Catalogue 2021
Below, browse the 2021 Rencontres Internationales catalogue, or search the archives of the works presented since 2004. New video clips are routinely posted and the images and text are regularly updated.
Miguel MEJIAS
The Foundation
miguel mejias
The Foundation
Film expérimental | mov | couleur | 34:8 | Espagne | Royaume-Uni | 2020

Conduit par une voix virtuelle, un homme ordinaire trouve refuge dans les bois. Là, il tentera de comprendre le mystère de sa situation.

Miguel Mejías (né en 1991 à Tenerife, Espagne) a étudié l’écriture de scénario à Madrid après avoir fait des études de sociologie et de communication. Après une série d'autres emplois comme chauffeur, promoteur culturel, docker, ouvrier de chantier, éditeur ou encore restaurateur d’objets historiques, il est actuellement professeur de cinéma et de littérature à Sundsvall, en Suède. Ses réalisations ont été sélectionnées dans des festivals internationaux tels que le Trieste Film Festival (Italie); Cinespaña, Toulouse (France); Experimental Superstars, Novi Sad (Serbie); le Festival Internacional de Cine de Las Palmas de Gran Canaria (Espagne); le Festival de Málaga (Espagne); la Mostra de Cinema Mediterraneo, Valence (Espagne); le Ismailia Film Fest, Ismaïlia (Égypte); le Festival de Cine de Bogotá (Colombie) ou encore le Festival de Buenos Aires (Argentine).

John MENICK
Haunting
john menick
Haunting
Vidéo expérimentale | mov | couleur et n&b | 32:0 | USA | 2020

By John Menick 2020; 32 min; two-channel 2K HD video; color and black and white; in English, Japanese, and Italian. Made during the New York lockdown, “Haunting” is a two-channel film assembling footage from several decades of supernatural domestic horror films. These are films in which domestic and residential spaces—suburban houses, decaying mansions, off-season hotels—are haunted by the spectral or the paranormal. Drawing on horror’s highly organized genre conventions, “Haunting” creates an imaginary architecture in which the repressed always returns and the past is never dead. The film’s protagonists—often played by actors now forgotten—appear not unlike ghosts themselves, their wanderings twinned across the film’s two screens in a strange, apparitional choreography. “Haunting” is a study in the spectral, as it is a response to the ghostly world that emerged from the pandemic—a world that became, for many, both uncanny and terrifying.

John Menick’s visual art and writings investigate how the fictive troubles the real. Working with cinematic history, hearsay, pseudoscience, and genre, Menick has created a diverse artistic practice that operates between fiction and critique. His earliest film, The Disappearance (2002), took the form of a fictional location scouting in Nuremberg, Germany, in order to tell the postwar history of the city. Menick’s Starring Sigmund Freud (2012) was a video memento for Sigmund Freud’s life as a fictional character in film. His most recent project, Haunting (2020), is an evocation of the long history of ghosts in cinematic horror, and how film itself can be understood as a spectral medium. Born in White Plains, New York, Menick studied fine art at the Cooper Union for the Advancement of Science and Art. After graduation, he was an early member of several seminal New York art collectives including Nomads + Residents and 16 Beaver Group. His visual art and films have been exhibited and screened at dOCUMENTA (13), Kassel; the International Film Festival, Rotterdam; MoMA PS1, New York; Palais de Tokyo, Paris; CCA Wattis, San Francisco; and Artists Space, New York. Menick’s essays and stories have appeared in Frieze, The Believer, Mousse Magazine, BOMB, Spike Art Quarterly, Art in America, and Witte de With Review, among other publications. His first book of collected prose, A Report on the City, was published in 2012 by Walther König and was listed by Frieze magazine as one of the highlights of the year. Menick received grants from the Jerome Foundation and the New York Foundation for the Arts, and has received several commissions, including from Les Laboratoires d’Aubervilliers in France. Menick currently lives in New York City where he is also a visiting professor of film at the Cooper Union.

Pierre MEREJKOWSKY
L'état de notre urgence 4
pierre merejkowsky
L'état de notre urgence 4
Vidéo | mov | couleur | 2:15 | France | 2019

L'état de notre urgence 4 a été tourné à Paris pendant le premier confinement à 20 heures

J'ai réalisé une cinquantaine de films, certains ont été auto produits d'autres produits et diffusés dans des festivals et sur Arte Mon récit moi autobiographie 14 eme version a été publié par les éditions sens et tonka Chroniques palestiniennes et divers textes sur le virus ont été publiés par les éditions de l'obsidienne Certains de mes textes et films inédits sont diffusés dans le marché des collectionneurs.

