Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Rosa barba
Catalogue : 2017From Source to Poem | Film expérimental | 35mm | couleur | 12:0 | Italie | Allemagne | 2016
Rosa barba
From Source to Poem
Film expérimental | 35mm | couleur | 12:0 | Italie | Allemagne | 2016

"From Source to Poem" is an invitation to think about the spaces in which history and cultural production is preserved in order to be passed on to future generations. On the one hand, it pursues Barba’s research initiated with "The Hidden Conference" (2010-2015) “a three-part film work exploring museum storages and whose title refers to imaginary conversations taking place between artworks inside these invisible spaces” on the other hand, it is a reflection about the obsession of preserving any output of western culture in any possible medium. "From Source to Poem" shifts the focus from artworks into archival storage: Shot at the National Audio-Visual Conservation Center of the Library of Congress in Culpeper, Virginia, and at an enormous solar power plant in the Mojave Desert in California, it juxtaposes images from the largest media archive worldwide with a study of rhythm, and images of cultural with those of industrial production. The film exposes the preservation of cultural outputs, but also their digitisation for the future. A vast number of the archive’s holdings are sound material; a sonic memory which is recovered and mixed in the soundtrack as a mean to set in motion otherwise unlikely dialogues. Filmed and screened on 35mm film, the work itself is preserved in one of the most durable archival forms.

Rosa Barba’s work is a subtle interrogation into and co-option of industrial cinema-as-subject, via various kinds of what might be understood as “stagings”—of “the local,” the non-actor, gesture, genre, information, expertise and authority, the mundane—and removals from a social realism within which they were observed, and which qualifies them as components of the work, to be framed, redesigned, represented. The effect of which her work contests and recasts truth and fiction, myth and reality, metaphor and material to a disorientating degree, which ultimately extends into a conceptual practice that also recasts the viewer’s own staging as an act of radical and exhilarating reversal – from being the receiver of an image (a subject of control) to being in and amongst its engine room/s, looking out. (Ian White)

George barber
Catalogue : 2005What's that sound? | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:0 | Royaume-Uni | 2004
George barber
What's that sound?
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:0 | Royaume-Uni | 2004

George Barber doffs his cap to the 20th anniversary of Scratch Video with What`s That Sound?, a mesmerizing montage of questions, answers, and the cries and screams of people caught in a disaster movie. The work uses as its starting point, the film Airport `77 where, improbably, a jumbo jet sinks to the bottom of the sea. What follows is a clever amalgamation of absurd linguistics, cries and shouts, highlighting the artist`s permanent fascination with speech, and human reaction to out-of-the-ordinary situations. Courtesy Video Data bank www.vdb.org
"What`s that Sound?" is a piece started in 1989 but not finished until 2004. The piece is a re-working of "Airport 77" disaster movie. The Artist focuses on a scene where the occupants of a plane, stranded at the bottom of the sea, are listening desperately for any signs of rescue. Vincent Price and Jack Lemmon star. Slowly a link is made between the audience listening - and those on the plane listening. We struggle like them to hear and are drawn in. The extraneous sounds of life start to become part of the work." Courtesy www.luxonline.org

"George Barber was born in Guyana in 1958. He studied at St Martins and Slade Schools of Art, London. He was a founder member of ZG Magazine and a leading figure in the Scratch Video phenomenon of the 80s, which exploited newly available video-editing technologies and their potential for rhythmic-editing and moving-image collage. His current work is visually striking and sometimes disturbing, and often concerned with human behavior in unusual situations. He was once described by Art Monthly as, "The Henry Ford of independent video." Courtesy Video data bank

Nora barbier
Catalogue : 2017Les Yeux bleus cheveux noirs | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 14:31 | France | 2017
Nora barbier
Les Yeux bleus cheveux noirs
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 14:31 | France | 2017

Deux amis se filment dans Shanghai. Librement inspiré du livre éponyme de Marguerite Duras, Les Yeux bleus cheveux noirs est un film sur le regard,le désir : une lutte silencieuse dans laquelle la retenue l’emporte sur ce qui est livré.


