Programme Paris 2021
Live > ici / Espace immersif > ici
12h00 14h00 16h00 18h00
dimanche

28 fév.
12h00

Séance en ligne
En direct de l'auditorium du Louvre
Live streaming, de 12h à 20h en accès libre : art-action.org/live
Espace 3D immersif, en accès libre : art-action.org/louvre

"Dialogues"

Pierrick mouton: Chapter 5 — The Sacred Forest | Film expérimental | mov | couleur | 18:55 | Bénin | 2019 voir plus
Deborah stratman: Vever (for Barbara) | Doc. expérimental | 16mm | couleur | 12:0 | Guatemala | 2019 voir plus
Wendelien van oldenborgh: Two Stones | Doc. expérimental | hdv | couleur | 61:15 | Allemagne | 2020 voir plus
Pierrick mouton
Chapter 5 — The Sacred Forest
Film expérimental | mov | couleur | 18:55 | Bénin | 2019

Il y a très longtemps, se trouver un vieille homme au village, qui garder jalousement un secret Certains soir de l'année, quand la lune était pleine Il s'asseyait devant l'arbre sacré. Les mains écartées il prononçait des paroles incantatoires jusqu'au bout de la nuit La foret tout entière s'animait Apres quoi, On raconte l'avoir vu à des centaines de kilomètres de là. Certains disent qu'il aurait le pouvoir de se téléreporter

Pierrick Mouton est un artiste et vidéaste, vivant à Paris. Son travail s’articule autour de systèmes de croyances, spirituels ou idéologiques à travers des films, des oeuvres sonores ou des objets, qu’il fait réaliser ou qu’il réalise lui même. Cette démarche est associée à une approche documentaire, et une immersion sur le long terme avec différents groupe de croyance et de pensée. Pierrick Mouton a récemment exposé à Salon de Montrouge (Paris), École d’architecture de la ville & des territoires (Paris Est), Clark House Initiative (Mumbai), Villa Belleville (Paris), Alliance Française (Chandigarh), Nunnery Gallery (London), Carrousel (London). Ses créations radiophoniques sont régulièrement diffusés sur France Culture et DUUU radio.

Deborah stratman
Vever (for Barbara)
Doc. expérimental | 16mm | couleur | 12:0 | Guatemala | 2019

A cross-generational binding of three filmmakers seeking alternative possibilities to power structures they’re inherently part of. The film grew out of abandoned film projects of Maya Deren and Barbara Hammer. Shot at the furthest point of a motorcycle trip Hammer took to Guatemala in 1975, and laced through with Deren’s reflections of failure, encounter and initiation in 1950s Haiti. A vever is a symbolic drawing used in Haitian Voodoo to invoke a Loa, or god.


Artist and filmmaker Deborah Stratman makes films and artworks that investigate power, control and belief, considering how places, ideas, and society are intertwined. Recent projects have addressed listening, freedom, surveillance, sinkholes, comets, raptors, orthoptera, levitation, exodus, sisterhood and faith. She lives in Chicago where teaches at the University of Illinois.

Wendelien van oldenborgh
Two Stones
Doc. expérimental | hdv | couleur | 61:15 | Allemagne | 2020

Two Stones explores the trajectories and ideals of the Bauhaus-trained, German architect Lotte Stam-Beese and the Caribbean activist and writer Hermina Huiswoud through dialogues and appearances by contemporary protagonists. Both Stam-Beese and Huiswoud spent time working in the Soviet Union in the early 1930s and both ended up being active in the Netherlands after WWII. Two Stones was filmed in the 1930s constructivist district of KhTZ in Kharkiv, Ukraine, the first large housing project on which Lotte Stam-Beese worked, and in Stam-Beese’s celebrated 1950s Pendrecht, designed during her period as Rotterdam’s main architect/urban planner. In the 1970s, Hermina Huiswoud was agitating against the Rotterdam housing rule, which limited Caribbean Dutch inhabitants to settle in any of the city’s districts if their presence would exceed 5% of the population. Resonances as well as dissonances between the distinct trajectories of the two women and their expectation from communist ideology, are sensed through thoughts and experiences of the protagonists, who all have a personal or professional relation to the issues at hand. Two Stones (2020), is a single image edit with two soundtracks played sequentially.