Mitlag MIGUEL
Carrots Movie Tape
mitlag miguel
Carrots Movie Tape
Doc. expérimental | super8 | couleur | 3:22 | Allemagne | 2020

Carrots Movie Tape is an experimental film about Carrots Tapes: a music cassette label based in Berlin run by a Poet and a Visual Artist. Tasks at the headquarters involve stamping, printing the covers, dubbing blank tapes, planning new projects, organizing the archive and discussing ideas. Filmed in the Spring of 2020 in Super 8.

Miguel Mitlag 1969, Buenos Aires, Argentina Lives and works in Berlin, Germany Film studies at the Universidad del Cine, Buenos Aires, and Photography at I.C.P. New York. Mitlag is also a Visual Artist and shows his work frequently in solo and group exhibitions.

Hoolboom MIKE
Judy Versus Capitalism
hoolboom mike
Judy Versus Capitalism
Vidéo expérimentale | super8 | couleur et n&b | 63:0 | Canada | 2020

Radical feminist, street fighter, practical dreamer. This lyrical doc, shot in super 8, recounts Judy Rebick’s pivotal role in securing women’s rights over their own bodies in Canada. She lays out the key tenets of second wave feminism, even as a family time bomb threatens. The film closes with a harrowingly personal account of a divided self, and a startling embrace of mental illness as creativity.

Mike Hoolboom (1959, Toronto). Media artist and writer. He was schooled at the Funnel, Toronto's former underground movie palace, and has made more than 100 movies since 1980. He is the author/co/editor of 30 books. There have been 20 international retrospectives of his work, and he has won more than 80 festival awards, including the Best Short Film Award in Toronto IFF two times. In 2009 he received the Bell Award in Video Art, presented by the Canadian Council of Arts "for the exceptional contribution to the advancement of video art and practices in the country".

Hoolboom MIKE, Alena Koroleva
Wax Museum
hoolboom mike , Alena Koroleva
Wax Museum
Vidéo expérimentale | mov | couleur | 11:0 | Canada | Russie | 2020

In a suite of 15 scenes, most arriving in a single master shot, the Russian heroine renegotiates her pact with Russian capitalism, and the new bodies and relationships it made possible. Shot in Saint Petersberg during a sunny autumn, when our faces could still bear the old light.

Alena Koroleva is a multidisciplinary Russian artist and curator. Co-founder of Kinodot EFF, author of few short films and sound releases. Mike Hoolboom makes movies and writes.

Thomas MOHR
Habitat 2.4
thomas mohr
Habitat 2.4
Film expérimental | mov | couleur et n&b | 20:24 | Pays-Bas | 2020

Habitat 2 is the first collaboration of video artist Thomas Mohr and composer Reinier van Houdt. Mohr is processing more than 7000 pictures taken moment by moment while exploring areas of Noisy-le-Grand, Nanterre and Paris  as part of a larger project about the experience of Public space early 2019 just before the first lockdown. Van Houdt is using sourced 'found sounds' from situations and devices that cross distances, like trains, radio's, tv's, nasa satellites, thepowergrid, mobile phones, oscillators-all caught on the border of where the cyclical nature of stationary or 'frozen' sounds touches upon transient sounds of fast movement. In Habitat 2.4 - the first level of processing Mohr  is composing and structuring his photo material in a time system relating in many ways to usual time measuring but more dynamic. The experience of the moment with it’s before and after, the turning of now into past is repetitively re-assembled in a structure of frames, sequences and units. Van Houdt composed strict closed structures and populates this architecture with found complex soundblocks that deform, rearrange or ravage the building to show the glorious uncontainability of soundmatter- as a challenge to contingency.

