Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
masbedo
Catalogue : 20142.59 | Vidéo | hdv | couleur | 3:0 | Italie | 2013
masbedo
2.59
Vidéo | hdv | couleur | 3:0 | Italie | 2013

A small dramatic gesture cancels any possible remains of hope in 2.59 (2014). A dental drill scrapes the grooves of a vinyl record playing John Lennon’s Imagine– whose playing time is actually two minutes and 59 seconds – as the needle ultimately and stridently squeaks, while snowflakes start to fall. Dreams are no longer possible, as our society has completely denied them.

MASBEDO are Nicolò Massazza (1973) and Iacopo Bedogni (1970). They live and work in Milan. The two artists have worked together since 1999. They express themselves through the language of video, in different forms such as performance, theater, installation, photography and recently cinema. In Italy they are recognized among the most important video artists and innovators in the field of contemporary art: thanks to their unique feature of re-union of different arts: the multiplicity of languages becomes a single chorus. In fall 2014 a major solo exhibition will be showed at the Fondazione Merz, anticipated by the presentation of their first film The Lack at the Venice Film Festival. In 2013 the Leopold Museum Wien presented the video-installation “Ash” and they exhibited in Pinacoteca Nazionale Bologna a solo show with videos and a video performance. In 2012 they held video performances in several museums of contemporary art and in particular locations such as the Italian Embassy in Berlin during 7th Art Biennial. With the very special participation of Fanny Ardant they present at Teatro Strehler in Milan and Teatro Palladium in Rome an audio video performance from Le Remède de Fortune of Guillaume de Machaut. They participate with the doc-film Tralalà at the 69th Venice Film Festival and at the Reykjavik International Film Festival. Other very important shows in their career are Art Basel Unlimited, MAXXI and MACRO Museum in Rome and the 53. Venice Biennial Of Art. Other museums such the Center for Contemporary Art Uajzdowsky Castle in Warsaw, the CCCB Centro de Cultura Contemporanea in Barcelona, the DA2 Museum in Salamanca, Castello di Rivoli Museo d’arte contemporanea in Turin, the OK Offenes Kulturhaus in Linz, the Tel Aviv Art Museum and the Centro Atlantico de Arte Moderno in Las Palmas de Gran Canaria hosted in the past years their artworks. Other Film Festivals in their career: Bellaria, Tremblay en France, Novi Sad, United Nation World Forum in Rio De Janeiro, Locarno, Rome, Istanbul, Lisbon, Athens, Miami and Trieste. They have always participated with video-art projects. They worked with French writer Michelle Houellebecq with which they write The world Is Not A Panorama, a video art movie with the precious collaboration with Oscar Winning actress Juliette Binoche and exhibit the premiere at the Gran Palais, Paris.

Catalogue : 2017Fragile | Vidéo | hdv | couleur | 7:46 | Italie | 2016
masbedo
Fragile
Vidéo | hdv | couleur | 7:46 | Italie | 2016

The video, Fragile (2016) produced by the Museo Reale Galleria Sabauda in Turin, staged a young man`s visit to the gallery halls in the presence of a peacock. Walking among the masterpieces of antiquity, symbolic objects of archetypal beauty, the presence of the peacock underlines the essential precariousness of the living animal and its impairment that renders it inapt to represent its nature. The image is highly suggestive because it’s made even more dramatic due to the emptiness of the halls, facing the perpetual immobility of the painted characters. The main theme of these works is the concept of "cure": the old animal, object of the care of its master, is a metaphor of the combination of a faded vanity and the eternal journey into beauty, a trip defined by Rainer Maria Rilke as "the tremendous at its beginning." The fragility of art, to which the title of the work refers to, engages the observer`s gaze and warns of the necessity to provide protection of art and cultural heritage. A metaphor that reminds us of the need to preserve and care for our artistic and cultural heritage as a form of resistance to time and carelessness of man. In 2018, when Europe dedicates itself to Cultural Heritage, encouraging public institutions to celebrate their relevance and value for the cultural development of society, the artistic discourse by Masbedo is consistently aligned with this theme, showing how contemporary artists relate themselves with the art of the past and how history of art can be a source of inspiration for new generations.

MASBEDO (Nicolò Massazza, 1973, Milan - Iacopo Bedogni, 1970, Sarzana) started their journey in 1999, focusing on the potential of video art and video installation. Developed around the theme of incommunicability in contemporary society, their research has produced both, intimate works and more socio-political and anthropological-cultural productions. Their aesthetic approach presents pictorial aspects and the realization of their videos pursues the goal of involving the viewer in the space created by the moving images through immersive installations. Their work, in fact, is a synthesis of theatre, performance, space, architecture and video / cinema. They have been included in solo shows in important museums and foundations both in Italy and abroad, as well as in various film festivals, and their works are included in relevant private and public collections: MART, Rovereto, Italy; Fondazione Merz in Turin, Italy; GAM - Galleria d’Arte Moderna in Turin, Italy; MACRO - Museo di Arte Contemporanea in Rome, Italy; DA2 - Centro de Arte Contemporáneo, Salamanca, Spain; CAAM Centro Atlántico de Arte Moderna, Las Palmas, Spain; CAIRN Centre d’Art, Digne-les-bains, France; Tel Aviv Museum of Art, Israel.

Valérie massadian
Catalogue : 2011Nana | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 68:0 | France | 2011
Valérie massadian
Nana
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 68:0 | France | 2011

...


It's through photography, and notably her collaboration with Nan Goldin, that Valerie Massadian came to image-making,Creating slide- show screenings (The Link, Mary Go Round, Journal de Bord), exhibited in Tokyo, London and Porto. What she has retained from photography is its freedom and the rigor of frontal contact. She has taken this same approach, committing to a project from concept to completion, in her collaborations with several film directors. From there came the need of her own film, NANA, which won the Price for Best First Feature Film at the Locarno Film Festival 2011, as well as the Price for Best International Feature Film at the Festival Internacional de Ciné de Valdivia.

Valérie massadian
Catalogue : 2013America | | | | 6:57 | France | 0
Valérie massadian
America
| | | 6:57 | France | 0

One Place One Boy One Day One Shot One Wheel of Film

Sabine massenet
Catalogue : 2012Patricia | Doc. expérimental | dv | couleur | 10:0 | France | 2012
Sabine massenet
Patricia
Doc. expérimental | dv | couleur | 10:0 | France | 2012

Tout commence par une simple carte où est portée l?inscription « Si vous trouvez cette image veuillez écrire à l?adresse suivante? » . Sabine Massenet dépose ses messages énigmatiques comme d?autres jettent des bouteilles à la mer. Glissées au hasard des livres d?une dizaine de bibliothèques de Seine-Saint-Denis, ils sont le départ d?une aventure à la rencontre de lecteurs anonymes.


