2016 Paris Programme
 2 pm   4 pm   5 pm   7 pm
auditorium
grande salle
Sunday

Jan. 17
2 pm

Screening
Gaîté Lyrique / grande salle
3 bis rue Papin - 75003 Paris / MSubway: Arts et Métiers, Réaumur Sébastopol - lines 3, 4, 11
Free entry / Pass and accreditation: priority access

"Anthropologies"

Omar chowdhury: The Colonies at Dusk | Vidéo | hdv | couleur | 12:49 | Australie | 2014 see more
Ivan argote: Barcelona | Vidéo | hdv | couleur | 5:16 | Espagne | 2014 see more
João vieira torres, Tanawi Xucuru Kariri: Toré | Doc. expérimental | hdv | couleur | 15:0 | Brésil | 2015 see more
Lucia prancha: Sebastião, O Fantasma | Fiction | hdv | couleur | 14:57 | USA | Brazil | 2014 see more
Mathieu k. abonnenc: Secteur IX B | Fiction | 4k | couleur | 42:35 | France | 2015 see more
Omar chowdhury
The Colonies at Dusk
Vidéo | hdv | couleur | 12:49 | Australie | 2014

To make the moving-image work for Means the recently returned Australian-Bangladeshi artist Omar Chowdhury headed out into the Australian bush seeking a form of simple and focused sensing. Carrying stills and cinematic cameras, he ventured into the Southern Highlands of New South Wales, crossed the Great Dividing Range, and wandered out to the remnant Victorian gold towns, searching. Haunted by the ‘weirdness’ of the trees, the totemic termite mounds, the warbling creeks and dirt packed roads, he felt himself and his thinking seep into the darkening landscape. The traces of this spiritual ethereality inhere in his strange and occult video footage of animals, rocks, branches, burnings, machines and the silence of the isolate people. In it, somewhere, lie the means of his being.


Bangladeshi-Australian artist Omar Chowdhury makes moving-image, photographic, conceptual and textual installations based on immersions into contested spaces and their histories. Often mixing notions of ontology, political economy, and the spirit, they hold in uneasy tension various polarities: facts and the surreal, humour and melancholia, rhythm with chaos, weakness and power, and memory with forgetting. Out of these cohesions and frictions he produces densely woven languages and environments of moral and psychic inquiry. In 2016 he has an upcoming solo presentations at Bengal Gallery (Dhaka) and Dhaka Art Summit 2016 and screenings at the Queensland Gallery of Modern Art (Brisbane) for Asia Pacific Triennial 8. Recently he has had solo exhibitions at 4A Centre for Contemporary Asian Art (Sydney), ALASKA Projects (Sydney) and MOMENTUM (Berlin). He was a finalist in the 2015 John Fries Award (Sydney) and the 2015 and 2016 Blake Prize Award (Sydney). He is the recent recipient of a Bengal Foundation Practice Grant, Keir Foundation/4A Commission, Australia Council Skills and Development Grant, Edward M. Kennedy Grant for the Arts, and an Australian Cinematographer`s Society Gold Award. He also founded and often programs the Bengal Cinematheque in Dhaka.

Ivan argote
Barcelona
Vidéo | hdv | couleur | 5:16 | Espagne | 2014

Cette vidéo a été tournée à Barcelone, près du rond point de Christophe Colomb, à coté du port. Pendant la nuit, Ivan Argote a "enflammé" à l`aide d`une bouteille d`absinthe et du feu une statue représentant un évêque indiquant la voie à un indigène. Cette statue, qui fait environ trois mètres d`hauteur, reste presque invisible parmi tous les monuments touristiques de Barcelone. Ivan Argote l`a découverte et, avec une intervention à forte puissance symbolique affirme son idée en désaccord à avec la vision européenne de l`histoire de la colonisation, qui voit le colon comme une sorte de héros.

Ivan Argote is Colombian artist who lives and works in Paris, Argote (31) deals with the way that man relates with the myriad changes that take place daily in the historical, economic, political and moral realms. His aim is to question the role of subjectivity in the revision of these concepts. Argote involves the body, and emotions in the construction of his thinking, and develops methods to generate reflexion about the way we construct certainty in relation with politics and history. By creating interventions and performances for the public space, which are sometimes further developed in the format of films and installations, the artist explores the city as a space of transformation. His works has been shown in several cities all around the world, including: Intersections, Cisneros Fountanals Foundation, Miami, 2015; Between the Pessimism of the Intellect and the Optimism of the Will, 5th Thessaloniki Biennale, Thessaloniki, 2015; Levitate, Museum Quartier, Vienna, 2015; L’éloge de l’heure, MUDAC, Lausanne, 2015; Reddish Blue (solo), DT Project, Brussels, 2014; Let’s write a history of hopes (solo), Galeria Vermelho, Sao Paulo, 2014; Strengthlessness(solo), Galerie Perrotin, Paris, 2014; La Estrategia (solo), Palais de Tokyo, Paris (2013); Un millon de amigos (solo), Galeria ADN, Barcelona (2013); Tectonic, Moving Museum, Dubai (2013); Los irrespetuosos, Museo Carrilo Gil, México DF (2013); 30th Sao Paulo Biennial, Sao Paulo (2012); Sin heroísmos, por favor (solo), CA2M, Madrid (2012); Girarse, Joan Miró Fundation, Barcelona (2012), among others.

