Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Natalia comandari, -
Catalogue : 2012Ryhmä-School Party | Doc. expérimental | hdv | couleur | 8:30 | Salvador | Finlande | 2012
Natalia comandari , -
Ryhmä-School Party
Doc. expérimental | hdv | couleur | 8:30 | Salvador | Finlande | 2012

Ryhmä-School Party est la première vidéo d?une série des événements filmés dans plusieurs contextes temporellement précis ayant tous comme fil conducteur l?envie de documenter des nouveaux rites et cérémonies modernes. Ryhmä, traduit du Finlandais veut dire groupe, catégorie, fête. Dans le village de Hämeenkyrö les élèves de la F:E Sillanpää Senior High School célèbrent une tradition qui a été transmise de génération en génération : les élèves de la troisième année du Lycée quittent l?école pour aller à l?université, ce sont donc, les étudiants de la deuxième année qui deviennent les plus âgés dans l?école. Cet honneur est célébré avec un bal avec des danses traditionnelles finlandaises mais aussi des danses de salon. C?est un rite de passage à l?âge adulte qui mélange tradition et culture pop comme les principaux ingrédients d?un bal contemporain.


NATALIA COMANDARI Born 1983 San Salvador, El Salvador lives and works between Switzerland and El Salvador EXHIBITIONS 2012 Ins Blickfeld gerückt, Galerie de multiples, Paris. Art Forum Tampere, Tampere Art Museum. 2011 Festival Bandit-Mages, Bourges, France. Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid at Centre Georges Pompidou, Paris. Copenhagen International Documentary Film Festival, Videothèque. Video Dumbo Festival, Brooklyn, New York. Vue sur la Mer, openning of 26 rue de La Coulouvrenière, Genève. Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid, Haus der Kulturen der Welt, Berlin. Live in your Brain, Broom Social Club, Genève. Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid, Museo Reina Sofia, Madrid. Le Fédéral à semen-contra, Rotwand galerie, Zurich. 2010 Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid, Centre Georges Pompidou, Paris. Float Over the Mist, La Dependance, Rennens. Robinsson and Freitag in Berlin, Skulpturenpark, Berlin. Too early, too late,BB4 The 4th Bucharest Biennale, Rumania. Ins Blickfeld gerückt, Institut Français de Berlin. Playground, Nyon Piratage!, Nyon.

Catalogue : 2011Torito Denbow | Doc. expérimental | hdv | couleur | 5:51 | Salvador | 2011
Natalia comandari , -
Torito Denbow
Doc. expérimental | hdv | couleur | 5:51 | Salvador | 2011

Originaire d?Amérique centrale, le reggaton et son bit industriel, le Denbow, ont accompagné les protestations des classes populaire et les femmes durant leur revendications sociales des années 80- 90. Un combat féminin avec une instru entraînante comme hymne anti-machiste. Torito Denbow est une mix tape de symboles religieux et de rituels latino américains revisité par une bande de jeune sous la direction de Natalia Comandari. L?étoile de la soirée, la Quinciañera, est sur le point de basculer dans le monde des femmes adultes pour ces quinze ans. Dans son plus simple appareil la musique quant à elle marque le rite, la répétition et souligne l?aspect cyclique de ces coutumes. Tout le monde est sur scène dans ce décor de rue ; la célébrée, les célébrants, la cérémonie, l?assemblée, et le temps qui tourne en boucle sur mode ``repeat``.


Née 1983 San Salvador, El Salvador Vie et travaille entre la Suisse et El Salvador EDUCATION 2010: HEAD de Genève, master programme: Work Master, mention du jury. 2007: DNSEP mention du jury: Engagement du travail et de l?artiste, ENBAL Lyon. 2004: DNAP Felicitations du Jury, ENBAL, Lyon 2002: Journalism and Visual Communication, UCA, San Salvador.

Catalogue : 2010Made in Suiza | Doc. expérimental | dv | couleur | 5:56 | Salvador | Suisse | 2010
Natalia comandari , -
Made in Suiza
Doc. expérimental | dv | couleur | 5:56 | Salvador | Suisse | 2010

Le décor : un concours de beauté qui désignera le plus beau jeune homme de la communauté latino-américaine de Genève. Le corps masculin est ici exposé comme un prétexte à l?idéalisation et au rôle de la femme parfaite. Les pistes sont brouillées en même temps que les corps érotisés des jeunes hommes dessinent et trahissent, l?affirmation des codes et des stéréotypes sociaux. La plupart des participants nés en Suisse, fils d?immigrants, rejouent l?idéal masculin et les jugements féminins de manière ambiguë et re_chargé d?exotisme. Les corps impatients étalent l?hédonisme d?une jeunesse. Romain Legros


NATALIA COMANDARI Née le 24/01/83 San Salvador, El Salvador ncomandari@gmail.com Vie et travaille entre la Suisse et El Salvador EDUCATION June 2007: DNSEP mention du jury: Engagement du travail et de l?artiste, ENBAL Lyon. June 2004: DNAP Felicitations du Jury, ENBAL, Lyon Sep 2002: Journalism and Visual Communication, UCA, San Salvador

Natalia comandari
Catalogue : 2012Ryhmä-School Party | Doc. expérimental | hdv | couleur | 8:30 | Salvador | Finlande | 2012
Natalia comandari
Ryhmä-School Party
Doc. expérimental | hdv | couleur | 8:30 | Salvador | Finlande | 2012

Ryhmä-School Party est la première vidéo d?une série des événements filmés dans plusieurs contextes temporellement précis ayant tous comme fil conducteur l?envie de documenter des nouveaux rites et cérémonies modernes. Ryhmä, traduit du Finlandais veut dire groupe, catégorie, fête. Dans le village de Hämeenkyrö les élèves de la F:E Sillanpää Senior High School célèbrent une tradition qui a été transmise de génération en génération : les élèves de la troisième année du Lycée quittent l?école pour aller à l?université, ce sont donc, les étudiants de la deuxième année qui deviennent les plus âgés dans l?école. Cet honneur est célébré avec un bal avec des danses traditionnelles finlandaises mais aussi des danses de salon. C?est un rite de passage à l?âge adulte qui mélange tradition et culture pop comme les principaux ingrédients d?un bal contemporain.


NATALIA COMANDARI Born 1983 San Salvador, El Salvador lives and works between Switzerland and El Salvador EXHIBITIONS 2012 Ins Blickfeld gerückt, Galerie de multiples, Paris. Art Forum Tampere, Tampere Art Museum. 2011 Festival Bandit-Mages, Bourges, France. Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid at Centre Georges Pompidou, Paris. Copenhagen International Documentary Film Festival, Videothèque. Video Dumbo Festival, Brooklyn, New York. Vue sur la Mer, openning of 26 rue de La Coulouvrenière, Genève. Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid, Haus der Kulturen der Welt, Berlin. Live in your Brain, Broom Social Club, Genève. Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid, Museo Reina Sofia, Madrid. Le Fédéral à semen-contra, Rotwand galerie, Zurich. 2010 Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid, Centre Georges Pompidou, Paris. Float Over the Mist, La Dependance, Rennens. Robinsson and Freitag in Berlin, Skulpturenpark, Berlin. Too early, too late,BB4 The 4th Bucharest Biennale, Rumania. Ins Blickfeld gerückt, Institut Français de Berlin. Playground, Nyon Piratage!, Nyon.