Sabine Massenet est vidéaste. Elle est née en 1958, vit et travaille à Paris. En 1997, après avoir travaillé différents médiums (terre, plâtre, photo) pour créer des installations auxquelles elle associait parfois des éléments narratifs, Sabine Massenet décide de se consacrer uniquement à la vidéo. Elle explore le portrait avec une ouverture sur le langage et sur la résonance des images dans la mémoire collective ou privée. Elle pratique également le recyclage d?images télé ou de cinéma, qu?elle ?re-monte? en se jouant des codes visuels propres à ces deux médiums. Elle obtient la bourse d?aide à l?art numérique de la SCAM 2003 pour «361° de bonheur», co-édition Incidences / Vidéochroniques. Elle crée aussi des vidéos pour le théâtre, et réalise également une des vidéos de la Maison Rimbaud à Charleville Mézières en 2005. Ses vidéos sont présentées régulièrement dans des festivals français et étrangers, centres d?art, musées. Des séances monographiques lui ont été consacrées en 2004 à la Cinémathèque Française, en 2005 au festival Némo et au Jeu de Paume, en 2009 au festival des Scénaristes à Bourges. Sa vidéo « Transports amoureux » est édité dans le n°1 de la collection TALENTS. L?ensemble de ses vidéos sont distribuées par Heure Exquise.

Pilar mata dupont
Catalogue : 2016Mountain | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 8:11 | Australie | Allemagne | 2015
Pilar mata dupont
Mountain
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 8:11 | Australie | Allemagne | 2015

Sigmund Freud and a Tyrant take a journey together on a boat into the mountains. My video work, ‘Mountain’, investigates Sigmund Freud’s connection to the neighbouring villages of Berchtesgaden and Schönau am Königssee, in Bavaria, Germany, where he often spent his holidays between the late 1800s and 1929. In a rented house in Schönau, Freud wrote his seminal work ‘The Interpretation of Dreams’ in 1898. The region is infamous as the base for the National Socialists. Hitler and Freud are reported to have been in the small village of Berchtesgaden at least twice in the 1920s at the same moment, a relatively unknown historical fact. In making ‘Mountain’, I have explored theories Freud examined in Group ‘Psychology and the Analysis of the Ego’ (1921), specifically his theories about mass psychology and the supplantation of the super-ego with the will of the Tyrant. His personal connection to the historical character of Hannibal, and neurosis about reaching Rome, alluded in ‘The Interpretation of Dreams’ (1899), are also reflected in the work. The footage was taken from a boat launched at Schönau am Königssee steered through the mountains to St Bartholomew. This trip was one Freud did almost daily, in a wooden boat rowed by ‘four strong local women’, while on holiday in the region.

Pilar Mata Dupont is an Argentinean/Australian artist based between Australia and the Netherlands working in video, installation, performance, and photography. Using highly theatrical and cinematic methods, she uses allegory and narrative to reimagine/rework histories and classical texts, and aims to create alternative readings that question the conditions of the construction of dominant narratives that shape history. In 2015, she won the Plymouth Contemporary Open in the UK, and the Wexner Center for the Arts residency prize at the ‘19th Contemporary Art Festival Sesc_Videobrasil’ in São Paulo. Her solo exhibition, ‘Kaiho’, opened in the Rappu space at the Pori Art Museum, Finland in 2014. Other recent exhibition highlights include the ‘SeMA Biennale – Mediacity Seoul’, at the Seoul Museum of Art and ‘Salon Fluchthilfe’, at Secession in Vienna and Württembergischer Kunstverein, Stuttgart. In 2012 she was a recipient of a Mid-career Fellowship from the Western Australian Government. In collaboration with Tarryn Gill, she participated in the Sydney Biennale and won the Basil Sellers Art Prize in 2010, and as part of collective Hold Your Horses, she made work commissioned by the Akademie der Künste in Berlin in 2012 for the exhibition ‘Wagner 2013: Künstlerpositionen’.

Vicente matallana
Jonas matauschek, culurgioni, emerson
Catalogue : 2015Leuna | Doc. expérimental | hdv | couleur | 13:0 | Allemagne | 2013
Jonas matauschek , culurgioni, emerson
Leuna
Doc. expérimental | hdv | couleur | 13:0 | Allemagne | 2013

In the course of one day, the flm follows various characters in their local environment, which is infuenced by the presence of an industrial plant. Their individual sights tell about the relation between human being and industry.

Jonas Matauschek 1987 born in Dresden, Germany 2007 – 2014 studies of photography at the Academy of Visual Arts, Leipzig since 2015 Meisterschüler in the class of Prof.Peter Piller, Academy of Visual Arts, Leipzig Emerson Culurgioni 1986 born in Munich, Germany 2007-2009 studies of visual communication at the Free University of Bolzano 2010 - 2014 studies of media art at the Academy of Visual Arts, Leipzig currently Meisterschüler in the class of Prof. Clemens von Wedemeyer, Academy of Visual Arts, Leipzig

Ramon mateos
Catalogue : 2009HERRAMIENTAS DE CONSTRUCCION NACIONAL I | Vidéo | | couleur | 1:59 | Espagne | 2009
Ramon mateos
HERRAMIENTAS DE CONSTRUCCION NACIONAL I
Vidéo | | couleur | 1:59 | Espagne | 2009

We live in a globalized world where national and supranational identity has been subsumed by the value and brand image; A world in which politics is written in capital letters on the desks of major companies and ends endorsed in the areas of representation of popular will: the parliaments, with the essential and necessary support of the media, which, in turn, are part of the fabric of these same corporations. However, it is a historical reality, the search for differentiation with respect to the other, from a political and socio-cultural. Today we can hardly distinguish the discourse of national identity distinct of riots, revolts and terrorism, for the sake of a flawed and corrupt information that is confusing the part with the whole in a universal metonymy, and that is where this project address. NATIONAL BUILDING TOOLS is formalized in video format that work as a manual that relates ideological instruments and tools, used to reaffirm a hypothetical national identity, using the techniques and applications specific to the media.

