandschneider, Miguel, 9 Portuguese artists, 18 Video Works, in ?Video Zone, First International Art Biennial, Tel Aviv?, edited by Center for Contemporary Art, Tel Aviv, 2002 Lopes, Diogo, Berlin Zoo, in "Poetic Justice, 8. Istanbul Bienal", edited by Istanbul Foundation for Culture and Arts, 2003 Barro, David, Filipa César, in "Outras Alternativas visuais: Novas experiências visuais em Portugal", edited by Museo de Arte Contemporánea de Vigo, 2003 Silva Pereira, Albano / Amado, Miguel, Trabalho / Work, edited by Centro de Artes Visuais, 2003 Edel, Andrea, Observations from offstage, in "Sets for Thoughts", edited by Filipa César and Künstlerhaus Schloß Balmoral, 2002 Leoni, Chiara, Case: un Catalogo, in ?Casa Dolce Casa?, edited by Museo d?arte provincia di Nuoro, 2001 Lapa, Pedro, Disseminações, edited by Culturgest, 2001 Melo, Alexandre, Filipa César, in ?Milan Europa 2000?, edited by Electa, 2001

Filipa cÉsar
Catalogue : 2015Sol miné | Doc. expérimental | hdv | couleur | 34:0 | Portugal | 2014
Filipa cÉsar
Sol miné
Doc. expérimental | hdv | couleur | 34:0 | Portugal | 2014

Dans ce film-essai qui fait partie d`un projet de recherche en cours, "People are the mountain", l`artiste portugaise Filipa César revisite le travail de l`agronome guinéen Amilcar Cabral, de l`étude de l`érosion du sol de la région portugaise de l`Alentejo jusqu`à son engagement comme l`un des leaders du Mouvement Africain de Libération. A ce chemin de pensée se mêle la documentation du site d`une mine d`or expérimentale, gérée aujourd`hui par une compagnie canadienne et située dans la même zone qu`étudia Cabral à l`époque. Le film explore les définitions présentes et passées du sol comme une zone de dépôt de la mémoire, de la trace et de l`exploitation.


Filipa César est née au Portugal en 1975 ; elle vit et travaille à Berlin. Elle a étudié à la Faculté des Arts de Porto et de Lisbonne, à l’Académie des Arts de Munich et a obtenu le Master Art in Context de l’Université des Arts de Berlin (2007). Son travail interroge la relation poreuse entre l’image animée et sa réception publique. Intéressée aux aspects fictionnels du documentaire, et motivée par un désir de pointer le politique derrière l’image animée, l’artiste se situe entre le storytelling, la chronique, le documentaire et le film expérimental. Ses films – F for Fake (2005), Rapport (2007), Le Passeur (2008), The Four Chambered Heart (2009), et Memograma (2010) – ont été présentés à la 8e Biennale d’Istanbul, 2003 ; à la Kunsthalle Wien, 2004 ; au Serralves Museum, 2005 ; au Festival International du Film de Locarno, 2005 ; à la CAG- Contemporary Art Gallery, Vancouver, 2006 ; à la Tate Modern, 2007 ; au St. Gallen Museum, 2007 ; au SF MOMA, San Francisco 2009 ; à la 1ère Biennale d’Architecture de Venise, à la 29e Biennale de São Paulo et à Manifesta 8, Cartagena.

Catalogue : 2016Transmisson from the Liberated Zones | Doc. expérimental | hdv | couleur | 30:0 | Portugal | 2016
Filipa cÉsar
Transmisson from the Liberated Zones
Doc. expérimental | hdv | couleur | 30:0 | Portugal | 2016

Transmission from the Liberated Zones prend comme point de départ le concept de « Zones Libérées », terme utilisé pour décrire les territoires de la Guinée-Bissau arrachés à la domination portugaise et gérés, pendant les 11 ans de la guerre de libération (1963-1974), par des militants de la Guerilla du Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap-vert (PAIGC). Les témoins du film sont tous suédois et ont en commun d’avoir visité cette zone au début des années 70. Il s’agit du diplomate Folker Löfgren, de la cinéaste Lennart Malmer, de la cinéaste et psychologue Ingela Romare et de la femme politique Birgitta Dahl. Pour agencer documents et témoignages, aller et venir du passé au présent, Filipa César met en scène un jeune narrateur dont le corps et la voix deviennent les outils d’un voyage temporel.