Catalogue : 2011Torito Denbow | Doc. expérimental | hdv | couleur | 5:51 | Salvador | 2011
Natalia comandari
Torito Denbow
Doc. expérimental | hdv | couleur | 5:51 | Salvador | 2011

Originaire d?Amérique centrale, le reggaton et son bit industriel, le Denbow, ont accompagné les protestations des classes populaire et les femmes durant leur revendications sociales des années 80- 90. Un combat féminin avec une instru entraînante comme hymne anti-machiste. Torito Denbow est une mix tape de symboles religieux et de rituels latino américains revisité par une bande de jeune sous la direction de Natalia Comandari. L?étoile de la soirée, la Quinciañera, est sur le point de basculer dans le monde des femmes adultes pour ces quinze ans. Dans son plus simple appareil la musique quant à elle marque le rite, la répétition et souligne l?aspect cyclique de ces coutumes. Tout le monde est sur scène dans ce décor de rue ; la célébrée, les célébrants, la cérémonie, l?assemblée, et le temps qui tourne en boucle sur mode ``repeat``.


Née 1983 San Salvador, El Salvador Vie et travaille entre la Suisse et El Salvador EDUCATION 2010: HEAD de Genève, master programme: Work Master, mention du jury. 2007: DNSEP mention du jury: Engagement du travail et de l?artiste, ENBAL Lyon. 2004: DNAP Felicitations du Jury, ENBAL, Lyon 2002: Journalism and Visual Communication, UCA, San Salvador.

Catalogue : 2010Made in Suiza | Doc. expérimental | dv | couleur | 5:56 | Salvador | Suisse | 2010
Natalia comandari
Made in Suiza
Doc. expérimental | dv | couleur | 5:56 | Salvador | Suisse | 2010

Le décor : un concours de beauté qui désignera le plus beau jeune homme de la communauté latino-américaine de Genève. Le corps masculin est ici exposé comme un prétexte à l?idéalisation et au rôle de la femme parfaite. Les pistes sont brouillées en même temps que les corps érotisés des jeunes hommes dessinent et trahissent, l?affirmation des codes et des stéréotypes sociaux. La plupart des participants nés en Suisse, fils d?immigrants, rejouent l?idéal masculin et les jugements féminins de manière ambiguë et re_chargé d?exotisme. Les corps impatients étalent l?hédonisme d?une jeunesse. Romain Legros


NATALIA COMANDARI Née le 24/01/83 San Salvador, El Salvador ncomandari@gmail.com Vie et travaille entre la Suisse et El Salvador EDUCATION June 2007: DNSEP mention du jury: Engagement du travail et de l?artiste, ENBAL Lyon. June 2004: DNAP Felicitations du Jury, ENBAL, Lyon Sep 2002: Journalism and Visual Communication, UCA, San Salvador

Pierre-nicolas combe
Carles congost
Catalogue : 2007Memorias de Arkaran | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:0 | Espagne | 2005
Carles congost
Memorias de Arkaran
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:0 | Espagne | 2005

"Memorias de Arkaran" dépeint un pays imaginaire où ne vivent que des artistes. Ceux-ci mènent une vie privilégiée et tranquille, mais sont frustrés par leur rôle de bouffons, juste bons au divertissement des rois. Dans la vallée, la reine d?Argkarun est lassée de vivre dans la peur et décide d?ignorer l?imminence d?une guerre prédite par un vieux sage. Elle envoie ainsi son fils à Arkaran, afin qu?il devienne un prince artiste plutôt qu?un roi guerrier, comme le souhaite son armée. L?histoire d?Arkaran est racontée sur le ton d?une joyeuse épopée, mais elle reflète en réalité des aspects du monde de l?art qui semblent très actuels, notamment les relations entre l?art et le pouvoir, ainsi que la place des artistes eux-mêmes. Le designer Bernhard Willhelm et la fabuleuse Amanda Lear participent à cette vidéo.


Carles Congost (né en 1970 à Olot) associe librement différents médias et disciplines comme la vidéo, la musique, la peinture et la photographie. Les ?uvres citées ci-dessous constituent les points forts de sa carrière, notamment ses expositions individuelles dans les principaux centres d?art contemporain :À la Fondation Miró à Barcelone ; au centre andalou d?art contemporain ; au Reina Sofia à Madrid, à la Fondation Bilbao Arte ; au Centre d`Art Santa Mònica à Barcelone ; au MUSAC (Museo de Castilla y León) ; au Hamburger Bahnhof à Berlin ; à la 50ª Biennale de Venise ; au PS1/ MOMA à New York et à l'exposition "Live" (2004) au the Palais de Tokyo, Paris.

Catalogue : 2008La Mala Pintura | Art vidéo | | couleur | 10:0 | Espagne | 2008
Carles congost
La Mala Pintura
Art vidéo | | couleur | 10:0 | Espagne | 2008

Insatisfait par le manque de retentissement et d'importante de l'art espagnol sur la scène internationale actuelle, les grands maîtres du baroque, Velázquez, Murillo et Zurbarán, trament un plan infernal afin de faire renaître l'âge d'or. Pour ce faire, ils exploitent la loyauté aveugle d'un conservateur arriviste et sans talent, outil par lequel ils vont réaliser une série de sacrifices. Le spectaculaire retour de la peinture s'incarne en une engeance de montres infernaux, dont le but est de semer la panique et de renverser toutes les « avancées » du monde contemporain. Avec une esthétique inspirée par les films d'horreur américains des années 1980, et un arsenal d'effets spéciaux sophistiqués, « La Mala Pintura » présente une série de situations absurdes et hilarantes, centrées sur le thème de la réception de l'art espagnol en dehors de l'Espagne. Comme dans les ?uvres précédentes de l'artiste, l'affrontement entre tradition et modernité est poussé jusqu'à un point stéréotypé, en un exploit comique irrévérencieux et désinhibé, qui parodie les conventions du genre. Ce que « La Mala Pintura » nous offre donc, c'est une vision irrévérencieuse et désinhibée de l'instant présent dans l'art, chargée d'ironie et d'humour noir, dans un esprit de pur Pop. Dans le casting, notons tout particulièrement la présence de l'acteur barcelonais Nilo Mur, et du chanteur de pop italien Ryan Paris (« La Dolce Vita »), dans le rôle du Célèbre Conservateur International.


Né en 1970 à Olot (Espagne), Carles Congost associe librement différents médias et disciplines comme la vidéo, la musique, la peinture et la photographie. Il fait régulièrement l'objet d?expositions individuelles dans les principaux centres d?art contemporain, à la Fondation Miró de Barcelone (Espagne), au Centre Andalou d?Art Contemporain, au Musée Reina Sofia de Madrid (Espagne), à la Fondation Bilbao Arte, au Centre d?Art Santa Mònica de Barcelone, au MUSAC (Museo de Castilla y León), au Hamburger Bahnhof de Berlin (Allemagne), à la 50e Biennale de Venise (Italie), au PS1/MOMA de New York (USA) et à l'exposition « Live » (2004) du Palais de Tokyo de Paris (France).

Carles congost
Catalogue : 2013Paradigm | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 10:16 | Espagne | 2012
Carles congost
Paradigm
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 10:16 | Espagne | 2012

Paradigm represents a departure both formally and conceptually from the artist?s previous works. This new piece represents a commitment on behalf of the artist to an overtly cinematographic language placing his discourse in the renovated territory of the suggestive and the ambiguous. This work presents a highly recognizable situation within the police procedural genre, both in films and TV series. The characters that take part in the story appear gradually and in slow motion becoming integrated in a setting that, to begin with, leaves little room for improvisation. In spite of the multiplicity of familiar spaces represented in the first scenes of the film, the narration progressively releases subtle and disturbing signals that aim at articulating a mysterious choreography, a kind of ritual that shifts the fortuitous encounter between characters to an unwonted place. In this video we find numerous references to contemporary films and film directors such as the mythical western Once Upon A Time In The West, (1968), directed by Sergio Leone. The original soundtrack of Paradigm was composed by the Greek musician Evripidis Sabatis and Stefano Maccarrone, member of the Barcelona-based pop band Mendetz.