Ramón Mateos. (Madrid1968) Works and lives in Madrid. Graduated from the Faculty of Fine Arts ofthe Complutense University, Madrid. He has participated in numerous solo and group, nationals and internationals exhibitions, and his work is in major public and private collections. Founder and component, until its dissolution in 2006, of the ?EL PERRO? art collective. He has participated in: PROYECTO JUAREZ. Ciudad Juarez, Mexico (2007-2009); INTERFERENCIAS, PhotoEspaña 2008, Casa de America, Madrid, 10 th Istanbul Biennial, Istanbul (2007); FRECUENCIAS in 2008 and 2009 for the Cervantes Institute in Morocco

Mateo matÉ
Catalogue : 2007Thanksgiving turkey | Film expérimental | dv | couleur | 5:30 | Espagne | 2006
Mateo matÉ
Thanksgiving turkey
Film expérimental | dv | couleur | 5:30 | Espagne | 2006

Le concept de camouflage s'est répandu dans presque toutes nos activités sociales. Au cours du siècle dernier, les entreprises ont progressivement acquis un pouvoir qui dépasse celui des Etats et ont inventé la science du marketing qui déguise les objets sous l'apparence du rêve : nous utilisons tous les marques comme une seconde peau pour nous intégrer au groupe social auquel nous voulons appartenir. Les produits que nous utilisons ne reflètent pas ce que nous sommes mais ce que nous voulons être ou simplement ce dont nous voulons avoir l'air. Le pouvoir économique s'est emparé du sens du mot vision qui signifiait jusqu'à présent "acte notarié de la vérité". Polyespan, Photoshop et la chirurgie esthétique ont fait de notre environnement un parc à thème où les objets, les messages et les corps sont faux. L'expression "Je ne crois que ce que je vois" ne veut plus rien dire aujourd'hui. Nous continuons pourtant à croire ce que nous voyons parce que nous sommes tous des acteurs évoluant sur la même scène, avec des rôles principaux ou secondaires, mais complices à différents niveaux. Le genre militaire s'est aujourd'hui étendu au niveau social. Les grandes chaînes de prêt-à-porter proposent maintenant des motifs camouflage pour l'école ou le travail, l'immobilier prend des airs de bunkers imprenables ou de kibboutz de "territoires occupés", même les véhicules sont contaminés par l'apparence des véhicules blindés. Avec la militarisation totale de nos frontières qui s'est faites sous prétexte de sécurité, nous sommes tous prêts pour une mobilisation générale. Nous ne savons pas quand et où naîtra le conflit, mais nous devons nous tenir prêt. Dans "Thanksgiving Turkey", un général harangue ses troupes et leurs fournit des instructions détaillées grâce auxquelles les soldats pourront, au cours d'un dîner mémorable, conquérir les invités avec la recette de la délicieuse et magistrale "Thanksgiving Turkey" (dinde de Thanksgiving). Mateo Maté, 2007


MATEO MATÉ Born in Madrid (Spain), 1964. Lives and works in Madrid (Spain) www.mateomate.com m.mate@mateo mate.com SOLO EXHIBITIONS 2007-?Paisajes uniformados?. Centro de Arte de Burgos, CAB. Spain. -?Nacionalismo Doméstico?. Galería Llucià Homs. Barcelona. Spain. -"Thanksgiving Turkey". Galería Trinta, Santiago de Compostela. España. 2006-?Cartografías personales?. Sala CAI Luzán. Zaragoza. Spain. -?Nacionalismo Ibérico?. Fundación Encosta, Lisboa. Portugal. -?Fronteras interiores?. Casa de España, Lima. Perú. 2005 -?Delirios de Grandeza?. Galería Grita Insam. Viena. -?Nacionalismo Doméstico?. Galería Oliva Arauna, Madrid. Spain. 2003 -?Desubicado?. Galería Oliva Arauna. Madrid, Spain. -?Desubicado?. Galerie Six Friedrich & Lisa Ungar, Munich. Germany.

Stephan mathieu, mathieu stephan
Catalogue : 2005Radiance | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Allemagne | 2005
Stephan mathieu , mathieu stephan
Radiance
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Allemagne | 2005

Un film rapide et sale analogue pour accompagner mon morceau audio "Radiance".


Je suis né en octobre 1967 à Saarbrücken en Allemagne et j?ai passé une bonne partie des années 90 comme batteur professionnel à Berlin. En 1998, je suis retourné à Saarbrücken où je travaille aujourd?hui dans le domaine des arts numériques. Depuis 1999, seize de mes albums musicaux ont été publiés par des labels internationaux. En 2002, le magazine britannique The Wire a voté l?album ²frequencyLib³ parmi les 10 meilleurs albums de musique électronique de l?année. Je crée des installations sonores, graphiques, design et j?ai travaillé comme chargé de cours sur les arts numériques et leur conception à la Royal Academy off Art Göteborg, au Backhaus de Weimar, à la University off Arts and Designs HBKSaar à Saarbrücken et au Merz-akademie de Stuttgart parmi d?autres.

Yuiko matsuyama
Catalogue : 2005Hana | Film expérimental | 16mm | couleur | 5:30 | Japon | 2004
Yuiko matsuyama
Hana
Film expérimental | 16mm | couleur | 5:30 | Japon | 2004

Dans ce film, Yuiko Matsuyama s'intéresse à la lumière et aux mouvements qui existent à l'échelle microscopique. Elle essaie notamment d'évoquer métaphoriquement une fleur. Pour la réalisation de ce film, elle a procédé à des surimpressions en utilisant la même pellicule à plusieurs reprises. Cette ?uvre réalisée avec de l?encre de Chine est la quatrième d?une série commencée avec Field en 2000.


Yuiko Matsuyama naît en 1972 à Mehime, au Japon. Elle étudie la psychologie sociale à l´école Tsuda et en 1997 commence à réaliser des films. Yuiko vit désormais à Tokyo. Elle fait partie du collectif ISLANDS.