João vieira torres, Tanawi Xucuru Kariri
Toré
Doc. expérimental | hdv | couleur | 15:0 | Brésil | 2015

Il y a ce que je vois ce qui m`est montré ce que je ne vois pas ce que je ne peux pas voir On m`invite à filmer un rituel. Celui qu`on peut montrer aux étrangers. Un enfant de la tribu regarde Fantasia de Disney à la télé. On l`interrompt. Qu`est-ce qui habite l`enfant lorsqu`il danse ? Qu`est-ce que je peux voir de ce qu`on me montre ?*Filmé dans la Tribu Xucuru-Kariri, État d`Alagoas, Brésil

João Vieira Torres is a Brasilian-French artist/filmmaker, born in Recife, Brazil, in 1981. Lives and works in between Brazil and France. He has shown his work among other places at: FIDMarseille (FR) / RIDM (CA) / Olhar de Cinema (BR) / Anthology Film Archives(US) / CentrePompidou (FR) / Palais de Tokyo (FR) / Villa Arson(FR) / MIS São Paulo (BR) / LABoral (ESP) / CPH:Dox (DK), IndieLisboa (PT) / Tampere Short Film Fest (FI) / Vilnius CAC(LT) / Alexandrina Arts Center (EG), St Petersburg Mus. of Photo (RU), Pingyao Photo Fest. (CN). Tanawi Xucuru Kariri, one of the leaders of the community, among other activities as an educator, co-directed his first film ‘Toré’ (2015).

Lucia prancha
Sebastião, O Fantasma
Fiction | hdv | couleur | 14:57 | USA | 2014

Sebastian of Portugal disappeared in the battle of Alcácer Quibir and is often referred to as The Desired by the Portuguese. The people of Lençóis believe that the ghost of Sebastian of Portugal haunts their Brazilian island. Some see themselves as direct descendants of the king. They also believe that every first Friday of every month king Sebastian visits the beach in full armour and on his horse, and that a subterranean ouroboros will swallow the island some day. A group of people who inhabit the island of Lençóis on the Northeast of Brazil and their interest in the myth of D. Sebastião I (Sebastian of Portugal ­ 1554­-1578).


Lúcia Prancha (1985, Lisbon / Portugal) received a MFA from CalArts - California Institute for the Arts (2015). Lúcia explores the tensions between aesthetics, perception and politics rethinking historical and social episodes through installation, video and sculpture. Her work has been exhibited at the Serralves Foundation, Oporto, Portugal; Galeria Leme, Sao Paulo, Brazil and Galeria Baginski, Lisbon, Portugal. In 2013, she was the recipient of a two-year Calouste Gulbenkian Foundation and the Luso-American Foundation for Development (FLAD) Scholarship. Presently practicing in Los Angeles.

Mathieu k. abonnenc
Secteur IX B
Fiction | 4k | couleur | 42:35 | France | 2015

Secteur IX B met en scène la conservation d’une collection anthropologique ramenée la Mission Dakar-Djibouti, une des plus grande opération de collecte coloniale, à travers une relecture de l’ouvrage L’Afrique fantôme de Michel Leiris. Par son dispositif, tourné entre la France et le Sénégal, le film dévoile le destin et la mémoire d`archives par un récit fantasmé, qui désigne un état des relations entre les peuples.