Filipa César est une artiste et réalisatrice dont le travail explore la porosité entre les frontières de l’image en mouvement et sa réception, les dimensions fictionnelles du documentaire et l’économie, la politique et la poétique, inhérents au cinéma comme praxis. Une large partie des films expérimentaux de Filipa César se concentrent sur les spectres de la résistance dans l’Histoire géo-politique du Portugal, en questionnant les mécanismes de production de l’Histoire et proposent des espaces performatifs d’une approche subjective au savoir. Depuis 2011, Filipa César entreprend des recherches sur les origines du cinéma en Guinée-Bissau, son imaginaire et son potentiel, au travers d’une recherche collective initiée dans le projet Luta ca caba inda (La lutte n’est pas encore terminée). Elle a également participé aux projets de recherche Living Archive (20111-2013) et Visionary Archive (2012-2013) organisés par l’Arsenal - Institute for Film and Video Art - à Berlin.

Jeamin cha
Catalogue : 2011It is not a question but a balloon | Art vidéo | | couleur | 9:41 | Coree du Sud | 2010
Jeamin cha
It is not a question but a balloon
Art vidéo | | couleur | 9:41 | Coree du Sud | 2010

It is not about a question but a balloon is composed of installation and video. Throughout the work, the artist focuses on making a way of experience to unforget and evokes the details of what happened during the summer of 1989 through Su-Kyung Lim?s narration. She participated in the recording after correcting the wrong statements of the articles. The script is corrected by Sukyung Lim?s testimony. As a result, the narration of the video transmits mixed tenses: the past, the present and the future were arranged for the incident in 1989. In order to withdraw the fixed trust from the recorded history, one should have one?s own belief in incidents from the past through personal experiences. Hence it was concentrated to make a way of experience. This video is only to show a little incident against the propaganda heading somewhere with a timer attached to it. - Su-Kyung Lim went to Pyongyang when she was twenty-one. In order to participate in the 13th annual World Student Celebration, she traveled secretly on June 30,1989 without South Korean governments? knowledge. After the visiting North Korea, she was put in the prison due to violating the National Security Law.

Jeamin Cha was born in Republic of Korea in 1986, and studied fine art at Korean National University of Arts (BA) from 2005 to 2010. She also studied video at Chelsea College of Art and Design (MA), London. She researches the delicate conflict in significance between the individual and the social, visualising it in dramatic format. Her primary medium is video, she is making moving image works about the social and political dissension. She currently lives and works in London.

Catalogue : 2012One on One | Documentaire | | couleur | 26:56 | Coree du Sud | Royaume-Uni | 2012
Jeamin cha
One on One
Documentaire | | couleur | 26:56 | Coree du Sud | Royaume-Uni | 2012

One on One is a documentary video piece based on a site in New Malden, London which is shared by a South Korean food market and a group of North Korean defectors. At this site there is a small office for establishing the exile government of North Korea. It shows an ironic situation where an unexpanded democracy movement coexists with busy distributive trucks and people try to be their apolitical selves, then, this is a video about how capitalism surround their radical life. It focusses on their dream of establishing a government in exile whilst pursuing a day to day business distributing food. The film is composed of separate fragments and micro-narratives that function as a kind of bait. This open narrative is intended to lead the audience into creating their own sense of story.

Jeamin Cha was born in Republic of Korea in 1986, and studied fine art at Korean National University of Arts (BA) from 2005 to 2010. She also studied video at Chelsea College of Art and Design (MA), London. She researches the delicate conflict in significance between the individual and the social, visualising it in dramatic format. Her primary medium is video, she is making moving image works about the social and political dissension. She currently lives and works in Seoul.

