Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Andreas Maria fohr
Catalogue : 20071.Orakel (Orakel von Prohlis) | Documentaire | dv | couleur | 47:30 | Allemagne | 2007
Andreas Maria fohr
1.Orakel (Orakel von Prohlis)
Documentaire | dv | couleur | 47:30 | Allemagne | 2007

Pour éponger ses dettes, la ville de Dresde a vendu, d?un coup, à une société d?investissement financier américaine la totalité de ses logements sociaux. A Prohlis, une banlieue composée pour l?essentiel de ce type de logement, un enquêteur énigmatique, silencieux mais muni d?un appareil d?enregistrement, se promène et capte des sons. On dirait, c?est ce que les images transmettent, qu?il tente de déchiffrer une parole oraculaire. Rien n?est épargné à l?auscultation. Cela va des rumeurs des cours aux bruits des tuyaux ou des couloirs des bâtiments eux-mêmes. Plusieurs fils se dévident en simultané, qui enroulent autant une réflexion sur le son, la polyphonie, l?écoute que sur la politique sociale contemporaine ? et son (notre) avenir.


Né à Freiburg en Allemagne. Études d`art à Strasbourg (Écoles des Arts Décoratifs), Düsseldorf (Kunstakademie) et à Paris (Institut des Hautes Etudes en Arts Plastiques). Enseigne depuis 2001 à l`École Supérieur de Beaux-Arts de Cambrai.

Sirah foighel brutmann, eitan efrat
Catalogue : 2015Nude Descending a Staircase | Vidéo | hdv | couleur | 18:30 | Danemark | Belgique | 2015
Sirah foighel brutmann , eitan efrat
Nude Descending a Staircase
Vidéo | hdv | couleur | 18:30 | Danemark | Belgique | 2015

The first part of Nude Descending a Staircase is a composition of clips found online that were made by visitors—pilgrims—to the remote memorial site of Walter Benjamin in Portbou, Spain. Each of these individual registrations is anchored in the specificity of the location. They start with the arrival to Portbou, go through the small town up to the cemetery, and end in a dramatic descent down Dani Karavan’s iconic staircase, which was created as an homage to Walter Benjamin. The assembly this audiovisual material transforms the autonomous experiences into one collective trajectory, and entangles collective memory, experience and the production of images. The second part reveals another staircase, abandoned and barricaded, on a small stage-like platform, outside the former Espai Memorial Walter Benjamin. The second staircase modestly suggests an alternative mode of framing memory. The title, borrowed from Marcel Duchamp’s 1912 painting, proposes to dialogue Walter Benjamin’s writing on history and reproduction with Duchamp’s attempt—in relation to the developments in photography—to capture movement autonomous from a body. Nude Descending a Staircase is the first chapter in a series of works titled Gathering Series.

Sirah Foighel Brutmann and Eitan Efrat (both °1983 in Tel Aviv) have been working in collaboration for several years and are creating works in the Audiovisual field. Living and working in Brussels. Their works have been shown in film festivals as IDFA and Rotterdam Film Festival (NL); Courtisane (BE); New Horizons (PL); on ARTE/WDR; exhibited in solo exhibitions at Kunsthalle Basel (CH) and Argos (BE), and group exhibitions in STUK (BE); EMAF (DE) and The Petah-Tikva Museum for Contemporary Arts (IL). Their works have been produced by Auguste Orts and Argos (BE) and distributed by EYE institute (NL), they have won prizes in IMAGES (CA) and Oberhausen Film Festival (DE). Sirah and Eitan have presented their work as featured artists at the 59th Flaherty Film Seminar (US), and have participated in artists talks and presentations in institutions such as FLACC, Genk, LUCA BFA class, Brussels, L`erg BFA class, Brussels, DocNomads 2014, and Bezalel MFA class, Tel Aviv. Sirah and Eitan`s practice focuses on the performative aspects of the moving image. In their work they aim to mark the spatial and durational potentialities of reading of images – moving or still; the relations between spectatorship and history; and the temporality of narratives and memory. Sirah and Eitan are members of the artists-run collective Messidor

Catalogue : 2016Orientation | Doc. expérimental | hdv | couleur | 12:40 | Danemark | Belgique | 2015
Sirah foighel brutmann , eitan efrat
Orientation
Doc. expérimental | hdv | couleur | 12:40 | Danemark | Belgique | 2015