Nora Barbier est née en 1988. Après des études en philosophie contemporaine (Philmaster ENS et EHESS) et en études de genre (M2 de l’Université Paris 8 Saint-Denis), elle a travaillé comme attachée de production de cinéma pour Capricci. Sa première exposition personnelle, Life is so Easy, a eu lieu au Bazaar Compatible Program à Shanghai en 2016.

Olivo barbieri
Catalogue : 2007site specific_LAS VEGAS 05 | Film expérimental | 35mm | couleur | 12:30 | Italie | Canada | 2005
Olivo barbieri
site specific_LAS VEGAS 05
Film expérimental | 35mm | couleur | 12:30 | Italie | Canada | 2005

Las Vegas, ou l?apothéose de la ville en plein désert. Visiter Las Vegas au milieu des années 60 était l?équivalent du voyage à Rome à la fin des années 40? « Learning from Las Vegas" Venturi, Brown, Izenour. The M.I.T. Press, 1972,1977. Trente-trois ans après la publication du célèbre traité d?architecture de Robert Venturi « Learning from Las Vegas », comment cette ville apparaît-elle aujourd?hui? Las Vegas 1905- 2005 : un siècle après sa fondation, quelle est la forme de Las Vegas, première ville au monde en termes de tourisme et de divertissement de masse et qui semble imperméable aux différentes crises énergétiques (pétrole, eau, électricité) et menaces terroristes qui touchent le monde moderne ? «site specific_LAS VEGAS 05" est un projet artistique, une ?uvre en cours de réalisation, la deuxième étape d?un voyage commencé à Rome et qui nous amènera ensuite à Shanghai.


Olivio Barberi est né en 1954 en Italie et commence à exposer en 1978. À partir de 1989, il effectue des voyages réguliers en Orient, surtout en Chine. En 1993, 1995 et 1997 il participe à la Biennale de Venise et à de nombreuses manifestations internationales d?arts visuels contemporains. En 1996, le Folkwang Museum d?Essen lui consacre une rétrospective. En 2003, il participe à «Strangers », la première triennale de photographie et de vidéo organisée par le Centre International de la Photographie ICP à New-York. En 2003, il entreprend le projet site_specific qui s?intéresse à plusieurs villes dont Rome, Montreal, Amman, Las Vegas, Los Angeles, Shanghai et Séville. Dans le cadre du film site_specific, il réalise trois films : site specific_ROMA 04, site specific_LAS VEGAS 05, site specific_SHANGHAI 04. En 2005, il commence une nouvelle série de films intitulée Seascape # e Riversacape #. En 2006 la BIACS (biennale de Séville) l?invite à réaliser un nouveau film, Se villa → ( ∞ ) 06. Les ?uvres d?Olivio Barbieri sont présentées dans des musées, des universités et des collections en Europe et aux États-Unis. De nombreux ouvrages ont été publiés sur son ?uvre dont Paesaggi in Miniatura, Art& Udine 1991 ; Notte, Art&, Udine 1991 ; Olivo Barbieri seit 1978, Museum Folgwan, Essen 1996 ; Artificial Illuminations, Smithsonian, Washington, D.C., 1998 ; Virtual Truths, Silvana Editoriale, Milano 2001 ; Notsofareast, Donzelli, Roma 2002 ; Site Specific_Roma 04, Zoneattive, Roma 2004 ; Site Specific_Las Vegas 05, Wonder Inc., Toronto 2005 ; site specific_SHANGHAI 04, Editrice Quinlan, Bologna 2006 ; site specific_NYC 07, APM edizioni, 2007.