Gordon matta-clark
Catalogue : 2007The Wall (1976-2007) | Art vidéo | 35mm | couleur | 15:4 | USA | 1976
Gordon matta-clark
The Wall (1976-2007)
Art vidéo | 35mm | couleur | 15:4 | USA | 1976

Cette ?uvre récente est une des rares traces de la performance de Gordon Matta-Clark en 1976 à Berlin. Le film s'ouvre sur le texte suivant : "En 1976, dans le cadre de l'exposition "Soho in Berlin" de l'Akademie der Kunst et de la Berliner Festwochen, Gordon Matta-Clark s'est rendu en Allemagne avec l'intention de faire exploser une section du mur de Berlin. Ses amis l'ayant finalement dissuadé d'entreprendre cette action suicidaire, il a réalisé la performance suivante.". Le film montre l'artiste écrire "Made in America" sur le Mur, coller des publicités sur des graffitis et s'empoigner avec la police. Enregistrement remarquable d'une performance peu connue de Gordon Matta-Clark, cette ?uvre constitue également un témoignage d'un paysage politique et physique aujourd'hui disparu.


Gordon Matta- Clark (New- York 1943- 1978) a étudié la littérature française à la Sorbonne et l'architecture à la Cornell University. À partir du début des années 1970 il a participé à plusieurs projets expositions collectives en tant que co-fondateur avec d'autres artistes du Food Restaurant à Soho (New- York). Ses ?uvres ont été présentées à la Documenta V, Kassel (Allemagne), à la 9e Biennale de Paris et dans des expositions à Sao Paulo, Berlin, Zurich. Certains de ses projets majeurs ont été montés à Aix-la-Chapelle, Paris et Anvers. Après sa mort, des rétrospectives lui ont été consacrées par le Musée d'Art Contemporain de Chicago, le Badischer Kunstverein, Karlsruhe (Allemagne) et IVAM Centro Julio Gonzalez, Valence, Espagne.

Gordon matta-clark
Catalogue : 2006Conical intersect | Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 19:0 | USA | France | 1975
Gordon matta-clark
Conical intersect
Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 19:0 | USA | France | 1975

Conical Intersect, la contribution de Matta-Clark à la Biennale de Paris de 1975, manifestait sa critique de l?embourgeoisement urbain sous la forme d?une incision radicale dans deux immeubles adjacents datant du 17ème siècle qui devaient être démolis, non loin du très contesté Centre Georges Pompidou qui était encore en construction à cette époque. Pour cet anti-monument, ou ?nonument?, qui envisageait la poétique de la ruine municipale, Matta-Clark a percé un trou en forme de tornade qui formait une spirale à 45 degrés pour sortir par le toit. Dans l?esprit d?un périscope, le vide offrait aux passants une vue sur les squelettes internes des immeubles.


Gordon Matta-Clark a étudié l?architecture à la Cornell University mais n?a jamais exercé en tant qu?architecte conventionnel. Il a également étudié la littérature française pendant un an à la Sorbonne à Paris et il se trouvait là-bas lors des manifestations étudiantes de Mai 68. C?est à Paris qu?il a découvert les philosophes déconstructionnistes, Guy Debord et les Situationnistes. Ces radicaux, aussi bien sur le plan politique que culturel, ont développé le concept du ?détournement? ou de la ?réutilisation d?éléments artistiques préexistants dans un nouvel ensemble.? Des concepts tels que celui-ci ont inspiré son travail par la suite. On le connaît surtout pour des travaux qui altèrent des structures existantes. Ses ?coupes d?immeubles? (dans lesquelles une maison est coupé en deux sur la hauteur par exemple) altèrent la perception de l?immeuble et de son environnement. Matta-Clark a utilisé bon nombre de media pour décrire son travail, y compris des films, des vidéos et des photos. Son travail comprend des performances et le recyclage de pièces, des travaux sur l?espace et la texture et ses ?coupes d?immeubles?. Matta-Clark utilisait également des calembours et autres jeux de mots pour re-conceptualiser des rôles et des relations pré conditionnées (ce sui était valable dans tous les domaines, allant des relations entre individus à l?architecture). Il a démontré que la théorie de l?entropie s?appliquait au langage aussi bien qu?au monde physique et que le langage n?est pas neutre mais qu?il est bel bien un outil qui porte les valeurs de la société et sert à véhiculer une des idéologies. Matta-Clark est mort d?un cancer du pancréas le 27 août 1978.

Todd mattei
Catalogue : 2015BloodLight (Draft 1) | Vidéo | hdv | couleur | 5:17 | USA | 2014
Todd mattei
BloodLight (Draft 1)
Vidéo | hdv | couleur | 5:17 | USA | 2014

BloodLight (Draft 1) is an impressionistic depiction of vampires in real life, hungry and sensual beings among inky shadows. The vampires are observed in a document which blurs the distinction between fictional narrative and video documentary. Picking up on the reinvigorated interest in vampire mythology in the last 10 or so years (Twilight, Let the Right One In, etc..), BloodLight investigates this mythology from a perspective that is scaled down, sensual, and existing in shadows of our day to day. The vampire performers are Cameron Gibson, Claire Arctander, and Todd Mattei. As artists themselves, they live just outside the full exposure of 9 to 5, familial life.

Todd Mattei: Bio Todd Mattei is a media artist working in animation, video, music, performance, the written word, and the spaces in between these discrete media. Todd has screened and exhibited throughout the US and abroad, made records with several notable music groups, and toured and performed throughout the US, Europe, and Japan. www.toddmatteiart.com

Mara mattuschka
Catalogue : 2009In Transit | Film expérimental | 35mm | couleur | 4:55 | Autriche | Allemagne | 2008
Mara mattuschka
In Transit
Film expérimental | 35mm | couleur | 4:55 | Autriche | Allemagne | 2008