Thomas Mohr: Moving, change, transformation, experience. Exploring processes of perception and memory systematically since the late 1980ties. From 1985 onwards a growing  archive containing more than 600000 pictures- regarding a wide range of events of transition from a collective meaning to very personal moments- and thousands of social media screenshots. Living and working in Amsterdam. Distributed by LIMA. Sreenings at various festivals since 2009: IFFR/Rotterdam, JMAF/Tokio, Ars Electronica/LInz,   Transmediale Berlin, IFF Japan, NeMaf/Seoul, IKFF/Hamburg, Jihlava IDFF,  HAFF/Utrecht, Media Art Biennale Wro, Rencontres Paris/Berlin, EMAF, Atonal Berlin Reinier van Houdt is a composer/musician based in Rotterdam[NL] working with piano, objects and fieldrecordings. He developed a fascination for matters that escape notation: sound, timing, space, physicality, memory, noise, environment - points beyond composition, interpretation and improvisation.. Aside from his own work he collaborated with Robert Ashley, Annea Lockwood, John Cage, Alvin Curran, Michael Pisaro, Francisco Lopez, Alessandro Bosetti, Christian Marclay and Luc Ferrari. Performances at CTM Berlin, Meltdown London, Alternativa Moscow, Angelica Bologna, Huddersfield Festival, Unsound Krakow, Art Basel Hong Kong, Primavera Barcelona. Reinier van Houdt is also part of David Tibet's Current 93 and worked with Takashi Makino on his film Memento Stella.

Anna MORENO
Plastic, Marble and Helicopters
anna moreno
Plastic, Marble and Helicopters
Installation vidéo | 4k | couleur | 17:47 | Espagne | Pays-Bas | 2020

"Plastic, Marble and Helicopters" (2020) est l'aboutissement d'une enquête d'un an sur Global Tools, un projet pédagogique pionnier lancé en 1972 par plusieurs studios d'architecture appartenant au mouvement du design radical italien, dirigé par Ettore Sottsass. Avec le soutien de Poltronova, entreprise italienne de design de mobilier haut de gamme, Anna Moreno a conçu et fabriqué un canapé modulaire en quatre parties, qui a ensuite été utilisé comme accessoire de performance au Space Electronic Nightclub de Florence lors de l'événement célébrant le 50e anniversaire de son inauguration. La discothèque florentine était le l’espace underground où Global Tools a réalisé plusieurs de ses expériences fondatrices, évoquant le corps comme forme ultime d'architecture, un lieu au potentiel politique et créatif caché. L'ironie de la proximité du groupe pro-marxiste avec le marché du mobilier de luxe n'échappe pas à Moreno.

Anna Moreno est artiste visuelle et chercheuse. Originaire de Barcelone (Espagne), elle habite actuellement à La Haye (Pays-Bas). Sa pratique prend la forme d'installations, de films, de performances, de bandes sonores, d'objets et de publications. Elle cherche à séparer notre imagination du présentisme actuel à l'aide de la fiction spéculative. En reproposant des architectures utopiques des années 70, Moreno utilise des outils conceptuels tels que les histoires parallèles, la synchronicité, l'urbanité performative, les discours architecturaux et les enchevêtrements sociaux. Elle a exposé à l’international et a participé à des résidences, notamment au SASG – Seoul Art Space Geumcheon (Corée du Sud), à la Cittadellarte - Fondazione Pistoletto, Bielle (Italie) ou à la Jan Van Eyck Academie, Maastricht (Pays-Bas). Elle a récemment reçu la bourse Botín pour les arts visuels, à Santander (Espagne), et a été sélectionnée pour la prochaine Biennale de Yinchuan (Chine). L'enseignement et les conférences ont un impact bidirectionnel sur sa pratique artistique. Elle a enseigné la recherche artistique à la Royal Academy of Art de La Haye (Pays-Bas) et a développé des programmes pour des institutions d’éducation aux Pays-Bas comme à l'étranger. En 2013, elle a cofondé le collectif d'artistes Helicopter à La Haye (Pays-Bas), un espace indépendant qui s’intéresse aux notions de marge et de périphérie dans la performance, le son et la discussion.

Pierrick MOUTON
Chapter 5 — The Sacred Forest
pierrick mouton
Chapter 5 — The Sacred Forest
Film expérimental | mov | couleur | 18:55 | France | Bénin | 2019

Il y a très longtemps, se trouver un vieille homme au village, qui garder jalousement un secret Certains soir de l'année, quand la lune était pleine Il s'asseyait devant l'arbre sacré. Les mains écartées il prononçait des paroles incantatoires jusqu'au bout de la nuit La foret tout entière s'animait Apres quoi, On raconte l'avoir vu à des centaines de kilomètres de là. Certains disent qu'il aurait le pouvoir de se téléreporter

Pierrick Mouton est un artiste et vidéaste, vivant à Paris. Son travail s’articule autour de systèmes de croyances, spirituels ou idéologiques à travers des films, des oeuvres sonores ou des objets, qu’il fait réaliser ou qu’il réalise lui même. Cette démarche est associée à une approche documentaire, et une immersion sur le long terme avec différents groupe de croyance et de pensée. Pierrick Mouton a récemment exposé à Salon de Montrouge (Paris), École d’architecture de la ville & des territoires (Paris Est), Clark House Initiative (Mumbai), Villa Belleville (Paris), Alliance Française (Chandigarh), Nunnery Gallery (London), Carrousel (London). Ses créations radiophoniques sont régulièrement diffusés sur France Culture et DUUU radio.