Perry bard, sullivan richard
Catalogue : 2017No Flak | Vidéo | hdv | couleur | 7:14 | Canada | USA | 2017
Perry bard , sullivan richard
No Flak
Vidéo | hdv | couleur | 7:14 | Canada | USA | 2017

No Flak is a text animation that links the attitudes of Dada and the Theatre of the Absurd to the present moment. In the aftermath of an election where the internet offers the opportunity for rants on social media and absurd tweets from the U.S. president, the work scours past and present for bits of humor and philosophy

No FLAK is a collaboration with Richard Sullivan Born in Quebec City, living in NY, Perry Bard’s work is fueled by observations of her immediate environment and their interpretations in a global context. The space between fact and fiction, the role of technology, control of media, its proliferation in public space, play out in installations and videos presented internationally: at MoMA’s Documentary Fortnight, Toronto, Moscow, Rotterdam, IDFA International Film Festivals, at museums including Guggenheim Museum NY/Berlin, MoMA PS1, Reina Sofia, MOCA Zagreb and Bucharest. Her work was included in Sao Paolo, Montreal and Cartagena Biennials. Man With A Movie Camera:The Global Remake, a crowd sourced mashup of Vertov’s1929 film was named by Google one of the 106 most creative uses of the internet, won Honorary Mentions at Ars Electronica, Transitio_MX, Liedts-Meesen, was presented at Transmediale, File, Share media festivals, installed in over 70 venues including public LED displays in the UK and Australia. Richard Sullivan is a filmmaker working and living in New York City. His films have been shown at the Collective for Living Cinema, Millennium, Anthology Film Archives in NYC, the Reina Sofia Museum in Madrid and the Ann Arbor film Festival amongst others.

Jessica bardsley
Catalogue : 2012The Blazing World | Doc. expérimental | dv | noir et blanc | 20:0 | USA | 2012
Jessica bardsley
The Blazing World
Doc. expérimental | dv | noir et blanc | 20:0 | USA | 2012

Inflected with a feminist sensibility, The Blazing World is an essay film composed of a variety of visual and sonic stolen materials. Through an associative logic, The Blazing World enacts a meditation on shoplifting, depression, gender, Winona Ryder, and the filmmaker`s own experiences with stealing and mental health. Stealing by women becomes a form of rebellion against social and economic oppression, while also failing to provide the mental and emotional solace sought after in the accumulation of goods.

My moving image works have screened internationally at the European Media Arts Festival, Images Festival, Kassel Dokfest, Big Sky Documentary Film Festival, Antimatter Film Festival, Jihlava International Documentary Film Festival, Rooftop Films, and more. My experimental documentary The Art of Catching was awarded a 2010 Princess Grace Award in Film, as well as Director?s Choice Award at the 2011 Black Maria Film and Video Festival, Grand Prix at 25FPS Experimental Film and Video Festival, and a nomination for the New Visions Award at the 2011 Copenhagen International Documentary Film Festival (CPH:DOX). Additionally, I have been the recipient of numerous fellowships, grants and scholarships, including a 2011 Flaherty Film Seminar Student Fellowship. Currently I am a 2012-2013 Artist Resident with HATCH Project, a program of the Chicago Artists Coalition.

Scott barley
Catalogue : 2018Sleep Has Her House | Doc. expérimental | mp4 | couleur | 90:0 | Royaume-Uni | 2017
Scott barley
Sleep Has Her House
Doc. expérimental | mp4 | couleur | 90:0 | Royaume-Uni | 2017

The shadows of screams climb beyond the hills. It has happened before. But this will be the last time. The last few sense it, withdrawing deep into the forest. They cry out into the black, as the shadows pass away, into the ground. Through long static takes, the film develops a contemplative, hypnotic experience, akin to paintings that move, mixing live action and still photography (shot on iPhone) and hand-drawn images.

Scott Barley is a British artist and filmmaker from South Wales, UK. His work has been screened across Europe and The Americas, including The Institute of Contemporary Arts London, BFI Southbank, Sheffield Doc Fest, Doclisboa, Karlovy Vary IFF, Dokufest, EYE Filmmuseum, Vancouver International Film Centre, Museum of Modern Art Rio, Museum of Contemporary Art Buenos Aires, and Fronteira International Documentary & Experimental Film Festival. His work has been associated with the Remodernist and Slow Cinema movements. His films are primarily concerned with the Anthropocene, nature, cosmology, phenomenology, and mysticism, and have been compared with the sensibilities of Stan Brakhage, Philippe Grandrieux, Béla Tarr, Maya Deren, and Jean Epstein.