Carles Congost (Olot, Spain, 1970) has a BA in fne arts from the University of Barcelona. He has exhibited individually in Espai 13 / Fundació Miró, Barcelona; Espacio Uno / MNCARS, Madrid; CASM, Barcelona; MUSAC, León, Spain; CCA, Glasgow; Fundación Bilbao Arte, Bilbao; Gallery Luis Adelantado, Valencia; Gallery Horrach Moyà, Palma de Mallorca; Gallery Joan Prats, Barcelona; Artericambi, Verona (Italy); among others. He has participated in group exhibitions at the Palais de Tokyo, Paris; PS1/MOMA, New York; Hamburger Bahnhof, Berlin; IMMA, Dublin; f a projects, London; Santralistambul, Istanbul; Müczarnok Kunsthalle, Budapest; etc. He has also been invited to carry out specifc projects for the editions of the fairs: ARCO` 01, Madrid; Artissima` 06, Torino; and Frieze` 08, London

Wout conijn
Catalogue : 2006En nu ik | Documentaire | betaSP | couleur et n&b | 30:0 | Pays-Bas | 2005
Wout conijn
En nu ik
Documentaire | betaSP | couleur et n&b | 30:0 | Pays-Bas | 2005

Dans son film de fin d'études, qui fut primé, Wout Conijn règle ses comptes avec son grand frère dominateur Joost, celui qui sait tout faire mieux que les autres, même les films. Wout est cycliste de compétition, alpiniste, et il fréquente une école de cinéma. Joost est quand à lui un artiste expérimenté. Le film raconte l'histoire de leur relation difficile, à travers le point de vue du cadet, qui ne manque pas d'autodérision. "Mon frère pense que tout le monde devrait, au moins une fois dans sa vie, démonter un moteur", l'entend-on dire en voix off. Puis, on voit Wout se débattre avec une serviette de toilette et un tas de pièces détachées, tandis que son frère aîné, bien qu'à une certaine distance, continue à lui faire la morale. Au cours de son ascension de l'Himalaya caméra en main, Wout se retrouve face à une décision importante pour le reste de sa vie.


Après l'école, Wout Conijn a voyagé à travers l'Asie pendant huit mois. Il a étudié les sciences économiques et la philosophie à l'université Erasme de Rotterdam. Avec Fleur Boonman, il a travaillé en tant que caméraman pour le film "Airplane", réalisé par son frère Joost Conijn et primé. Cette coopération devait se prolonger sur le tournage de "Wooden Car" du même réalisateur. En 2005, Wout Conijn termine ses études à l'Académie hollandaise du film et de la télévision, en présentant son documentaire "My Turn", qui remporta le prix Pathé Tuschinsky lors du Festival du film néerlandais. Sous le nom de Conijn Travels, Wout organise par ailleurs des excursions à vélo au Tibet, en Bolivie et dans l'Est de la Turquie à vélo.

Stephen connolly
Catalogue : 2013Zabriskie Point (Redacted) | Film expérimental | hdv | couleur et n&b | 27:40 | Royaume-Uni | 2013
Stephen connolly
Zabriskie Point (Redacted)
Film expérimental | hdv | couleur et n&b | 27:40 | Royaume-Uni | 2013

Synopsis - inspired by a visit to Zabriskie Point ? a scenic tourist spot in Death Valley, California ? this film re-visits and re-imagines in the contemporary Antonioni?s 1970 MGM film of the same name. Aligning with Antonioni`s stated intentions ? to produce a work as "an idea in landscape" ? Zabriskie Point (Redacted) enacts a programme of visual and social research for the earlier film at one remove from the dramatic narrative. ?I wanted to ?play the stranger? with the original film. I`ve put the story to one side and concentrated on other aspects of the movie - the landscapes, the documentary footage used and the kind of material that was used as research for the work. The result is a peek at ideas of site, spatiality and the ?spectatorial?.? (Stephen Connolly) Sources and references for the film ? see here http://experimenta2013.tumblr.com/tagged/stephen-connolly

Artist filmmaker Stephen Connolly?s work investigates cinema and representation through site, history and politics. His single screen work has been widely shown internationally. He is currently a PhD candidate at the University of Kent, UK Filmmakers website www.bubblefilm.net

Catalogue : 2016Eyrie | Vidéo | hdv | couleur | 9:30 | Royaume-Uni | 2015
Stephen connolly
Eyrie
Vidéo | hdv | couleur | 9:30 | Royaume-Uni | 2015

Eyrie documents a visit to commemorative building built by the communist party in Bulgaria. This was a space for a body of people to gather, it is now empty and abandoned. The performance at the center of the work could be seen as suggestive of this lost commonality, and/or repurposing it as a space for speculation and play. Stephen Connolly


Stephen Connolly is a filmmaker

Catalogue : 2017Machine Space | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 37:14 | Royaume-Uni | 2017
Stephen connolly
Machine Space
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 37:14 | Royaume-Uni | 2017

Machine Space is an essay film exploring a city as a machine; a place of movement and circulation. Using a kinetic approach, issues of space, race and finance frame the city of Machine Space. Residents in voice over testify how the city as a spatial and financial machine shapes their experience. The city is Detroit, a place that has changed from producing the means of movement to producing space itself.

Stephen Connolly is an artist filmmaker currently teaching Film at the University for the Creative Arts. His practice as research doctorate, entitled The Spatial Cinema, is the culmination of many years of moving image research into the negotiation of space and the material environment through film. His work has been shown in film and media festivals worldwide since 2004. He has been the recipient of prestigious production grants from FLAMIN and the Arts Council.

Raphaël constant, hakim bah
Catalogue : 2015Pour les aux autres | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 22:22 | France | Maroc | 2015
Raphaël constant , hakim bah
Pour les aux autres
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 22:22 | France | Maroc | 2015

À Tanger, l`Afrique fait face à l`Europe. De nombreux sub-sahariens remontent jusqu`au Maroc pour tenter de franchir les 13 kilomètres du détroit qui les sépare de "l`autre côté" où ils pensent trouver une meilleure vie. Seulement, avant de traverser, ce sont parfois des mois d`attentes et de tentatives échouées. Des morts. Tout cela sous les yeux des Tangérois, témoins de ce va - et -vient, de la détresse qui porte ces femmes et ces hommes à vouloir franchir cette mer.


HAKIM BAH Né à Mamou (Guinée), Hakim BAH suit une formation en master2 mise en scène et dramaturgie à l’Université de Paris-Ouest Nanterre. Boursier Beaumarchais 2015, il a effectué des résidences d’écritures au Burkina Faso (RECREATRALES), en Guinée (UNIVERS DES MOTS), à Paris (Théâtre de l’aquarium avec un soutien du programme Afrique et Caraïbe en créations de l’Institut Français et au TARMAC, la scène internationale francophone / Cité international des Arts dans le cadre du programme « visa pour la création » de l’Institut Français), à la Rochelle (Centre Intermondes dans le cadre de la Convention Institut Français et Ville de la Rochelle) et à Tanger- Maroc (Espace Pandora). Son texte « Sur la pelouse » créé aux RECREATRALES 2012 par Souleymane BAH a été lauréat 2013 du comité de lecture de la Comédie de l’Est et mis en lecture par les élèves du conservatoire à rayonnement dramaturgique de Colmar. Son texte « Le cadavre dans l’oeil» mis en scène par Guy Theunissen en 2014 a été lu au festival d’Avignon 2014 par Denis Lavant, des Francophonies en Limousin 2013, Regards croisés 2013 et mis en onde sur RFI. Son texte « Ticha-Ticha» accompagné par le collectif A Mots Découverts, a été sélectionné par le bureau des lecteurs de la comédie française, élu coups de coeur du comité de lecture de l’apostrophe (scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise) et lu au Théâtre de l’aquarium à Vincennes, au Lieu-Dit (Ecriture en partage dirigé par Monique Blin) à Paris, au Mardis Midi du Théâtre 13, à l’Apostrophe (scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise), au printemps des Inédits à Fontenay Sous-bois et au Festival Text`Avril au Théâtre de la Tête Noire (Saran). RAPHAËL CONSTANT Né en 1986 à Grenoble (France). Il suit une formation de graphiste en Suisse. Puis développe sa pratique dans le champ des arts visuels en participant à plusieurs résidences à travers le monde et en exposant en Corée du Sud, au Cambodge, au Sénégal, en Allemagne, en Espagne et aux Pays-Bas.Il travaille actuellement sur son premier projet de film de fiction .