Anne chabert
Catalogue : 2005Provisoire définitif, définitivement provisoire | Documentaire | dv | couleur | 11:52 | France | Cameroun | 2003
Anne chabert
Provisoire définitif, définitivement provisoire
Documentaire | dv | couleur | 11:52 | France | Cameroun | 2003

Née à Tours en 1978, elle s`engage dans des études artistiques à l`Ecole supérieure des Beaux Arts de Tours, puis à l`Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg où elle valide un diplôme de communication évènementielle, option scénographie qui se poursuivra par un post-diplôme à l`atelier numérique.

Catalogue : 2005Pitou, la perle de New Bell | Documentaire | dv | couleur | 7:0 | France | Cameroun | 2003
Anne chabert
Pitou, la perle de New Bell
Documentaire | dv | couleur | 7:0 | France | Cameroun | 2003

Pitou, jeune fille issue d`un quartier très populaire de Douala au Cameroun, suscite le respect et l`étonnement après avoir été reconnue meilleure joueuse dans un tournoi de football masculin. Symbole d`espoir pour tout un quartier, Pitou voudrait devenir une star mondiale du football.


Née à Tours en 1978, elle s`engage dans des études artistiques à l`Ecole supérieure des Beaux Arts de Tours, puis à l`Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg où elle valide un diplôme de communication évènementielle, option scénographie qui se poursuivra par un post-diplôme à l`atelier numérique.

Julie chaffort
Catalogue : 2018HUNT HUNT | Fiction | mov | couleur | 32:48 | France | 2018
Julie chaffort
HUNT HUNT
Fiction | mov | couleur | 32:48 | France | 2018

HUNT_ Figurant. Personne chargée de tenir un emploi secondaire, généralement muet, et, le plus souvent, dans un groupe tenant le même rôle. Par analogie Personne qui, dans la société, tient un rôle dont l’importance n’est qu’apparente et non effective. Ce qui caractérise le plus le travail de Julie Chaffort, c’est le refus des figurants. Même ceux qui nous tournent le dos, ceux qui marchent trop loin pour que l’on distingue leurs traits ou ceux qui se dissimulent derrière les fougères, ceux qui apparaissent masqués ou ceux qui conservent le silence, tous ceux-là sont des personnages et non des figurants. Et même le buisson aux reflets roux, qui rampe sous la pluie. C’est toute la grâce du film de Julie Chaffort de nous rappeler que chaque détail est signifiant : les frottements que les gants des boxeurs produisent quand ils s’entraînent à ne pas prendre de coups, le rythme doux des gouttes de pluie dans les arbres de la forêt, les gestes de goéland dans les violents rouleaux océaniques pour continuer à résister. "Hunt" est un film réalisé avec des jeunes en situation de rupture et des habitants du pays basque.


Les vidéos de Julie Chaffort mirent le paysage, le toisent et le parcourent ; on y croise des hommes au destin tragique et des héros aussi beaux que les chants qui les accompagnent – peut être pour en donner la mesure. Les gestes accomplis sont tout à la fois drôles et absurdes, l’avenir toujours incertain et les paroles s’envolent, attrapées par les branches d’une forêt ou englouties dans les eaux d’un lac. La vacuité des territoires impose à l’artiste des images qu’elle fait naître de façon sensible, voire irraisonnée. L’artiste ouvre des univers parallèles, atemporels et insituables, où le monde se signale à nous par ses infimes déplacements et l’infinité de ses signaux – étrangement menaçants. Aussi l’artiste réussit-elle l’exploit de ramener le sujet humain au même niveau que le paysage dans lequel il se trouve ; changeants et imprévisibles, l’un comme l’autre communiquent au-delà du langage, à l’aide de signes pluriels et non autoritaires que les films nous invitent à recomposer. Pour Julie Chaffort, le cinéma est un médium dominant, naturel, qu’elle choisit très tôt de développer, à l’école des beaux-arts de Bordeaux où elle étudie, puis auprès de Roy Andersson qu’elle assiste, et de Werner Herzog dont elle suit le séminaire à sa Rogue Film School à New-York. En 2015, elle réalise le moyen-métrage La barque silencieuse, sélectionné en 2016 en compétition française et premier film au FID Marseille. Il est également projeté à la galerie Thaddaeus Ropac à Paris Pantin lors de l’exposition Jeune création 66ème édition et remporte deux prix indépendants. Julie Chaffort obtient en 2015 le prix Bullukian, puis le prix «Talents Contemporains 2015 » de la fondation François Schneider. Elle obtient l’année suivante le prix Mezzanine Sud et en 2018, elle est lauréate du prix Mécènes du Sud Montpellier/Sète.

