Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Nina lassila
Catalogue : 2007Piiskaa! | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:13 | Finlande | Suède | 2005
Nina lassila
Piiskaa!
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:13 | Finlande | Suède | 2005

"Piiskaa!" montre une femme en train de nettoyer un tapis. En fait, elle semble plutôt en train de le frapper...est-elle en colère, et pourquoi? Il y a quelque chose de provocant chez une femme forte physiquement; même un rire puissant peut être provocant pour certaines personnes. Les a priori voudraient qu'une femme physique et bruyante soit dérangée, incontrôlable. "La notion de genre est une idéologie vécue - un système d'idée sur les hommes et les femmes avec lequel nous vivons. En tant qu'idéologie vécue, ces idées sont transformées en pratiques corporelles spécifiques. Les différences sexuelles, construites socialement, sont incarnées et vécues comme réelles. Elles sont matérialisées comme habitude et considérées comme acquises, comme une seconde nature." (Bourdieu)


Nina Lassila is a visual artist working mainly with video, performance and photography. She was born 1974 in Helsinki Finland but lives and works in Göteborg, Sweden since 2003. In many of her works she deals with questions of identity ? specifically identity affected by social barriers, conventions based on gender and upbringing and cultural differencies. The field of her interest spans from cultural & political issues to mumbojumbo sciene. She has taken part in several group shows and video festivals mainly in the Nordic and the Baltic countries, but also Germany and Canada. In 2004 she was awarded a Nordic Air residency in Tallinn Estonia by Nifca. In October 2008 she is attending the CAMAC residency in Marnay-sur-Seine in France. She is currently working on soloshows for gallery Formverk in Nyköping (SE) and Gallery SINNE in Helsinki (FIN) and she will participate in the Reykjavik Festival of Culture. www.ninalassila.com

Catalogue : 2015Lucid Dreaming | Fiction expérimentale | hdv | noir et blanc | 6:45 | Finlande | Belgique | 2014
Nina lassila
Lucid Dreaming
Fiction expérimentale | hdv | noir et blanc | 6:45 | Finlande | Belgique | 2014

Something has happened and society as we know it does not function anymore. In this video I portray situations of an apocalyptic nature. The video is based on my thoughts of a possible future and on a lucid dream I had this year. What and how will survival function in case we have to live through it? And can I trust the ones I used to trust?

Nina Lassila is a visual artist working mainly with video, performance and writing. She was born 1974 in Helsinki Finland but lives and works currently in Belgium and Berlin. Nina Lassila has a MFA from The Valand Academy of Arts in Gothenburg SE. In many of her works she deals with questions of identity – specifically identity affected by social barriers, conventions based on gender and upbringing and cultural differences. Her other bodies of work explore issues of supernatural phenomena, art and economic structures. She has taken part in several group shows and video festivals internationally. i.e The Istanbul Biennial, Rencontres Internationals Paris / Berlin / Madrid, SHE DEVIL V Macro Museum Rome, XV Art Fair Mänttä , Reykjavik Arts Festival, Kassel Documentary & Video art festival, Reality Check TSSK Trondheim , LOOP Barcelona, Une Chambre á soi at Gallery Christophe Gaillard in Paris, The Bristol Biennial. Education: Swedish Polytechnics FIN 1994-1997, School of Photography & film Gothenburg SE 2000-2002, Valand School of Fine Arts (MFA) 2004-2006, Guest at ENSAD Paris 2009.

Catalogue : 2016Did Van Gogh Get Laid Because of his Paintings? | Vidéo | hdv | noir et blanc | 5:45 | Finlande | Belgique | 2016
Nina lassila
Did Van Gogh Get Laid Because of his Paintings?
Vidéo | hdv | noir et blanc | 5:45 | Finlande | Belgique | 2016

A semi critical and humorous review on the showing and hanging of Art. Do we make artworks to impress or for what reason? What is the purpose of art again? To impress sexual mates or to gain fame and richness? Could art be as sexy as muscles and money? Or could the artist actually be a respected figure in society?

Nina Lassila is a visual artist born 1974 in Helsinki, Finland currently living and working in Berlin and Belgium. Nina Lassila works mainly with video and performance. In many of her works she deals with questions of identity – specifically identity affected by social barriers, conventions based on gender and upbringing and cultural differences. Her other bodies of work explore issues of i.e supernatural phenomena, art and economic structures. She has taken part in several group shows and video festivals internationally.

Catalogue : 2013Design or Destroy | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:0 | Finlande | Belgique | 2013
Nina lassila
Design or Destroy
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:0 | Finlande | Belgique | 2013

Design or Destroy Are we born to design or to destroy? video 5.00min 2013 We see "the critic" seated in the grass in a garden on a summer day. He is pondering about questions of nature, animals and landscape. He creates a theory that tries to explain how the human being was born to design his environment and even his life. Furthermore he speculates wether it`s right to breed i.e monster like hormone beef. He wonders if and how crazy we really are.

Biography NINA LASSILA born in Helsinki Finland 1974, lives and works currently in Gothenburg SE and Belgium. Nina Lassila is a visual artist working mainly with video and performance. In many of her works she deals with questions of identity ? specifically identity affected by social barriers, conventions based on gender and upbringing and cultural differences. Her other bodies of work explore issues of i.e supernatural phenomena, art and economic structures. For more information see www.ninalassila.com Education: Swedish Polytechnics FIN 1994-1997, School of Photography & film Gothenburg SE 2000-2002, Valand School of Fine Arts (MFA) 2004-2006, Guest at ENSAD Paris 2009.