In Transit À l`entrée des Offices, à Florence, un affichage numérique indique au public faisant la queue le temps d`attente qui lui reste. En pleine saison, cette attente peut durer jusqu`à quatre heures. Or, à peine entrée, la grande majorité des visiteurs s`efforce de passer en revue le plus vite possible les incontournables du musée. Six secondes ? à en croire l`hypothèse initiale de Reinhold Bidner ? est le temps que consacre le visiteur moyen à un tableau. Dans sa vidéo intitulée In Transit, Bidner analyse ce phénomène. Plan d`ouverture : un tableau accroché au mur devant lequel est assis un homme, visiblement en train de se reposer. La caméra fait un lent travelling avant sur le tableau jusqu`à ce que l`espace environnant ait disparu ? et le tableau se met à bouger : le Portrait d`une Jeune Fille de William-Adolphe Bouguereau, grand peintre de l`académisme français, se transforme tour à tour en portrait de la fille de Rubens, puis en Jeune Bacchus malade de Caravage, en Tête de méduse de ce dernier ainsi qu`en une quantité d`autres portraits appartenant au corpus de l`histoire de l`art ? avant que, finalement, le sourire de la jeune fille de Bouguereau ne réapparaisse à l`écran ; la caméra s`éloigne et filme l`environnement, qui a changé. Plan final : une femme qui bâille. Pendant tout ce parcours virtuel du musée flotte sur le tableau un voile de gouttelettes où se reflètent les mouvements des visiteurs, fatigués ou fébriles, du Louvre. Par ce choix formel, Bidner tient le spectateur à distance, tout en instaurant un second niveau : celui du public venu regarder, mais tellement sollicité qu`il ne voit rien. Conjointement avec Richard Eigner qui a élaboré le son croissant et décroissant du film, Reinhold Bidner a réalisé une étude toute en finesse sur le comportement des personnes dans le musée du XXIe siècle. Une étude qui incite le public à poser sur l`art un regard plus dense, plus attentif. (Nina Schedlmayer)


Née en 1973 à Kaboul (Afghanistan), Lida Abdul est retournée habiter dans cette ville. Elle a vécu en Allemagne et en Inde en tant que réfugiée après avoir été forcée de quitter l?Afghanistan alors envahi par l?armée soviétique. Son travaille mêle les tropes du formalisme occidental avec un certain nombre de traditions esthétiques ? islamiques, bouddhistes, indiennes, païennes et nomades ? qui ont influencé l?art et la culture afghans. Elle a réalisé des ?uvres avec différents médiums, notamment a vidéo, le film, la photographie, l?installation et la performance. Son ?uvre la plus récente a été montré dans plusieurs biennales, la Biennale de Venise en 2005, de São Paulo en 2006, de Gwanju en 2006, de Moscou en 2007 et de Sharjah en 2007, ainsi qu?à l?Istanbul Modern, la Kunsthalle de Vienne, l?Ok Centrum, le Museum of Modern Art Arnhem, la Tate Modern, le Moma NY, le National Museum of Kabul, le Netherlands and Miami Central, l?ICA London, le ZKM, le Capc Bordeaux, le CAC Centre d?Art Contemporain de Bretigny, et le Frac Lorraine Metz, France. Cette année, elle aura une exposition solo à l?Indianapolis Museum (IMA) et aux Smithsonian at Sackler galleries.

Francesco mattuzzi
Catalogue : 2014Pianeta Bianco | Vidéo | hdv | couleur | 14:30 | Italie | 2014
Francesco mattuzzi
Pianeta Bianco
Vidéo | hdv | couleur | 14:30 | Italie | 2014

“Pianeta bianco” represents the border between dream and reality. It is a planet with a milky atmosphere, where the ground emanates light and on which the earth’s spatial-temporal rules, feelings and perceptions are altered. The planet is a wrinkled giant animating overflow, eating and disorienting the observer: it is not possible to recognize direction, size and distance. The protagonist of the story is a mineral researcher, heading towards his destination: a faraway light, which seems to be the only point of reference. A fragmented voice describes how a human feels when moving around without perceptual landmarks. The vision of the landscape is adult and doubtful about the trade-off of mankind dealing with nature. The gaze draws a gigantic and indifferent world, where the sun reflects on a rock and everything can swallow everything in an instant...

CV of FRANCESCO MATTUZZI Bio Francesco Mattuzzi was born in 1979, lives and woks in Milan. He’s an artist that uses photography and video as means of research and representation of the contemporary social reality. Work in progress movies and completed 2014: • The Weight of Dreams, director and author. 16:9, HDV, 60’ (post production) • Pianeta Bianco, Author, director. 16:9, HDV, 14’ 2012: • Shapes, director and author. 16:9, HDV, 10’ 2011: • The Weight of Dreams, video installation, three screen, 16:9, HDV, 10’ 2010: • Future Archaeology, directed by di Armin Linke and Francesco Mattuzzi. fim essay, Stereoscopic, Palestine, 16:9 HDV 2009: • E-Roads, video installation, monoscreen, 16:9, HDV, 7’ Grant/Awards and film festival 2014: • Official selection for the film “Pianeta Bianco” to 61°Trento Film Festival (Trento, Italy) • Official selection for the film “Pianeta Bianco” to FMK Film Festival. (Pordenone, Italy) • Official selection for the film “Pianeta Bianco” to Cervino Cine Mountain Film Festival (Cervinia, Italy) • Official selection for the film “Pianeta Bianco” to Festival Leggi Montagna (Tolmezzo, Italy). • Official selection for the film “Pianeta Bianco” to Bansko Film Festival (Bansko, Bulgaria) • Official selection for the film “il sublime e il banale” Civic Gallery of Trento, Italy. Curated by Giorgio Verzotti, director of arte fiera Bologna. • Official selection for the film “Future Archaeology” al MIDB, muestra internacional documental de Bogotà.(Colombia) 2013: • Official selection for the film “Shapes” all’ Italian institute of Moscow, in cooperation with fondazione Adriano Olivetti. • Winner of “Editors Online” for the magazine Abitare, for the web blog “the weight of dreams” 2012: • Official selection the international Filmaker Film Fesival, for the movie “Shapes” supported by Adriano Olivetti’s Foundation. • Selected project for the short movie “Shapes” to the Italian Pavillon during the 13° Architectural Biennal of Venice. • The documentary film “12wheels” has been supported by the Trentino Film commission. • The documentary film “White Planet” has been supported by the Valle d’Aosta Film Commission. • Future Archaeology screening to: La 3D : prises et déprises, Le Fresnoy – Studio National des Arts Contemporains, Tourcoing, Francia 2011: • Selected artist for Fondazione Galleria civica di Trento, Opera Civica project. Curated by Andrea Viliani. • 12 wheels, film selected for the workshop “Raccontare l’ avventura 2011” promoted by Trentino film commission, Trento film festival and Zelig. • Future Archaeology screening to: Le peuple qui manque, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Centre 
Pompidou, Paris, France • Future Archaeology screening to: BEYOND
Festival 3Days of Dimensions
Future, to the ZKM Medientheater, Karlsruhe, Germany 2010: • Selected film for the 67th. Mostra Internazionale d’ Arte Cinematografica, la Biennale di Venezia, official selection of the film “Future Archaeology”. 2009: • Winner of the DE.MO Movin’up Art Residency Program, at the Platform Garanti Contemporary Art Center (irp), Istanbul, Turkey. • Selected Artist for the project “Un ponte sul Mediterraneo”. Young art, Video.it, Startrucks. Turin, Italy Art Residency 2009: Artist in residency (IRP) at the Platform Garanti Contemporary Art Center, Istanbul, Turkey, with the project DEMO Movin’up Solo expositions 2012: • The weight of dreams – Studio Ermanno Cristini, Varese, Italy. Curated by Denis Isaia 2011: • The weight of dreams - Galleria civica di Trento, Opera Civica project. Curated by Andrea Viliani 2009: • Startrucks - Fabbrica del Vapore, Milan, Italy, presentation of the project. Collective expositions 2014: • Exhibition photo project “Future Archaeology” to the civic gallery of Trento, project AfterImage, in parallel to the celebration of the first world war exhibition at the MART museum of Rovereto. 2012: • Exhibition for the Olivetti’s project to the Italian Pavillon during the 13. Architecture Biennal of Venice in cooperation with the Olivetti’s Foundation 2011: • Sharjah Biennial 10 curated by Suzanne Cotter and Rasha Salti, Future Archaeology film, with Decolonizing Archtecture 2010: • Le peuple qui manque, QUE FAIRE ? Art, film, politique, Centre Pompidou, France, Paris, curated by Aliocha Imhoff. Future Archaeology • Redcat, Los Angeles, USA, curated by Clara Kim. Future Archaeology and photographic exhibition with Decolonizing Architecture. • Queensland Art Gallery, Stanley Place, Brisbane, Australia, curated by Kathryn Weir. Future Archaeology and photographic project with Decolonizing Architecture. • 67th. Mostra Internazionale d’ Arte Cinematografica, la Biennale di Venezia, official selection of the film Future Archaeology. • Ashkal Alwan, Home Works V, Beirut, Libano. Future Archaeology, two screen installation, with Decolonizing Architecture. • Officina dei Sensi, Villa Ciani Bassetti, Lasino, Trento, Italy. Curated by Marco Tomasini. E-Roads, video monoscreen installation and cartography. • Rassegna video dagli archivi Art Hub, complesso delle ex Murate, Firenze, Italy. Curated byFrancesca di Nardo. E-Roads, monoscreen installation.