Catalogue : 2013Hot-Dog | Fiction expérimentale | hdcam | couleur | 47:21 | France | 2013
Julie chaffort
Hot-Dog
Fiction expérimentale | hdcam | couleur | 47:21 | France | 2013

Hot-Dog est composé de tableaux teintés d`étrangeté, de surréalisme et de scènes absurdes qui se répètent et reflètent un monde décadent et jubilatoire. Vassivière, son paysage hivernal et les rives lunaires du lac se sont naturellement imposés comme toile de fond pour écrire ce film. Hot-Dog, met en scène des situations incongrues où les personnages se confrontent à la nature et à l?artifice. Le film nous invite à suivre les déambulations d?Ignatius, personnage qui pousse un chariot à hot-dog sur les rives du lac transfigurées. La brume épaisse et la neige laissent planer une ambiance mystérieuse voire mélancolique qui nous fait perdre tout repère. Le paysage devient alors source de contemplation et de danger, théâtre d?un songe, voire d?une hallucination.


Diplômée de l?Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux en 2006, Julie Chaffort s?est consacrée à la pratique cinématographique dès la fin de ses études. Elle a écrit, réalisé, produit, monté et diffusé Some Sunny Days et Wild is the Wind, deux longs-métrages de fiction, avant de suivre et d?obtenir en 2010 le Werner Herzog`s Rogue Film School Diploma à New-York. Elle travaille ensuite avec le réalisateur Roy Andersson à Stockholm, puis est sélectionnée en tant que cinéaste au Centre International d`Art et du Paysage sur l`île de Vassivière où elle réalise son nouveau film Hot-Dog. Son travail, orienté vers le cinéma, comprend également une dimension plastique où se mêlent installations et performances ; sa dernière oeuvre ?BANG !?, est une installation monumentale composée d?une trentaine de pianos effondrés les uns sur les autres, scène de désolation spectaculaire, presque burlesque.

Mi chai
Catalogue : 2014梦雀 | Animation | hdv | couleur | 10:15 | Chine | 2014
Mi chai
梦雀
Animation | hdv | couleur | 10:15 | Chine | 2014

This film is about birds and dreams. Birds dream is shot using stop-motion technique, and its ‘actors’ are bird models handcrafted by the artist. Its concept derives from the artist’s own live performance the Sparrow and the Raven (2012). Story: A new-born sparrow entered a strange world. When curiously idling in this world, the sparrow found a young raven with which it began to explore the place together. They encountered all sorts of strange birds and mysterious geometric shapes of different colours. Their encounters have made them bewilder and fantasise, soon their body start to change as well…

Born in 1985, Chai Mi currently lives and works in Beijing as an artist. Chai Mi’s fine art practice involves a range of media, including painting, paper-craft, video and live performance. Her works have been shown at many art museums, cultural organizations, film festival and music festival nationally and internationally.

George chakravarthi, chakravarthi
Agathe champsaur
Catalogue : 2018Cowboy drags | Vidéo expérimentale | 35mm | couleur et n&b | 0:54 | France | USA | 2018
Agathe champsaur
Cowboy drags
Vidéo expérimentale | 35mm | couleur et n&b | 0:54 | France | USA | 2018

"Hair done/ boots on/ tell me this ain`t the usa" Surreal portraits of americans. The contrasts and extremes in nowadays austin, Texas`s life.

Documentary filmmaker and photographer. I live and work in Paris. I`m currently working on two documentaries in Lebanon, detailing the life of two different but very inspiring figures, Abdulrahman Katanani a Palestinian visual artist that broke free from palestinian camps through art, and Therese Basbous, a poet often known as Michel Basbous` wife.