Catalogue : 2011Günter und Mutti | Performance | dv | couleur | 3:7 | Finlande | Allemagne | 2011
Nina lassila
Günter und Mutti
Performance | dv | couleur | 3:7 | Finlande | Allemagne | 2011

A Groucho Marx like character analyzes 2 found objects - wooden trivets with the inscription Mutti and Günter on them. He makes up a story about Günter and Mutti . He also debates whether these trivets would work as art works exhibited in a gallery.

Nina Lassila is a visual artist born 1974 in Helsinki Finland, currently based in Berlin. She has taken part in several group shows and video festivals internationally i.e The Istanbul Biennial, Rencontres Internationals 2005 Kassel Documentary & Video art festival 2009, LOOP Barcelona, SHE DEVIL V Macro Museum Rome, Nordic Art Express - Nordic Video Art on tour. Education: Swedish Polytechnics FIN 1994-1997, School of Photography & film Gothenburg SE 2000-2002, Valand School of Fine Arts (MFA) 2004-2006, Guest at ENSAD Paris.

Christine Lucy latimer
Catalogue : 2016Still Feeling Blue About Colour Separation | Film expérimental | super8 | couleur | 2:8 | Canada | 2015
Christine Lucy latimer
Still Feeling Blue About Colour Separation
Film expérimental | super8 | couleur | 2:8 | Canada | 2015

This film rephotographs over 200 internet-sourced images of ‘Macbeth ColorChecker’ cards on to super-8mm cyanotype emulsion. Macbeth Cards (precision tools in colour film processing), were a popular accessory for small-gauge Kodachrome filmmakers in the 1970`s. They have since been re-adopted by contemporary digital photographers, who use them to compare lighting scenarios on internet blogs and forums. Tracing the history of the colour calibration card through many lenses, I effectively remove all colours, save one. (Commissioned by The 8 Fest)

Christine Lucy Latimer is an interdisciplinary artist working with lens-based and time-based forms. Her work in the past decade has been featured across 5 continents in over 250 film festivals and gallery exhibitions. She currently lives and works in Toronto, Canada.

Lasse lau
Catalogue : 2017Stem - Sound from the Tropical | Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 33:25 | Danemark | 2017
Lasse lau
Stem - Sound from the Tropical
Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 33:25 | Danemark | 2017

In the middle of Lisbon between Avenue Liberdade and the Natural History Museum lays a little gem of a garden, The Jardim Botânico da Universidade de Lisboa. It was inaugurated in 1873. The garden’s crown jewel is its subtropical collections which has a unique microclimate that enables unique tropical plants to survive. STEM is a film about the migration of plants and the beginning of botanical gardens decay. Years of neglects of the Lisbon University Garden have created a romantic environment where the garden is growing wild. The film investigates the displacement in migration and morphology of plants. And investigates some of the post-colonial environmental ramifications of transfer into new subjectivities of the"other." The film came together as is a collaboration between the filmmaker and the German sound artist Max Schneider. Together they traveled Brazil to sound record 17 unique plants. The film features an interview with professor James Clifford, author of "The Predicament of Culture: Twentieth-Century Ethnography, Literature, and Art" (1988), "Routes: Travel and Translation in the Late 20th Century" (1997), and Returns: Becoming Indigenous in the Twenty First Century" (2013).

Lasse Lau est né au Danemark en 1974. Il vit et travaille actuellement à New York. Il a récemment remporté le Nordic:Dox Award (2018) pour son film « Lykkelaender ». Il a étudié au Media Art Department de la Funen Art Academy (Danemark), à la Hochschule der Künste de Berlin et au Whitney Museum of American Art Independent Study Program (New York). Dans son travail, il traite de questions socio-économiques, de la négociation de conflits et de la notion d’espace à travers le langage cinématographique. Lasse Lau cherche à utiliser l’esthétique comme une structure ouvrant sur de nouveaux chemins dialogiques. Le travail de Lasse Lau a été exposé dans un grand nombre de musées et de galeries, notamment au Westfälischer Kunstverein, à Münster (Allemagne), à la Hamburger Bahnhof (Berlin); au Danemark, au Aarhus Art Museum et à la Brandts Klædefabrik (Odense); il a également été exposé au Musée d’art contemporain de Zagreb (Croatie), à la Biennale de Turin, au Contemporary Museum de Baltimore (USA), et au MoMA PS1 (New York). Lasse Lau est le cofondateur du Kran Film Collective à Copenhague et membre du Camel Collective, collectif d’artistes new yorkais. « Stem - Sound from the Tropical» a été réalisé en collaboration avec Max Schneider, professeur d’art et de musique à la Hochschule für Grafik und Buchkunst Leipzig et co-fondateur de l’agence de design sonore Aconica.

Daniel laufer
Catalogue : 2018Colour Memory | Vidéo expérimentale | hdv | couleur et n&b | 13:13 | Allemagne | 2016
Daniel laufer
Colour Memory
Vidéo expérimentale | hdv | couleur et n&b | 13:13 | Allemagne | 2016

The protagonists in the film move through spaces like the desert, the city and the gallery space. All are production spaces of the film and combining different layers of time and contexts with each other. The Film follows the history of the gaze. The focus is on the phenomenon of the afterimage. This so-called phi-effect makes film sequences following a strong color stimulus appear in a complementary color. The effect is based on the fact that the retina continues to briefly perceive an image after the light stimulus and merges it with the following image. The sound sometimes refers to the previously perceived film still in some instances, letting the words speak at a different position. The brain requires a moment to connect what is heard with what is seen. Furthermore, the afterimage links different levels of time, the past with the present moment, which in the next instant is already the past again.