Antoine barraud
Catalogue : 2009RIVER OF ANGER | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 38:0 | France | 2008
Antoine barraud
RIVER OF ANGER
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 38:0 | France | 2008

Le réalisateur états-unien phare de l?underground évoque ses anciens rêves et cette évocation déclenche un flot de paroles, une rivière...


Né en 1971, il se met en scène dans son premier court métrage "Monstre" en 2003 (présenté aux festivals d?Angers, Moncton, Sarajevo, Taipei, Clermont-Ferrand?). En 2005, il part à Taiwan réaliser "Song" avec Lu Yi Ching (l?actrice fétiche de Tsaï Ming Liang), Nathalie Boutefeu et Nobuhiro Suwa, le réalisateur japonais de "M/other". En 2007, il réalise "Monstre, numéro deux" avec à nouveau Nathalie Boutefeu ainsi qu?un portrait du cinéaste légendaire américain Kenneth Anger, "River of Anger". Pour "Twenty Puccini" (un projet du lucca film festival) il transpose une partie de "Turandot" dans une immense orgie.

Cecilia barriga
Catalogue : 2006El origen de la violencia | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:0 | Espagne | 2004
Cecilia barriga
El origen de la violencia
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:0 | Espagne | 2004

Un jeune garçon joue avec un petit chat, et soudain, il transforme ce jeu agréable en un acte de haine incontrôlé. Cette vidéo d'une minute nous amène à réfléchir sur l'origine de la violence.


Cecilia Barriga est né au Chili. En 1977, elle s'est installée en Espagne, à Madrid. Ces vingt dernières années, elle a travaillé sur différents supports visuels, tels que des films, de l'art vidéo, des documentaires et des longs-métrages. Ses créations les plus importantes sont les suivantes: 1991 "Meeting two queens," oeuvre expérimentale majeure présentée au MOMA, New York, Whitney Museum, Reina Sofia, Guggenheim Museum et dans de nombreuses universités à travers le monde. 2000 "Time's up!", long-métrage sortie en salle à Paris, Madrid et présenté dans de nombreux festivals, notamment au San Sebastian International Film festival. Parmi ces créations récentes, on trouve "El camino de Moises" (2004), un documentaire qui a été couronné de succès à la télévision espagnole. "The origine of violence" (2006) a été présenté dans les musées d'art les plus importants d'Espagne.

Daniel barroca
Catalogue : 2005Verdun | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 9:0 | Portugal | 2003
Daniel barroca
Verdun
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 9:0 | Portugal | 2003

"Verdun" est une vidéo composée de fragments d'images de la Première Guerre Mondiale. Le silence des paysages déserts est dérangeant. C'est comme un récit du vide après la destruction et de ce qui subsiste des personnes absentes. Cela traite de la sensation de perdre toute visibilité et d'en redécouvrir une dans la perte et dans ce qui repose dans cette perte.


Daniel Barroca est né à Lisbonne en 1976. Il a étudié les Arts Visuels à l'Ecole d'Art et Design de Caldas da Rainha, au Portugal, de 1996 à 2001 et à Ar.Co en 2002. Il a remporté le Prix de Jeune Création en Arts Visuels 2003-2004 de l'Union Latine. Au cours du dernier trimestre 2004, il a vécu et travaillé à l'Académie Espagnole à Rome. Ces dernières années, il a participé à plusieurs expositions et festivals vidéo au Portugal, en Italie, France et Norvège.