Kent chan
Catalogue : 2014Orphic Oracular | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 10:16 | Singapour | 2014
Kent chan
Orphic Oracular
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 10:16 | Singapour | 2014

A woman follows a man through a man-made forest. Night falls and she narrates a tale that is at once distant yet familiar. The man she follows undergoes a transformation. Elsewhere we find a wanderer concocting a recipe and deep at night, in an empty amphitheatre a man performs with fire. Orphic Oracular, as it’s title suggests is a vision of a future that recalls the past.

Kent Chan (b. 1984) is an artist, filmmaker and curator based in Singapore and Amsterdam. His practice revolves around our encounters with art, fiction and cinema that explore the links between aesthetic experience and knowledge production. The works and practices of others often form the locus of his works, which examines the ambiguity that lies at the interstices of art (making) and daily life. His works have taken the form of film, text, situations and exhibitions. Trained as a filmmaker, filmmaking forms the basis of his work. Not merely in terms of medium, the cinematic as aesthetic and methodology underpins and informs his practice. Kent uses text and the image medium to construct narratives that investigate the inherent conflicts and issues within the subject matter that he examines. Areas of interest that his works have explored include notions of cultural identities, myths and modernity. His works has been shown internationally in both film festivals and exhibitions in Asia and Europe. He has held his solo exhibition at The Substation in Singapore. Recent group exhibitions include the 4th Taiwan International Video Art Exhibition 2014 and the Busan Biennale 2014.

Charlie chaplin
Catalogue : 2007The Idle Class | Fiction | 16mm | noir et blanc | 31:0 | USA | 1921
Charlie chaplin
The Idle Class
Fiction | 16mm | noir et blanc | 31:0 | USA | 1921

Chaplin essayait souvent de nouveaux rôles pour son personnage de vagabond. Dans "The Idle Class" , il joue deux rôles distincts : le Vagabond, et un jeune mari riche et alcoolique. A eux deux, ils représentent le riche oisif et le pauvre oisif ( d?où le titre original, The Idle Class, la classe oisive]. Tous les personnages du film partagent l?obsession dominante de l?Amérique d?alors : le golf. L?action se passe dans un hôtel de Miami, où les quiproquos s?enchaînent lorsque la belle Edna prend le Vagabond, étonné mais prêt à tout, pour son mari alcoolique distrait et négligent.


Laurent charles, rémi fontanel
Catalogue : 2006Les enfants de Roberto | Fiction | 35mm | couleur et n&b | 180:0 | France | 2006
Laurent charles , rémi fontanel
Les enfants de Roberto
Fiction | 35mm | couleur et n&b | 180:0 | France | 2006

Extrait du second volet de la série Les Enfants de Roberto, réalisée à compte d`auteur, par Laurent Charles en 2002, les entretiens avec Adriano Apra constituent en quelque sorte l`introduction à la collection Mythologie(s) de mon voisin. Au prisme de l`expérience de Roberto Rossellini, et de ses multiples héritiers, Adriano Apra formule le postulat de nos interrogations et de notre démarche, une "approche comparée" de la donne économique et technologique du cinéma indépendant. Dix minutes.


Miryam charles
Catalogue : 2017Vers les colonies (Towards the colonies) | Fiction | 16mm | couleur | 5:0 | Canada | Haiti | 2016
Miryam charles
Vers les colonies (Towards the colonies)
Fiction | 16mm | couleur | 5:0 | Canada | Haiti | 2016

Lorsqu’une jeune fille est retrouvée au large de la côte vénézuélienne, un médecin légiste tente de déterminer les causes du décés avant que le corps ne soit rapatrié.


Formé en cinéma à l’Université Concordia, Miryam Charles a produit et photographié les courts métrages,Danger of death, La boutique de forge, Full Love, Feu de Bengale et les longs métrages Le pays des âmes et Nouvelles, Nouvelles. Elle est la réalisatrice de Vole, vole tristesse, Vers les colonies, Une forteresse et Trois Atlas.

Catalogue : 2018Une forteresse | Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 7:0 | Canada | 0 | 2018
Miryam charles
Une forteresse
Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 7:0 | Canada | 0 | 2018

Aprés la mort de leur fille adoptive, un couple se rend en Haîti afin de retrouver les membres de sa famille. Sur place, ils font la connaissance d`un spécialiste de l`ADN qui posséderait le pouvoir de résurrection.