Armando NAVARRO
Teenage God
armando navarro
Teenage God
Performance multimédia | 0 | | 30:0 | France | 1998

Cette performance musicale est une expérience immersive qui prend la forme d’une série de rituels que les spectateurs sont invités à accomplir pour faire partie de la secte pop : †een?ge g? d. †een?ge g? d est un projet collectif, multimédia et transdisciplinaire qui combine les formes d’art et génère aussi des formes qui peuvent exister indépendamment des performances : musique, vidéo, photographie, livre, installation, livestream, etc. Dans cette satire de l'obsession des stars et des dieux, fans et secte se reflètent mutuellement comme dans des miroirs déformants. L’adoration de Britney Spears et de Shoko Asahara, la vénération de One Direction et de Heaven’s Gate, rituels pop et cérémonies mystiques s’entrechoquent et fusionnent pour tendre « un miroir de mort » à la société de consommation comme dans « Scorpio Rising ».

Né à San Francisco, vit à Paris. À la fois américain et français. Sa curiosité l'a poussé sur de multiples chemins à la croisée des arts plastiques et du cinéma : lettrisme, art contemporain, cinéma expérimental, art vidéo, clips, expositions, installations, performances, laboratoire cinématographique partagé, 1er rôle d'un long métrage et même une émission de radio. Son passage dans de grandes agences de publicité lui a permis d’observer d’un peu plus près les obsessions sociales dont il fait la satire dans « †een?ge g? d » et « Size Zero ».

Charly NIJENSOHN
Patagonian Ice Fields
charly nijensohn
Patagonian Ice Fields
Vidéo | hdv | couleur | 6:24 | Argentine | Allemagne | 2020

Video installation 2020 As everything stopped and the lockdown extended all over the planet, I dedicated myself to create new original music and review some historical works, with material that had been left out of the initial postproduction of the videos. In this way I approached again to the expedition in the Patagonian Ice Fields, a project that I made in collaboration with members of a rescue mountain team. Patagonia is dramatically affected by climate change and global warming. The glaciers are disappearing in front of our eyes. In this context, a group of persons find themselves lost in a labyrinth of ice. United and in solitude, they contemplate the collapse of their universe.

Charly Nijensohn (Buenos Aires, 1966) ist ein multidisziplinärer Künstler der in Berlin lebt und arbeitet. Seine künstlerische Arbeit ist vielschichtig. Nijensohn arbeitet an der Idee einer Konfrontation zwischen dem Menschsein und den natürlichen Kräften des Universums, die uns umgeben. Die Beziehung zwischen der menschlichen Figur und dem sie umgebenden Raum stellt einen Konflikt dar, der real und existenziell zugleich ist. Er vertrat Argentinien mit einer Einzelausstellung auf der 50. Biennale in Venedig. Nijensohns Arbeit wurde auf der BienalSur in Buenos Aires (2017) und der Mediations Biennale in Polen (2012) präsentiert. Er stellte auf der Valencia Biennale (2001) kuratiert von Peter Greenaway, der Singapur Biennale (2008) kuratiert von Fumio Nanjo und der Dojima River Biennale in Osaka (2009) aus. Er stellte auch auf vielen Festivals aus, darunter die Transmediale, Videobrasil in Sao Paulo, Rencontres Internationales im Haus der Kulturen der Welt (Berlin), Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia (Madrid) und Centre George Pompidou (Paris), Monitoring in Kassel, Visions of Nature, Kunst Haus Wien (2017/2018), Video Art in Latin America, States of Crisis, LAXART in Kalifornien (2017). Des Weiteren stellte er im Köller-Müller Museum (Windflower, Perceptions of Nature, 2011) in Otterlo, Museum Morsbroich (Radical Shift) in Leverkusen, der Akademie der Künste (Realidad y Utopía, Argentiniens künstlerischer Weg in die Gegenwart, 2011) in Berlin, Whitechapel Gallery (2010) in London, Políticas de la diferencia im Museo de Arte Latinoamericano (MALBA) und Latin America: Video Views - Latin American Artist of the Twentieth Century, Museum of Modern Art (MOMA) in New York aus.