Looking at two locations— the public sculpture White Square commemorating the founders of Tel Aviv, and the shrine of Palestinian village Salame in today’s Israeli Kafar Shalem—Orientation focuses on the ability of architectural material, and of sound and image, to register collective experience of forgetfulness. In 1989, the Israeli sculptor Dani Karavan, completed his sculpture White Square. The work was commissioned by the Municipality of Tel Aviv, and by the end of the building process Karavan decided to dedicate the sculpture to the founders of Tel Aviv—among whom his father Abraham Karavan, who was the city’s landscape architect for four decades from 1930’s onwards. The sculpture is composed of simple geometrical shapes and is made of white concrete, influenced by the International Style of early architecture in Tel Aviv. White Square—situated on the highest point in the area located in the eastern outskirts of Tel Aviv—overlooks through the skyscrapers all the way to the Mediterranean Sea in the west. The commonly used name of the hill on which White Square is exalted is pronounced in Arabic: “Giv’at Batih” (Watermelon Hill). The remains of the shrine of Salame, in today’s Tel Avivian neighbourhood Kfar Shalem is located a few hundred meters south of this hill. The abandoned dome-structure was once at the centre of the ancient Palestinian village Salame. The village, dating back to the 16th century up until 1948, was located on the highway from Jaffa Port to the mainland. During the ‘Nakba’ of 1948 it was occupied and depopulated by the Israeli Army and the new Zionist state. Weeks after expelling the Palestinian villagers from their land, the Israeli authorities—managing waves of Jewish immigration—re-inhabited the village with Yemenite Jews. Those, were settled in the original Palestinian stone houses. Today, decades later, the ownership of the land is still in dispute, and the Jewish-Israeli residents of Kfar Shalem are threatened with evacuation due to a construction-corporations’ plan to destroy the stone houses and to build a new profitable neighbourhood. Orientation is the second chapter in a series of works titled Gathering Series.

Sirah Foighel Brutmann and Eitan Efrat (both b.1983 in Tel Aviv) have been working in collaboration for several years and are creating works in the Audiovisual field. Living and working in Brussels. Their works have been shown in filmfestivals as IDFA and Rotterdam Film Festival (NL); Courtisane (BE); New Horizons (PL); on ARTE/WDR; exhibited in solo exhibitions at Kunsthalle Basel (CH) and Argos (BE), and group exhibitions in STUK (BE); EMAF (DE) and The Petah-Tikva Museum for Contemporary Arts (IL). Their works have been produced by Auguste Orts and Argos (BE) and distributed by EYE institute (NL), they have won prizes in IMAGES (CA) and Oberhausen Film Festival (DE). Sirah and Eitan have presented their work as featured artists at the 59th Flaherty Film Seminar (US), and have participated in artists talks and presentations in institutions such as FLACC, Genk, LUCA BFA class, Brussels, L’erg BFA class, Brussels, DocNomads 2014, and Bezalel MFA class, Tel Aviv. Sirah and Eitan’s practice focuses on the performative aspects of the moving image. In their work they aim to mark the spatial and durational potentialities of reading of images ? moving or still; the relations between spectatorship and history; and the temporality of narratives and memory. Sirah and Eitan are members of the artists-run collective Messidor

Mauro folci
Catalogue : 2010noia | Art vidéo | dv | couleur | 3:33 | Italie | 2009
Mauro folci
noia
Art vidéo | dv | couleur | 3:33 | Italie | 2009

A man is sitting at a desk opposite a lion, whose paws rest on the desk, an implicit, strictly formal cross-reference to a painting by Antonio Colantonio, Saint Hyeronimus in his study (1455) in which the saint extracts a thorn from a lion`s paw. The imagine focuses on the two figures and on the strange interaction between the animal`s paw and the man`s hands. As a result of the bare surroundings, both the interplay between the hands and the paws and the man`s closeness to the enormous beast sitting solemnly opposite his minute body stand out. The hands and the paws rest on the table at a proximity emphasized by the black background.

Mauro Folci Lives beetween Rome and Milan. Visual artist and Performative Art professor at Brera Art Accademy Milan.

Miguel fonseca
Catalogue : 2008ALPHA | Fiction | 35mm | couleur | 27:0 | Portugal | 2008
Miguel fonseca
ALPHA
Fiction | 35mm | couleur | 27:0 | Portugal | 2008

Ce qui commence comme une expérience de laboratoire sur des animaux conduit, à l'avenir, au développement d?êtres artificiels capables de mener à bien les tâches les plus variées et complexes. Ces êtres, qui ressemblent parfaitement à des hommes, sont intelligents et polyvalents ? ils sont capables de faire des choses simples comme arroser des plantes, mettre la table, faire la lessive ou donner à manger aux animaux de compagnie. Mais ce n'est pas tout. Ces êtres sont presque autonomes et peuvent même parler ou interagir avec nous. Ils ont été conçus pour être plus qu?une machine parfaite ; ils peuvent pourvoir à ce que le client veut qu?ils soient ? ils peuvent être de simples aides domestiques, des jouets pour enfant, mais ils peuvent aussi être des amants sophistiqués ou le compagnon idéal des personnes solitaires. Avant d'être livrés à leurs clients, le constructeur développe une sorte de test final de contrôle qualité, supervisé par un technicien, où certaines compétences (comme l'apprentissage de la langue du client) sont améliorées. Cette partie du processus se produit toujours dans un environnement fermé, généralement une maison dotée des principales caractéristiques du domicile du client. Alpha est l'un de ces êtres artificiels. Lui et Beta se mettent en couple seulement quelques semaines avant d'être expédiés à leurs futurs propriétaires, au Japon.