Daniel Laufer is an artist, filmmaker and curator, lives and works in Berlin. He has studied at the HBK-Braunschweig. Laufer is a recipient of the grant of the Arthur Boskamp Foundation for Space concepts, Stiftung Kunstfonds and the Berlin Senat among other awards.His exhibitions include: Artists Space, NYC; KM Gallery, Berlin; Galerie Kamm, Berlin, Kunstverein Harburger Bahnhof, Hamburg; Schaufenster, Kunstverein f. d. Rheinlande und Westfalen, Düsseldorf; Fridericianum, Kasseler Kunstverein, Kassel; KW Institute for Contemporary Art, Berlin; Jewish Museum Berlin, Kunstmuseum, Bonn; Van Gogh Museum, Amsterdam; Irish Museum of Modern Art, Dublin.

Matthew lax
Catalogue : 2018Fabricated in the Actual Arctic (After Nanook) | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 3:10 | USA | 0 | 2018
Matthew lax
Fabricated in the Actual Arctic (After Nanook)
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 3:10 | USA | 0 | 2018

A silent essay considers several key details of the production and legacy of Robert Flaherty`s seminal 1922 documentary, "Nanook of the North" (also known as, "A Story Of Life and Love In the Actual Arctic"). Critiquing notions around documentary and realism, the gaze, anthropology and institution, an image by an Inuk artist is discovered “missing” from the Museum of Modern Art (MOMA) collection.

Matthew Lax (b. Baltimore, Maryland, USA) is an artist, filmmaker and writer based in Los Angeles. His film and video work has been exhibited nationally and internationally in film festivals and art spaces including the Viennale (Austria), IHME Contemporary (Helsinki), MIX Brasil (São Paulo) and MIX New York, Los Angeles Municipal Art Gallery, Los Angeles Contemporary Archive (LACA) and the Everson Museum of Art (Syracuse, NY). He has organized curatorial projects with venues including Human Resources (LA), the Echo Park Film Center, Anthology Film Archives (New York, NY), etc. in addition to numerous pop-up exhibitions with various alternative spaces. His writing has appeared in various printed catalogs and publications including the Los Angeles Review of Books (LARB), Contemporary Art Review Los Angeles (CARLA), ArtPractical (San Francisco), and Art Observed (New York).

Oliver laxe
Catalogue : 2008Suena la trompeta, ahora veo otra cara | | 16mm | couleur | 8:30 | Espagne | Maroc | 2007
Oliver laxe
Suena la trompeta, ahora veo otra cara
| 16mm | couleur | 8:30 | Espagne | Maroc | 2007

Dans cette ?uvre, qui mélange mélancolie et intense tristesse, comme un jour nuageux, Oliver Laxe se confronte une fois encore à l'« Autre » et démontre que, au fond, nous pouvons être étrangers en Galice, de même qu?au Maroc ou à Paris. Sans aucun objectif prédéterminé dans le script, Laxe filme la simplicité du fait de regarder. Le récit n'est pas nécessaire, car toute forme de structure risquerait de faire s?évanouir la subtilité de la vie quotidienne. Avec un certain degré de quiétude lyrique et de nostalgie exotique, il fait le portrait, le long de séquences éphémères, d?un groupe d?ouvriers travaillant à la construction du site d?un des stades prévus pour ce qui était censé être Coupe du monde de football au Maroc en 2010. À l'arrière-plan, on discerne un paysage vert, sous des nuages gris, envahi par la structure en ciment du stade. Certains hommes sont en groupe, et d'autres marchent de leur côté.


Oliver Laxe est né à Paris en 1982. Il a vécu à La Corogne jusqu?à ses 18 ans et il a étudié la communication audio-visuelle à l'Université Pompeu Fabra de Barcelone. Il est membre de la plate-forme de cinéma expérimental « No.w.here » de Londres, où il réside depuis un an. Son projet de fin d?études, réalisé avec Enrique Aguilar « les cheminées ont décidé d?échapper » a été choisi pour le Festival de Cinéma de Gijon, a obtenu le prix du festival de Grenade et a été choisi pour l'Échantillon d'Arts Visuels de l'Injuve. Le Bureau de la Culture de Galice a financé son film « Paris #1 ». Il participe à un atelier de cinéma avec un groupe d'enfants socialement exclus, en collaboration avec notamment la Cinémathèque de Tanger. A Tanger il a également rodé sa pièce « La trompette sonne », inclus dans un film en l?honneur de Tarkovski, « Une journée dans la vie d'Andrei Arsenevitch ».

Georgi lazarevski
Catalogue : 2006Voyage en sol majeur | Documentaire | dv | couleur et n&b | 54:0 | France | 2006
Georgi lazarevski
Voyage en sol majeur
Documentaire | dv | couleur et n&b | 54:0 | France | 2006

Aimé a quatre-vingt onze ans et s?est enfin décidé à entreprendre le grand voyage au Maroc qu?il projette depuis quarante ans. Son petit fils, réalisateur et photographe, l?accompagne. Un voyage tendre et amer, plein de bonheurs fugitifs, de regrets et d?occasions gâchées. Comme la vie.


Georgi Lazarevski est né en 1968 à Bruxelles. Diplômé de l?école Louis Lumière, il alterne la pratique de la photographie et du cinéma comme chef opérateur. Il obtient ainsi des prix pour ses travaux photographiques. Il réalise des courts et moyens - métrages documentaires pour des ONG : « Guerre et peigne » en 1996, dans un camp de réfugiés croate, « Visages », tourné à Gaza en 1997 ainsi que « L?un pour l?autre » tourné au Mali, à Gaza et en Bosnie.