Faezeh NIKOOZAD
Degar Disi
faezeh nikoozad
Degar Disi
Film expérimental | 16mm | couleur | 9:15 | Iran | Allemagne | 2020

Il s'agit d'un état où l’on se retrouve entre deux. La décision de grandir ou de rester enfant - la transformation d'une fille en femme.

Faezeh Nikoozad (née à Téhéran, Iran 1984) habite en Allemagne depuis 2009. Elle est réalisatrice et artiste vidéo indépendante. Elle a étudié la scénographie (licence) à Téhéran (Iran) et la réalisation (licence et master) à la HFBK - Hochschule für Bildende Künste Hamburg, Hambourg (Allemagne). Son travail couvre un large éventail de thèmes tels que le déplacement, l'absence, la terre natale, la famille et les souvenirs d'enfance. Ses modes d'expression vont du film expérimental au film documentaire en passant par les techniques mixtes. Ses films ont été présentés dans divers festivals et ont remporté de nombreux prix.

Miljana NIKOVIC
Two Simple Letters
miljana nikovic
Two Simple Letters
Vidéo | mov | couleur | 2:34 | Serbia | Allemagne | 2020

March 2020: in a messy and apocalyptic world, what happens if your mind is egoistically obsessed with your love life? If you start searching for potential lovers via dating sites? If most of them do not react to your messages (although you can see them online) probably insufficiently stimulated by your profile? Others might agree for a walk, if it does not rain, Saturday afternoon or next Tuesday. That does not sound promising. Almost always, communication stops for no obvious reason, even though everybody stays online. Attention and curiosity disappear. Will they all remain virtual fantasies? Was it any different before the lockdown? Thanks to the Internet, multiplied screens are our new fragmented windows to the outside world. Connected with anyone, anywhere, anytime. However, isolated: alone and lonely in a room. This vocal and visual poem is a deconstruction of short sentences that one uses to arrange a meeting with a stranger. Hesitant and polite, "two simple letters" imply permanent insecurity, modesty, timidity — avoiding to offend or frighten the interlocutor(s). To put a lighter tone on this self-ironic situation, there is a conscious use of playful pop-elements, both with sound and color effects.

Miljana Nikovic is an architect and researcher experimenting with video, photography, sound, collage, and writing. Born in Belgrade, based in Berlin. After obtaining a Bachelor's degree in 2013 (Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nancy, France) and a Master of Arts in 2015 (Hochschule für Technik und Wirtschaft Leipzig, Germany), worked as a workplace strategist and project coordinator. Currently starting a doctoral archival-artistic project at the HafenCity University (Hamburg) on the parallels between cities, cinema, and historical perceptions of collective memories. Recently initiated a collective for French-speaking poets and got selected at international film festivals with the experimental short "Seven Seven" and the video-poem "La Rive Virale" (Los Angeles, Mexico, Athens).

Andrea NOVOA
Desastres Naturales
andrea novoa
Desastres Naturales
Film expérimental | 16mm | couleur et n&b | 26:39 | Chili | 2020

Desastres Naturales est la rencontre de trois films, trois territoires. Une récit personnel qui, à travers des expériences traduites en images et les extraits d'un journal, dessine le portrait de rencontres vécues et de lieux habités, traversés par des forces naturelles, des couleurs, des accidents et des luttes. Filmé à Cuba et au Chili. Dédié à Lena

Andrea Novoa (1988) cinéaste chilienne, réside dans la région de l’Araucanie, au sud du Chili. Le développement de son travail photographique analogique et de laboratoire débute au cours de ses études à l'école Foto Arte du Chili. Elle obtient par la suite un master en Cinéma d'Essai de l'École Internationale de Cinéma de Cuba (EICTV), où elle réalise ses premiers films. De 2017 à 2019, elle est membre du collectif de cinéma expérimental CEIS8 (Santiago du Chili) avec lequel sont organisés des espaces de rencontres, de formations et de présentations liés au travail filmique. En 2019, son projet « Desatres Naturales » est sélectionné dans le cadre des résidences de post-production de l'Atelier 105 de Light Cone à Paris. Andrea Novoa co-dirige actuellement Praeclara Imagen, une maison de production et laboratoire cinématographique dans la région de l'Araucanie.