Daniel barrow
Catalogue : 2006A miracle | Animation | dv | couleur | 2:50 | Canada | 2004
Daniel barrow
A miracle
Animation | dv | couleur | 2:50 | Canada | 2004

?A Miracle? est un film fait en collaboration avec un groupe de Toronto appelé The Hidden Cameras. C?est une démonstration des techniques ?d?animation en direct? (?live animation?) de Daniel Barrow. La vidéo présente un jeune garçon allongé dans son lit qui fait des ombres chinoises sur les murs de sa chambre grâce à la lumière de la Lune. Alors qu?il fait des expériences avec les formes, il invoque l?esprit d?une énorme créature qui ressemble à un oiseau qui aurait la forme d?une chouette et les plumes d?une autruche. La créature partage un moment bref et romantique avec le garçon avant de l?avaler en entier et ensuite de régurgiter et de tordre les parties indigestes puis de les compresser en une balle en forme de gésier. A la fin, la chouette s?envole par la fenêtre et laisse le garçon debout dans sa chambre, il est nu et il a froid. Le garçon trouve une solution en fabriquant un planeur qui le représente, rejoignant ainsi symboliquement la chouette.


Daniel Barrow est un artiste médiatique installé à Winnipeg qui travaille dans la performance, la vidéo et l?installation. Il a beaucoup exposé au Canada et à l?étranger. Il a récemment exposé au Musée d?art contemporain de Los Angeles, au New Langton Arts à San Francisco et à la Galerie d?art contemporain de Vancouver. Depuis 1993, Barrow utilise un rétroprojecteur pour projeter des idées et des récits courts. Plus précisément, il adapte des récits de comics à une forme d?animation ?manuelle? en projetant, superposant et manipulant des dessins sur des transparents. Barrow donne différents noms à cette pratique : ?performance graphique, illustration en direct ou animation manuelle.?

Daniel barrow
Catalogue : 2006A Miracle | Animation | dv | couleur | 2:50 | Canada | 2005
Daniel barrow
A Miracle
Animation | dv | couleur | 2:50 | Canada | 2005

A Miracle est un film fait en collaboration avec un groupe de Toronto appelé The Hidden Cameras. C?est une démonstration des techniques ?d?animation en direct? (?live animation?) de Daniel Barrow. La vidéo présente un jeune garçon allongé dans son lit qui fait des ombres chinoises sur les murs de sa chambre grâce à la lumière de la Lune. Alors qu?il fait des expériences avec les formes, il invoque l?esprit d?une énorme créature qui ressemble à un oiseau qui aurait la forme d?une chouette et les plumes d?une autruche. La créature partage un moment bref et romantique avec le garçon avant de l?avaler en entier et ensuite de régurgiter et de tordre les parties indigestes puis de les compresser en une balle en forme de gésier. A la fin, la chouette s?envole par la fenêtre et laisse le garçon debout dans sa chambre, il est nu et il a froid. Le garçon trouve une solution en fabriquant un planeur qui le représente, rejoignant ainsi symboliquement la chouette.


Daniel Barrow est un artiste médiatique installé à Winnipeg qui travaille dans la performance, la vidéo et l?installation. Il a beaucoup exposé au Canada et à l?étranger. Il a récemment exposé au Musée d?art contemporain de Los Angeles, au New Langton Arts à San Francisco et à la Galerie d?art contemporain de Vancouver. Depuis 1993, Barrow utilise un rétroprojecteur pour projeter des idées et des récits courts. Plus précisément, il adapte des récits de comics à une forme d?animation ?manuelle? en projetant, superposant et manipulant des dessins sur des transparents. Barrow donne différents noms à cette pratique : ?performance graphique, illustration en direct ou animation manuelle.?

Catalogue : 2007Artist Statement | Animation | 35mm | couleur | 5:0 | Canada | 2007
Daniel barrow
Artist Statement
Animation | 35mm | couleur | 5:0 | Canada | 2007

Daniel Barrow utilise un logiciel Amiga de 1988 (une véritable antiquité du point de vu des normes technologiques actuelles) pour illustrer et animer son manifeste personnel ?à l'honnêteté gratuite?. Daniel Barrow a créé "Artist Statement" pour décrire mais aussi parodier son approche personnelle de la création artistique. Cette vidéo est également représentative des themes, méthodes et préoccupations liés aux technologies obsolètes récurrents dans son oeuvre.