Julia lazarus
Catalogue : 2008the briefing center | Documentaire | dv | couleur | 40:0 | Allemagne | 2008
Julia lazarus
the briefing center
Documentaire | dv | couleur | 40:0 | Allemagne | 2008

The Briefing Center vient documenter le ballet du corps politique pendant le sommet du G8 de 2007 à Heiligendamm. A l?intérieur de la zone de sécurité éloignant la foule avec un clôture longue de 11 km, la caméra observe les représentants de la presse, des forces de sécurité, du personnel de service, ainsi que les décisionnaires politiques. Par-delà la critique aux buts politiques du sommet, le film donne un aperçu de la mise en scène médiatique et montre que les mouvements des individus sont fixés par le protocole.


Née à Berlin, Julia Lazarus suit les cours de l?École Supérieure des Arts de Berlin et de l?Institut Californien pour les Arts à Los Angeles. Ses films ont été montrés dans de nombreux festivals et expositions. Ses films en 16mm sont distribués par Sixpackfilm à Vienne.

Stéphane le gall-viliker, fahmi, traoré, preda,
Catalogue : 2009STORIE MIGRANTI | Documentaire | dv | couleur | 38:50 | France | Italie | 2009
Stéphane le gall-viliker , fahmi, traoré, preda,
STORIE MIGRANTI
Documentaire | dv | couleur | 38:50 | France | Italie | 2009

le pavillon
Catalogue : 2006Yumeji | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 48:0 | France | 2004
le pavillon
Yumeji
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 48:0 | France | 2004

Le film Yumeji (Pathway to dreams), a été tourné à l?occasion d?un workshop des résidents du Pavillon, laboratoire de création du Palais de Tokyo au Japon en mai 2004. C'est un film collectif qui synthétise à la fois l?expérience de l?exposition à Hiroshima et celle du voyage. Il se présente sous la forme d?un film interactif. Son arborescence permet le passage du film collectif vers des rêves individuels imaginés par chaque artiste.


Le Pavillon est le laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. La promotion 2003-2004 était composée de Ziad Antar, Louidgi Beltrame, Davide Bertocchi, Sophie Dubosc, Johannes Fricke Waldthausen, Shiho Fukuhara, Agnieszka Kurant, Gerald Petit. Tout au long de l?année, Ange Leccia (directeur), Christian Merlhiot (responsable pédagogique), Jean-Luc Vilmouth (artiste invité) et Pascal Beausse (critique d?art invité) ont accompagné leur réflexion.

Joao leal
Catalogue : 2016Chasms | Vidéo | hdv | couleur | 8:34 | Portugal | 2016
Joao leal
Chasms
Vidéo | hdv | couleur | 8:34 | Portugal | 2016

A researcher trying to cope with his research, while avoiding narrative. Does he know where he is walking himself into? Will he be able to come out of it? A film so unsuccessful in resisting narrative as it is in finding answers.

Practitioner and teacher. Participates in solo and group exhibitions since 2001. Won in 2005, ex-aequo, the "Pedro Miguel Frade" award, from the Portuguese Centre of Photography, with the work "Night Order’. PhD candidate at the University of South Wales in connection to the European Centre for Documentary Research. Has a degree in Audiovisual Communication Technology at the Polytechnic Institute of Porto, majoring in Photography. Worked in Sao Joao and D.Maria II Portuguese National Theatres, RTP television, ‘Casa da Musica’. Full time assistant professor in theDepartment of Image Arts P.Porto | ESMAD.

Joan leandre
Catalogue : 2010In the Name of Kernel Series - Lonely Record Sessi | Vidéo | dv | couleur | 20:0 | Espagne | 2009
Joan leandre
In the Name of Kernel Series - Lonely Record Sessi
Vidéo | dv | couleur | 20:0 | Espagne | 2009

Depuis 2006, le travail de Joan Leandre porte essentiellement sur l?analyse et la déconstruction de logiciels de jeux, de simulation ou d?entraînement militaire. « In the Name of Kernel ! The Magic Line » est la troisième installation de la série « In the Name of Kernel », nous introduisant dans la pratique critique de Leandre qui s?intéresse à l?interprétation des medias et à inverser cette ingénierie pour un nouveau public. « In the Name of Kernell » regroupe, en un cycle ouvert, ses dernières vidéos. Produites à partir de logiciels dont il modifie les paramètres elles transforment ?une machine à produire du réel en une machine à produire une illusion?. Elles proposent au spectateur une fiction narrative complexe dans laquelle il peut décoder les mécanismes de la fascination technologiques à laquelle nous sommes habituellement soumis, mécanismes qui vont ensuite conditionner notre perception du monde. C?est en ce sens qu?il faut considérer l??uvre de Joan Leandre comme une ?uvre subversive.


Joan Leandre vit et travaille à Barcelone. Il un interprète et un membre d? OVNI Archives(Observatoire de Vidéos Non Identifiées). depuis 1994. De 1994 à 1996, il a travaillé sur une série de piratage des medias intitulée MAP (Mega Assemble Project), Fundación Zero et Serial Monuments. De 1995 à 1997, il a collaboré au projet « Oigo Rom », et plus tard en 1998 à Brooklyn, aux « President Archives ». En 1999, il a commencé à travaillé est les logiciels de divertissement grand public et a commencé le projet « Retroyou (RC) and Retroyou (nostalG) », et il continue à travailler avec la série « Retroyou nostalg2 and the Black Boot Project ».D?autres projets collectifs ont été montés, comme « Velvet Strike » et « the Archivos Babilonia ». Joan Leandre est un interprète des médias, un archéologue de l?Internet. Il y fait des fouilles permanentes et collectionne des données. Il archive sur son propre site quantité d?informations qui sont « oubliées », sur le site d?une entreprise par exemple, ou, au contraire qui ne feront qu?une courte apparition avant de devenir confidentielles ou que leur lecture soit rendue impossible par une évolution technologique qui les rende muettes. Allant au-delà de la convivialité apparente de telle ou telle interface, il tend à faire émerger une prise de conscience de ce que la machine est capable de nous faire faire grâce à notre du pouvoir du conditionnement idéologique dans lequel nous plongent les images pour la compréhension du réel qui est le nôtre aujourd?hui. Depuis 2006, le travail de Joan Leandre réside essentiellement sur l?analyse et la déconstructionde jeux video, de logiciels de simulation ou d?entrainement militaire. Son travail a été montré au Sonar festival, Barcelone, au Transmediale, Berlin ; à la Whitney Biennial du Whitney Museum of American Art, New York, au Centre d?art contemporain Laboral, Gijon, à la biennale de Moscou, et au ZKM, Karlsruhe.