Formé en cinéma à l'Université Concordia, Miryam Charles a produit et photographié les courts métrages,Danger of death, La boutique de forge, Full Love, Feu de Bengale et les longs métrages Le pays des âmes et Nouvelles, Nouvelles. Elle est la réalisatrice de Vole, vole tristesse, Vers les colonies, Une forteresse et Trois Atlas.

Emma charles
Catalogue : 2014Fragments on Machines | Doc. expérimental | hdv | couleur | 17:0 | Royaume-Uni | 2013
Emma charles
Fragments on Machines
Doc. expérimental | hdv | couleur | 17:0 | Royaume-Uni | 2013

Fragments on Machines reveals the physical framework and materiality of the Internet, a vast network often thought and spoken about solely in abstract terms. Taking New York City as its central focus and interwoven with a fictionalised narrative, the film observes the evolution of architecture in the city to accommodate the material nodes and connectors that comprise the physical manifestation of the “virtual” world. New York is home to many of the great buildings that symbolise nineteenth and early twentieth century industrial capitalism. Today, it is significant that a number of these Art Deco skyscrapers—located predominantly in the Financial District—have become the containers for the infrastructure of the Internet and virtual capital. These grand monuments of brick and steel are now homes to the servers and computers that drive post-industrial finance capitalism. Highly elusive yet pervasive in their nature, data centres consist of room upon room of copper and fibre-optic cables, computer servers and ventilation systems. With direct links to the companies they serve, these Internet hubs become a kind of unofficial space for trade.

Emma Charles is a London based artist. She studied MA Photography at the Royal College of Art (2011-2013) and BA (Hons) in Editorial Photography from the University of Brighton (2006-2009). Working with both photography and moving image, her work explores metropolitan spaces of productivity that are hidden from the public eye, primarily focusing on the more ethereal and abstract elements of industry and corporate environments. Charles was recently commissioned for solo show ‘Surfaces of Exchange’, Jerwood Visual Arts (2014). Recent Group exhibitions and screenings include Kassel Dokfest; Marl Video Art Award; Premio Celeste; ‘Neither Here Nor There’, FotoFocus Biennial; ‘Centralia’, South Kiosk; ‘Aesthetica Short Film Festival’; ‘Night Contact’, Contact Editions and ‘CAPITAL’, George and Jorgen Gallery. Her work has been discussed as part of the 2012 Brighton Photo Biennale symposium Visible Economies: Photography, Economic Conditions and Urban Experiences and published by Photoworks and was recently reviewed by Artsy, South London Art Map and Jotta. Charles was recently awarded a Jerwood Visual Arts Project Space commission, RCA Travel Bursary, Villiers David Bursary Award and Christopherson Foundation Grant.

Enna chaton, collaboration avec céleste boursier-mougenot
Catalogue : 2015Errances | Vidéo | hdv | couleur | 11:54 | France | 2014
Enna chaton , collaboration avec céleste boursier-mougenot
Errances
Vidéo | hdv | couleur | 11:54 | France | 2014