Barbara OETTINGER, Sabatini Pedro
Sombra
barbara oettinger , Sabatini Pedro
Sombra
Animation | mp4 | couleur | 8:12 | Chili | 2020

One of the great concerns that we have had in times of pandemic, has undoubtedly been how much it would affect us physically and mentally to be confined, not being able to see our loved ones. Under this concern, and reviewing some articles on the web, we found an experiment carried out by Donald Hebb in the 1950s where he decided to isolate a number of volunteers (separated from each other) in a space that was completely devoid of stimuli. Under these extreme conditions, volunteers began to experience multiple auditory and visual hallucinations over time. Sombra is a video that was made under confinement due to quarantine, where we have also been deprived of significant human contact. Hence, Shadow explores in a metaphorical sense, about the effects of isolation in relation to our sense of body, time and space. As mentioned above, our sensory perception can be affected as a result of confinement, causing our minds to create a science fiction world, questioning the idea of ??authenticity or whether what we see or hear is real or not. In the realization of Sombra, we have used a video game platform, in which we re-use scenarios and characters that have been previously created / simulated, modifying certain functionalities and aesthetic elements typical of these video games, and reorganizing them within the virtual scenario, with the objective to produce a cinematographic short film under what is known as Machinima. Characters and fictional worlds are digitally cloned, multiple versions of a trapped and duplicated character an endless number of times, which sometimes manages to "escape" from her mind by projecting her body onto more simulated information, generating various layers of representations. *Project in collaboration with Pedro Sabatini.

Bárbara Oettinger (Santiago, 1981) has a Bachelor's degree in Fine Arts at the University of Chile and a Master of Arts degree from the Catholic University of Chile. She has participated in various exhibitions and screenings in cultural centers, galleries and museums in Chile, Perú, Bolivia, Argentina, Uruguay, Brazil, U.S., India, Indonesia, Ukraine, Slovenia, Spain, France, Portugal, Korea and Taiwan. Currently, she holds a Master of Fine Arts in Integrated Practices degree from Pratt Institute, New York, U.S, funded by the chilean government / CONICYT. My current projects are encounters with dialogues, with a focus on testimonies that retain historical meaning, while telling of the psychological experience. Testimonies not only based on the supposed immediacy and accuracy of the historical source, but also on the subjective construction of different narratives. Pedro Sabatini (Santiago, 1979) has a Bachelor’s degree in Cinema. During these last 3 years he have been working on advertising film production. He has experience in adapting to all kinds of budgets while remaining competitive. His contributions are linked to the fascination for independent cinema and the search for new languages. His work has been recognized as best fiction short film UNIACC (Santiago, Chile), best international documentary ARCOS (Santiago, Chile), and official selection in Festival Biarritz Amérique Latine (France).

Noemi OSSELAER
Erpe-Mere
noemi osselaer
Erpe-Mere
Doc. expérimental | dcp | | 20:44 | Belgique | 2020

Surrounded by the sound of nocturnal animals, a girl falls into a deep sleep. Gradually we are drawn into her dream, which unfolds into a cosmic journey through the meadows of Erpe-Mere, a rural community in Belgium.

Noemi Osselaer was born in Aalst, Belgium. She studied audiovisual arts at the Royal Academy of Fine Arts Ghent. Her graduation film ‘Erpe-Mere’ screened at several festivals including Dok Leipzig and IFFR. From January 2021 till December 2022 she will be a resident at the Higher Institute for Fine Arts (HISK) in Ghent.

Halima OUARDIRI
Clebs
halima ouardiri
Clebs
Documentaire | 4k | couleur | 18:11 | Canada | 2019

Les pelages bruns, beiges, blancs et noirs se fondent à l’ocre de la terre et des murs inondés de soleil. Calme à l’heure du repos, l’endroit devient assourdissant quand vient le moment de nourrir les bêtes qui entament alors leur concert d’aboiements. Dans le refuge pour chiens errants d’Agadir au Maroc, plus de 750 animaux trouvent aide et protection en attendant d’être adoptés par une famille. Chaque journée ressemble à la suivante, rythmée par la seule distraction des repas. Avec un regard aussi empathique qu’alerte aux jeux de lumière et de textures, Halima Ouardiri observe la chorégraphie qui régit la vie de la population animale, dont le quotidien suspendu évoque l’attente bien plus tragique de millions d’êtres humains à la recherche d’une terre d’accueil.