Catalogue : 2006Retroyou_nostal(g) | Installation multimédia | 0 | | 0:0 | Espagne | 2007
Joan leandre
Retroyou_nostal(g)
Installation multimédia | 0 | | 0:0 | Espagne | 2007

?Retroyou_nostal(g)? est un projet de recherche logiciel dont le but est de transformer les programmes originaux en environnements simulés autogérés. Les conditions de quatre programmes de simulation de vol sont modulées de sorte qu?ils ne puissent quasiment plus être contrôlé par de vrais pilotes. Prix Ars Electronica 2006, Mention Honoraire Art Interactif


L'artiste catalan Joan Leandre est membre d'OVNI (Observatoire de la vidéo non identifiée) depuis 1993. De 1994 à 1996 il travaille sur la série MAP (Mega Assemble Project), Fundacion Zero et Serial Monuments. En 1996, il est l'instigateur du projet Oigo Romo, subventionné par l' Instituto Universitario del Audiovisual qui procure un lieu au Mega Assemble Project MSN ? Adult Playground 1.0. En 1998, il s'implique auprès des President Archives de New York. En 1999, il commence le projet retroyou.org composé pour la série d'interruption de logiciel retroyou RC, retroyou nostal(G), retroyou nostalg2 et la mailing list autoreplicant http://ddtpv-txmx7-bbgj9-wgy8k-b9ghm.org. Ces dernières années il a réalisé de projets en collaboration avec Archivos Babilonia et Velvet Strike.

Catalogue : 2006OVNI | 0 | 0 | | 0:0 | Espagne | 2007
Joan leandre
OVNI
0 | 0 | | 0:0 | Espagne | 2007

L'OVNI (Observatoire de la vidéo non identifiée) a été fondé en 1993 par les artistes Joan Leandre, Toni Serra et Rosa Llop à Barcelone. Les archives de OVNI présentent un caractère international et thématique, il s'agit de faciliter une critique de la culture contemporaine en usant de diverses stratégies telles l'art vidéo, le documentaire indépendant et l'archéologie des mass média. Les archives recueillent toute une constellation de travaux disparates dont le dénominateur commun est la libre expression et la réflexion sur les peurs et la place des individus dans les collectivités, construisant et conjuguant une vision multiple, des milliers de petites oeuvres approfondissent et explorent notre monde ou annoncent d'autres possibles. Un discours dont les valeurs principales sont l'hétérogénéité, la pluralité, la contradiction en lesquels la subjectivité se réalise. Pour ce discours, la subjectivité est le seul répulsif au clonage et à la répétition des mass médias corporatifs. Tout au long des différentes éditions, le caractère thématique de cette convocation s'est transformé à travers les différentes sélections des travaux en une lecture, un registre particulier de quelques uns des rêves et cauchemars de notre époque. Ainsi il a pu être vérifier comment le spectre des préoccupations est allé en se concentrant progressivement, participant d'un éventail très développé dans les premiers moments d'OVNI 1993-96 ( développer et explorer les limites du langage vidéo rattrapant la liberté formelle et la thématique de ses débuts), jusqu'à se concentrer sur de plus en plus de thèmes plus spécifiques : l'Identité contre les Médias (1997-98), la Communauté (2000), la Globalisation (2002), les Conséquences du 11 Septembre (2003), les Résistances (2005) ou le Rêve Colonial Zones Autonomes (2006).


L'artiste catalan Joan Leandre est membre d'OVNI (Observatoire de la vidéo non identifiée) depuis 1993. De 1994 à 1996 il travaille sur la série MAP (Mega Assemble Project), Fundacion Zero et Serial Monuments. En 1996, il est l'instigateur du projet Oigo Romo, subventionné par l' Instituto Universitario del Audiovisual qui procure un lieu au Mega Assemble Project MSN ? Adult Playground 1.0. En 1998, il s'implique auprès des President Archives de New York. En 1999, il commence le projet retroyou.org composé pour la série d'interruption de logiciel retroyou RC, retroyou nostal(G), retroyou nostalg2 et la mailing list autoreplicant http://ddtpv-txmx7-bbgj9-wgy8k-b9ghm.org. Ces dernières années il a réalisé de projets en collaboration avec Archivos Babilonia et Velvet Strike.

Catalogue : 2012In the Name of the Kernel Series - Magic Line | Animation | hdv | couleur | 22:25 | Espagne | 2010
Joan leandre
In the Name of the Kernel Series - Magic Line
Animation | hdv | couleur | 22:25 | Espagne | 2010

An exhibition of HD video, digital print and text by Barcelona based artist Joan Leandre. As the second Gallery exhibition in the artist?s extensive history, In the Name of Kernel ! The Magic Line is the third installment of the In the Name of Kernel series, introducing Leandre?s critical practice of media interpretation and reverse engineering to a new audience. The first two films of the series toured internationally to venues such as Sonar Festival, Barcelona 2008, 3rd Moscow Biennial, Moscow, 2009, and Centre George Pompidou, Paris 2009.