Fisnik maxhuni
Catalogue : 2018La Vallée Heureuse | Fiction expérimentale | mp4 | couleur | 17:0 | Kosovo | Iran | 2017
Fisnik maxhuni
La Vallée Heureuse
Fiction expérimentale | mp4 | couleur | 17:0 | Kosovo | Iran | 2017

Nord de l`Iran, 2017: un jeune homme entreprend une recherche fantastique d'une pierre mythique, réputée pour apporter le bonheur. Au travers de sa recherche pour l'atteindre, il croisera le chemin de tout ceux qui ont eu, comme lui, à traverser les épreuves pour espérer trouver cette fameuse pierre. En dressant un portrait intergénérationnel de l'Iran moderne, La Vallée Heureuse met en scène la quête mythique et universelle du bonheur.


Né en 1989 au Kosovo, ex-Yougoslavie. émigre en Suisse, à Neuchâtel en 1993. Réfugié politique et apatride jusqu'à l'obtention des nationalités suisse et kosovare en 2005. Durant ses études de Bachelor en Relations Internationales à l'Université de Genève, il commence à réaliser ses premiers essais filmiques. En 2012, il diplôme du Master en Géopolitique à King's College London. Il est membre de la "London Film Society". Durant ses séjours au Japon (2012, en qualité d'assistant en diplomatie à l'ambassade suisse à Tokyo), en Indonésie (2013) et Bolivie (2014), il expérimente davantage le processus du film. Depuis 2014, études Master en Cinéma, option réalisation, entre l'ECAL et la HEAD. Il réalise "Ministarstvo Sjecanja" en 2015, sous l'égide de Béla Tarr à Sarajevo. En 2015, il participe à la Baushtellë Artists Residence à Zürich, Belgrade et Prishtina au cours de laquelle il publie un court roman anthropologique sur la perception des racines et des origines à l`époque moderne. Diplôme en 2016 avec son film "Lost Exile", tourné au Kosovo et présenté en première mondiale au Festival du Film de Locarno où il remporte un prix du jury. Il est invité à plus de 30 festivals dont Clermont-Ferrand, Soleure, Tirana, Lisbon, Prizren, New Delhi, Villeurbanne, Montréal, Den Haag, Montevideo, Los Angeles. Il remporte une dizaine de prix avec son film. En 2016, il est invité à participer aux Masterclasses pour jeunes talents organisés dans le cadre du Zürich Film Festival. En 2017, il fonde Visceral Films et produit deux films qu'il réalise lui-même : "La Vallée Heureuse", court-métrage de fiction, co-produit et tourné en Iran. Le film sera présenté à Winterthur, Solothurn et en première internationale au Festival International du Film de Sao Paolo. Puis "Zvicra", long-métrage documentaire co-produit par la RTS (Radio Télévision Suisse) sur la question de la "double identité" albano-suisse. Actuellement, il écrit depuis début 2018, "La Terre de mes Entrailles", son premier long-métrage de fiction. Au même moment, il travaille comme réalisateur 2nd unit sur la nouvelle série télévisée de la RTS, "Helvetica". Avec "La Terre de mes Entrailles", il a été sélectionné dans le cadre des Talents Sarajevo en 2018, où il aura l'occasion de pitcher le projet, après avoir déjà fait l'exercice dans le cadre du Festival de Cannes 2018. On Culture and Tropics (2014) 12` Ministarstvo Sjecanja (2015) 15` Lost Exile (2016) 29` La Vallée Heureuse (2017) 18` Zvicra (2017) 70" La Terre de mes Entrailles (2019) 110"

Iris mayr
Catalogue : 2006Ars Electronica | 0 | 0 | | 0:0 | Autriche | 2007
Iris mayr
Ars Electronica
0 | 0 | | 0:0 | Autriche | 2007