Miguel Fonseca est né à Lisbonne (Portugal) en 1973. Il a étudié à l'Universidade Clássica de Lisbonne où il a obtenu un diplôme en philosophie. Depuis 2001, il travaille à la société de production O Som ea Furia. ALPHA est son premier film.

Miguel fonseca
Catalogue : 2010I KNOW YOU CAN YOU HEAR ME | Fiction expérimentale | | couleur | 4:8 | Portugal | 2010
Miguel fonseca
I KNOW YOU CAN YOU HEAR ME
Fiction expérimentale | | couleur | 4:8 | Portugal | 2010

A film about love inside a film about war. Every shot of the work belongs to the film ?First Blood?, directed by Ted Kotcheff in 1982. (The first Rambo film). I use only those shots without anyone, only empty shots. And I use every one of them.

Miguel Fonseca was born in Lisbon in 1973. He studied philosophy and in 2008 he directed ALPHA, his first film. He?s currently preparing his next short film ?The Waves?. He works as a director, as a writer and as a continuity supervisor.

Marco fontichiari
Catalogue : 2018Primal | Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 7:50 | Italie | 2017
Marco fontichiari
Primal
Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 7:50 | Italie | 2017

“Primal” is a video that documents the layers of individual memories and how events take place from a subjective point of view. The stories originate from encounters that the videomaker had during his 4293 KM walk across the USA.

Marco B. Fontichiari was born in 1992, he is currently working and living in Bologna, Italy. In 2018 he graduated in Film Studies from the Academy of Fine Arts of Bologna. His works are mainly video and performance pieces that question the relationship between human limits and absolute concepts. Marco has presented his work in several galleries and festivals among which, P420, 2016, Ibrida Festival, 2017, METACINEMA, 2017-2018, FILE Festival 2018.

Zachary formwalt
Catalogue : 2011Through a Fine Screen | Vidéo | | couleur | 20:30 | USA | Pays-Bas | 2010
Zachary formwalt
Through a Fine Screen
Vidéo | | couleur | 20:30 | USA | Pays-Bas | 2010

Beginning with an image considered by many to be the first photograph printed mechanically in a newspaper, `Through a Fine Screen` questions the relationship of this image to the history of New York?s Central Park. Did photography enter the mass media as a way to remember or forget?

Zachary Formwalt is an american artist born in 1979 in Albany, Georgia (US), living and working in Amsterdam where he has a residence at the Rijksakademie since 2008. He graduated from the School of the Art Institute of Chicago and the Northwestern University in Evanston, Illinois, and attended the Critical Postgraduate Program at the Malmö Art Academy in 2004 and 2005. His works were shown in solo exhibitions at the Elder Gallery in Lincoln in 2006, at the Rooseum Center for contemporary Art in Malmö in 2005 and at the Kunsthalle of Basel in 2009.

André fortino, thomas jeames
Catalogue : 2011866 FEROCE | Vidéo | hdv | couleur | 9:6 | France | 2011
André fortino , thomas jeames
866 FEROCE
Vidéo | hdv | couleur | 9:6 | France | 2011

Un Rond point, des claquettes, les calanques, un frigidaire, un scooter, le matador du vier...


Catalogue : 2010Hôtel Dieu | Art vidéo | dv | couleur | 45:0 | France | 2009
André fortino , thomas jeames
Hôtel Dieu
Art vidéo | dv | couleur | 45:0 | France | 2009

Vidéo réalisée à l?Hôtel-Dieu de Marseille. Un individu masqué déambule dans un hôpital désaffecté et interagit avec l?espace et les objets qu?il rencontre.


Né le 30 Avril 1977 à Marseille

André fortino
Catalogue : 2011866 FEROCE | Vidéo | hdv | couleur | 9:6 | France | 2011
André fortino
866 FEROCE
Vidéo | hdv | couleur | 9:6 | France | 2011

Un Rond point, des claquettes, les calanques, un frigidaire, un scooter, le matador du vier...


Catalogue : 2010Hôtel Dieu | Art vidéo | dv | couleur | 45:0 | France | 2009
André fortino
Hôtel Dieu
Art vidéo | dv | couleur | 45:0 | France | 2009

Vidéo réalisée à l?Hôtel-Dieu de Marseille. Un individu masqué déambule dans un hôpital désaffecté et interagit avec l?espace et les objets qu?il rencontre.


Né le 30 Avril 1977 à Marseille

Pietro fortuna
Catalogue : 2013Studio Visit | Vidéo | hdcam | couleur | 5:2 | Italie | 2013
Pietro fortuna
Studio Visit
Vidéo | hdcam | couleur | 5:2 | Italie | 2013

Studio Visit (2013) is a nocturnal incursion in Pietro Fortuna`s atelier, where a feeble light discovers in the darkness artworks, materials, everyday objects and still figures.