"Media interpreter and member of the OVNI Archives since 1994. From 1994 to 1996 I worked on a series of media interruptions called MAP (Mega Assemble Project), Fundación Zero and Serial Monuments. From 1995-1997 I was involved in the Oigo Rom project, and later in 1998 in Brooklyn I was involved with the President Archives. In 1999, I began working again with mass entertainment software and started the projects retroyou (RC) and retroyou (nostalG), and continue to work on the series retroyou nostalg2 and the Black Boot Project. Other collective projects include Velvet Strike and the Archivos Babilonia.? J.Leandre

Catalogue : 2008In the Name of Kernel! Song of the Iron Bird | Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 0:0 | Espagne | 2007
Joan leandre
In the Name of Kernel! Song of the Iron Bird
Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 0:0 | Espagne | 2007

Dans l'installation de Joan Leandre, Le kernel, qui est le coeur de la plupart des systèmes informatiques, devient le mythe autour duquel un événement symbolique se coagule, combinant la littérature de voyage, la tradition alchimique, la science fiction, le terrorisme et les théories de la conspiration, la programmation informatique, l?alpinisme, la modélisation 3D et le mapping par satellite, les hallucinations et les révélations. Joan Leandre explore l?imaginaire trouble d?un principe informatique fondamental, indifférent à son usage, militaire ou onirique. L?image elle-même, réalisée par manipulation informatique, change de statut. En même temps que des images, c?est la puissance aveugle du Kernel qui transparait, kernel au nom duquel tous les usages technologiques sont possibles. .


Joan Leandre est née en 1968. Elle vit et travaille à Barcelone. Elle est interprète média et membre des Archives OVNI depuis 1994. De 1994 a 1996, elle a travaillé sur la série d?interruptions média MAP (Mega Assembler Project), à la Fundación Zero et aux Serial Monuments. De 1995 à 1997, elle a participé au projet « Oigo Rom », et en 1998, elle a été associée aux President Archives de Brooklyn (USA). En 1999, elle a travaillé à nouveau avec les logiciels de divertissement de masse et a initié les projets « retroyou (RC) » et « retroyou (nostalG) » ainsi que « Black Boot Project » et la longue série, toujours en cours de réalisation, « retroyou nostalg2 ». « Velvet Strike » est un autre projet collectif auquel l'artiste a participé au cours de ces dernières années.

Joan leandre
Catalogue : 2009Magic Line | Vidéo | dv | couleur | 20:0 | Espagne | 2010
Joan leandre
Magic Line
Vidéo | dv | couleur | 20:0 | Espagne | 2010

Sonia leber, david chezworth
Catalogue : 2017Earthwork | Vidéo | hdv | couleur | 5:0 | Australie | 2016
Sonia leber , david chezworth
Earthwork
Vidéo | hdv | couleur | 5:0 | Australie | 2016

Earthwork’s screen is positioned flat on the floor, facing upwards. The visitor, looking down, gets a bird’s-eye view of a suburban landscape in which there are destroyed buildings, damaged roads, fences, and gardens. The image suggests a world that has undergone massive disruption. It is unclear whether accident, entropic forces, or warfare has caused this result. Superimposed upon Earthwork’s devastated landscape is another smaller image that presents the viewer with an alternative framing the site. We see diagrams: symbols of what might be location coordinates, suggesting an ongoing search for boundaries, and an intention. The two images appear to be attempting to “ line-up ”, but this is never achieved. The title, Earthwork, references the American Land Art movement of the 1960s; Leber and Chesworth’s videowork further explores Robert Smithson’s concept of the “ non-site ”. A non-site is an artwork situated in a gallery that metaphorically represents a remote actual site. As Smithson suggests “ the site is evading you all the while its directing you to it ”.

Sonia Leber and David Chesworth are known for their distinctive installation artworks, using video, sound, architecture, and public participation. Developed through expansive research in places undergoing social change, Leber and Chesworth’s works are speculative and archaeological, responding to architectural, social, and technological settings.

Ange leccia
Catalogue : 2010Nuit bleue | Fiction expérimentale | | couleur | 86:0 | France | 2010
Ange leccia
Nuit bleue
Fiction expérimentale | | couleur | 86:0 | France | 2010

"Celui qui n`accepte pas de se laisser égarer n`empruntera jamais que des chemins déjà tracés: il risquera de manquer celui qui le concernerait en propre. A moins qu`il ne sabote tous les chemins, les coupe et les embrouille." L?égarement de mes personnages dans « Nuit Bleue » s?imprègne de la pensée du philosophe Jean Toussaint Desanti ; mes émotions visuelles tentent de l?illustrer. A. LECCIA


Ange Leccia est né le 19 avril 1952 à Minerviù en Corse. Artiste plasticien, il a été pensionnaire de la villa Médicis à Rome en 1981-1983, puis résident à la villa Kujoyama à Kyoto en 1992-1993. Professeur à l?École Régionale des Beaux-Arts de Grenoble de 1985 à 1997, puis à l`l?École nationale supérieure des Beaux-Arts de Cergy de 1997 à 2000, il est actuellement directeur du Pavillon, le laboratoire de création du Palais de Tokyo. Ses oeuvres ont été exposés dans de nombreux musées (Guggenheim, Centre Georges Pompidou) et manifestations (Kassel, Sydney) en France et à l`étranger et il a réalisé de nombreux films dont Ile de Beauté (1996) et Gold (2000) avec Dominique Gonzales-Foerster, ainsi que Azé (2004) ou encore La déraison du Louvre (2005).