Antonio contador
Catalogue : 2006A.E.P. (Alternative Energy Providers) | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:23 | Portugal | 2006
Antonio contador
A.E.P. (Alternative Energy Providers)
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:23 | Portugal | 2006

10 samples vidéos en boucle en format DVD sur les possibilités d´utilisation quotidienne d´énergie alternative peu coûteuse et propre, donc non nuisible à l´environnement. Nos corps ont besoin d´énergie pour pouvoir se mouvoir, mais ils sont également une source de production d´énergie propre grâce à ces mêmes mouvements corporels quotidiens. Ceux-ci semblent, néanmoins, se perdre dans leur utilité immédiate et l´énergie qui s´en dégage pourrait être captée et stockée en vue d´une utilisation postérieure. A. E. P. (Alternative Energy Providers) propose 10 extraits (?samples?) de mouvements corporels qui pourraient être à la base d´une production et accumulation énergétiques nouvelles. A. E. P. (Alternative Energy Providers) se présente comme un bureau de développement, un département d`idée et de recherche en énergie, une sorte de laboratoire énergétique à forte charge de potentiel, qui n´a de raison d`exister que par la réalité de ses projets. A. E. P. (Alternative Energy Providers) est une sorte de bureau d`étude qui cadre dans le réel des recherches sur les véritables possibilités de développement d´énergie commune, utilisable quotidiennement dans un avenir proche.


António Contador ? né en 1971 à Vitry Sur Seine dans le Val de Marne, vit depuis 1990 à Lisbonne au Portugal. Formé en sociologie il est actuellement professeur dans l' Ecole Supérieure d'Art et de Design de Caldas da Rainha au Portugal et prépare un doctorat en Art, Esthétique, et Science de l'art à la Sorbonne à Paris. Musicien il a publié quelques titres et albums dans différents labels indépendants ( Kinder of heart, Variz, Base) et en auto-audition. Il a collaboré avec le collectif d'artiste - musiciens Section Amour (et souhaite collaber plus). En tant qu'artiste visuel il est associé à la structure artistique L'appareil.

Catalogue : 2007JUNE 8TH | Installation vid�o | | couleur | 0:39 | Portugal | 2007
Antonio contador
JUNE 8TH
Installation vid�o | | couleur | 0:39 | Portugal | 2007

Le début de cette vidéo est une scène du film "Taxi Driver" (1976) de Martin Scorsese. La séquence original a cependant été infiltré par quelque chose - le mot "palantine" est devenu "Palestine"- qui change le sens de tout, dans le contexte même du film comme dans la situation politique passée et présente.


Antonio Contador (né à Vitry Sur Seine, à côté de Paris/France), vit entre Paris et Lisbonne/Portugal. Il travaille dans le milieu de la music et de la vidéo "discount". Il produit des impressions musicales et visuelles, de la Pop ou bien des néo-jungles en se servant de sources sonores et de films hors de leur contexte. La production visuelle montre des vidéos sans contraintes, pris le plus souvent en se servant de "sample" et qui ne racontent pas forcement d'histoire. Il travaille avec "l'Appareil", structure artistique basée à Paris. Il a fait un master de recherche en Communication, Culture et Technologie de l'Information et travailles sur un Doctorat en Arts, Esthétique et Science de l'art à l'université de la Sorbonne à Paris.

Eric convents, roger steylaerts
Jean-philippe convert
Catalogue : 2006Advise to Iraki people | Doc. expérimental | dv | couleur | 9:4 | France | Belgique | 2004
Jean-philippe convert
Advise to Iraki people
Doc. expérimental | dv | couleur | 9:4 | France | Belgique | 2004

Ce film est essentiellement basé sur des images prises à Bagdad et dans sa région en 1988, c?est-à-dire entre la fin de la guerre Iran-Irak et le début de la première guerre du golfe. Sur ces images montrant la dernière période de paix que ce pays ait connu, une voix fait entendre un texte donnant une série de conseils en ce qui concerne la sécurité des enfants : garder les objets tranchants hors de portée, ne pas conduire en utilisant un téléphone portable, ne pas oublier de fermer la remise du jardin, vérifier la sureté des jouets... Avec ce montage entre les images et le texte il s?agit de mettre en avant une composante du discours sécuritaire, celle qui fonde la paix sur la peur. Entre la paix évanouie, ce que montre les images, et les fantasmes de peur ce film esquisse une réponse basée sur l?ironie et les décalages de sens.


Après des études de philosophie, Jean-Philippe Convert (1972) a débuté un travail de vidéaste et de performeur à partir de textes qu?il écrit. Son intention est de tenter d?explorer les ressources de l?expression orale soit dans son rapport au texte écrit (dans ses performances/lectures, le texte est un canevas à partir de quoi improviser) soit dans son rapport à l?image en étirant au maximum le lien entre ce qui se voit et ce qui s?entend. Son intention est notamment d?élargir la notion de sens en mettant en avant la « forme du sens », c?est-à-dire sa musicalité comme lieu où peut s?appréhender à la fois la scission du signifiant et du signifié mais également leur unité symbolique.

Talmage cooley
Catalogue : 2005Dimmer | Documentaire | dv | noir et blanc | 12:20 | USA | 2005
Talmage cooley
Dimmer
Documentaire | dv | noir et blanc | 12:20 | USA | 2005

DINNER est un regard documentaire dans la vie de Mike, un adolescent aveugle qui grandit avec un gang d'amis aveugles qui occupent une rangée d'usines rouillées dans les environs de Buffalo à New York. La musique est d'Interpol.


Le premier film de Talmage, la comédie courte "Pol Pot?s Birthday" en première au Sundance Film Festival 2004 a reçu de nombreuses récompenses dans beaucoup de festivals dans le monde entier, dont celles du meilleur film, le meilleur scénario, les meilleures récompenses du cinéma et du public. Son second film, "Dimmer", un court documentaire commissionné par le groupe Interpol, en première au Sundance Film Festival 2005 a reçu les meilleures récompenses cinématographiques à plusieurs festivals internationaux mais a aussi été exposé au New York Museum of Modern Art et au Los Angeles Hammer Museum. Talmage a été récemment nommé par le RES Magazine comme l'un des " 10 talents les plus imaginatifs de 2005" et par le Screen International Magazine comme l'un de leurs "10 talents émergeants à voir en 2005". Il travaille en ce moment sur plusieurs projets de films en collaboration (?Patriotville?) qui sont programmés pour être projetés en début 2006. Un livre de photographies et d'histoires de Talmage, "Public Love", a été publié par Chronicle Book en 1999. En plus de son travail dans le film et la photographie, Talmage est le co-fondateur de PAX, une organisation non-lucrative nationale très largement reconnue pour son travail dans le développement de stratégies innovatrices et culturelles pour combattre la violence par les armes à feu aux Etats-Unis.