Pietro Fortuna was born in Padua, and moved to Rome to study Architecture and Philosophy. He made a very early debut as assistant stage designer in prestigious theatre?s productions (La Fenice in Venice, S. Carlo in Naples, La Scala in Milan,). In the eighties he exhibited at the São Paulo Biennial; the Paris Biennial, at the Künstlerhaus in Graz and the Hildenin Taidemuseo in Tampere, at the Centre National d?Art Contemporain Villa Arson in Niece, and the Frankfurter Kunstverein. In that same period in Italy at the Galleria Comunale d?Arte Moderna in Bologna, the Eleventh Quadrennal in Rome, and at several other public institutions. He divided his life between Rome and New York, with a debut at the Pack Bulding. Over the first half of the nineties, his work was exhibited at a range of institutions, among which the PMMK Museum in Ostenda, the Museum of Contemporary Art in Caracas, the Museum of Modern Art in Bogotà, the Galleria d?Arte Moderna in San Marino, and the Sierkunst in Gand. His interest in theoretical foundations was manifested at the outset, leading to the production of a considerable body of writings. Between the years 1996-2004 he instituted Opera Paese as a continuing project over; a locus/work of meditation around the idea of community in which art events, music and theoretical speculation combined. The place saw artist like Philip Glass a Jan Fabre, Pistoletto a Kounellis, Kankeli and many others. From 2000 to 2004 he helds solo shows in public institutions such as the Kaohsiung Museum of Fine Arts in Taiwan, the Galleria Comunale d?Arte Moderna e Contemporanea in Rome, the Museo Pecci in Prato, and the Watertoren in Vlissingen. Between 2004 and 2011, both solo and group exhibitions, including ones at the Certosa di Padula, The Museo de Arte Contemporáneo Florencio De Lafuente in Requena, the Fondazione Morra in Naples, and the Twelfth Biennial of Sculpture in Carrara. 2010 saw the beginning of the cycle of works named Glory. At the Tramway in Glasgow he inaugurated Glory I - The Raft,. In 2011 his second cycle, Glory II - The Tears of the Angel at the Macro Museum of Rome and a third appointment in May 2012 at the Marca Museum of Catanzaro. In 2013 has a solo shows at La Quadriennale di Roma. Along his career he has numerous collaboration with private galleries like Luciano Inga-Pin in Milan, Massimo Minini in Brescia, Studio Guenzani in Milano, Nosei Gallery in New York, Eva Menzio a Torino, Montenay ? Delsol in Paris, Otmar Triebold in Basel, Giuliana de Crescenzo, La Nova Pesa and Giacomo Guidi Gallery in Rome.

Maider fortune
Catalogue : 2006i wasn't crying but the ground wasn't still | Installation vidéo | betaSP | couleur | 11:0 | France | 2006
Maider fortune
i wasn't crying but the ground wasn't still
Installation vidéo | betaSP | couleur | 11:0 | France | 2006

Dans un interieur contemporain dépouillé, deux fillettes se livrent à un étrange jeu : l?une se tient debout, au centre de la pièce et souffle en direction de sa compagne (sa s?ur?) qu?elle maintient ainsi, flottant dans l?air au dessus d?elle. Entre elles, la tension extrême d?une dépendance suspendue au bout des lèvres. Le désir se hisse au rang de la croyance qui actualise l?impossible. Entièrement absorbées par leur acte, dans cette concentration hallucinée inhérente au rituel, les fillettes ouvrent la porte aux forces magiques et accueillent l?étrange au sein de l?espace contemporain. L?intérieur domestique aux contours nets, se voit transfiguré, les objets usuels (d'outils technologiques, ces « nouveaux anges messagers », aux ustensiles de cuisine, en passant par un tapis de jouets) s?écartent de leur fonction pour acquérir une inquiétante vitalité. La caméra, dotée d?un appareillage steadycam, qui ôte au mouvement toute matérialité organique, glisse autour de la scène telle un esprit flottant (celui du souffle ?). Le temps d?une traversée, elle porte un regard sans corps et sans voix sur cet acte énigmatique. Une forêt au petit matin. Branchages touffus, eaux mortes étales, tapis de mousse, racines déterrées? , c?est un infini jeu de matières et de formes, d?échos et d?amalgames entre diverses catégories d?espèces, qui défilent sous le regard attentif et le mouvement lent des longs travellings horizontaux de la caméra. Entre deux troncs d?arbres, au c?ur de l?étang qu?entoure la forêt, une forme se laisse apercevoir : un cerf, dont seuls les bois émergés sont visibles, hante la mare. La double projection qui juxtapose sur un quasi même plan les deux films confronte deux espaces. D?un côté, l?appartement froid et design, intérieur protégé et clos, espace de la netteté qui renvoie au rationnel, au contemporain, de l?autre, celui de la forêt, extérieur exposé mais surtout espace fantasmatique par excellence, en qui se condense les premières peurs enfantines, (omniprésence de la forêt dans les contes de fées), et qui perpétue son jeu symbolique loin en avant dans l?inconscient adulte. De l?un à l?autre, porté par la similitude des mouvements flottants de la caméra, un jeu de combinaisons se forme : la présence du souffle de l?enfant répond à celle du vent, les formes de la forêt rentrent en écho avec celles des objets de l?intérieur domestique, la bande son d?un film bascule sur l?autre et vice versa ; les espaces deviennent perméables et tissent la toile de la pensée magique.