Avec les orientations spécifiques et la continuité qu'il a déployée depuis 1979, Ars Electronica est une plate-forme unique pour les arts digitaux et la culture média organisée en quatre divisions : Ars Electronica ? Festival d'Art, de Technologie et de Société. Le Prix Ars Electronica, Compétition Internationale pour les Arts cybernétiques. Ars Electronica Center- Musée du futur. Ars Electronica Futurelab ? Laboratoire pour les Innovations du futur. Le Festival Ars Electronica. Le Festival Ars Electronica, reconnu au niveau international, est une rencontre interdisciplinaire et ouverte entre experts internationaux en arts et en sciences avec un public large, d'horizons divers, et aux intérêts très différents. Chaque année depuis 1979, le festival se compose de conférences, d'expositions et de performances et d'événements conçus pour approfondir la confrontation scientifique et artistique avec les phénomènes sociaux et culturels qui sont les conséquences du changement technique. http://www.aec.at/en/festival2007/. Le Prix Ars Electronica En tant que compétition d'arts cybernétiques, le Prix Ars Electronica est un forum pour la créativité artistique et l'innovation depuis 1987. C'est le baromètre des tendances dans un monde du média art en constante évolution et de plus en plus diversifié. Du fait de sa fréquence annuelle, de sa visée internationale et de la variété incroyable des ?uvres sélectionnées pour le Prix, les Archives du Prix Ars Electronica permettent un regard précis sur le développement de l'art média et donnent une idée de son ouverture et de sa diversité. http://www.aec.at/en/prix/index.asp?nocache=165093 Le centre Ars Electronica : Le centre Ars Electronica a ouvert en 1996 en tant que prototype du "Musée du Futur". Sa mission est d'utiliser des formes interactives de médiation pour faciliter la rencontre du public avec la réalité virtuelle, les réseaux digitaux et le mlédia moderne. Une attention portée sur les sujets à l'interface du média art, nouvelles technologies et développements sociaux, caractérise les expositions innovantes du Centre. Le Centre Ars Electronica est la base permanente et aussi la structure organisationnelle des activités régionales et internationales d'Ars Electronica. http://www.aec.at/en/center/ Ars Electronica Futurelab: Le Futurelab est un modèle de laboratoire d'un type nouveau pour le média art dans lequel les innovations technologiques et artistiques génèrent une inspiration réciproque. L'équipe du laboratoire rassemble une grande variété d'aptitudes spécialisées, leur approche est caractérisée par l'interdisciplinarité et un travail en réseau international. Les activités multiples du Futurelab vont de l'organisation d'expositions et la création d'installations, à la poursuite d'une recherche en collaboration avec les universités et s'engage dans des partenariats avec des associés des secteurs privés.


Iris Mayr est née en 1971 en Autriche. Elle étudie la science de la communication et l'administration des affaires à Linz, Salzburg et Seville. En 2003 et 2004, elle est assistante de recherche et tutrice à l'Université de Salzburg (Departement de l'Audiovision et de la Communication digitale et le Centre ICT&S). Depuis 1996 elle est membre du Centre Ars Electronica de Linz (Festival Ars Electronica, Production and Curatorial Team). En 2006 elle est conservatrice auprès de Lev Manovich, Yuko Hasegawa et Pili à la Media City_Séoul à Séoul. De 2004 à 2007, elle est l'instigatrice du Prix Ars Electronica ? International Competition for CyberArts et conservatrice culturelle indépendante.

Elena mazzi, daniele alef grillo
Catalogue : 2017Pirolisi solare (Solar Pirolysi) | Installation vidéo | hdv | noir et blanc | 4:0 | Italie | 2017
Elena mazzi , daniele alef grillo
Pirolisi solare (Solar Pirolysi)
Installation vidéo | hdv | noir et blanc | 4:0 | Italie | 2017

The material grain of the film fixes the light that, by installing mirrors that have been protagonist of my previous work (Reflecting Venice, 2012-2014), strikes a cumulation of straw, transforming it into biomass, the energy resource of the future. A step forward in scientific research that quotes Archimedes` experiments in order to work with energy sources at the reach of everyone.

Elena Mazzi was born in 1984 in Reggio Emilia (Italy). She received her BFA in 2007 in History of Art from Siena University, and her MFA in 2011 in Visual Art from IUAV, Venice University. She was selected for an exchange program at Royal Academy of Art (Konsthogskolan) of Stockholm. Her works have been displayed in many solo and collective exhibitions, among others: Palazzo Fortuny in Venice, 16° Rome Quadriennal, GAM Turin, 14° Istanbul Biennale, 17° BJCEM Mediterranean Biennale, EGE-European Glass Experience, Fittja Pavilion at the 14° Architecture Venice Biennale, COP17 in Durban, Festival of Contemporary Art in Slovenia, Botkyrka Konsthall, Italian Institute of Culture in Brussels and Stockholm, XIV BBCC Expo in Venice, Bevilacqua La Masa Foundation. She attended different residency programs and workshops such as HIAP (FI), GuilmiArtProject (IT), Via Farini (IT), Foundation Botin (SP), Bevilacqua La Masa (IT), Future Farmers A.I.R. (USA), Fondazione Spinola Banna in Turin (IT), Dolomiti contemporanee (IT), Botkyrka Konsthall Air (SE). She is one of the finalists at Celeste Prize, Fabbri prize, Meru prize and Termoli prize and the winner of Thalie Art Foundation grant 2017, VISIO Young Talent Acquisition prize, Eneganart prize, Illy grant for Unidee, Pistoletto Foundation 2016, ntcm e l’arte 2016, m-cult media and technology program 2016, Special mention for Arte Patrimonio e diritti umani, Antworks award 2015, Sandretto Re Rebaudengo prize 2015, Lerici Foundation grant in 2012 and Movin’up Italian prize for young Italian artists abroad in 2011. In 2016-2017 she is tutor artist for Spinola Banna Fondation program in collaboration with GAM, Turin.

Marko mÄetamm
Catalogue : 2010MUSE | Documentaire | dv | couleur | 3:5 | Estonie | 2009
Marko mÄetamm
MUSE
Documentaire | dv | couleur | 3:5 | Estonie | 2009

She is a sourse of my inspiration. She gives my life a meaning. I am part of her and she is part of me. We can`t live without each other because she gives ideas for my artistic creation.. She is my muse.