Franziska cordes
Catalogue : 2007sans titre, O.T. | Installation vidéo | | | 1:35 | Allemagne | 2007
Franziska cordes
sans titre, O.T.
Installation vidéo | | | 1:35 | Allemagne | 2007

Untitled (Against any uncertainty and discouragement of the ideal pioneers of reform and contrareform) Installation | Phosphorus Screen | 2 Spots | Audio | 2007 From the Mirage series (Concrete Garden) The screen, a wooden tablet covered with phosphorus, becomes near endlessly filled with light ? and reflects it again in the dark. The video projector projects no information, rather the screen itself saves the information of light. The image remains absent in a tragic comic way. The other side of the free hanging screen appears in the dark through backlight of the flood lamps. Two Sine waves careen, a seemingly continuous scale descends, the two tones cross over and into each other receding in opposite directions. The idea of a beginning and an end, extreme opposites and progression, becomes replaced through rotating illusion. Any sort of image remains, regardless of the deliberately constructed, continuously ascending expectation, absent. Whoever comes is the right people. Whatever happens is the only thing that could have. Whenever it starts is the right time. When it?s over it?s over. Just give me a call if you feel like it! The installation is inherently a socio-cultural psychogram and indicates a running stand still, which through its ironic breaking down of a medial illusion shows an unnerving state of condition and threshold of fear, thereby establishing the origin of the series Mirage (concrete garden).

Franziska Cordes was born in 1979 in Hannover, Germany. 2001-2006 she studied Virtual Realities and Fine Arts at Kunsthochschule Kassel with Bjørn Melhus. Currently Cordes graduates the Postgraduate Programme ?Audio Visual Media Arts? at the Academy for Media Arts in Cologne. Since 2004 she participated at numerous international Exhibitions and sceenings, as 2007 at Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland and 2006 at Kunstverein Hannover. Since February 2008 she is deputised by Arsenal Experimental Berlin and Gallery Sandra Bürgel Berlin. Cordes lives and works in Cologne. The videos from Franziska Cordes appear at first glance to destruct the senses, yet on closer inspection they establish a unique subtleness, in which the most personal issues of an individual become fragmented as if in a strudel or spectacular world: Cordes thereby stages her own person as protagonist of differing cultural codes, in order to approach a contemporary societal analysis. Her stories begin and end in the abstraction of a very personal experience. With her idiosyncratic, often contrapointal combination of picture and text, as in the larger meaning of cross-referencing, she succeeds the placing of a seemingly shattering discentrism, Like the dance of a dervish this rotation of the sence refers to a center, which promises to open the personal mystery. Within her work Franziska Cordes does not try to reproduce reality but to create pictures, which grasp the real of reality in an associative room of thinking. Thereby her stories are often interrupted, undercut or neutralized and become a status of the speeding stagnancy. This self-conscious destruction of linear conclusiveness and a climax-oriented, narrative motion in this case does not prove to be just the manifestation of the pretended collapse of the communication system in the age of communication. Rather they describe those processes of association and dissociation causing an eternal metamorphosis of sense. Franziska Cordes debates personality as a nomads provoking spirit, which tries to find the self concept by dissemination through and by the use of media. In her current project Franziska Cordes concentrates on the search for the significant source of pictures/images, for the production of her structures, her specific language, and their reduction to her pure materiality. Thereby she intends to convict her previous filmic work into an installation (sculpture) to analyse the concrete instances, in which identitiy is taking place. These installations are moving psychograms of a standstill showing the picture of an oppressive state of fear of embarking on something new in terms of deconstruction and recontextualisation. Thereby they form a starting point for Mirage (concrete garden), a series constructing essential scenarios of fear and harassment in different ways. Bjørn Melhus

Catalogue : 2007All is full of love | Film expérimental | dv | couleur | 10:0 | Allemagne | 2007
Franziska cordes
All is full of love
Film expérimental | dv | couleur | 10:0 | Allemagne | 2007

?All is full of love? ist eine erzählerische Inszenierung des Äquivalenzprinzipes, das hier auf der Basis von round robin ? jeder gegen jeden ? als individuelles Glaubensbekenntnis artikuliert wird. Ausgangspunkt für das Projekt sind Videoaufnahmen, die zu Forschungszwecken bei Versuchen zur Erzeugung von Schwerelosigkeit gemacht wurden: In einem 100 Meter hohen Fallturm, der durch seine Form an ein Minarett erinnert, wird eine Kapsel abgeworfen und in einem mit Styroporkugeln gefüllten Behälter aufgefangen. `All is full of love` ist eine freie Übersetzung dieses Versuchs in eine fiktive Wettkampfsituation zwischen Turmspringern unterschiedlicher Mannschaften. Es gibt wenige Dinge, die sich so deutlich gegen die Virtuelle Welt stellen lassen wie die Schwerkraft. Das Projekt imaginiert unter diesem Aspekt einen Ort, an dem sich die Dinge in ihrer Gleichwertigkeit offenbaren ? an dem sich die Kontrahenten mit ihrer Gleich-gültigkeit konfrontiert sehen. Dieser Ort und dieser Moment artikulieren sich in einem beklemmenden Gefühl der Schwerelosigkeit, dem Muskelkraft entgegensteht. Das Motive des Wettbewerbs, die Diktatur von Gruppenidentitäten, ihrer Konstitution und potenzielle Dekonstruktion bilden die Ausgangssitu-ation. `All is full of love` stellt sich als Bricolage von Feldern dar: Politik, Sport, Liebe, Wissenschaft, Kunst. Fragmente werden zu einem dezentralen Netzwerk reorganisiert, Bild- und Tonspur semplen ein exorbitales Gewebe, durch das sich der Zuschauer satelitenartig bewegen kann.

Franziska Cordes studierte Freie Kunst und Visuelle Kommunikation mit Bjørn Melhus an der kunsthochschule Kassel. Seitdem nahm Franziska Cordes an zahlreichen internationalen Ausstellungen und Festivals teil. Seit 2006 ist sie im postgraduate programme "Audio-Visual Media" an der academy of Media Arts Cologne. Die Videos von Franziska Cordes eröffnen eine eizigartige Hintergründigkeit, in der die persönlichsten Belange des Individuums in den Strudel einer fragmentierten, spektakulären Welt geraten. Dabei inszeniert Cordes ihre eigene Person als Protagonistin unterschiedlichster kultureller Codes, um sich einer Analyse aktueller gesellschaftlicher Prozesse anzunähern. Ihre Geschichten beginnen und enden in der Abstraktion eines sehr persönlichen Erlebens. Mit ihrer eigenwilligen, oft kontrapunktischen Kombination von Bild und Text, sowie der großen Bedeutung von Querverweisen, gelingt ihr die Setzung einer scheinbar alles zerschmetternden Zentrumslosigkeit: Wie bei dem Tanz eines Derwisches verweist auch diese Sinnrotation auf ein Zentrum, welches verspricht, das persönliche Mysterium zu öffnen. Mit ihrer Arbeit versucht Franziska Cordes nicht Realität abzubilden, sondern Bilder zu schaffen, die in einem assoziativen Denkraum das Reale der Realität erfassen. Ihre Erzählungen werden dabei häufig unterbrochen, unterwandert oder neutralisiert und somit selbst zu einem Zustand des rasenden Stillstands. Diese bewusste Zerstörung linearer Schlüssigkeiten und klimaxorientierter, narrativer Bewegung erweist sich hier nicht nur als die Manifestation des scheinbaren Kollabierens der Kommunikationssysteme im Zeitalter der Kommunikation. Vielmehr umschreiben sie jene Assoziations- und Dissoziationsprozesse, die eine ewige Metamorphose des Sinnes bewirken. Franziska Cordes verhandelt Persönlichkeit als nomadisierenden Geist, der mit den Medien und durch die Medien hindurch den Selbstausdruck in der Dissemination zu finden versucht. In ihrem aktuellen Arbeitsvorhaben konzentriert sich Franziska Cordes auf die Suche nach den Signifikanten der Herkunft von Bildern, auf die Inszenierung ihrer Strukturen, ihrer spezifischen Sprache, und deren Reduktion auf ihre pure Materialität. Dabei beabsichtigt sie ihre bisherige filmische Arbeit in eine Installation (Skulptur) zu überführen, die die konkreten Umstände untersucht, in denen sich Identität vollzieht. Eine überraschende, und dennoch folgerichtige Entscheidung, die zeigt, dass sie spielend in der Lage ist, ihr Spielfeld zu erweitern. Franziska Cordes wurde 1979 in Hannover geboren und lebt und arbeitet in Köln.