Nourries d'une pratique approfondie du mouvement, mes images interrogent les instances d'apparition du geste. Le principe de mouvement qui fonde chaque corps y révèle une instabilité, le glissement de l'emprise, la dissolution de la saisie. Au travers de mises en scènes épurées à la dimension esthétique très présente, (fruit d?un important traitement numérique des images) et particulièrement attentives aux questions de dispositif filmique, se dessinent les fictions de présences corporelles énigmatiques, présences virtuelles, étrangement incarnées dans l`espace d?exposition. Photographique ou vidéographique, isolée ou plurielle, sonore ou silencieuse, chaque image propose une situation où le corps semble prendre place dans un récit qui oscille entre fable et mystère. « Maïder Fortuné utilise la vidéo avec une intuition liée à son expérience du corps et de la performance. Un corps ouvert, disponible, flottant, qui capte et retransmet ce qui le traverse du monde en évacuant toute psychologie et tout affect. Un corps capteur et émetteur à la fois, son propre corps qu?elle a souvent exposé dans ses vidéos et actions publiques. Son geste vidéographique, comme son geste corporel, est précis et utilise les possibilités offertes par le médium. La pause, la pose, le mouvement, la durée et le parcours ne sont pas dus au hasard ; ils correspondent dans chaque cas à une volonté de saisir un certain état de l?être humain, de son rapport à l?espace, à lui-même démultiplié. Le corps transparent et dédoublé de la série des I?Games, les corps figés dans le jeu de la mort de Playing Dead, le corps animal et aimanté du trampolineur de Everything is going to be alright , le corps flottant de I wasn?t crying but the ground wasn?t still, etc., sont autant de figures, de possibilités d?un corps actuel, traversé par les technologies communes mais soucieux de son origine et donc de son originalité, qu?explore la création contemporaine, en particulier dans le domaine de la danse. Maïder Fortuné s?inscrit dans cette quête d?un corps inouï, singulier, qui continue à se réinventer avec acharnement, contre tous les modèles exposés sur les présentoirs de la cosmétique mondialisée. » Françoise Parfait.

Catalogue : 2008Curtain! | Vidéo expérimentale | | noir et blanc | 18:45 | France | 2008
Maider fortune
Curtain!
Vidéo expérimentale | | noir et blanc | 18:45 | France | 2008

Curtain! video, Hd cam, Sonore, 2007 Dans un espace sombre aux contours indéfinis, apparaissent les silhouettes des héros de dessins animés de l?enfance. Leurs couleurs acidulées ont disparues, seul demeure le contour des personnages, l?essence du dessin originaire, acte de leur naissance. Telles des envelopes vides, livrées au bon vouloir de notre désir projectif, elles s?avancent lentement vers le fond de l?espace, où elles disparaissent happées par une lumière diaphane dont elles ne reviendront plus.


Maïder Fortuné est née en 1973. Elle vit et travaille à Paris. Aprés une formation à l?école internationale de théâtre Jacques Lecoq à Paris, elle crée sa propre compagnie de théâtre physique puis rejoint le post-diplôme du Fresnoy, Studio national des arts contemporains à Tourcoing. Ses oeuvres (videos, photographies, films, installations) sont autant de mises en scène dessinant des fictions de présences corporelles, étrangement incarnées. Chaque image propose une situation où le corps semble prendre place dans un récit qui oscille entre fable et mystère. Son travail a été montré en Europe, au Canada, en Asie et aux Etats-Unis depuis 2001. Elle est représentée par la galerie Martine Aboucaya à Paris.

Maïder fortunÉ, annie mac donell
Catalogue : 2019Communicating Vessels | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 30:48 | France | Canada | 2019
Maïder fortunÉ , annie mac donell
Communicating Vessels
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 30:48 | France | Canada | 2019

An art professor tells the peculiar story of her student E., a strange young woman whose conceptual performance pieces and singular existence leave the professor increasingly unmoored. Combining fictional narrative, personal anecdote and private conversation, Communicating Vessels explores how we influence each other in ways that are sometimes good, sometimes bad, yet always urgent and necessary. An unusual tribute to art and its creation, channelling seminal performances by Joan Jonas and Lygia Clark.