Wendelien van Oldenborgh develops works, whereby the cinematic format is used as a methodology for production and as the basic language for various forms of presentation, collaborating with participants in different scenarios, to co-produce the script. With these works, which look at the structures that form and hinder us, she participated in various large biennials, and in smaller dedicated shows. Recent solo presentations include: tono lengua boca at CA2M Madrid 2019-20 and Fabra i Coats Barcelona 2020; Cinema Olanda, at the Dutch Pavilion in the 57th Venice Biennial 2017. Van Oldenborgh has exhibited widely including at Kunsthall Wien 2020, Stedelijk Museum amsterdam 2020, the Chicago Architecture Biennial 2019, bauhaus imaginista, HKW Berlin, Zentrum Paul Klee Bern 2019 and SALT Istanbul 2020. Van Oldenborgh is a member of the (Dutch) Society for Arts and a recipient of the Dr. A.H. Heineken Prize for Art (2014). A monographic publication, Amateur, was published by Sternberg Press, Berlin; If I Can’t Dance, Amsterdam and The Showroom, London in 2016.


| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |


Pierrick Mouton filme au Bénin une forêt sacrée, des rites, et des sculptures qui abritent une âme. Au départ de projets de film de Maya Deren et de Barbara Hammer, Deborah Stratman réalise une rencontre entre trois générations de cinéastes à la recherche d’alternatives aux structures de pouvoir dont elles font partie. Filmé au point le plus éloigné d'un voyage à moto que Hammer a effectué au Guatemala en 1975, le film est traversé par les réflexions de Deren sur l'échec lors d’un voyage en Haïti dans les années 1950. Wendelien van Oldenborgh explore les trajectoires, les idéaux et les attentes vis-à-vis du communisme, de l'architecte allemande Lotte Stam-Beese, formée au Bauhaus, et de la militante écrivaine caribéenne Hermina Huiswoud, qui ont toutes deux travaillé en Union soviétique au début des années 1930, puis ont été actives aux Pays-Bas après la Seconde Guerre mondiale. "Two Stones" a été filmé dans des quartiers conçu par Tam-Besse, en Ukraine, dans un quartier constructiviste des années 1930 et, à Rotterdam, dans le quartier de Pendrecht, alors qu’elle était la principale architecte/urbaniste de la ville. Dans les années 1970, Hermina Huiswoud faisait campagne contre un règlement en cours à Rotterdam, qui limitait l’accès au logement des Néerlandais des Caraïbes.


dimanche

28 fév.
14h00

Séance en ligne
En direct de l'auditorium du Louvre
Live streaming, de 12h à 20h en accès libre : art-action.org/live
Espace 3D immersif, en accès libre : art-action.org/louvre

"Intimes distances"

Francisca somigliana: Diamante | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 7:29 | Argentine | 2020 voir plus
Liina siib: 25.02._26.02. | Doc. expérimental | hdv | couleur | 9:28 | Estonie | 2020 voir plus
Mike hoolboom, Alena Koroleva: Wax Museum | Vidéo expérimentale | mov | couleur | 11:0 | Russie | 2020 voir plus
Phillip warnell: Intimate Distances | Doc. expérimental | 4k | couleur | 61:0 | USA | 2020 voir plus
Francisca somigliana
Diamante
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 7:29 | Argentine | 2020

Diamond is built as a game of reflections on the basis of a fact: a jewelry theft committed in Russia in 2018 allegedly committed by a criminal organization called Pink Panther.


Francisca Somigliana (Buenos Aires, 1992) studied Image and Sound design. She did the Film Program (2017) and the Artist Program (2020/21) of the Universidad Torcuato Di Tella. She was selected in 2019 to participate in the Biennial of Young Art. She participated in different shows and screenings such as Space between (CCR), Today I have permission to lie (UTDT), Program 2016 (Dahaus Studio), Satellite XIII (CHELA) and Cinematographic images and their path to freedom (UTDT)

Liina siib
25.02._26.02.
Doc. expérimental | hdv | couleur | 9:28 | Estonie | 2020

The video “25.02._26.02.” is part of Liina Siib's tragicomical installation “Huldufólk” (liinasiib.com/huldufolk-hidden-people/). “Huldufolk” means “hidden people” in Icelandic – these are supernatural beings who look and behave like normal people but have their own activities in their own parallel world. They can make themselves visible for humans who can see them through a colourful glass. The video is filmed on Sunday night and Monday morning in the streets and backyards in the centre of Reykjavik. The inspiration came from the short story “Sunday evening to Monday morning” of Ásta Sigurðardóttir (1951) who describes a journey of a drunken woman in the streets of Reykjavik and her alienation. The precise geographical location does not really matter in the video much more than perhaps recognizing longer lasting nights, cold and strong wind; depicted activities and related attributes can be found anywhere in the world. The film material has been collected in 2018 when the artist worked in the residency at The Steina and Woody Vasulka Archive at the National Gallery of Iceland.