«Après la réalisation du film "from here to eau" réalisé en 2002 en collaboration avec Céleste Boursier-Mougenot lors de la présentation de l’oeuvre aux Beaux Arts de Paris, Céleste Boursier-Mougenot m’invite à développer librement mon travail personnel, une de mes actions filmées dans le cadre d’une installation considérée comme un environnement, un paysage. Les participants, qui ne sont pas des acteurs professionnels, répondent à une annonce publiée sur les réseaux sociaux. Pour chaque tournage, un groupe est constitué par des personnes de tous âges, de toutes appartenances sociales et de toutes apparences physiques (car je ne pratique pas le casting) qui s’impliquent bénévolement dans le projet pour des raisons qui leurs sont personnelles, multiples et variées. L’écriture, la scénarisation des corps se dessine au fur et à mesure de leur inscription dans le lieu et de leur relation avec les pièces de Céleste Boursier-Mougenot qu’ils découvrent comme des visiteurs, leur réceptivité et leur présence est intensifiée par le fait qu’ils soient nus. Je leur demande d’être à l’écoute des formes visuelles et sonores. Je n’ai pas d’autre projet que de capter ce qui advient dans ce moment de partage, une deuxième phase de mon travail consiste dans le montage d’un film qui doit aussi donner à voir et à entendre les oeuvres de Céleste Boursier-Mougenot d’une manière inédite.» Enna Chaton Au sujet de cette collaboration Céleste Boursier-Mougenot dit : «C’est un moyen de déplacer le regard sur mon oeuvre, de favoriser la démarche d’une artiste dont j’apprécie le projet, de garder une trace de l’installation en dépassant le stade du simple document filmé.» A ce jour il existe 4 films : "télescopages", "errances #1", "dérives", "errances #2". "télescopages" 7 min - mini DVCAM couleur, sonore, 2009. Collaboration avec Céleste Boursier-Mougenot Action filmée réalisée lors de l’exposition "from here to ear (v8)" de l’artiste Céleste Boursier-Mougenot, l’Estuaire, Nantes 2009 "errances #1" 11 min 54 s - HDV couleur, sonore, 2014. Collaboration avec Céleste Boursier-Mougenot. Action filmée réalisée lors de l’exposition "perturbation" de l’artiste Céleste Boursier-Mougenot, Musée des Abattoirs, Toulouse 2014. "dérives" 09 min 40 s - HDV couleur, sonore, 2015. Action filmée réalisée lors de l’exposition "acquaalta" de l’artiste Céleste Boursier-Mougenot, Palais de Tokyo, Paris 2015. "errances #2" 12 min 28 s - HDV couleur, sonore, 2015. Action filmée réalisée lors de l’exposition "rêvolutions" de l’artiste Céleste Boursier-Mougenot et de la commissaire Emma Lavigne - Pavillon Français - 56 ème Biennale de Venise 2015


Enna Chaton travaille avec des hommes et des femmes de tous âges, de tous milieux, bénévoles, qui répondent à ses appels à participation par petites annonces. Après de nombreux échanges par mails, elle constitue des groupes, organise des rencontres et met en scène des performances au cours desquelles les participants explorent des territoires qui leur sont inconnus : ils inventent un vocabulaire, une langue, une façon de s’approprier le geste, le lieu, la nudité. Leur présence crée une forme singulière puisqu’Enna Chaton provoque une vaste mise à nu : une confrontation à la fois douce et brutale, frontale, avec soi-même, avec les autres et avec le public. La plasticienne, photographe et performeuse accompagne nue les participants, désireuse de partager leur fragilité. Avec eux, elle tente d’ouvrir un espace permissif, expérimental où l’être se révèle différent que dans son quotidien, où la nudité crée un univers décalé du monde actuel. Cette nudité, démocratique, balaie les normes et les stéréotypes. Elle collabore avec Stéphane Despax, plasticien sur le projet "le colier de perle", film, performance, installation ; avec Carole Rieussec sur le projet "Dégrafer l’espace", artiste sonore, film, performance, installation ; avec Céleste Boursier-Mougenot, musicien et plasticien, "Télescopages", "Errances #1", "dérives" et "Errances #2", actions filmées. Elle est performeuse dans le spéctacle "La bohémia éléctronica … Nuca derme" de la compagnie Kristoff K.roll. Depuis 2005 elle est membre de l’Association "Sonorités", participe à l’organisation du festival, s’occupe de la programmation du festival Sonorités - du texte au son avec Anne-James Chaton auteur et poète sonore, Carole Rieussec musicienne, Didier Aschour musicien, Jean-Kristoff Camps musicien, Emmanuel Adely auteur, Frédéric Dumond auteur. Elle est diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Cergy Pontoise option art en 1995. Elle enseigne la photographie et la vidéo en classe préparatoire à l’École des Beaux Arts de Sète depuis 2003.