Maïder Fortuné, studied literature and theatre (École Jacques Lecoq in Paris) before entering Le Fresnoy National Studio for Contemporary Arts, where she developed a performance-related practice of the technological image. With its great formal rigor, Fortuné’s work commands all the viewer’s attention for a genuine experience of the image and its processes. Recently, her practice turned to more narratives preoccupations. Lecture performances and films deeply rooted in writing, are the mediums she process to open up new narrative strategies. Her work has been exhibited internationaly (Europe, Brazil, Canada, China, Japan). In 2010 she won the Villa Medicis fellowship in Roma, Italy. Recent shows and performances have been held at Gallery 44, Toronto, Centre Pompidou Paris, and the Toronto International Film Festival. In 2019, her mid-length film L’inconnu de Collegno was part of IFFR Bright Future selection. In 2020, Communicating Vessels runs for the Accomodo Tiger award at IFFR Rotterdam. ANNIE MACDONELL- BIO Annie MacDonell is a visual artist. Her practice begins from the photographic impulse to frame and capture, and is concerned with the production and circulation of images in the present moment. Her work includes film, installation, sculpture, performance and writing in addition to photography. She received a BFA from Ryerson University in 2000, followed by graduate studies at Le Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains, in France. Recent solo shows have been held at Gallery 44, Toronto, Parisian Laundry, Montreal, the Art Gallery of Ontario. Recent performances have been presented at Nuit Blanche Toronto, le Centre Pompidou and the Toronto International Film Festival. In 2019, her films have screened at TIFF and the Viennale. In 2012 she was short-listed for the AGO AMIA prize for photography, and she was long listed for the Sobey Art Award in 2012, 2015 and 2016. She is a founding member of Emilia Amalia, a feminist research and writing group. She is an assistant professor at Ryerson University and lives in Toronto with her family.

Gianfranco foschino
Catalogue : 2012THE KIDS AND THE AXE | Vidéo | hdv | couleur | 10:25 | Chili | 2012
Gianfranco foschino
THE KIDS AND THE AXE
Vidéo | hdv | couleur | 10:25 | Chili | 2012

The Kids & The Axe is part of a series of videos in which the author works with a poetic similar to that of the Chilean literary tradition of the 20th century known as "poesía lárica", where the relationship of man with the landscape is emphasized through the contemplation of quotidian events which can be ?right there? in front of us, however allowing us to see ?something more? as well. Such poetic language ?actualized within the audiovisual code- is particularly present in this video through the portrayal of the children?s game, a situation that, in spite of occurring immersed within the landscape, is happening somewhere else: in the place of fantasy, in an internal world impossible to be captured by the images produced by the camera, but a world that the video allows us to enter through a personal experience.

Gianfranco Foschino was born in 1983 in Santiago de Chile. He graduated in cinema studies from UNIACC University of Santiago de Chile. In 2009, took a residency in Rio do Janeiro guided by filmmaker & visual artist Paula Gaitán, has since become known for his silent video installations. Foschino is acknowledged as one of the key artists of the new generation in Chile. In 2010 participated in a two-person exhibition entitled ALMOST ROMANTIC curated by Christopher Eamon at I-20 Gallery, New York. In 2011, his work was fea- tured at the Latin American Pavilion of 54th Biennale di Venezia. He currently lives and works in Santiago de Chile.

Claire fowler
Catalogue : 2006Portrait As | Doc. expérimental | 16mm | couleur | 7:0 | Royaume-Uni | France | 2006
Claire fowler
Portrait As
Doc. expérimental | 16mm | couleur | 7:0 | Royaume-Uni | France | 2006

Un portrait visuel du réalisateur avant-gardiste Stephen Dwoskin, qui était handicapé, tel qu'il est représenté par son environnement. Le film est un mouvement très personnel à travers le passé et le futur de Steve, comme nous permettent de le percevoir la maison dans laquelle il a vécu ces trente dernières années ainsi que les objets qui s'y trouvent ; ces objets qui à la fois l'entourent et le représentent en tant qu'individu ayant un handicap mais aussi en tant qu'artiste-réalisateur qui a connu une longue carrière pleine de succès.


Claire Fowler est une réalisatrice britannique qui travaille sur des histoires documentaires et expérimentales. Diplômée du Royal College of Art et de l'université d'Oxford, elle partage son temps entre l'Europe, où elle vient de finir une résidence de trois mois à Paris, et les Etats Unis, où elle effectue en ce moment un documentaire d'une demi-heure qui explore les difficultés qu'ont les enfants palestiniens pour obtenir des soins médicaux essentiels en Cisjordanie (en association avec le fond de soutient pour les enfants de Palestine).

Nick fox-grieg
Catalogue : 2006A Good Joke | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:16 | USA | 2005
Nick fox-grieg
A Good Joke
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:16 | USA | 2005

Cette farce est une farce ancienne, vivace dans les compilations de l'humour juif. Bien que les détails différent selon les versions, la scène est la même : un prêtre défie un rabbin dans un débat sur la condition du peuple juif.


Nick Fox-Gieg est un animateur et scénographe de théâtre de La Haye. Ces films courts ont été diffusés lors des Festivals de films de Ottawa et Rotterdam, au centre Georges Pompidou et sur Canada's CBC Television.