Johanna lecklin
Catalogue : 2006Paljon on iloakin | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 10:0 | Finlande | 2005
Johanna lecklin
Paljon on iloakin
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 10:0 | Finlande | 2005

Le scénario de "Il y a beaucoup de joie aussi" s'appuie sur des conversations avec un petit garçon atteint du syndrome d'Asperger. Le scénario devient un dialogue fictif entre la mère et le petit garçon. Ils ne se rencontrent jamais à l'écran, ils sont montrés chacun dans leur chambre, côte à côte. Le petit garçon raconte ses rêves pendant que la mère se confie quant à ce qu'il en est de la vie avec un enfant différent.


Johanna Lecklin étudie à l'Académie des Beaux-Arts d'Helsinki en Finlande. Les sujets qu'elle traîte sont la narration, le documentaire et la performance vidéo, très proches de sa pratique artistique. son parcours inclut un échange Erasmus à Slade, l' école des Beaux-Arts à Londres en 1998/99, l'obtention de son diplôme à l'académie des Beaux-Arts d'Helsinki en 2003. elle a aussi participé à un film et à des festivals vidéos comme le Raindance film Festival de Londres, "bzzz" Pépinières européennes pour jeunes artistes au 18ème festival international des programmes audiovisuels de Biarritz en France en 2005, au festival Kasseler Dokumentarfilm et videofest en Allemagne en 2004. Elle a fait plusieurs shows seul et en groupe dans des musées en Finlande et à l'étranger. En 2001 elle gagnait le premier prix de l'Association d'Artiste finlandais.

Elise leclercq
Catalogue : 2005D'ici Là | Doc. expérimental | dv | couleur | 19:35 | France | Allemagne | 2005
Elise leclercq
D'ici Là
Doc. expérimental | dv | couleur | 19:35 | France | Allemagne | 2005

La séparation, le déracinement sont abordés à travers la recherche de nouveaux repères situés dans l?espace public de Berlin. Chaque intervenant participe à la construction physique et imaginaire de sa représentation. L?auto mise en scène engage un processus de projection et de réflexion intime sur l?histoire et les parcours de chacun, situés à la périphérie de la « grande histoire ». La frontière Germano-polonaise présente une séparation territoriale qui évoque une autre temporalité faisant écho à l?aspect éphémère des interventions en milieu urbain et à leur dépendance vis à vis d`un paysage politique historique.


Née à Paris en 1980, Elise Leclercq, partant de trois années d?études en scénographie à L?ENSAV-La Cambre (Bruxelles), réoriente ses recherches vers la vidéo au sein de l?atelier d?Espaces Urbains. Elle réalise plusieurs projets documentaires dans différents quartiers de Bruxelles et à Berlin tous orientés autour des problématiques urbaines contemporaines. La question des moyens de représentation individuels et des usages symboliques que font les habitants d?un quartier de ce que l?on nomme l?espace public est centrale. Elle commence actuellement un master en anthropologie à l?EHESS à Paris, au cours duquel elle compte approfondir les réflexions qu?ont suscités ces différents projets artistiques et les confronter à une réflexion scientifique.

Samuel lecocq
Catalogue : 2017Fragility and obsolescence | Doc. expérimental | hdv | couleur | 10:0 | France | 2017
Samuel lecocq
Fragility and obsolescence
Doc. expérimental | hdv | couleur | 10:0 | France | 2017

En septembre 2016, le centre de prévention, d’insertion, et de citoyenneté (CIPC) ouvre ses portes. Il est désigné comme le premier centre de “ deradicalisation ” français. Ses moyens, son organisation, son existence sont constamment débattus. Son accès est restreint, ses alentours hyper-sécurisés, il est inaccessible aux journalistes encore moins aux artistes. Cette vidéo est le récit d’une tentative d’appréhension. La mise en place d’une stratégie narrative, dans le but de générer une Représentation de ce territoire physique, esthétique et philosophique. Marie-Jose Mondzain, dans son essai “ Confiscation ” propose une re-appropriation du terme clivant : “ Deradicaliser ”. Il devient, une fois extrait de sa définition réductrices (inverser une croyance extrémiste), le moyen de révéler fragilité et obsolescence dans le réel. C’est depuis ce postulat conceptuel que la vidéo est organisée, montée et réalisée.


Samuel Lecocq est né à Paris en 1992. Il vit et travaille à Bruxelles.

Jean François lecourt, thomas auriol
Catalogue : 2017Tir dans le miroir | Performance | hdv | couleur | 0:0 | France | 2010
Jean François lecourt , thomas auriol
Tir dans le miroir
Performance | hdv | couleur | 0:0 | France | 2010

Jean-François Lecourt est né dans le Perche le 3 Novembre 1958, au sein d’une famille d’agriculteurs. Il entre à 17 ans à l’école des Beaux-Arts du Mans où enseigne Gina Pane, une des artistes fondatrices du mouvement de l’art corporel. Parallèlement, il suit l’éducation d’un Maître d’Arts Martiaux en Karaté Do (la voie des mains nues) de l’école Shotokan, et s’adonne assidûment aux pratiques du Tir à l’arme à feu et du Tir à l’arc. Sa démarche est basée sur l’analogie et l’identification. Une méthode qui le conduit à la découverte de l’aspect cyclique et symétrique des processus de tir et de photographie ; d’où le concept majeur de son œuvre : Le Tir dans l’appareil photographique.Cet acte artistique est un cérémonial immuable qu’il pratique depuis 1977. Il ne s’agit pas pour lui d’illustrer une névrose autodestructrice mais de tenter, en un retour immédiat, d’abolir l’arrêt fatal du cliché. La photographie est donc ici un Art martial. Comme dans le Kuy-Do, la cible à atteindre est soi-même, le but étant la réalisation au présent de celui qui pratique. Une nouvelle création vidéo de 2010 implique une série de films qui mettent en jeu l’autoportrait, la détonation, effondrement et la renaissance du paysage, ce travail s’intitule « Les tirs dans le miroir ».