Franziska cordes
Catalogue : 2006delay.aventures | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 15:50 | Allemagne | 2006
Franziska cordes
delay.aventures
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 15:50 | Allemagne | 2006

Dans un cadre tragicomique, "Delay.Aventures" décrit, avec des références au conte d'Andersen "Les souliers rouges", la tentative désespérée pour compenser ce qui a été refoulé, et pour rendre tangibles des identités qui s'effacent. En émerge l'étrange caricature d'une personnalité dont la négation intensive de soi s'inverse pour devenir une auto-mise en scène excessive qui ne permet en aucun cas d'appréhender le personnage, mais qui mène au contraire à sa perte. Le personnage touche le fond. "Delay.Aventures" est en quelque sorte une illustration, poussée à l'extrême et tendue vers l'auto-dérision, des conflits, des crises et des particularités auxquels se voient quotidiennement confrontés les artistes, avant tout du fait de leur réflexion personnelle sur la création , au vu d'un environnement saturé de médias.


Franziska Cordes est née en 1979 à Hanovre. Elle vit et travaille à Berlin et Cologne. Elle a fréquenté de 1999 à 2000 le Leibniz-Kolleg de Tübingen, où elle a étudié l'épistémologie et la physique. De 2001 à 2006, elle étudie à la Kunsthochschule de Kassel la communication visuelle (nouveaux médias) , puis en 2002 les arts libres (réalités virtuelles) avec les professeurs Urs Lüthi et Bjørn Melhus. Ses oeuvres ont été exposées dans le monde. Depuis 2006 elle participe au programme de troisième cycle "Audio-Visual Media" (arts des médias) à l'Academy of Media Arts de Cologne.

Franziska cordes, markus bertuch
Catalogue : 2009Advocat | Doc. expérimental | dv | couleur | 10:8 | Allemagne | 2009
Franziska cordes , markus bertuch
Advocat
Doc. expérimental | dv | couleur | 10:8 | Allemagne | 2009

Ein Reiterstandbild wird abgerissen, verladen und abtransportiert. Eine Gruppe aus 4 Männern verschiedener europäischer Herkunft nimmt Autoreifen, Hölzer und Zugseile als Werkzeug für den Sturz. Das Bild, das entsteht, ist archaisch und erinnert an die Antike. Das Gewicht und die Kraft der Bronzestatur geht über die Körperkraft der Gruppe hinaus. Potential auf Potential. ADVOCAT behandelt die politische Dimension des Umsturzes auf die Weise, dass unerwähnt und nebensächlich bleibt, warum und weshalb es zu diesem Sturz kommt. Das Reiterstandbild, das durch die Aktion orts- und namenlos gemacht wird, fungiert hier als Maschine, gleichsam als Interface für die Handschrift der hierzu formierten Gruppe. Es wird auf die Reise geschickt, zurück bleibt nur der Sockel, der samt Inschrift an einen Grabstein erinnert. Die Bronzestatur selbst ist samt Autoreifen (auf die das Standbild gestürzt wurde) zu einer neuen Skulptur umgebaut. Der Ritter ist von der Vertikalen in die Horizontale gebracht und auf ein an eine Laderampe / Floss erinnerndes Podest geschnürt.

Franziska Cordes (*1979) studierte Freie Kunst bei Bjørn Melhus und absolvierte 2009 das Postgraduate Programme Audio-Visual-Media an der Kunsthochschule für Medien in Köln. Mit dem Video ?Gretel? schlug sie bereits frühzeitig einen sehr eigenwilligen Weg ein, den sie mit den nachfolgenden Arbeiten zu einer einzigartigen künstlerischen Position ausbaute. Dabei fanden die entstandenen Werke bereits während des Studiums in zahlreichen Ausstellungen und internationalen Festivals Anerkennung. 2009 erhielt sie das 1 jährige Arbeitsstipendium der Stiftung Kunstfonds Bonn. Für 2010 das Arbeitsstipendium am Schloss Ringenberg. Franziska Cordes wird von der Galerie Sandra Bürgel Berlin vertreten. Ihre Videos und Videoskulpturen werden vom Arsenal-Institut für Film und Videokunst e.V. Berlin verliehen. Sie lebt und arbeitet in Berlin und Düsseldorf.

Franziska cordes, center of applied space technology and microgravity
Catalogue : 2007sans titre, O.T. | Installation vidéo | | | 1:35 | Allemagne | 2007
Franziska cordes , center of applied space technology and microgravity
sans titre, O.T.
Installation vidéo | | | 1:35 | Allemagne | 2007

Untitled (Against any uncertainty and discouragement of the ideal pioneers of reform and contrareform) Installation | Phosphorus Screen | 2 Spots | Audio | 2007 From the Mirage series (Concrete Garden) The screen, a wooden tablet covered with phosphorus, becomes near endlessly filled with light ? and reflects it again in the dark. The video projector projects no information, rather the screen itself saves the information of light. The image remains absent in a tragic comic way. The other side of the free hanging screen appears in the dark through backlight of the flood lamps. Two Sine waves careen, a seemingly continuous scale descends, the two tones cross over and into each other receding in opposite directions. The idea of a beginning and an end, extreme opposites and progression, becomes replaced through rotating illusion. Any sort of image remains, regardless of the deliberately constructed, continuously ascending expectation, absent. Whoever comes is the right people. Whatever happens is the only thing that could have. Whenever it starts is the right time. When it?s over it?s over. Just give me a call if you feel like it! The installation is inherently a socio-cultural psychogram and indicates a running stand still, which through its ironic breaking down of a medial illusion shows an unnerving state of condition and threshold of fear, thereby establishing the origin of the series Mirage (concrete garden).