Alicia framis
Catalogue : 2008Secret Strike, Rabobank | Art vidéo | betaSP | couleur | 9:17 | Espagne | Pays-Bas | 2004
Alicia framis
Secret Strike, Rabobank
Art vidéo | betaSP | couleur | 9:17 | Espagne | Pays-Bas | 2004

Daniela franco
Catalogue : 2008Tiada Tajuk | Vidéo | dv | couleur | 4:9 | Mexique | Malaisie | 2006
Daniela franco
Tiada Tajuk
Vidéo | dv | couleur | 4:9 | Mexique | Malaisie | 2006

« Tlada Tajuk » (« Sans titre », en malais) est une vidéo réalisée au cours d?une résidence artistique à Kuala Lumpur (Malaisie). La vidéo consiste en de gros titres de journaux anglais malais découpés, et en une sorte de karaoké marmonné. Un groupe d'artistes a été invité par l?École des Beaux-Arts de Paris et le Ministère de la Culture malais à passer quelques semaines à Kuala Lumpur afin de créer une ?uvre qui reflète leur expérience en Malaisie. Dans un pays complexe, où au moins trois ethnies, avec leurs langues, leurs cultures, leurs nourritures, leurs religions respectives interagissent ensemble, la langue anglaise a été choisie pour présenter la Malaisie au monde occidental. Elle sert à la fois comme moyen de communication et comme filtre. Tous les jours, l?auteur a lu et conservé les titres des journaux anglais de Kuala Lumpur (les seuls qu?elle pouvait comprendre), manière de prendre le pouls de la ville et de la comprendre. Tenter de se faire une idée de Kuala Lumpur en si peu de temps, comme toujours dans ce type d?expérience, s?est démontré impossible. Le résultat, bien sûr, est plus proche d'un journal intime qui, à travers les gros titres de Kuala Lumpur, en dit plus sur l'artiste que sur la ville elle-même.


L?artiste Daniela Franco est née au Mexique et vit actuellement à Paris. Elle emploie une variété de médiums pour présenter des projets généralement collectifs et interdisciplinaires. Elle archive les collections d?autres personnes, conserve précieusement des lettres adressées à des étrangers et des photographies de personnes qu?elle n?a jamais rencontrées. Elle fait la critique de concerts auxquels elle n?a jamais participé et d?expositions d?art qu?elle n?a jamais vues. Elle a reçu les bourses Fulbright et Rockefeller. Son travail a fait l?objet d?expositions collectives et individuelles dans le monde entier. Actuellement, elle travaille sur « Sandys at Waikiki », un livre de photographie réalisé en collaboration avec certains membres du groupe français Oulipo et d?autres écrivains, qui sera publié en 2009.

Michel franÇois
Catalogue : 2005Fox | Installation vidéo | dv | couleur | 3:51 | Belgique | 2005
Michel franÇois
Fox
Installation vidéo | dv | couleur | 3:51 | Belgique | 2005

The video work of Michel François is often based on the isolation of interludes, tiny events and movements, the engraving of tiny sculptures in real time. He draws up an inventory of the world around us making use of antitheses: not merely formal, but also philosophical; social or political-economical oppositions. This video was recorded during a single night in the studios of the American TV-network FOX. The camera wanders around between abandoned cameras and illuminated TV-screens. In the background the dialogues resound, and the soundtrack of the program which was broadcast at that time-an episode from a lawyer series. The duration of the film corresponds with the last minutes of the programme. The acoustic climax echoes through the empty, dehumanized studio.

Né en 1956, Michel François vit et travaille à Bruxelles, en Belgique. Fasciné par les gestes de la vie courante et par les tensions qu`ils révèlent, Michel François se démarque, depuis les années 80, par une pratique singulière où règnent désordre et ambiguïté. Parallèlement à la photographie, éditée sous forme d`affiche puis de livre, l`artiste a créé une approche particulière de la sculpture et de l`installation, où ses travaux et ses images sont souvent rassemblés, accumulés et réactualisés. Son travail a fait l`objet de multiples expositions tant en Europe qu`à l`étranger. Récemment, la Galleria d`Arte Moderna à Bologne, Italie, le Westfälischen Kunstverein à Münster et la Fondation Ursula-Blickle-Stiftung à Kraichtal, Allemagne, lui ont consacré une importante exposition. Ses travaux ont été présentés notamment dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal 2001, à la Fondation Miró de Barcelone (2001), au Printemps de Cahors (2000), à la Kunsthalle de Berne (2000), à la 48e Biennale de Venise (1999) où il représentait la Belgique, à la Biennale internationale d?Istanbul (1997) et au Witte de With, Center for Contemporary Art de Rotterdam (1997). Ses ?uvres se retrouvent dans de nombreuses collections privées et publiques européennes.

Michel franÇois
Catalogue : 2006Fox | Art vidéo | dv | couleur | 8:0 | Belgique | USA | 2007
Michel franÇois
Fox
Art vidéo | dv | couleur | 8:0 | Belgique | USA | 2007

Le travail vidéo de Michel François est le plus souvent basé sur l'isolement des intervalles, événements minuscules et mouvements, la gravure de micro sculptures en temps réel. Il dessine un inventaire du monde autour de nous utilisant des antithèses : des oppositions non pas simplement formelles mais aussi philosophiques, économiques et politiques. Cette vidéo a été enregistrée en une seule nuit dans les studios de l'American TV-network FOX. La camera erre entre caméras abandonnées et écrans de télévision lumineux. A l'arrière- plan les dialogues résonnent de la bande son du programme diffusé à cette heure-ci, un épisode d'une série sur un avocat à la cour. La durée du film correspond aux dernières minutes du programme. L'apogée acoustique fait écho à travers le studio vide et déshumanisé.