Daniel Barrow vit à Winnipeg, au Canada. Artiste pluridisciplinaire, il réalise des vidéos, des installations et des performances. Au fil des ans, il a exposé au Canada et à l?international. Plus récemment, Daniel Barrow a exposé au Museum of Contemporary Art de Los Angeles (USA), au New Langton Arts à San Francisco (USA) et à la Contemporary Art Gallery de Vancouver (Canada). Depuis 1993, Daniel Barrow utilise un projecteur frontal pour retransmettre des idées et des courtes fictions. Mais, plus spécifiquement, il crée et adapte des comics en une forme "manuelle" d'animation, en projetant et manipulant des dessins sur des feuilles transparentes de Mylar. Daniel Barrow se réfère alternativement à cette technique comme étant une "performance graphique, une illustration live ou une animation manuelle".

Edson barrus
Catalogue : 2008sur portable II | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 52:26 | Brésil | 2007
Edson barrus
sur portable II
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 52:26 | Brésil | 2007

Surportable II 2007 Ce film d`Edson Barrus se focalise sur trois villes : São Paulo, Paris et Yokohama. Filmé intégralement au moyen d`un portable, il nous balade d`une ville à l`autre au moyen des métros. On passe ainsi d`une vue ensoleillée de São Paulo à la grisaille d`un soir pluvieux à Paris. L`alignement des tombes dans un cimetière shinto évoque la découpe des motifs des mosaïques des trottoirs de l`avenida Paulista, qui eux-mêmes renforcent la production d`une chorégraphie de pixels, brouillant l`image filmée, au profit de leurs mouvements browniens. Le filmé s`abîme dans la matière digitale qui s`en disloque en s`ouvrant à un monde parallèle. La déambulation s`articule autour de la notion de transport : transport de personnes, en voitures, en métro, sur des escalators ou qui prennent l`ascenseur, transport et exposition de marchandises, les « fourmis urbaines » (pour reprendre un terme utilisé par Edson Barrus dans un autre film) qui tirent poussent des cargaisons énormes d`objets hétéroclites, des colporteurs? Mais le transport des images et des voix est inclus dans ce transit généralisé, ; les portables et les caméras deviennent les appendices incontournables de la gestuelle et de la survie en territoire urbain. Aux grouillements des personnes allant ici et là, manifestant, répond un tourbillonnement sonore (conçut par Giuliano Obici) qui associe aux échos, le brouhaha étouffé ou vitupérant qui bien qu`issue des images s`autonomise afin de créer des motifs nous propulsant vers d`autres rivages. Ces motifs sonores sont similaires par leur agencement de ceux de la tapisserie des pixels qui viennent dématérialiser l`image au profit d`un foisonnement de bruits colorés qui peuvent être plus ou moins intempestif. Les fragments de dialogues entendus renforcent cette déréalisation qui est le reflet d`un flux constant (par exemple l`irruption du Français sur de images de Yokohama). Le son est à la fois ce qui fonde et déconstruit les séquences. On repère différents leitmotivs, sons d`accord orchestral qui vient bousculer la trépidation de la ville, auquel renvoie les plaques de métal recouvrant les trous des rues de São Paulo. Il n`y a pas à proprement parler de trame, si ce n`est celle de la capture de moments et de comportements dans ces villes traversées par le cinéaste. yann beauvais


Edson Barrus est né en 1961 au Brésil et vit à Sao Paulo et à Paris. Il développe actuellement le projet « Mulato?s Dog » avec UTBM. L??uvre de l?artiste a été récompensée par le CNPQ du Brésil. Activiste culturel, il a créé l?espace alternatif Rés do Chão à Rio de Janeiro de 2002 à 2005, un espace destiné à l'étude, la réalisation d?évènements artistiques ainsi qu?à la réflexion sur les pratiques artistiques contemporaines. Il dirige la revue « Nós Contemporáneos » et a participé à de nombreux festivals de films internationaux en Europe et sur le continent américain.