Franziska Cordes was born in 1979 in Hannover, Germany. 2001-2006 she studied Virtual Realities and Fine Arts at Kunsthochschule Kassel with Bjørn Melhus. Currently Cordes graduates the Postgraduate Programme ?Audio Visual Media Arts? at the Academy for Media Arts in Cologne. Since 2004 she participated at numerous international Exhibitions and sceenings, as 2007 at Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland and 2006 at Kunstverein Hannover. Since February 2008 she is deputised by Arsenal Experimental Berlin and Gallery Sandra Bürgel Berlin. Cordes lives and works in Cologne. The videos from Franziska Cordes appear at first glance to destruct the senses, yet on closer inspection they establish a unique subtleness, in which the most personal issues of an individual become fragmented as if in a strudel or spectacular world: Cordes thereby stages her own person as protagonist of differing cultural codes, in order to approach a contemporary societal analysis. Her stories begin and end in the abstraction of a very personal experience. With her idiosyncratic, often contrapointal combination of picture and text, as in the larger meaning of cross-referencing, she succeeds the placing of a seemingly shattering discentrism, Like the dance of a dervish this rotation of the sence refers to a center, which promises to open the personal mystery. Within her work Franziska Cordes does not try to reproduce reality but to create pictures, which grasp the real of reality in an associative room of thinking. Thereby her stories are often interrupted, undercut or neutralized and become a status of the speeding stagnancy. This self-conscious destruction of linear conclusiveness and a climax-oriented, narrative motion in this case does not prove to be just the manifestation of the pretended collapse of the communication system in the age of communication. Rather they describe those processes of association and dissociation causing an eternal metamorphosis of sense. Franziska Cordes debates personality as a nomads provoking spirit, which tries to find the self concept by dissemination through and by the use of media. In her current project Franziska Cordes concentrates on the search for the significant source of pictures/images, for the production of her structures, her specific language, and their reduction to her pure materiality. Thereby she intends to convict her previous filmic work into an installation (sculpture) to analyse the concrete instances, in which identitiy is taking place. These installations are moving psychograms of a standstill showing the picture of an oppressive state of fear of embarking on something new in terms of deconstruction and recontextualisation. Thereby they form a starting point for Mirage (concrete garden), a series constructing essential scenarios of fear and harassment in different ways. Bjørn Melhus

Catalogue : 2007All is full of love | Film expérimental | dv | couleur | 10:0 | Allemagne | 2007
Franziska cordes , center of applied space technology and microgravity
All is full of love
Film expérimental | dv | couleur | 10:0 | Allemagne | 2007

?All is full of love? ist eine erzählerische Inszenierung des Äquivalenzprinzipes, das hier auf der Basis von round robin ? jeder gegen jeden ? als individuelles Glaubensbekenntnis artikuliert wird. Ausgangspunkt für das Projekt sind Videoaufnahmen, die zu Forschungszwecken bei Versuchen zur Erzeugung von Schwerelosigkeit gemacht wurden: In einem 100 Meter hohen Fallturm, der durch seine Form an ein Minarett erinnert, wird eine Kapsel abgeworfen und in einem mit Styroporkugeln gefüllten Behälter aufgefangen. `All is full of love` ist eine freie Übersetzung dieses Versuchs in eine fiktive Wettkampfsituation zwischen Turmspringern unterschiedlicher Mannschaften. Es gibt wenige Dinge, die sich so deutlich gegen die Virtuelle Welt stellen lassen wie die Schwerkraft. Das Projekt imaginiert unter diesem Aspekt einen Ort, an dem sich die Dinge in ihrer Gleichwertigkeit offenbaren ? an dem sich die Kontrahenten mit ihrer Gleich-gültigkeit konfrontiert sehen. Dieser Ort und dieser Moment artikulieren sich in einem beklemmenden Gefühl der Schwerelosigkeit, dem Muskelkraft entgegensteht. Das Motive des Wettbewerbs, die Diktatur von Gruppenidentitäten, ihrer Konstitution und potenzielle Dekonstruktion bilden die Ausgangssitu-ation. `All is full of love` stellt sich als Bricolage von Feldern dar: Politik, Sport, Liebe, Wissenschaft, Kunst. Fragmente werden zu einem dezentralen Netzwerk reorganisiert, Bild- und Tonspur semplen ein exorbitales Gewebe, durch das sich der Zuschauer satelitenartig bewegen kann.

Franziska Cordes studierte Freie Kunst und Visuelle Kommunikation mit Bjørn Melhus an der kunsthochschule Kassel. Seitdem nahm Franziska Cordes an zahlreichen internationalen Ausstellungen und Festivals teil. Seit 2006 ist sie im postgraduate programme "Audio-Visual Media" an der academy of Media Arts Cologne. Die Videos von Franziska Cordes eröffnen eine eizigartige Hintergründigkeit, in der die persönlichsten Belange des Individuums in den Strudel einer fragmentierten, spektakulären Welt geraten. Dabei inszeniert Cordes ihre eigene Person als Protagonistin unterschiedlichster kultureller Codes, um sich einer Analyse aktueller gesellschaftlicher Prozesse anzunähern. Ihre Geschichten beginnen und enden in der Abstraktion eines sehr persönlichen Erlebens. Mit ihrer eigenwilligen, oft kontrapunktischen Kombination von Bild und Text, sowie der großen Bedeutung von Querverweisen, gelingt ihr die Setzung einer scheinbar alles zerschmetternden Zentrumslosigkeit: Wie bei dem Tanz eines Derwisches verweist auch diese Sinnrotation auf ein Zentrum, welches verspricht, das persönliche Mysterium zu öffnen. Mit ihrer Arbeit versucht Franziska Cordes nicht Realität abzubilden, sondern Bilder zu schaffen, die in einem assoziativen Denkraum das Reale der Realität erfassen. Ihre Erzählungen werden dabei häufig unterbrochen, unterwandert oder neutralisiert und somit selbst zu einem Zustand des rasenden Stillstands. Diese bewusste Zerstörung linearer Schlüssigkeiten und klimaxorientierter, narrativer Bewegung erweist sich hier nicht nur als die Manifestation des scheinbaren Kollabierens der Kommunikationssysteme im Zeitalter der Kommunikation. Vielmehr umschreiben sie jene Assoziations- und Dissoziationsprozesse, die eine ewige Metamorphose des Sinnes bewirken. Franziska Cordes verhandelt Persönlichkeit als nomadisierenden Geist, der mit den Medien und durch die Medien hindurch den Selbstausdruck in der Dissemination zu finden versucht. In ihrem aktuellen Arbeitsvorhaben konzentriert sich Franziska Cordes auf die Suche nach den Signifikanten der Herkunft von Bildern, auf die Inszenierung ihrer Strukturen, ihrer spezifischen Sprache, und deren Reduktion auf ihre pure Materialität. Dabei beabsichtigt sie ihre bisherige filmische Arbeit in eine Installation (Skulptur) zu überführen, die die konkreten Umstände untersucht, in denen sich Identität vollzieht. Eine überraschende, und dennoch folgerichtige Entscheidung, die zeigt, dass sie spielend in der Lage ist, ihr Spielfeld zu erweitern. Franziska Cordes wurde 1979 in Hannover geboren und lebt und arbeitet in Köln.

François cormier
Catalogue : 2005Débat | 0 | 0 | | 0:0 | Canada | 2005
François cormier
Débat
0 | 0 | | 0:0 | Canada | 2005

L?organisme Champ Libre (fondé en 1992) qui ?uvre maintenant dans les domaines de l?image en mouvement, des arts électroniques, de l?architecture et de l?urbanisme a emprunté son nom à l?histoire récente du Québec. En effet au moment de la fondation de l?organisme en 1992, François Cormier l?un des co-fondateurs, cherchait un nom à donner à ce nouvel espace de réflexion et de diffusion artistique qui émergeait à partir de l?effervescence de rencontres avec d?autres co-fondateurs issus du milieu de l?architecture, des arts visuels, de la philosophie, de la littérature et de l?urbanisme. À cette époque ce collectif définissait son action entre autres par le besoin de regrouper les forces de ses co-fondateurs et proposer de nouvelles façons de voir, d?entendre et de comprendre. C?est au hasard d?une visite dans une librairie de livres usagés du plateau Mont-Royal à Montréal en 1991 que fut découverte une édition ancienne et originale de la revue de cinéma québécoise CHAMP LIBRE ayant existé dans les années soixante-dix le temps de quelques numéros. L?édition no 1 de cette revue clamait en 1971 que : ?il consiste à donner aux colonisés que sont les Québécois les images d?eux-mêmes qui leur manquent, à reconquérir un reflet volé et à proposer des schémas d?analyse et de lutte. Inutile de dire que CHAMP LIBRE participe à ce combat. C?est la force éditoriale de ces propos et le désir, la volonté de faire revivre le nom inspirant de cette revue de cinéma d?auteur qui a fait naître dans sa continuité le nom de l?organisme CHAMP LIBRE que l?on connaît aujourd?hui.