Né en 1956, Michel François vit et travaille à Bruxelles, en Belgique. Fasciné par les gestes de la vie courante et par les tensions qu`ils révèlent, Michel François se démarque, depuis les années 80, par une pratique singulière où règnent désordre et ambiguïté. Parallèlement à la photographie, éditée sous forme d`affiche puis de livre, l`artiste a créé une approche particulière de la sculpture et de l`installation, où ses travaux et ses images sont souvent rassemblés, accumulés et réactualisés. Son travail a fait l`objet de multiples expositions tant en Europe qu`à l`étranger. Récemment, la Galleria d`Arte Moderna à Bologne, Italie, le Westfälischen Kunstverein à Münster et la Fondation Ursula-Blickle-Stiftung à Kraichtal, Allemagne, lui ont consacré une importante exposition. Ses travaux ont été présentés notamment dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal 2001, à la Fondation Miró de Barcelone (2001), au Printemps de Cahors (2000), à la Kunsthalle de Berne (2000), à la 48e Biennale de Venise (1999) où il représentait la Belgique, à la Biennale internationale d?Istanbul (1997) et au Witte de With, Center for Contemporary Art de Rotterdam (1997). Ses ?uvres se retrouvent dans de nombreuses collections privées et publiques européennes.

Daireaux franÇois
Catalogue : 2012Los Suenos de Daireaux | Documentaire | hdv | couleur | 55:0 | France | Argentine | 2012
Daireaux franÇois
Los Suenos de Daireaux
Documentaire | hdv | couleur | 55:0 | France | Argentine | 2012

Durant l`été 2010, François Daireaux quitte la France pour découvrir et faire l`expérience de la ville de Daireaux en Argentine. Pendant de longues journées, il marche dans Daireaux pour filmer la ville qui porte son nom. Pendant ses nuits à l`hôtel Daireaux, il fait de nombreux rêves.


Né en 1966 à Boulogne-sur-Mer

Tina frank, general magic
Catalogue : 2005Chronomops | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Autriche | 2005
Tina frank , general magic
Chronomops
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Autriche | 2005

Les portes de la perception, de type électrique. Le Chronomops de Tina Frank ouvre les portes sur des dimensions véritablement différentes : différentes des études en arts réductionnistes de nos jours, différentes des images exposées et minimalistes et différentes des filtres et des couches expérimentales omniprésentes. Chronomops occupe un espace chatoyant coloré, mais qui est en même temps un excès de couleur, une frénésie de la perception et un carrousel pop. Une architecture abstraite de barres de couleurs verticales est lancée dans une rotation sans fin, par laquelle des modules et des barres de bâtiments volent les uns autour des autres ? le système dans son ensemble tourne de cette manière. La force, mouvement en parti saccadé forme un maelström numérique dont l?aspiration tire le spectateur dans ses tréfonds. Un système faisant surface à travers un vide, plongeant fermement à travers sa propre dynamique vers un nouvel excès de mobilité, alors que des axes espérant aventureusement, ses dissolvants temporairement en des lignes en deux dimensions, ensuite, bouclant encore en un staccato de couleurs et de lumières, tendant vers un angle à 90°, latéral - laissant un sentiment extrêmement étourdissant au réveil. Chronomops, accompagné d?une musique de General Magic, musique qui est aussi composée comme un flux divisé, montre ainsi que la pop psychédélique a toujours su être vrai : que ?l?autre? côté à l?air juste passé le coin du groove parfait, un labyrinthe de couleurs et de formes mises en place en mouvements irréguliers qui n?ont qu?à peine à être élevées de leur invisibilité et libérées de leur état incompréhensible. La vie intérieure de la musique électronique a semblé apparaître tellement colorée et captivante.(Christian Höller)


Tian Frank a commencé à travailler comme designer en 1995. Son design-manche pour Mego - un label de musique électronique de Vienne - est bientôt reconnu comme futur "classique" et imprimé dans plusieurs livres de design et des magazines. En même temps, elle développe des concepts visuels et des lignes esthétiques pour les entreprises, organisations, conférences tout en travaillant pour U.R.L. Entre 1996 et 2000, Mathias Gmachl ( du manuel des fermiers) et Tina Frank ont travaillé ensemble sous le nom de Skot et ont expérimenté de nouvelles formes de vidéos en temps réel. En 2002, le label japonais Gas sort le premier DVD de Tina Frank ??Fuzzy Motion ? Picture without legs 1995-2002??. Tina Franl a collaboré avec de nombreux musiciens et designers comme Chicks on Speed, Oren Ambarchi & Martin Ng, General Magic, Florian Hecker, etc. Elle a aussi participé à de nombreuses performances dans des festivals, des institutions artistiques comme le centre Georgres Pompidou à Paris ou l'ICC à Tokyo et à plusieurs revues de musique et de design qui mettent en évidence son dynamisme pour les activités de design et vidéo.