Liina Siib has studied printmaking and photography at the Estonian Academy of Arts. In her artistic practice, she uses the means of film, video, photography and installation. Liina Siib is intrigued by various manifestations of people's everyday practices and social space. Her works deal with characters, spaces and situations that tend to go unnoticed due to their ordinariness or are silenced or ignored. Siib combines her field observations with archival sources, historical accounts and various narratives circulating in the society as well as with psychoanalytic approaches and contemporary art and film theories. Liina Siib has held personal exhibitions in Estonia, Germany, Belgium, France, Sweden, Finland and Latvia. In 2011 her art project “A Woman Takes Little Space“ represented Estonia at the 54th Venice Art Biennale. Her recent exhibition and film projects include Linda Vilde Museum at the E. Vilde Museum in Tallinn (2021), Huldufólk / Hidden People, Hobusepea Gallery, Tallinn (2020), Politics of Paradise, Tallinn Art Hall (2019), RIBOCA1 Riga Biennial (2018), Urban Symphony in E-minor, Sinne Gallery, Helsinki (2018). Since 2015, she works as the head and professor in the department of Graphic art at the Estonian Academy of Arts. Full CV at: liinasiib.com/biography/

Mike hoolboom, Alena Koroleva
Wax Museum
Vidéo expérimentale | mov | couleur | 11:0 | Russie | 2020

In a suite of 15 scenes, most arriving in a single master shot, the Russian heroine renegotiates her pact with Russian capitalism, and the new bodies and relationships it made possible. Shot in Saint Petersberg during a sunny autumn, when our faces could still bear the old light.


Alena Koroleva is a multidisciplinary Russian artist and curator. Co-founder of Kinodot EFF, author of few short films and sound releases. Mike Hoolboom makes movies and writes.

Phillip warnell
Intimate Distances
Doc. expérimental | 4k | couleur | 61:0 | USA | 2020



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |


Francisca Somigliana construit un jeu de réflexion, entre simulation et principe de réalité, en reconstituant l’histoire d’un vol de bijoux en Russie en 2018, qui aurait été commis par une organisation criminelle appelée Pink Panther. La simulation devient une méthode pour repenser les rituels sociaux de production et de représentation, une alternative pour réorganiser la réalité. Dans un parcours nocturne, entre aliénation et tragicomédie, Liina Siib filme les rues et arrière-cour du centre de Reykjavik, en pensant aux "Huldufolk" islandais, des êtres surnaturels qui ne peuvent être vus qu’au travers d’une vitre colorée. A Saint Pétersbourg, Mike Hoolboom et Alena Koroleva filment en quinze scènes une jeune femme qui semble renégocier son pacte avec le capitalisme russe. Phillip Warnell suit Martha Wollner, célèbre directrice de casting, à un carrefour dans le Queens, à New York. Filmée de loin, à une distance qui évoque les caméras de télésurveillance, elle aborde les passants, pour leur poser des questions intimes ou philosophiques.


dimanche

28 fév.
16h00

Séance en ligne
En direct de l'auditorium du Louvre
Live streaming, de 12h à 20h en accès libre : art-action.org/live
Espace 3D immersif, en accès libre : art-action.org/louvre

"Remémorations"

Chia-yun wu: Darkness Within Darkness | Vidéo expérimentale | mov | couleur et n&b | 6:30 | Taiwan / Royaume-Uni | 2020 voir plus
Agustina comedi: Playback. Ensayo de una despedida | Doc. expérimental | 4k | couleur | 14:32 | Argentine | 2019 voir plus
Marine bikard: Coulisses | Animation | mp4 | couleur | 4:9 | France | 2020 voir plus
Christelle lheureux: 80 000 ans | Fiction | mp4 | couleur | 28:26 | 0 | 2020 voir plus
Gaelle boucand: Voin | Documentaire | mov | | 30:0 | Bulgarie | 0 voir plus
Chia-yun wu
Darkness Within Darkness
Vidéo expérimentale | mov | couleur et n&b | 6:30 | Taiwan | 2020

The work is a paper made video composed of digital image and physical material that delves into the essence of moving image. I divided the digital video into the film ratio of 24-frame-per-second. Through the process of digital transforming in printing and scanning, the re-composed video is in between movement and stillness, virtual and concrete, digital and material. The contrasts have thus been thus related to the Oriental philosophy of Taoism, "one body with two sides". With the video, I was trying to visualize the abstract natural law which denies description. Tao is empty yet inexhaustible, hidden but always present, a way of life yet not a locatable truth. darkness within darkness seeks, in the same way, to be comprises of the very contrast between the established (material) and the abstract (digital) through revealing the invisible time in image.