Mathieu Kleyebe Abonnenc s’attache à interroger les formes d’hégémonie culturelle sur lesquelles s’est appuyée l’évolution de nos sociétés contemporaines. Qu’il s’agisse de vidéos, de photographies, d’installations, de dessins ou de projets d’exposition, Mathieu Kleyebe Abonnenc explore les principes de représentation dominants en s’appropriant des éléments et des événements préexistants, principalement liés aux histoires impériales et coloniales des pays dits développés. Autant d’objets appartenant à une mémoire collective dont l’universalisme de principe est mis à l’épreuve depuis plus d’un siècle. Chacun de ces éléments nécessite d’être constamment renégocié afin d’en dégager des problématiques contemporaines, en termes de construction d’une identité, d’une communauté, d’une nation, et ainsi permettre par moment de réinventer l’action artistique et politique. Mathieu Kleyebe Abonnenc est diplômé des Beaux-arts de Marseille en 2002. Il a fait parti du programme de recherche La Seine de l’Ecole Nationale supérieure des Beaux-arts de Paris de 2006 à 2008 . Son travail à fait l’objet en 2013 de deux expositions personnelles, Songs for a Mad King à la Kunsthalle de Bâle, Suisse et Kannibalen au Bielefelder-Kunstverein, Allemagne. En 2012, deux institutions, la Fondation Serralves à Porto au Portugal et Pavilion à Leeds en Angleterre, ont organisé des expositions personnelles de l’artiste. Toujours en 2012 , Mathieu Kleyebe Abonnenc a participé à la Triennale de Paris, Intense Proximité, au Palais de Tokyo, ainsi qu’à des expositions collectives à la Fondation d’entreprise Ricard à Paris et l’ICA – Institue d’Art Contemporain de Philadelphie aux États-Unis.


| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |


Sunday

Jan. 17
4 pm

Screening
Gaîté Lyrique / grande salle
3 bis rue Papin - 75003 Paris / MSubway: Arts et Métiers, Réaumur Sébastopol - lines 3, 4, 11
Free entry / Pass and accreditation: priority access

Carte blanche to Pedro Costa

Pedro costa: O Nosso Homem | Doc. expérimental | hdv | couleur | 23:0 | Portugal | 2015 see more
Pedro costa
O Nosso Homem
Doc. expérimental | hdv | couleur | 23:0 | Portugal | 2015

Nouveau montage, inédit de «O Nosso Homen». Un matin de l’été 2007. L’intérieur d’une baraque en bois et plaques d’étain dans la périphérie de Lisbonne. José Alberto, vingt-sept ans, et sa mère, cinquante-cinq ans, tous les deux Cap-Verdiens. Ils sont assis à une table. José Alberto se coupe les ongles avec un petit couteau de poche. Ils parlent en créole.

Pedro Costa est réalisateur, scénariste et directeur de la photographie portugais. En 1994, «Casa de Lava» est sélectionné au Festival de Cannes. «Ossos» remporte en 1997 le prix de la photographie de la Mostra de Venise. «La chambre de Vanda» est primé au Festival de Cannes en 2002. «En avant jeunesse !», qui revient sur la vie d’immigrés cap-verdiens déplacés dans un quartier HLM neuf de Lisbonne, est sélectionné en compétition internationales au Festival de Cannes en 2006, et est primé par le Los Angeles Film Critics Association en 2008. «Ne Change rien» est présenté à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes en 2009. Son dernier film «Cavalo Dinheiro» a reçu le Léopard du meilleur film au Festival international du film de Locarno en 2014. «Il faut se risquer dans chaque plan, c’est ce que disait Antonio Reis. Risquer sa vie même dans chaque plan, chaque moment, chaque intonation d’un acteur. Sinon le cinéma ne sert à rien. Pour moi, il est fondamental qu’un film soit utile.» Pedro Costa


| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |


Sunday

Jan. 17
5 pm

Screening
Gaîté Lyrique / grande salle
3 bis rue Papin - 75003 Paris / MSubway: Arts et Métiers, Réaumur Sébastopol - lines 3, 4, 11
Free entry / Pass and accreditation: priority access

"And the living is easy"

Nicolas carrier, Marie Ouazzani: Tracing Ghosts | Vidéo | hdv | couleur | 9:22 | Coree du Sud | 2015 see more
Lamia joreige: And the living is easy | Fiction | hdv | couleur | 75:0 | Liban | 2014 see more
Nicolas carrier, Marie Ouazzani
Tracing Ghosts
Vidéo | hdv | couleur | 9:22 | Coree du Sud | 2015

Durant la colonisation japonaise de la Corée, cette école enrôlait des orphelins dans l’armée occupante. Maintenant résidence d’artistes, on murmure qu’elle est hantée. En jouant avec des calques d’images artistiques, historiques et touristiques, trois jeunes coréens réveillent les souvenirs et le passé de ce lieu.

Le duo d’artistes Marie Ouazzani (née en 1991) et Nicolas Carrier (né en 1981) s’est formé en 2015. Entreprenant des voyages qui les mènent dans des monuments et des paysages historiques, ils interagissent avec le contexte de ces lieux pour mettre en avant leur mémoire à travers des images qu’ils recontextualisent. Leurs installations, films et éditions confrontent des objets culturels pour investir et enquêter sur leur potentiel spirituel et fantasmagorique. Par la manipulation d’images, leur travail propose une réflexion critique autour des représentations induites par notre époque.