Alejandro lecuna
Catalogue : 2005718 Nebel und Rauch | Art vidéo | dv | | 7:18 | Venezuela | Allemagne | 2005
Alejandro lecuna
718 Nebel und Rauch
Art vidéo | dv | | 7:18 | Venezuela | Allemagne | 2005

La situation politique du Venezuela comme un documentaire asymétrique qui montre l?espace public et privé dans la capitale, Caracas. La peur constante comprise par l?instabilité politique et l?incapacité du gouvernement à garantir la sécurité publique a participé à la montée ces dernières années d?une industrie de la sécurité ménagère qui a reformé l?espace public et l?espace privé. Les grilles en fil barbelé ou électrique sont les nouvelles décorations à la mode dont toutes les maisons doivent être équipées afin d?être protégée de l' ?autre ?. Caracas en un endroit où la nature, les Hommes et la panique semblent pouvoir cohabiter dans une harmonie sous tension.


Alejandro Lecuna a commencé sa carrière dans les arts comme apprenti d?un artiste opus vénézuélien Carlos Cruz Diez. Il a étudié l?esthétique graphique à l?Instituto de de Diseño de Caracas et à la School Of Visual Arts Of New York avec le professeur Milton Glanzer, professeur Tony Palladino et Pr. Ed Benguinat. Il a récemment terminé ses études en communication visuelle et art vidéo à l?université des arts de Berlin avec les professeurs en art vidéo Maria Vedder et Holger Matthies (Univesität des Künste). Il est pour le moment Mainsterschüler (étudiant en master) avec Pr Vedder. Dans le monde professionnel, son expérience repose dans le domaine du design numérique et imprimable pour les grandes entreprises. Il a travaillé pour plusieurs compagnies comme SME qui détient la marque FDTdesign à New York et Frogdesign en Allemagne. Parmi ses clients et ses projets l?on peut compter Coca-Cola, DaimlerChrysler, Smart, Consors, NHL, NFL, NBA et le label de musique de David Byrne Luala Bop. Dans le monde de l?art, son travail vidéo a trouvé un espace sur la scène nocturne berlinoise. Ces travaux les plus récents comprennent de spectacle "Dis-appearances" en 2004 dans le Opel Haus à Berlin Friedrichstrasse (catalogue) et le 48 Stünden Neu-Koln Kunst un Kultur Festival. Il a concentré son art dans l?utilisation de l?espace publique comme objet et objectif de son travail. Il est aussi un chargé de cours régulier à l?école d?art et d?esthétique au Venezuela.

Heewon lee
Catalogue : 2017La pluie (The Rain) | Installation vidéo | 4k | couleur | 6:0 | Coree du Sud | France | 2017
Heewon lee
La pluie (The Rain)
Installation vidéo | 4k | couleur | 6:0 | Coree du Sud | France | 2017

LA PLUIE est une rencontre dans un paysage typique, dont l’apparente magie ne saurait faire oublier le drame de la situation. Des voix se font entendre. Qui sont-elles ? Peu à peu leur histoire nous est contée et leur présence semble flotter à nos côtés. Ce film est un hommage aux victimes de l’exploitation sexuelle en temps guère établie par le gouvernement japonais durant la seconde guerre mondiale. Les victimes n’ont pas encore été reconnues par le Japon. Elles sont Coréennes, Chinoises, Philippines, Thaïlandaises, Vietnamiennes, Malaisiennes, Indonésiennes… Ce projet n’intente pas un procès au Japon, mais se focalise sur la douleur humaine traduite métaphoriquement à travers la figure du fantôme et rend hommage à ces femmes. La réalité virtuelle est le moyen le plus approprié pour explorer la vision d’un spectre. Cette mise en forme, la multiplicité de modes de production qu’elle induit, permet d’envisager une immersion totale dans l’œuvre et créer une identification immédiate ; un flou entre les limites physiques et mentales du spectateur et des personnages. Le supplément d’informations que produit la VR enrichit l’environnement du spectateur et l’implique activement dans l’œuvre.


HeeWon Lee est née en 1978 en Corée du Sud. Après avoir étudié la mode à Séoul elle s’installe en France fin 2002 ; elle suit l’enseignement du français à l’université de Nancy II et poursuit son activité artistique. Elle entre à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Nancy, option Communication Art Visuel, avant de conclure son parcours par un post diplôme au Fresnoy - Studio National des Arts Contemporains, à Tourcoing. Heewon Lee est une artiste multimédia qui développe une pratique artistique où se rencontre vidéo, graphisme, son et installation. Son travail inspiré par notre quotidien opère de légers déplacements qui nous plongent dans un univers fragile et onirique. Ses projets ont été primés et présentés à de nombreuses reprises : Jeunes Talents-Air France, la Diagonale des Arts- Biennale d’art contemporain, Busan International Video Festival, Vidéographie(s), Vidéoformes...et diffusés en France au Grand palais, Palais de Tokyo, Air France, Féstival Némo au 104 et La Gaîté Lyrique, BIAN II au Cinémathèque québécoise, Montréal, Digital life, à Rome, the Special Olympics World Winter Games PyeongChang, Nabi center, Corée du sud, Museum of Art Hong Wan, Beijing... Ses oeuvres sont régulièrement diffusées au Brésil, Canada, Corée du Sud, Maroc, Espagne, Italie, France…