Wu Chia-Yun (b.1988, Taiwan) received an MA degree in Visual Communication from the Royal College of Art (London) and an MFA degree in Motion Picture from the National Taiwan University of Arts (Taipei). She is an artist and filmmaker based in Taipei, her work is a mixture of image, video, mixed media and installation, focusing on the topics of “human condition” and “the time of image”. Wu has been awarded as Emerging Artist Made in Taiwan by the Ministry of Culture (2017), First Prize of Kaohsiung Awards by the Kaohsiung Museum of Fine Arts (2019), and has had a solo exhibition at the National Taiwan Museum of Fine Arts (2019). Her works have also been internationally selected to the European Media Art Festival (2020), The European Independent Film Channel (2015), Shanghai international Film Festival (2014).

Agustina comedi
Playback. Ensayo de una despedida
Doc. expérimental | 4k | couleur | 14:32 | Argentine | 2019

In Córdoba, far away from Argentina’s capital city, the end of a military regime promises a spring that doesn’t last long. “La Delpi” is the only survivor from a group of transgender women and drag queens, who began to die of AIDS in the late 80’s. In a catholic and conservative city, the Kalas Group made their weapons and trenches out of improvised dresses and playbacks. Today the images of a unique and unknown footage are not only a farewell letter, but also a friendship manifesto.


Agustina Comedi (1986) Córdoba, Argentina. Screenwriter and Filmmaker. She studied Modern Literature. In 2017 her first film "Silence is a Falling Body" was premiered at IDFA. The film was multi-awarded and selected in more than 50 international festivals. Nowadays she's writing her second feature.

Marine bikard
Coulisses
Animation | mp4 | couleur | 4:9 | France | 2020

Coulisses, Stop-motion, 4 minutes Un mouvement de caméra comme un balancement de tête, de gauche à droite. Si bien qu’il y a toujours ce qui sort et ce qui entre dans le champ. Dans ce trajet, l’œil caméra croise un papier, du papier peint, et plus loin encore, un miroir dans lequel se reflètent papier-peint et papier.

née en 1988, diplômée de l’école nationale supérieure des beaux-arts de Paris en juillet 2020. Avant et en parallèle de ce cursus artistique, elle a travaillé comme sociologue et continue la réalisation d’enquêtes de terrain. Pendant ces cinq années passées à l’ENSBA de Paris, elle a travaillé dans les ateliers de Pascale Martine Tayou, Emmanuelle Huynh, Aurélie Pagès et Jean-Michel Alberola, et a régulièrement participé à des workshops de danse qui ont marqué son parcours, notamment sa rencontre avec la chorégraphe américaine Lisa Nelson. Depuis 2019, elle imagine des rencontres collectives pour explorer par dessin différentes manières d’être avec ce qui nous entoure. Actuellement en résidence à l’Embac de Châteauroux.

Christelle lheureux
80 000 ans
Fiction | mp4 | couleur | 28:26 | 0 | 2020

C’est l’été en Normandie. Céline travaille sur un chantier de fouilles et en profites pour passer un week-end dans son village d'enfance qu'elle n'a pas revu depuis longtemps. Ses recherches archéologiques se mêlent à des retrouvailles plus ou moins probables au fil de ses promenades.

Originaire de Normandie, Christelle Lheureux est cinéaste, artiste et enseignante. Elle vit à Paris et enseigne à la Haute école d’art et de design de Genève. Après une formation aux universités d’Amiens et de Paris VIII, aux Beaux-Arts de Grenoble et au Fresnoy, elle réalise de nombreuses installations vidéo dans les années 2000 et participe à de nombreuses expositions, biennales et résidences d’art contemporain en Europe et en Asie. Dans les années 2010, elle réalise plusieurs courts et moyens-métrages primés dans des festivals de cinéma. Elle prépare actuellement Le vent des crocodiles, son premier long-métrage avec Christmas in July (Julie Salvador), Dans le ventre de la baleine, un moyen métrage en Thaïlande avec Kidam (François-Pierre Clavel) et termine 80 000 ans, un court métrage en diptyque.