Budhaditya chattopadhyay
Catalogue : 2016Decomposing Landscape | Vidéo | hdv | couleur | 35:0 | Inde | 2015
Budhaditya chattopadhyay
Decomposing Landscape
Vidéo | hdv | couleur | 35:0 | Inde | 2015

This award winning work creates discursive situations to facilitate in-depth and contemplative observation of the environmental decay of transitive sites in India, using media intervention and interactivity. The project aims to delineate the processes of decay and destruction of pastoral landscapes in the developing economies and societies. Taking point-of-departure from a perspective in the personal experience of forgetting and loss, being a native of the area myself (the artist), this large-scale project intends to reflect upon the interpenetration between locative and global cultures, decay in environmental and climatic integrity, disappearance of indigenous traditions and lapses in collective memory within the landscapes, by production and showcasing of the inter-media installation work. With a media anthropological approach, the project frames the gradual transfiguration with the help of media convergence, staging augmented and site-specific interpenetration between sound, video and still images. The work has been developed through a meticulous collection of audiovisual materials from various Indian locations in extensive fieldworks supported by Prince Claus Fund Amsterdam. This collection has been forming a digital archive expended for realizing the work.

Budhaditya Chattopadhyay is an Indian-born sound/media artist, researcher, writer and theorist, currently based in Europe. Chattopadhyay’s work questions the materiality, site-specificity and object-hood of sound, and addresses the aspects of contingency, contemplation, mindfulness and transcendence inherent in listening. His artistic practice intends to shift the emphasis from “object” to “situation” in the realm of sound. His sound-works are published by Gruenrekorder (Germany) and Touch (UK). Chattopadhyay is a Charles Wallace scholar, Prince Claus grantee and Falling Walls fellow, and has received several residencies and international awards, notably a First Prize in Computer and Electronic Music category of Computer Space festival 2014, Sofia, and an Honorary Mention at PRIX Ars Electronica 2011, Linz. Appearing in numerous exhibitions, concerts, conferences and festivals, Chattopadhyay’s sound and video works have been exhibited, performed or presented widely in Europe and Asia. Chattopadhyay has graduated from India’s national film school, specializing in sound, completed a Master of Arts degree in new media/sound art from Aarhus University, Denmark, and obtained a PhD degree in sound studies involving practice-based artistic research from Leiden University, The Netherlands.

Guillaume chaudet foglia
Catalogue : 2013Douze carnets | Doc. expérimental | hdv | couleur | 60:21 | France | 2013
Guillaume chaudet foglia
Douze carnets
Doc. expérimental | hdv | couleur | 60:21 | France | 2013

- Carnet : nom masculin, endroit dans lequel on note ses impressions, ses souvenirs, ses listes de course. Par extension carnet intime, se dit de l`espace entre soi et sa conscience. - Sous- sol : Espace sous le sol, les fondations, souvent exigu et sombre, espace où l`on se reclut pour oublier ou devenir. "Si c`était seulement par paresse que je ne faisais rien, que je n`agissais pas..." Douze carnets, adaptation libre des "carnets du sous-sol" de Dostoïevski, carnets de note vidéo en douze voix pour qui voudrait s`y égarer, fruit de plusieurs années à accumuler des matières sonores et visuelles, à les entremêler, à les confronter, à les tordre.


Né en 1980, tour à tour agent d`entretien, transporteur, pique papier, historien, manutentionnaire,étudiant en cinéma, éditeur-programmateur, palefrenier, assistant de production,GCF réalise avec "Douze carnets" son 1er essai documentaire.

Maribel chavez
Catalogue : 2013Preparacion | | | | 3:0 | Pérou | 0
Maribel chavez
Preparacion
| | | 3:0 | Pérou | 0

In ?Preparación? the body is processed by imaginary instruments. Its outlines are only hinted. ?Preparación? shows the prearrangement of an intervention. By marks, cuts and tears a ?gutting? of the body is being prepared but the body is already in the process of conversion, to a object-like, almost inorganic state. But it is an endless stadium that will be repeated and repeated

Maribel Chávez Born 1977 in Lima, lives and works in Cologne. Chávez studied painting and drawing at the Escuela Nacional Superior Autónoma de Bellas Artes del Perú (ENSABAP) Lima. She has studied at Hochschule für Gestaltung Offenbach am Main and at the Kunsthochschule für Medien Köln (KHM) by Matthias Müller 2008-2012.