Lamia joreige
And the living is easy
Fiction | hdv | couleur | 75:0 | Liban | 2014

"Beyrouth, en 2011. La ville est plongée dans une étrange accalmie alors que la région autour s’embrase. A travers cinq personnages, principalement des acteurs non-professionnels, Lamia Joreige réalise un portrait unique de sa ville natale. Qu’il soit attaché commercial, musicien, étudiant, acteur, chacun livre son attachement profond à Beyrouth et sa difficulté ou impossibilité d’y vivre. Pendant plusieurs mois, la cinéaste leur a demandé de jouer des scènes qu’elle a imaginé en s’inspirant de leur vie amoureuse, professionnelle ou amicale. Elle a fictionnalisé leur quotidien, faisant ainsi ressortir leur malaise. Ces scènes ont été jouées dans les quartiers où ils habitent, dans les lieux qui leurs sont chers. La ville et leurs sentiments sont intimement imbriqués. Sous la beauté des images, sous l’apparente douceur de leur vie se profile l’angoisse de l’instabilité politique au Proche-Orient et la peur d’une guerre dévastatrice."

"Born in Lebanon in 1972, Lamia Joreige is a visual artist and filmmaker who lives and works in Beirut. She uses archival documents and fictitious elements to reflect on the relation between individual stories and collective history. She explores the possibilities of representation of the Lebanese wars and their aftermath, and Beirut, a city at the center of her imagery. Her work is essentially on time, the recordings of its trace and its effects on us."


| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |


Sunday

Jan. 17
7 pm

Screening
Gaîté Lyrique / grande salle
3 bis rue Papin - 75003 Paris / MSubway: Arts et Métiers, Réaumur Sébastopol - lines 3, 4, 11
Free entry / Pass and accreditation: priority access

Closing screening

Presented by Raymond Bellour, writer, critic and cinema theorist.
Thom andersen: The Thoughts That Once We Had | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 108:0 | USA | 2015 see more
Thom andersen
The Thoughts That Once We Had
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 108:0 | USA | 2015

Inspiré de la théorie du cinéma de Gilles Deleuze, «The Thoughts That Once We Had» se construit autour de l’amour et du pouvoir de séduction des films. Réduisant à zéro l’abstraction lyrique, ruminant sur les nazis, les communistes et les espions, comparant les danses de serpent orientalistes de Maria Montez et de Debra Paget, le film est un cadeau pour tous ceux qui voient dans le cinéma un art, une forme de pensée et une source de plaisir.

Figure incontournable du film expérimental américain, Thom Andersen commence à réaliser des films au milieu des années 1960 à Los Angeles, où il étudie le cinéma (University of Southern California). Au même moment, il développe une pratique d’écriture qui accompagnera toujours sa production. En tant que critique il sera un des premiers à s’intéresser à l’oeuvre filmique d’Andy Warhol. Si ses premiers films relèvent de la production «expérimentale» ou «d’avant-garde» (cf. «Melting», 1965 ou «Short Line/Long Line», 1966-67), à partir de la moitié des années 1970 il développe une forme hybride à la croisée de l’étude visuelle et du film documentaire. Avec «Eadweard Muybridge, Zoopraxographer» (1974) – issu d’un article qu’Andersen avait publié dans Film Culture en 1966 – le cinéaste s’intéresse à la figure de Muybridge et à ses expériences dans l’étude du mouvement. À la fois biographie de l’auteur et étude sur la nature même de l’image en mouvement, Eadweard Muybridge explore la possibilité pour le documentaire de s’ouvrir au champ de la critique et de travailler ainsi, par le biais du commentaire, une forme d’écriture particulière. Avec «Red Hollywood» (1996), co-réalisé avec Noël Burch, Thom Andersen dévéloppe également une série des textes sur les communistes à Hollywood, en faisant ainsi du film une sorte de traité historiographique critique. «Los Angeles Plays Itself» (2003), son opus majeur, porte à l’extrême ce principe. Constitué à partir d’un nombre étonnant de séquences des films, le long-métrage explore, sur une durée de trois heures, les multiples identités de la ville de Los Angeles, et ce que le cinéma peut nous apprendre sur l’espace urbain.La production filmique de Thom Andersen se présente comme un lieu d’investigation idéal pour comprendre les liens entre l’écriture et la mise en forme visuelle de la pensée.


| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |



| | | : | |


Download on pdf TV LAB Video library See the trailers