Halima est une cinéaste Suisso-Marocaine qui travaille entre le Canada, le Maroc et la Suisse. Elle a reçu un B.A. en Science Politique et un B.F.A. en Film Production de la Mel Hoppenheim School of Cinema à Montréal. Son premier film Mokhtar, tourné en Super 16mm, a reçu un très bon accueil dans une centaine de festivals internationaux tel que Toronto, Berlin, Rotterdam et Dubaï, avant d’avoir été diffusé sur France 3, CBC et à la TSR. Le film a gagné de nombreuses distinctions, dont deux Prix de la Meilleure Réalisation et cinq Prix du Meilleur Film. Tourné dans un petit village du sud du Maroc, le film met en vedette les villageois, beaucoup de chèvres et un hibou. De tous les interprètes, seul le hibou est un acteur professionnel. Aujourd’hui, Halima passe au long avec Nico, un récit initiatique inspiré de son expérience comme garde du corps à Genève, sa ville natale, et avec le développement du scénario de La Camel Driving School.

Gerda PALIUŠYTE
Nevermore
gerda paliuŠyte
Nevermore
Doc. expérimental | dcp | couleur | 45:0 | Lituanie | 2020

Nevermore is centered on the legend of Edgar Allan Poe, which serves as a ghostly connection between different racial communities in today's Baltimore today. Poe’s figure can be seen as a tool with which to explore popular imagination and to reflect upon present-time anxieties about identity and place.

Director and producer: Gerda Paliušyt? (b. 1987) The last two films directed by Gerda Paliušyt? were well received in the worlds of contemporary art and cinema. Her documentary film The Road Movie, which captured the legen dary rap duo ONYX as they travelled through Vilnius, Lithuania, was commissioned by the XII Baltic Triennial of international art in 2015 and was screened at famous film festivals such as the Toronto Film Festival (as part of the Wavelengths series) in 2017. In 2019, her film project “2002” was selected for Berlinale Talents, the Short Film Station. In her works, Paliušyt? explores cultural history and the stereotipes and contradictions found within it. She is interested in various documentary practices (such as docufiction) and diverse historical and popcultural characters, and their relationship with social reality.

Julia PALMIERI
Play me, I'm yours
julia palmieri
Play me, I'm yours
Film expérimental | mov | couleur | 14:31 | France | Belgique | 2019

« Autour d'un repas bruyant, dans un lit où on partageait un paquet de gâteaux, la discussion pendant que tu te lavais, je préparais à manger et maman venait d'acheter un bouquet de fleurs à mettre sur le piano du salon. Tu n’aurais jamais dû baiser avec lui, elle a si bien fait de coucher avec elle. Je t’appelle demain pour qu’on en discute, je dois téléphoner à ma grand- mère avant. L'amitié, l'amour, la famille, les relations, les interactions, la mort, les femmes, les hommes, la nourriture, ça regroupe, ça divise et c'est poreux. »

Julia Palmieri Mattison est née en 1994, elle grandit avec sa famille en banlieue parisienne. C’est en passant d’un pensionnat non mixte à la colocation qu’elle s’imprègne de la collectivité et de la complexité des relations et des vies partagées. Elle intègre l’École de Recherche Graphique (Erg) de Bruxelles en 2015. La construction de sa pratique artistique passe par différents médiums : installation, peinture, écriture, photographie et vidéo. Souvent tous indissociables. Elle met en lumière l’intimité, malmenée par la collectivité et dévoyée par les réseaux sociaux. Articule? sur son histoire personnelle, son travail s’affranchit du récit individuel en s’inscrivant dans des champs plus vastes : famille, société ou époque faisant appel à une mémoire commune. Julia photographie ses proches dans leur quotidien, elle capture les moments d’intimité partagée pour en saisir l’instant le plus sincère. Accompagnée des archives familiales filmées et offertes par son père, elle commence à mixer photos trouvées et photos retrouvées, circulant des unes aux autres, les reliant par des textes et des enregistrements de conversations volées. C’est en cherchant avec acharnement a? extraire ce qui compose un individu, à questionner les limites imposées des relations amoureuses, amicales et familiales qu’elle réalise son court métrage : Play me, I’m yours.