Gaelle boucand
Voin
Documentaire | mov | | 30:0 | Bulgarie | 0

Voin a grandi dans la Bulgarie communiste. Après vingt ans passés en Europe de l’Ouest, il retourne à Sofia sur les lieux de son enfance et de son adolescence. Son portrait se compose de lieu en lieu, de souvenir en anecdote. Du cou coupé du coq qui voulait l’énucléer aux rites d’initiation sexuelle dans la maison interdite, Voin campe les saynètes d’un roman d’apprentissage bataillien, cru et souverain. En racontant ses travestissements, il revendique aussi l’exercice d’une liberté, d’une agilité à se mouvoir dans le cours de l’Histoire. Voin l’imite, en hérite, et c’est l’Histoire qui transparaît dans une tonalité rafraîchie, une vitalité excentrique et mineure, loin des lieux communs du récit majoritaire. Et quand, penché sur le vide au 19e étage de la tour Tolstoï, le trentenaire contemple les barres d’immeubles du quartier Espoir de son enfance, son vertige est contagieux, et la sensation (dé)grisante. (Cyril Neyrat)

Artiste et cinéaste, sa pratique se concentre depuis dix ans sur la réalisation de documentaires au sein desquels les questions du portrait et du dispositif filmique tiennent une place centrale. En 2010, son premier film, Partis pour Croatan, sur une communauté de raveur, est exposé notamment au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris. Son deuxième film, JJA — premier volet d'une trilogie — dresse le portrait d'un exilé fiscal en Suisse. Il reçoit la mention du Grand Prix de la compétition française au FID Marseille 2012 ainsi que le Grand Prix expérimental au festival Coté Court de Pantin, et est également diffusé au sein de multiples institutions artistiques internationales (Kunsthalle Mannheim, MAST Bologna, Kunstwerk Carlshütte). Depuis 2014, elle enseigne régulièrement à l'isdaT à Toulouse et réalise des films avec différentes écoles. En 2015, elle termine Changement de décor, deuxième volet de la trilogie initiée avec JJA, présenté notamment aux États généraux du film documentaire de Lussas, et cofonde la société Elinka Films. En 2020, J.A — qui vient clore la trilogie — est en compétition au Cinéma du Réel et son dernier film, Voin, portrait d'un homme à travers son retour en Bulgarie, reçoit le prix Alice Guy au FID Marseille.


| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |


Chia-Yun Wu recompose le mouvement et l'immobilité, et cherche à révéler le temps invisible que recèle l’image. Agustina Comedi revisite des images des années 80, filmées dans une ville catholique et conservatrice d’Argentine, sous le régime militaire. "La Delpi", seule survivante d'un groupe de femmes transsexuelles et de Drag Queens, raconte les playbacks improvisés, la fête, l’amour, et les amis disparus dans ce printemps promis. Le film devient une lettre d’adieu, mais aussi un manifeste d’amitié. Marine Bikard dessine et anime la surface d’un mur, et interroge les rapports qu’il y a entre le dessin, l’œil-caméra et l’artiste qui dessine. Christelle Lheureux fait se croiser autant de personnages que de temporalités et de tentatives de remémoration. Un été en Normandie, une jeune archéologue travaille sur un chantier de fouilles et en profite pour passer un week-end dans le village de son enfance. Ses recherches archéologiques résonnent avec les retrouvailles plus ou moins probables qu’elle faits au fil de ses promenades. Gaelle Boucand suit le retour en Bulgarie de Voin, sur les lieux de son adolescence, après vingt ans passés en Europe de l’Ouest. Le portrait se compose de lieu en lieu, de souvenir en anecdote. Des écarts se creusent dans le récit, ambigu, entre mémoire intime et collective.


dimanche

28 fév.
18h00

Séance de clôture
En direct de l'auditorium du Louvre
Live streaming, de 12h à 20h en accès libre : art-action.org/live
Espace 3D immersif, en accès libre : art-action.org/louvre

Carte blanche à Apichatpong Weerasethakul

Pour clore cette édition Paris 2021, les Rencontres Internationales Paris/Berlin invitent Apichatpong Weerasethakul pour une séance de projection carte blanche. Une séance sur la mémoire, l'amour et la résistance.

Mikhail Basov : Short Circuits | Documentaire exp. | couleur | 00:18:41 | Russie | 2020
Apichatpong Weerasethakul : Ashes | Documentaire exp. | couleur | 00:20:00 | Thaïlande | 2012

| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



    23 - 28 février 2021
    Programme par jour
  • ma
    me
    je
    ve
    sa
    dim
VOIR LE DIRECT EN LIGNE VISITER L'ESPACE IMMERSIF 3D