Orla barry
Anne Maree barry
Catalogue : 2013Missing Green | Documentaire | hdcam | couleur | 13:47 | Irlande | 2013
Anne Maree barry
Missing Green
Documentaire | hdcam | couleur | 13:47 | Irlande | 2013

Missing Green (2013) is a poetic journey through Cork Street, Dublin, Ireland. Two parallel stories inter mesh to create one underlying narrative.

Anne Maree Barry is a film artist based in Dublin. Barry?s experimental short films have screened internationally and her work has also been installed in a gallery context at The LAB, Dublin and the Tampere Art Museum, Finland. Missing Green, her most recent short film, was selected for the Stranger Than Fiction Documentary Festival and Indie Cork.An in-depth interview concerning her research methodologies and practice featured in Film Ireland last year.

Yael bartana
Yael bartana
Catalogue : 2005By the river (angel camp part I) | Fiction | dv | couleur | 17:0 | Suisse | 2004
Yael bartana
By the river (angel camp part I)
Fiction | dv | couleur | 17:0 | Suisse | 2004

Yael bartana
Catalogue : 2006You Could Be Lucky | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:0 | Pays-Bas | Royaume-Uni | 2004
Yael bartana
You Could Be Lucky
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:0 | Pays-Bas | Royaume-Uni | 2004

Le gouvernement républicain d?Oliver Cromwell en Grande-Bretagne fut une époque d?austérité sociale durant laquelle parier et boire étaient des crimes condamnables. Après la mort de Cromwell, la Grande-Bretagne est redevenue une monarchie. En 1660, Charles II reprit le trône, les lois d?interdiction furent annulées et la tradition du ?Grand National? devint bien établie en tant qu?activité sociale et culturelle associée au roi qui était connu pour sa passion pour les chevaux. Le ?Grand National? ? un des plus grands hippodromes de Grande-Bretagne ? est un endroit où l?héritage culturel, l?histoire et la société britannique contemporaine se rencontrent. Depuis l?époque du règne de Charles II, il abrite le point d?orgue de la saison sociale. C?est un événement éclatant qui attire des milliers de personnes chaque année, y compris des membres de la famille royale. Bartana arrive à cet événement social afin de se concentrer sur le public. Dans ses travaux précédents, Bartana se concentrait sur les rituels, les commémorations et les faveurs accordées lors des cérémonies sociales qui font partie de la société israélienne. En faisant cela, elle a décrit des événements qui impliquaient des problèmes d?identité régionale, locale, publique et personnelle. Le but premier d?un rituel civil est de consolider une identité collective régionale distincte et d?intensifier le sentiment d?appartenance de l?individu. Avec le temps, seul le geste perdure dans sa version moderne mais il est occasionnellement vide de sens. Le sens premier de la cérémonie se perd petit à petit, et ce qu?il reste est un symbole et un simple rappel de ce qu?il y avait avant. Au ?Grand National?, déléguée par the Liverpool Biennial, Bartana mène un enquête sur les rituels de socialisation qui ont lieu autour de l?hippodrome et examine la tension créée entre l?endroit, la culture du passé et la société moderne. Bartana choisit entre autres de se concentrer sur un événement qui est considéré par beaucoup comme le temps fort de l?événement ? ?Laydies Day? - un défilé de mode et de talons aiguilles ostentatoire, une exhibition extravertie de couleur et de féminité stéréotypée.


Yael Bartana est née en 1970 à Kfar-Yehezkel en Israël. Elle a obtenu un BFA (Bachelor of Fine Art) à l?Académie d?Art et de Design de Bezalel à Jérusalem, un MFA (Master of Fine Art) à l?Ecole d?Art Visuel de New York et a participé au programme de résidence d?artistes à la Rijksakademie de 2000 à 2001. Elle a fait des expositions personnelles dans plusieurs pays comme par exemple l?Allemagne, Israël, l?Australie et le Japon et elle a gagné différents prix comme le Anselm Kiefer Prize en 2003 et le Dorothea von Stetten-Kunstpreis en 2005. son travail se concentre principalement sur la relation entre rituel et identité dans la société israélienne et étudie les pratiques qui forment l?identité, et plus particulièrement dans leur relation avec les notions traditionnelle et contemporaine de genre, de lieu et d?ethnicité. Dans la plupart de ses ?uvres, Bartana utilise des images documentaires tournées dans des endroits public ou semi-public lors d?événements collectifs qui contribuent à la formation de l?identité, comme par exemple les exercices de tir des femmes apprentis soldats ou les festivités du carnaval organisé pour la fête juive de Purim. Actuellement, Bartana vit et travaille à Amsterdam.