Stefan PANHANS, Winkler, Andrea
If You Tell Me When Your Birthday Is
stefan panhans , Winkler, Andrea
If You Tell Me When Your Birthday Is
Vidéo expérimentale | 4k | couleur | 11:30 | Allemagne | 0 | 2020

"If You Tell Me When Your Birthday Is" est une courte fiction de machinima en trois fragments, tributaire de l’infidélité de la traduction. Elle combine des scans 3D de personnes et d'objets réels, un monde, des avatars et des mouvements construits à l’aide d’effets spéciaux numériques, ainsi que des dialogues scénarisés à partir de la qualité actuelle de la communication textuelle et linguistique avec et entre les intelligences artificielles. Grâce à l'utilisation de moteurs 3D temps réel, ce film est entièrement "tourné" dans un monde créé virtuellement. Les trois épisodes ressemblent donc à des fragments d'un jeu vidéo absurde, mais le conflit entre le monde physique analogique et le monde numérique virtuel, entre l'homme et la machine, reste ici visiblement inscrit dans les glitches, les erreurs et les défauts qui surgissent aux "fissures" des interfaces entre les différents domaines. Les lacunes absurdes, comiques ou même inquiétantes des techniques numériques utilisées pour le film soulignent ces fractures, plutôt que de viser un rendu complètement "propre" et un illusionnisme parfaitement consommable. Le dialogue se fonde sur l'état actuel des développements de la communication avec les algorithmes auto-apprenants, des "intelligences artificielles" simples et orientées vers le consommateur, comme les chatbots et les assistants virtuels. Il réfléchit également aux particularités et différences troublantes, aux défauts, mais aussi aux similarités entre cette communication avec les machines et celle d'humain à humain.

Ces dernières années, Stefan Panhans et Andrea Winkler travaillent ensemble de plus en plus régulièrement dans le domaine de l’expanded cinema, sur des projets filmiques, des installations sculpturales/performatives et des expositions. Dans leur travail, ils utilisent principalement des moyens du film, de la performance et des installations, y compris le texte, pour traiter de l'hypermédiatisation et de la numérisation croissantes, ainsi que de leurs effets sur notre société, notre comportement, notre psychisme et notre corps. Ils s’intéressent aussi au phénomène de l’auto-optimisation sous la forme d'une recherche pratiquement artistique. En outre, leur travail compose avec des moments d'inégalité sociale croissante, le racisme ordinaire, le culte de la célébrité et les stéréotypes de genre. Leur travail a été présenté dans de nombreuses expositions et festivals, et plusieurs fois récompensé, par exemple le prix Edith Russ Haus Media Art Award (Allemagne) [2017]; la mention honorable Videonale 17, Bonn (Allemagne) [2019]; le innogy VISIT Award, Essen (Allemagne) pour leur anti-musical "Defender" [2019] et un bourse de recherche à la Dortmund Academy for Theater and Digitality (Allemagne) [2020]. Parmi les expositions récentes, citons la performance d'ouverture combinant la vidéo avec l'installation et la lecture en staccato, commissionnée par la Transmediale, à la HKW-Haus der Kulturen der Welt, Berlin (Allemagne) [2019]; l'installation d’expanded cinema "Freeroam A Rebours Mod.I.1 - installation version" au Tabakalera-International Centre for Contemporary Culture, San Sebastian (Espagne) [2020]; une exposition solo à HMKV-HartWare MedienKunstverein Dortmund (Allemagne) est prévue pour le début de l'été 2021.

Arnold PASQUIER
Ivry-sur-Seine
arnold pasquier
Ivry-sur-Seine
Fiction expérimentale | hdcam | noir et blanc | 8:45 | France | 2020

Dans un appartement, des amis se retrouvent, se rencontrent et s'embrassent.

Arnold Pasquier est l’auteur d'une œuvre qui couvre les champs de la fiction, du documentaire, de l'essai et du cinéma expérimental. Il partage son activité entre projets personnels, enseignement et collaborations en tant que chef-opérateur et monteur. Dès ses études d’arts plastiques et de cinéma, il réalise des essais en Super 8 et en vidéo où il mêle journaux filmés et fictions. À vingt ans, il se rapproche de la danse contemporaine et collabore avec des chorégraphes comme documentariste (Mathile Monnier, Josef Nadj, Dominique Boivin, Christian Rizzo) et comme danseur (Ami Garmon, Régis Huvier, Felix Ruckert, Julie Desprairies). En 1997, il est résident au Fresnoy, Studio national des arts contemporains à Tourcoing. En 2004, à la faveur d’une bourse «Villa Médicis hors-les-murs» de l’AFAA, il réalise au Brésil le film de long métrage Celui qui aime a raison. Cette expérience marque un intérêt pour la représentation de la ville et de l’architecture qui se développe avec L'Italie (2012), puis Borobudur (2015).