CHAMP LIBRE * (fondé en 1992) est un diffuseur et un laboratoire artistique nomade qui présente des événements in situ, s`insérant dans la communauté et mettant en relation les pratiques contemporaines de l`art, de l?architecture, de l?urbanisme et des nouvelles technologies.

Giorgiomaria cornelio, lucamatteo rossi
Catalogue : 2018Nell'insonnia di avere in sorte la luce | Doc. expérimental | mp4 | couleur et n&b | 27:0 | Italie | Irlande | 2017
Giorgiomaria cornelio , lucamatteo rossi
Nell'insonnia di avere in sorte la luce
Doc. expérimental | mp4 | couleur et n&b | 27:0 | Italie | Irlande | 2017

"Nell`insonnia di avere in sorte la luce" is a journey between Italy and Ireland, an atlas of different languages and places that display the possibilities of contemporary cinema as a place of endless exploration. This movie (filmed mostly in Ireland, in archaeological sites of interest as Hill of Tara or Glendalough) is an attempt to present an idea of cinema before the invention of cinema itself, connecting the mythical Ogham alphabet (engraved on the surface of the stones) with the practice of experimental cinema (cameraless movies) and also with Italian avant-garde artists like Antonio Burri, Paolo Gioli, Corrado Costa, Emilio Villa, Stefano Scodanibbio, Osvaldo Licini. By doing that, Giorgiomaria Cornelio and Lucamatteo Rossi tried to create a map of meanings, inspired by Aby Warburg`s "Mnemosyne Atlas".

Giorgiomaria Cornelio (14th January 1997) and Lucamatteo Rossi (3rd December 1996) founded the atlas Navegasión in 2016. The same year they presented the film “Every bush a god that burns” on the 52nd edition of the International Film Festival of Pesaro and won the ISPEC CINEMA Special Award Locarno 2016 (the film has been also included in the selection of Rencontres Internationales Paris/Berlin 2018). In parallel with their second film (Nell-insonnia di avere in sorte la luce”), they curated the exhibition “Like the grave of a stone, like the cradle of a star” which was hosted in the Italian gallery Philosofarte, in the Marienbad Film Festival and in Trinity College Dublin, where they both study. They also collaborated with Franko B in the performance “Playtime” and the collective exhibition “Young at heart, old on the skin”. Giorgiomaria is also a writer. His articles have been published in blogs and magazines such as ArtNoise, Nazione Indiana, Le Parole e le Cose, Anterem, Il Manifesto, Il Tascabile, Doppiozero. He is the curator of the online film catalogue “La Camera Ardente” (The burning Camera).

Giorgiomaria cornelio, lucamatteo rossi
Catalogue : 2017Ogni roveto un dio che arde (Every Bush a God That Burns) | Film expérimental | hdv | couleur et n&b | 21:0 | Italie | 2016
Giorgiomaria cornelio , lucamatteo rossi
Ogni roveto un dio che arde (Every Bush a God That Burns)
Film expérimental | hdv | couleur et n&b | 21:0 | Italie | 2016

A pilgrim awakes during the adolescence of the world and starts walking, proposing, like in the story by Jorge Luis Borges, to design the universe. Thus begins a film conceived as an invented hagiography, the discovery of a new memory, as well as a testimony of what one can experience making films today: a place of endless encounters, a promise of fidelity to the imaginal topography of the world. *** Source: Giorgiomaria Cornelio and Lucamatteo Rossi (authors and directors of the film)

Giorgiomaria Cornelio (14th January 1997) and Lucamatteo Rossi (3rd December 1996) founded the impressum Navegasión in 2016. The same year they presented the film "Every bush a god that burns "on the 52nd edition of the International Film Festival of Pesaro and won the ISPEC CINEMA Special Award Locarno 2016. Together they curated the exhibition “ Like the Grave of a Stone, Like the Cradle of a Star ”, which was hosted in Trinity College Dublin and inspired by their second film "Nell`insonnia di avere in sorte la luce." They also collaborated with Franko B in the performance "Playtime" and the collective exhibition "Vibrators". Giorgiomaria is also a writer. His articles have been published in blogs and magazines such as ArtNoise, Nazione Indiana, Le Parole e le Cose, Anterem.

Robbie cornelissen
Catalogue : 2017The Number 9 Sessions | Animation | hdv | noir et blanc | 8:36 | Pays-Bas | 2017
Robbie cornelissen
The Number 9 Sessions
Animation | hdv | noir et blanc | 8:36 | Pays-Bas | 2017

.

Les dessins et vidéos de Robbie Cornelissen illustrent un univers parallèle au parfum de mondialisation où se mêle le familier et l’étrange. Il dépeint des structures architecturales extrèmement détaillées qui tant impressionnent de par leur immensité, présentent des perspectives vertigineuses ou étourdissent de par leur complexité. De ces espaces se dégage un vide angoissant que l’occasionnel ajout d’un personnage sans visage ne rend guère plus chaleureux, mais d’autant plus fascinant. Née Utrecht, au Pays-Bas, en 1954, Robbie Cornelissen est reconnu comme l’un des dessinateurs néerlandais les plus importants de sa génération. Son oeuvre a récemment fait l’objet d’un catalogue (The Capacious Memory, 2011) ainsi que de deux expositions majeures, soit au Gemeentemuseum Den Haag (La Haye) et au Centraal Museum (Utrecht)

Aladin corovic
Catalogue : 2006Drakstor | Doc. expérimental | dv | couleur | 24:6 | Allemagne | 2006
Aladin corovic
Drakstor
Doc. expérimental | dv | couleur | 24:6 | Allemagne | 2006

Drakstor (=drugstore) est une adaptation visuelle de la situation socio-politique dans un petit village de Serbie, lors de la période de transition des années 90 qui associe l?existence d?un petit commerçant et fondateur du parti communiste Josip Broz Tito (KPJBT), à la figure de TITO lui-même. Le scénario de cette vidéo transpose ce microcosme dans un autre lieu, un autre système et une autre période. La 1ère partie de ce projet, « The Ballads of Echec » est basée sur des séquences vidéos tournées en 1999 et sur des interviews réalisées peu après les bombardements de l?OTAN en Serbie et la fin de la guerre au Kosovo.


Né le 04.05.1977. Novi Pazar, Serbie Depuis 2000. Etudes au Kunsthochschule Kassel, Allemagne Depuis 2003. Etudes par Prof. Bjorn Melhus, Réalités Virtuelles Expositions: 2001 ?Echolalia? (avec Penny (sélection) Yassour) Kulturbahnhof Kassel/ Kunstverein (sélection) 2002 ?Real Presence? Musée des 25. Mai (ex- Musée Tito) Belgrade,Serbie/ par Biljana Tomic et Harald Zeeman. 2003 ?Mega America? Galerie Loyal, Kassel. 2004 ?Cetinje Biennale? Cetinje, Monénégro/ par Rene Block et Natasa Ilic ?Soylent Green? Museumsnacht, Kassel 2005 ?Kunstmesse Karlsruhe? (Galerie Anita Beckers), Karlsruhe ?EMAF-European Media Art Festival?, Osnabrück ?Visual Games? Contemporary Art Festival, Varna, Bulgarie ?Privacy 101? Grand Hotel Londres , Istanbul, Turquie 2006 ?Collaboration on Site? Kiasma, Contemporary Art Museum, Helsinki, Finlande / par Mika Hannula et Mary Jane Jacob ?Art, Life & Confusion? October Salon, Belgrade, Serbie/par Rene Block.