Berke bas
Catalogue : 2005Transit | Documentaire | dv | couleur | 40:0 | Turquie | 2004
Berke bas
Transit
Documentaire | dv | couleur | 40:0 | Turquie | 2004

Istanbul se dresse, célèbre, comme le pont entre l?Afrique, l?Europe et l?Asie, et c?est sur ce pont que trois histoires de familles d?immigrants se croisent. Loin de la glorieuse architecture Ottomane et de la vie nocturne de Bosphore, In Transit montre la dure vie des personnes de passage coincé à Istanbul entre leur passé indigent et leur futur imaginé et élusif. On est sur les traces d?une famille iraquienne arabe, une faille iraquienne Kurde et un couple nigérien pendant une année entière, témoins de leur combat pour s?adapter à vivre dans la ville marginale et inoubliable en attendant leurs visas et permis de travail qui semblent ne jamais venir.


Berke Bas a étudié les Sciences Politiques et les Relations Internationales ainsi que les Médias à Istanbul et New York respectivement. Elle a travaillé comme producteur, directeur et monteur sur divers projets médias. En 1998, elle a cofondé des projets internes spécialisées dans la production de documentaires. Parmi ses travaux se trouve Crossing Brooklyn, un documentaire d?une heure sur trois adolescents vivant dans des lieux différents de Brooklyn. Elle habite maintenant a Istanbul ou elle est chargée de cours à temps partiel au Film and Cultural Studies Graduate Program de la Istanbul Bilgi University. In Transit est son premier documentaire en long métrage en tant que directrice.

Igor baskin
Rémi bassaler
Catalogue : 2017Un rêve chinois | Documentaire | hdv | couleur et n&b | 29:56 | France | 2016
Rémi bassaler
Un rêve chinois
Documentaire | hdv | couleur et n&b | 29:56 | France | 2016

En banlieue de Pékin, une communauté de Mongols s’occupe des chevaux de course d’un millionnaire chinois. Entre tâches répétitives et discussions nostalgiques, le temps semble figé. Pendant ce temps, le fantôme d’un cavalier Mongol d’une autre époque tente de retrouver les traces de sa Mongolie natale. De retour au haras, la vie de tous les jours semble de plus en plus vaine et absurde pour les travailleurs Mongols. Alors que leur patron Chinois attend avec impatience que le gouvernement chinois finisse par autoriser les paris sur les courses de chevaux, ils ne peuvent s’empêcher de fantasmer un retour dans leur région natale.


Originaire de Corrèze, Rémi s’installe à Paris pour étudier à Sciences Po. C’est à ce moment que le 7ème art entre dans sa vie. Il s’occupe du cinéclub de Sciences Po, créé un festival de court-métrage (Semaine du Cinéma de Sciences-Po) et monte un blog d’analyse de films. Il travaille ensuite pendant quelques mois aux côtés de Paulo Branco chez Alfama Films puis intègre le département réalisation de la Fémis en 2012. Dans une démarche d’expérimentation et d’essai, Rémi y réalise plusieurs courts-métrages de fiction et documentaire. En 2017, son documentaire de fin d’études est sélectionné aux Visions du Réel de Nyon en compétition internationale. Depuis la sortie de la Fémis, il travaille sur l’écriture de son premier long-métrage “ Merzouga “ (coproduit par Capricci et Fase Films) ainsi que sur deux nouveaux court-métrages.