Born in 1965 in Viljandi, Estonia. Studied in Estonian Academy of Arts, MA 1995 Lives and works in Tallinn, Estonia. Works with a wide range of media including photography, sculpture, animations, painting and text. Mäetamm tells us the stories which happen behind the closed doors and pulled curtains of the intimate territory we called home. Mäetamm portrays the family as a little society -relaying through a dark humor the petty moments of daily life - and exploring the way our society manipulates the family dynamics through the macrocosms of economy, consumerism, and ?quality-of-life? standards. Inspired by his own private life and the recurrent feeling he could fail to preserve the balance in his existence, Mäetamm?s work explores the grey area where ambiguous feelings of being in control and being controlled merge. Marko Mäetamm has exhibited internationally and represented Estonia at the 52nd Venice Biennial in 2007. Contact: maetamm@yahoo.com HOMEPAGE: www.maetamm.net

Catalogue : 2008CAR RIDE | Animation | dv | couleur | 3:16 | Estonie | 2008
Marko mÄetamm
CAR RIDE
Animation | dv | couleur | 3:16 | Estonie | 2008

Cette ?uvre parle de la façon dont les choses peuvent très souvent sembler différentes de ce qu?elles sont en réalité, et de la façon sont les choses sont absolument différentes de ce qu?elles semblent. Un beau vendredi soir, au début du mois de mars, l?auteur a emmené sa jolie femme et ses deux merveilleux enfants dans leur petite Honda Civic afin d?aller rendre visite à ses parents dans le Sud de l?Estonie...


Marko Mäetamm est né dans la petite ville de Nuia, au sud de l?Estonie. L'idée de devenir artiste lui est subitement venue, comme tombée du ciel, à l?âge de 18 ans. Il a étudié la gravure à l?Académie Estonienne des Arts, où il a obtenu sa licence en 1993 et son master en 1995. Marko Mäetamm a commencé à exposer alors qu?il était encore étudiant. Ses premiers travaux se sont basés essentiellement sur les techniques de gravure après quoi il est passé à la peinture, qu?il trouvait plus directe. À un certain moment, le texte est devenu essentiel dans ses projets. Puis, suivant ses idées, il a commencé à travailler avec les images en mouvement. À l?heure actuelle, Marko Mäetamm travaille en mélangeant différents types de médias. Il fait des photos, des objets, et des animations, il peint et produit des textes et mélange le tout dans ses installations. En 2007, Marko Mäetamm a eu la chance de représenter l?Estonie à la Biennale de Venise (Italie), avec le projet « Loser's Paradise », ce qui a fortement influé sur sa carrière artistique.

Catalogue : 2007FAMILY | Animation | dv | couleur | 4:9 | Estonie | 2007
Marko mÄetamm
FAMILY
Animation | dv | couleur | 4:9 | Estonie | 2007

Un homme muni d?une hache court dans son appartement. Il semble être à la poursuite de sa femme et de ses deux enfants. Ces derniers essaient de se cacher derrière le canapé, le lit, le placard ou encore sous la couverture, mais l?homme à la hache parvient toujours à les trouver, et quelque chose se passe. Chaque fois l?homme se voit encore davantage couvert de sang, tandis que la femme et les enfants semblent se porter de mieux en mieux. Et c?est sans fin.


Son travail a été exposé au Pavillon estonien aux 50ème et 52ème Biennale de Venise, au Musée d?art contemporain deTallinn, à la kArton Gallery à Budapest, au centre d?art contemporain Rekalde, à Bilbao, au Musée d?art de Dubrovnik, Croatie, à la Nettie Horn Gallery, Londres, à la KunstRaum de Linz, Autriche, au centre d?art contemporain de Vilnius, Lituanie, à la Pinakothek der Moderne de Munich, au KUMU Art Museum, Tallinn, à la biennale Balticum 2006 au Rauma art museum, au Kunstraum Düsseldorf, Allemagne, au Art Hall et au KUMU art center de Tallinn, à Kiasma, au Musée d?art contemporain d?Helsinki, Finlande, au centre d?art contemporain de Vilnius, Lituanie.

Anthony mccall
Catalogue : 2006Line Describing a Cone | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 30:0 | France | USA | 1973
Anthony mccall
Line Describing a Cone
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 30:0 | France | USA | 1973

A l?espace perspectif et illusionniste conventionnel qui rabat le cinéma sur la peinture, les films de McCall substituent un espace projectif qui le ramène à la sculpture. Désormais le film n?est plus cette image projetée qui creuse dans la surface du mur une profondeur fictive mais un champ réellement constitué qui se confond avec l?événement de la projection même. C?est ainsi que les faisceaux lumineux découpés dans la fumée d?Anthony McCall, développant les propriétés proprement plastiques du film, passent les frontières de l?histoire du cinéma pour rejoindre les propositions minimalistes de la sculpture des années 70 et s?inscrire à côté des structures géométriques de Robert Morris, Saul Le Witt, ou Carl Andre, des champs colorés de Dan Flavin ou des fils de coton coloré tendus dans l?espace de Fred Sandback. Au commencement des années 2000, après un silence de 20 années et alors que les présentations des Solid Light Films se multipliaient aux Etats-Unis comme en Europe, Anthony McCall inaugurait une nouvelle série d??uvres réalisée non plus sur support argentique, mais en numérique, l?ordinateur lui permettant de concevoir des tracés complexes, et d?explorer les propriétés plastiques des lignes ondulantes : alors que les pièces géométriques des années 70 se fondaient sur un principe d?équivalence entre la ligne et le plan, les pièces néo-géométriques des années 2000 jouent de la réversibilité des formes, des échanges entre intérieur et extérieur ou encore de l?équivalence des vecteurs horizontaux et verticaux. Simultanément, la substitution aux machines à fumées traditionnelles de brumisateurs diffusant de la vapeur d?eau produisant une texture plus uniforme à plus grand échelle permettait à McCall de démultiplier la taille de ses pièces désormais conçues A l?espace perspectif et illusionniste conventionnel qui rabat le cinéma sur la peinture, les films de McCall substituent un espace projectif qui le ramène à la sculpture. Désormais le film n?est plus cette image projetée qui creuse dans la surface du mur une profondeur fictive mais un champ réellement constitué qui se confond avec l?événement de la projection même. C?est ainsi que les faisceaux lumineux découpés dans la fumée d?Anthony McCall, développant les propriétés proprement plastiques du film, passent les frontières de l?histoire du cinéma pour rejoindre les propositions minimalistes de la sculpture des années 70 et s?inscrire à côté des structures géométriques de Robert Morris, Saul Le Witt, ou Carl Andre, des champs colorés de Dan Flavin ou des fils de coton coloré tendus dans l?espace de Fred Sandback.